Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Jean Milo, De Paroles et d’eau

Braine-l’Alleud, Centre d’art Nicolas de Staël, portfolio 46 x 33 cm. de 12 f° et 12 planches
Benoît Denis
p. 140-141
Référence(s) :

Jean Milo, De Paroles et d’eau, Braine-l’Alleud, Centre d’art Nicolas de Staël, portfolio 46 x 33 cm. de 12 f° et 12 planches

Texte intégral

1On connaît la triple politique du dynamique Centre d’art Nicolas de Staël de Braine-l’Alleud : faire vivre dans un environnement pédagogi-quement adéquat les œuvres les plus contemporaines d’ici et d’ailleurs, sans distinguer ni les genres ni les esthétiques (Bofill, Denmark, Corillon, Charlier, Tal-Coat, Christo…), faire jeter un nouveau regard sur des œuvres reconnues (de Pirenne à Dubuffet), et produire de précieux catalogues qui tendent toujours à la perfection.

2C’est dans ce cadre qu’il faut placer l’exposition qui, en 1996, a permis de redécouvrir Jean Milo (pseudonyme de Émile van Gindertael, 1906-1993), peintre qui sut traverser tout le siècle, depuis la tentation de l’expressionnisme flamand jusqu’au groupe « Art abstrait », qu’il fonde avec Jo Delahaut. Mais Milo ne fut pas seulement un peintre et un critique d’art (à qui l’on doit la première monographie consacrée à Edgard Tytgat). Ce fut aussi un éditeur et un écrivain. Un poète qui, entre 1927 et 1935, sut capter les courants de la modernité et qui manifesta un sens de la fantaisie qu’on retrouvait à l’époque chez Mélot du Dy (ces textes ont été republiés par André De Rache dans Retour aux sources, 1970), et un prosateur, auteur de romans de formation se déroulant dans les milieux d’art et sensibles à la nouveauté du monde et aux jeux des générations. Le somptueux catalogue édité pour l’occasion reproduit, outre douze aquarelles, quelques poèmes de Milo, sélectionnés par Jean-Marie Klinkenberg. Mais ce portfolio comprend surtout une étude de Paul Aron, pertinemment intitulée Une vie dans le siècle, étude qui permet de mieux comprendre le fonctionnement institutionnel d’un univers culturel balisé, dans les années 20 et 30, par la Renaissance d’Occident, Le Rouge et le noir, le Front littéraire de gauche et la galerie du Centaure. Il comprend aussi un essai sémiotique, Les aquatextes de Jean Milo, où Jean-Marie Klinkenberg fait voir l’unité des techniques littéraires et picturales de Milo : chez le poète comme chez l’aquarelliste, ce sont bien les même effets de morcellement et de grouillement, les mêmes valeurs de fluidité et de vibration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Denis, « Jean Milo, De Paroles et d’eau », Textyles, 16 | 1999, 140-141.

Référence électronique

Benoît Denis, « Jean Milo, De Paroles et d’eau », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1272

Haut de page

Auteur

Benoît Denis

ULg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org