Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Paul Colinet 1858-1957

Direction générale des Affaires culturelles du Hainaut / Secteur des arts plastiques, 1998, 117 p.
Paul Aron
p. 141
Référence(s) :

Paul Colinet 1858-1957, Direction générale des Affaires culturelles du Hainaut / Secteur des arts plastiques, 1998, 117 p.

Texte intégral

1Paul Colinet n’est pas de ces poètes dont l’œuvre resterait méconnue parce que disséminée en plaquettes clandestines ou introuvables. Les quatre volumes de l’édition Lebeer-Hossmann, publiés entre 1980 et 1989, sont à la portée de tous. Mais les textes de ce compagnon de route du surréalisme belge se caractérisent par une énigmaticité qui en rend la lecture difficile. Poète de l’amitié discrète et de l’allusion ironique, il concevait ses écrits pour un petit nombre de destinataires, lesquels n’étaient d’ailleurs même pas toujours sûrs de pouvoir décoder les détours de son esprit inventif. Il invente ainsi un mode de communication tout entière inscrite dans la sphère du privé et qui se tient volontairement à l’écart du grand nombre. Colinet pousse cette démarche à son extrême radicalité, réalisant ainsi un projet d’écriture qui ne le cède en rien, quoique sur un tout autre plan, à celui de son complice Paul Nougé. Aux exégètes d’essayer d’y voir un peu plus clair.

2Dans ces conditions, il revient à quelques médiateurs privilégiés de nous faire entendre la voix volontairement ténue de l’écrivain. Robert Willems, le neveu de Colinet et le destinataire d’une grande partie de son œuvre, l’a bien compris. C’est pourquoi, avec l’aide de quelques amis, il publie le présent petit volume, que devraient acquérir tous ceux qu’intrigue l’œuvre du natif d’Arquennes (Hainaut). Alain Delaunois y brosse la biographie du « poète pareil à personne » et son exposé se complète de deux indispensables notices, l’une biographique, l’autre bibliographique. Xavier Canonne s’entretient pour sa part avec Robert Willems et ce long entretien offre de curieux aperçus sur la vision du monde du poète. Une partie anthologique complète le volume : elle donne à lire des textes heureusement choisis, et à voir les dessins réalisés par Willems et Colinet. L’ensemble bénéficie d’une typographie soignée et d’une maquette agréable due à André Stas et à Michel Antaki.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Paul Colinet 1858-1957 », Textyles, 16 | 1999, 141.

Référence électronique

Paul Aron, « Paul Colinet 1858-1957 », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1274

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org