Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Le Mal dans l’imaginaire littéraire français (1850-1950). Préface de Max Milner. Sous la dir. de Myriam Watthée-Delmotte et Metka Zupancic

Orléans (Ontario), Éd. David ; Paris, L’Harmattan, 1998, 432 p.
Pierre Halen
p. 234-235
Référence(s) :

Le Mal dans l’imaginaire littéraire français (1850-1950). Préface de Max Milner. Sous la dir. de Myriam Watthée-Delmotte et Metka Zupancic. Orléans (Ontario), Éd. David ; Paris, L’Harmattan, 1998, 432 p.

Texte intégral

1La richesse de cet ouvrage, écrit Max Milner dans sa préface, « défie le commentaire ». Il en donne pourtant une remarquable synthèse, condensant un siècle d’histoire de la littérature française du point de vue de la réflexion sur le Mal. Point de vue qui n’atteint pas aisément à l’éthique, mais qui, dans sa fascination pour la fameuse « part maudite », donne à penser sur l’enjeu sociétaire, et sur la place discursive, du Vice impuni. Quant aux méthodes, il n’est pas surprenant qu’elles n’encombrent guère le propos, lorsqu’il s’agit de considérer la littérature comme un discours qui relève des « humanités » et qui se déploie dans une époque tourmentée par ses démons et par ses fautes, dont quelques-unes d’inexpiables. Cela dit, on aurait aimé quelquefois un peu moins de candeur épistémologique dans la lecture des œuvres : peut-on encore croiser le fer entre philologues pour la bonne interprétation de tel énoncé, ou peut-on présenter un écrivain, même peu commenté jusqu’ici, sans un seul renvoi à la littérature secondaire existante ? Peut-on, mais c’est là une tout autre question, se retrancher derrière le commentaire littéral de textes légitimes et la discussion entre collègues, quand bien même le terrain sur lequel on se trouve est celui dont pourrait disputer, à titre égal, n’importe quel « humain » ?

2Plusieurs écrivains belges sont pris en écharpe, sinon dans la préface (elle reste franco-française, hors le cas peu significatif de Yourcenar), du moins dans le sommaire de cette suite d’études monographiques, le plus souvent consacrées à une œuvre ou à un écrivain. Évoquons rapidement ces études. Sylviane Goraj présente « Henri Michaux, lecteur de Lautréamont ou l’aventure d’une dépossession » : on retrouve l’auteur renié du Cas de folie circulaire à ses débuts en Belgique, et l’on débouche finalement sur cette idée qui sera plusieurs fois mise en avant dans l’ensemble de l’ouvrage, selon laquelle la création ou l’écriture pourraient tenir légitimement lieu d’éthique. Le propos de Claude-Henri Rocquet s’attache à « Michel de Ghelderode et la peur de la nuit » : rien de nouveau, sans doute, mais une attentive mise en relief de la question existentielle, et peu à peu métaphysique, chez l’auteur de Fastes d’enfer, jusqu’à son évolution des dernières années. Marie-Laure Girou Swiderski traite de « La guerre dans Le Coup de grâce de Marguerite Yourcenar », et termine son commentaire, qui touche aussi la question du féminin, en récusant une interprétation biographique de Josyane Savigneau. Plus convaincante sans doute sur le terrain de l’imaginaire luciférien que dans sa lecture de l’œuvre, Lourdes Terrón Barbosa s’intéresse (et de cela, on s’en réjouira) à Achille Chavée ; ces « épiphanies poétiques de l’ange de l’abîme », parsemées de citations peu probantes et découpées avec désordre, sont grevées d’un bagage critique hérité des travaux d’Eliade et de Gilbert Durand. Vincent Engel propose une présentation générale de l’œuvre d’« Alexis Curvers : la Fatigue du bien et le courage du mal » : c’est un écrivain dont on parle trop peu, et ce panorama, bien qu’il passe un peu trop au large de l’essai consacré à Pie XII, le pape outragé eu égard à la dimension politique du propos, doit donc être particulièrement signalé. Enfin, Ana Gonzalez Salvador, dans « Le Mal Maigret », s’interroge d’abord à propos de la relation avec la loi qu’entretient la créature de Simenon, avant d’ouvrir diverses hypothèses sur le roman familial du commissaire et de l’écrivain. On a le sentiment de s’être éloigné du propos initial, mais à y réfléchir, ce glissement creuse davantage une problématique, celle du Père et du rapport de paternité, que l’introduction du volume avait déjà pointée et qui pourrait bien être un des nœuds d’une réflexion future à propos du Mal dans la fiction littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Le Mal dans l’imaginaire littéraire français (1850-1950). Préface de Max Milner. Sous la dir. de Myriam Watthée-Delmotte et Metka Zupancic », Textyles, 15 | 1999, 234-235.

Référence électronique

Pierre Halen, « Le Mal dans l’imaginaire littéraire français (1850-1950). Préface de Max Milner. Sous la dir. de Myriam Watthée-Delmotte et Metka Zupancic », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1278

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org