Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Littératures francophones d’Europe. Anthologie. Sous la direction de Jean-Louis Joubert avec la participation de Doris Jakubec, Marc Quaghebeur, Emmanuelle Thiberge-Joubert

Paris, Nathan, 1997, 255 p.
Paul Aron
p. 232-233
Référence(s) :

Littératures francophones d’Europe. Anthologie. Sous la direction de Jean-Louis Joubert avec la participation de Doris Jakubec, Marc Quaghebeur, Emmanuelle Thiberge-Joubert. Paris, Nathan, 1997, 255 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage publié avec le concours du Fonds de soutien au manuel scolaire de l’Agence de la francophonie (ACCT) s’inscrit dans une série destinée à faire connaître les littératures de langue française du monde entier. Il comprend une anthologie, des notices biographiques sommaires, une brève présentation de l’extrait retenu, quelques tableaux synoptiques sur l’histoire et les traits majeurs des régions littéraires de la francophonie. Des suggestions pédagogiques, sur lesquelles on reviendra, complètent un ensemble dont l’extrême densité est habilement compensée par un graphisme très clair quoique dépourvu de couleurs.

2L’auteur s’est assuré du concours de spécialistes belge et suisse pour réaliser son anthologie. Les pages de synthèse sur les littératures nationales, sur les surréalismes ou les expérimentateurs du langage sont excellentes. Le choix des écrivains est, dans son ensemble, également indiscutable même si le lecteur peut s’étonner de l’absence de Rousseau, de Guillaume Apollinaire ou de François Weyergans à côté du Prince de Ligne, de Tristan Tzara et d’Henri Michaux. Mais ces lacunes sont le propre de toute anthologie. Elles sont largement compensées par la place qui est accordée à des auteurs jeunes et en pleine activité, ce qui n’est pas fréquent, un chansonnier (Brel) ou des auteurs peu légitimes (Hergé). Des auteurs comme Beckett, Cioran ou Ionesco se voient également convoqués, à juste titre, dans un corpus où ils ont rarement droit de cité. Les notices biographiques sont généralement précises et bien construites. Elles vont à l’essentiel et donnent une image claire, et parfois originale, du talent des auteurs. Seule leur brièveté ou leur manque d’homogénéité pose parfois quelques problèmes. Ainsi le lecteur non averti ne comprendra-t-il sans doute pas que Les Éblouissements mettent en scène un médecin de la Première et non de la Seconde guerre mondiale ; il ne connaîtra pas non plus la date de publication du Bourgmestre de Furnes ou de L’Enragé de Dominique Rolin. L’absence de toute bibliographie surprend également.

3L’aspect le plus étrange du livre ne se situe pas dans son apport scientifique, mais dans ses ambitions pédagogiques. L’idée même d’une anthologie renvoie à une pratique d’enseignement relativement désuète et à une conception de la littérature comme un ensemble de « belles pages » qui a fait l’objet d’innombrables critiques. Il n’est pas si loin de nous le temps où le « Lagarde et Michard » subissait les feux croisés de la pédagogie, de la sémiotique, de la psychanalyse et de l’histoire littéraire. Or tel est le modèle qui sous-tend encore la présente entreprise. En témoignent les encarts didactiques censés « aider le travail des élèves ». La plupart des extraits sont en effet accompagnés d’une série de questions placées sous la rubrique « compréhension de la langue » et de suggestions de travaux complémentaires intitulées « activités diverses, expression écrite ». La longueur des notices consacrées à Conrad Detrez, René Kalisky ou Guy Vaes leur permet d’échapper à ce traitement. On ne peut que regretter que leurs confrères n’aient pas bénéficié de la même grâce. L’hétérogénéité de ces questions, qui ne cernent ni un public scolaire identifiable en termes de niveau ni une quelconque cohérence intellectuelle, montre bien le degré de bricolage auquel on parvient lorsque des motivations trop diverses ou trop stratégiques guident un projet. Veut-on un exemple ? Le lecteur de Ionesco se voit invité successivement à répondre aux deux interrogations suivantes : « Comment se manifeste la disparition progressive du “sujet” ? » « Quel est l’effet de la pluie sur le narrateur ? ». La première question met en œuvre un savoir préalable sans lequel les guillemets restent incompréhensibles, tandis que la seconde implique une simple compétence discursive. Aucune des deux ne renvoie par ailleurs directement à la compréhension de la langue. D’autres questions demandent aux élèves de travailler sur « le thème du double en littérature » ou de raconter leur « plus ancien souvenir d’enfance », sujets hétérogènes s’il en est. Toute l’anthologie trahit ainsi une vision inconsciente de l’enseignement et de la littérature qui plaira peut-être aux « décideurs » de l’A.C.C.T. qui ont achevé leurs études depuis longtemps, mais qui ne rendra aucun service à ceux qui sont aujourd’hui en première ligne d’un enseignement en crise profonde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Littératures francophones d’Europe. Anthologie. Sous la direction de Jean-Louis Joubert avec la participation de Doris Jakubec, Marc Quaghebeur, Emmanuelle Thiberge-Joubert », Textyles, 15 | 1999, 232-233.

Référence électronique

Paul Aron, « Littératures francophones d’Europe. Anthologie. Sous la direction de Jean-Louis Joubert avec la participation de Doris Jakubec, Marc Quaghebeur, Emmanuelle Thiberge-Joubert », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1263

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org