Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Belgitude et grécité. Rencontres entre écrivains grecs et belges

Bruxelles, Fondation culturelle hellénique & Fonds Culturel Hellénique, Éditions du bureau de presse de l’Ambassade de Grèce en Belgique, 1997, 195 p.
Sophie Basch
p. 231
Référence(s) :

Belgitude et grécité. Rencontres entre écrivains grecs et belges. Bruxelles, Fondation culturelle hellénique & Fonds Culturel Hellénique, Éditions du bureau de presse de l’Ambassade de Grèce en Belgique, 1997, 195 p.

Texte intégral

1Ce type de publication, sorte d’auberge espagnole (grecque en l’occurrence) rassemblant des entretiens (inédits ou non), des interventions et des extraits d’œuvres (parues ou à paraître) d’écrivains grecs et belges de bonne volonté, n’ayant pour la plupart en commun que cette invitation qu’ils reçurent à se rassembler un jour de juin 1997 dans un amphithéâtre bruxellois, semble faite pour éveiller le scepticisme. En ce sens, elle tient toutes ses promesses.

2Que vient donc faire cet entretien avec Jacques Dubois sur la littérature belge (quel rapport avec la Grèce ?), précédemment paru dans La Revue Nouvelle, à côté de la conversation entre Michel Grodent et Jacques Lacarrière au sujet des problèmes posés par la traduction de la littérature grecque en français (quel rapport avec la Belgique ?), issue d’une conférence athénienne ? À quoi rime le patchwork intitulé « échantillon d’écriture », consistant à aligner sans enchaînement aucun une page de Jean-Luc Outers, une page de Zyrana Zateli, une page de Pascale Tison, une de Thanassis Valtinos, un Belge, une Grecque, une Belge, un Grec, qui se succèdent comme les plaques des arrêts de tram à Bruxelles, dont les noms se suivent alternativement en français et en néerlandais, en néerlandais et en français.

3Grécité et belgitude. Les familiers de Georges Séféris, du poète que sa « grécité » blessait en chacun de ses déplacements, ne manqueront pas de sursauter devant cette accolade étrangement déplacée, associant deux notions aux registres étonnamment éloignés. Grécitude et belgité. Le tout en édition bilingue. La photographie des auteurs, qui, comme s’ils devenaient étrangers à eux-mêmes d’une langue à l’autre, se font face sur la page de gauche en français et sur celle de droite en grec, est également bilingue. Au-delà du comique, le procédé est révélateur du dédoublement qui résulte d’une telle rencontre, placée sous l’égide d’un rassemblement à vocation sans nul doute plus économique que culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Basch, « Belgitude et grécité. Rencontres entre écrivains grecs et belges », Textyles, 15 | 1999, 231.

Référence électronique

Sophie Basch, « Belgitude et grécité. Rencontres entre écrivains grecs et belges », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1257

Haut de page

Auteur

Sophie Basch

Université de Haute-Alsace

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org