Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Denis Marion, Les Masques du destin. Trois dialogues et un monologue imaginaires

Avant-propos de Damien Grawez. Bruxelles, Didier Devillez éd., 1998, 138 p.
Stéphane Massonet
p. 140
Référence(s) :

Denis Marion, Les Masques du destin. Trois dialogues et un monologue imaginaires, Avant-propos de Damien Grawez. Bruxelles, Didier Devillez éd., 1998, 138 p.

Texte intégral

1Donner la parole à Socrate, Francis Bacon, Mozart, Grimm ou encore Dostoïevski, c’est le défi que lance Denis Marion avec son recueil Les Masques du destin (Minuit, 1955). Le premier dialogue propose une « Suite au Gorgias », dans laquelle Socrate, Calliclès et un étranger poursuivent la réflexion en matière de politique et de rhétorique. Le deuxième texte est un monologue attribué à Francis Bacon, au moment de sa destitution de la fonction de Grand Chancelier en 1621 ; il y dévoile la mesquinerie et l’intrigue politique de son temps, et n’émet plus qu’un seul vœu : que son œuvre lui survive. Cette conclusion prépare l’entretien qui suit, entre le jeune Mozart et l’éditeur Grimm. Il y est question du statut de l’œuvre, de sa reconnaissance par le public et de la mercantilisation de l’art. Face à de telles interrogations, l’auteur nous épargne la traditionnelle alternative romantique et nous amène au dernier dialogue entre Dostoïevski et une amie. La question posée par ce texte est de savoir s’il existe une frontière au-delà de laquelle la littérature n’aurait plus droit à la parole ; ce serait bien au silence qu’Anna voudrait réduire l’auteur, lorsque celui-ci fait savoir à son amie, par l’intermédiaire d’un personnage imaginaire, qu’il a violé une petite fille.

2Dans sa présentation intitulée « Le péché de simplification. Denis Marion ou l’intelligence en action », D. Grawez met bien en évidence la difficulté de situer l’écriture de Marion, mixte original entre « le dialogue philosophique, le théâtre à lire et la biographie ». De l’essai à la fiction, nous glissons facilement vers une fiction sur la fiction, où se retrouvent toutes les qualités parodiques du pastiche. Mais il ne pourrait s’agir ici d’un simple exercice de style : Marion ferait appel à un certain usage du récit dialogué qui le mettrait en défaut par rapport à la tradition du dialogue socratique. Le choix du dialogue chez Platon fut, bien plus que stylistique, méthodologique : il permet à l’écriture de retrouver le cheminement même de la pensée, jusqu’à ses hésitations, ses truchements. Mais avant tout, le dialogue platonicien recourt à la fiction littéraire en la mettant au service d’une cause. On peut penser que chez Marion, le choix de la forme dialogique découle également d’une volonté de rupture. Tout d’abord stylistique : à l’encontre d’André Malraux, Denis Marion ne fut pas un romancier. Idéologique ensuite, par rapport à une époque et à la manière dont se posaient les alternatives en matière de politique et de morale. Il reprendrait ainsi à son compte le socratisme de Paul Nougé, qui devait écrire une suite à l’Eupalinos de Paul Valéry dans le septième tract de la revue Correspondance (Blanc 7). D’un socratisme à l’autre, il faudrait moins soupçonner chez Marion une volonté de subversion qu’une prise de position à partir de laquelle l’auteur refuse de trancher l’enjeu d’un dialogue. Ici, à l’encontre de Platon, il ne s’agit pas de persuader le lecteur (ou l’auditeur), il faut le pousser à réfléchir.

3Tout en refusant les « jongleries » de la rhétorique, dénoncées comme une tyrannie du discours, le Socrate de Marion se trouve néanmoins désemparé devant un tyran qui se revendique du témoignage des sens et de l’action nécessaire. L’éthique et la méthode dialectique ne trouvent rien à dire devant l’imminence de l’efficacité politique. Il ne s’agit donc plus de convaincre le lecteur, mais plutôt de prendre la position de la défense. La position qu’entend occuper Denis Marion s’avère ainsi plus proche de l’avocat que du romancier ; pour preuve, les notes que nous retrouvons en annexe des dialogues et qui constituent autant de dossiers préparatoires à la défense. Une évidence s’impose enfin : il serait temps de rendre la parole à Denis Marion, de reconnaitre dans ses écrits une des voix les plus originales parmi les écrivains belges de ce siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Massonet, « Denis Marion, Les Masques du destin. Trois dialogues et un monologue imaginaires », Textyles, 16 | 1999, 140.

Référence électronique

Stéphane Massonet, « Denis Marion, Les Masques du destin. Trois dialogues et un monologue imaginaires », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1269

Haut de page

Auteur

Stéphane Massonet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org