Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Michel Carly, Le Pays noir de Simenon

Liège, Éd. du CEFAL, 1996, 143 p.
René Andrianne
p. 138-139
Référence(s) :

Michel Carly, Le Pays noir de Simenon. Liège, Éd. du CEFAL, 1996, 143 p.

Texte intégral

1Pour n’avoir aucune prétention scientifique, cet ouvrage n’en est pas moins rigoureux et original. Le fait est souligné à juste titre par Michel Lemoine dans l’avant-dire. Ce dernier critique a beaucoup contribué au renouveau des études simenoniennes par « une approche qui scrute les sources topographiques de l’œuvre ou en analyse les composantes spatiales pour mieux pénétrer, finalement, le monde imaginaire de l’écrivain » (p. 17). On lira avec le plus grand intérêt, dans Traces, n° 10, 1998 (Université de Liège), des études sur les lieux simenoniens : « Lieux sans nom et noms de lieux inventés » (Michel Lemoine), « Simenon : “sites classés” » (Claude Menguy), « Sur les routes de l’Arizona avec quatre Simenon en poche » (Michel Carly).

2Ce n’est pas d’Arizona qu’il s’agit dans le présent essai de Michel Carly mais tout simplement de Charleroi qui sert de cadre à un roman : Le Locataire. L’auteur trace la perspective de son étude : « Ouvrir un Simenon, c’est aborder des lieux et s’immerger tout de suite. Un mot, une ligne, une phrase : vous pénétrez dans cette gare, cette chambre d’hôtel minable, ce couloir de commissariat, ce café populaire. Tournez la page, vous marchez dans la campagne [...] » (p. 23).

3Michel Carly montre bien qu’il est faux de croire que Simenon a transposé à Charleroi des lieux et des éléments proprement liégeois. Certes, la rue où se déroule l’action porte le nom d’une rue de Liège, Madame Baron loue des chambres à des étudiants d’Europe de l’Est, Monsieur Baron ressemble beaucoup au père de l’écrivain, mais c’est bien Charleroi qui est le lieu de l’action. On peut parler de reportage sur le Pays noir, ses rues, ses corons, ses habitants, sa crise économique, ses luttes ouvrières et leurs hauts-lieux, tel le Palais du peuple.

4L’analyse est pénétrante. Elle se trouve illustrée par de nombreuses photos prises par Simenon lui-même, photographe de talent toujours à l’affût de l’angle ou du détail significatifs. Elle est complétée par une présentation du film de Pierre Granier-Deferre qui, en 1981, porta Le Locataire à l’écran sous le titre de L’Étoile du Nord, avec, entre autres, Simone Signoret et Philippe Noiret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Andrianne, « Michel Carly, Le Pays noir de Simenon », Textyles, 16 | 1999, 138-139.

Référence électronique

René Andrianne, « Michel Carly, Le Pays noir de Simenon », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1264

Haut de page

Auteur

René Andrianne

Université de Mayence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org