Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Marguerite Yourcenar

Lille, Société de Littérature du Nord, 1998, 126 p. ( = Nord’, Revue de critique et de création littéraires du Nord/Pas de Calais, n° 31, juin 1998)
Paul Pelckmans
p. 139
Référence(s) :

Marguerite Yourcenar. Lille, Société de Littérature du Nord, 1998, 126 p. ( = Nord’, Revue de critique et de création littéraires du Nord/Pas de Calais, n° 31, juin 1998)

Texte intégral

1Que la revue Nord’ consacre, treize ans ans après le premier (n°5/juin 85), un nouveau numéro thématique à Marguerite Yourcenar ne surprendra bien sûr personne ; on ne peut qu’applaudir aussi à l’heureuse idée d’en confier la responsabilité au yourcenarien néerlandais Camille van Woerkum, que sa thèse sur Le Labyrinthe du monde aura amené à étudier de très près les attaches régionales de l’écrivain, voire — et le mérite est sans doute plus rare — l’abondante bibliographie érudite et locale (de Coussemaeker e.a.) dont Marguerite Yourcenar aura fait son miel pour la composition de sa dernière grande fresque.

2L’ensemble qui nous est aujourd’hui proposé ne se limite pourtant pas à ce seul Labyrinthe. Les huit articles ici rassemblés ne pouvaient proposer un parcours complet de l’œuvre, mais ébauchent au moins une vue d’ensemble. Perspective unifiée par une question centrale, que C. Van Woerkum définit dans l’« Avis de recherche » qui ouvre le volume : il s’agit ici de prospecter, au ras des textes, l’inscription d’une personnalité, qui, pour avoir été, comme on le sait de reste, très portée à se dérober et à se dissimuler, ne se sera pourtant pas effacée de son écriture. L’œuvre entière se profile ainsi (et l’expression paraît très heureuse) comme un véritable « labyrinthe du moi ».

3Deux exemples suffiront, dans les limites de cette notice, pour donner le ton. Edith Marcq propose une suggestive « étude onomastique de L’Œuvre au noir ». Les Marguerite, les Greete et les Cleenwerck n’y sont sans doute que des comparses. À les aligner patiemment, l’étude n’en dégage pas moins un réseau qui semble tout sauf fortuit. Camille van Woerkum lui-même y va pour sa part d’une approche générique du Labyrinthe (du monde, bien sûr). L’ensemble hésite entre quatre registres : le propos historique voisine avec des paragraphes d’essayiste, des notations « simplement » autobiographiques et des pages proprement romanesques ; l’auteur, qui plus est, ne se prive pas de mélanger ces tons selon des dosages à leur tour très variables. Nous apprenons ici, sur quelques échantillons bien choisis, comment ces va-et-vient à première vue parfois incongrus jalonnent en fait une quête personnelle, qui partirait des blessures d’une abandonnienne jamais définitivement guérie pour les racheter finalement par certain (ou peut-être par un très incertain) accès à l’universel…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Pelckmans, « Marguerite Yourcenar », Textyles, 16 | 1999, 139.

Référence électronique

Paul Pelckmans, « Marguerite Yourcenar », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1265

Haut de page

Auteur

Paul Pelckmans

U.F.S.I.A.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org