Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Caroline Gravière à Jean-Luc Outers

Charles De Coster, Contes brabançons. Le Voyage de noce. Édition présentée par Raymond Trousson

Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, 333 p.
Paul Aron
p. 237
Référence(s) :

Charles De Coster, Contes brabançons. Le Voyage de noce. Édition présentée par Raymond Trousson. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, 333 p.

Texte intégral

1La présente édition complète la réimpression des textes de fiction de l’auteur de la Légende. Grâce à Joseph Hanse, puis à Raymond Trousson, celui-ci sort enfin définitivement du long purgatoire dans lequel l’avaient enfermé les éditions fautives ou devenues introuvables de ses textes.

2Les Légendes flamandes (1861) esquissaient, avec encore quelques maladresses, la langue patinée et archaïsante qui sera celle d’Ulenspiegel. Ces deux ouvrages furent critiqués par les amis de De Coster, en particulier par ceux qui défendaient « l’école nouvelle » des arts et de la littérature : le réalisme. Les présents Contes brabançons (1861) voulaient au contraire s’inscrire dans ce courant d’observation des mœurs contemporaines. Ils ne réussissent cependant qu’en partie à illustrer un genre trop sec pour le tempérament romantique de l’auteur. Le recueil est donc disparate. Il mêle le sentimental au satirique, le conte à l’apologue, comme le montre Raymond Trousson dans une préface qui est un véritable essai sur cette part méconnue de l’œuvre de De Coster. Il contient également de nombreux échos aux textes qui ont marqué l’auteur — d’Alphonse Karr à Chateaubriand — ainsi qu’aux opinions politiques et sociales de De Coster qui, comme ses compatriotes, voyait dans la littérature un véhicule d’idées et de sentiments. Ceci ne l’empêchait pas de remettre ses textes cent fois sur le métier. Raymond Trousson rappelle, citations à l’appui, le long travail de correction stylistique auquel se livrait un auteur qui avait la plume plus féconde qu’élégante.

3Le Voyage de noce (publié en 1870, daté 1872) donne également des gages au courant réaliste. Inégale, et parfois verbeuse, l’œuvre livre ses meilleures pages lorsque De Coster peint la campagne, les kermesses, ou qu’il croque des personnages sur le vif. Mais surtout, et Raymond Trousson y insiste avec force détails, le roman s’inspire de la passion que De Coster éprouva pour Élisa, et il mêle les souvenirs personnels de son amour au portrait-charge d’une figure maternelle possessive, en qui le préfacier reconnaît la propre mère de l’écrivain. On comprend mieux dès lors le mélange d’élans passionnés et de scènes de ménage dans lesquelles se complaît l’écrivain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Charles De Coster, Contes brabançons. Le Voyage de noce. Édition présentée par Raymond Trousson », Textyles, 15 | 1999, 237.

Référence électronique

Paul Aron, « Charles De Coster, Contes brabançons. Le Voyage de noce. Édition présentée par Raymond Trousson », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1284

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org