Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Les Écritures de Maigret, A cura di Chiara Elefante

Bologna, CLUEB, Atti del Centro Studi sulla Letteratura Belga di Lingua Francese, 1998, 423 p.
René Andrianne
p. 137-138
Référence(s) :

Les Écritures de Maigret, A cura di Chiara Elefante. Bologna, CLUEB, Atti del Centro Studi sulla Letteratura Belga di Lingua Francese, 1998, 423 p.

Texte intégral

1Ce volume rassemble les communications présentées, en septembre 1997, à un congrès organisé conjointement par le Centro Studi sulla Litteratura Belga di Lingua Francese (Bologne) et le Gruppo di Ricerche sull’Intervento Psicoterapeutico (Florence). D’éminents simenoniens ont tenté diverses approches du célèbre Maigret qui est bien loin d’avoir livré tous ses secrets. Les angles de vue vont du régime descriptif des romans à la microanalyse textuelle en passant par la psychologie, la psychanalyse et la logique.

2Toutes les communications sont de haute tenue et ouvrent de nouvelles perspectives pour la critique simenonienne. Aussi ne pouvons-nous qu’en donner un compte-rendu descriptif. Trois d’entre elles concernent la méthode d’enquête de Maigret : « Peirce e Maigret : quali abdu-zioni ? » (Massimo Achille Bonfantini), « L’abduzione in Maigret dall’intuitivo al macchinico » (Salvatore Cesario), « La méthode d’enquête selon Maigret : une absence de méthode méthodique ? » (Michel Lemoine). Ce dernier montre très bien que Simenon n’était pas insensible aux méthodes de la police scientifique et que c’est consciemment qu’il s’en est éloigné non sans avoir écrit des romans dans la ligne traditionnelle des récits d’énigme policière. Ceci postule que l’on réexamine les Maigret. Sont-ils vraiment des romans policiers ?

3Une thèse originale et neuve est développée par Paul Mercier. Elle devrait susciter des controverses. « Simenon au début de sa carrière de romancier a probablement été hypnotisé par le “Fakir”. Cette expérience reste largement occultée dans ses récits autobiographiques et dans ses romans. […]. Il me semble que Simenon trouve dans cette expérience “refoulée” l’essentiel des représentations par lesquelles il décrit sa création romanesque, et la méthode de Maigret » (p. 114-115). La démonstration de Paul Mercier semble solide.

4Jacques Dubois, sous un titre quelque peu provocateur (« Le Branle de Maigret »), analyse les dérapages de Maigret qui, pour lui, dénotent une insigne maladresse mais valent surtout comme autant d’actes manqués. « Maigret méconnu, non reconnu, dépourvu d’identité. Et c’est toute l’institution (médicale, judiciaire, policière) qui semble rejeter de la sorte celui qui est pourtant membre patenté d’un appareil d’État particulièrement qualifié. » (p. 40)

5On trouvera une approche psycho-thérapeutique chez Ana Gonzalez-Salvador : « Un amore per Maigret. La buona presenza (Mme Maigret) e l’aggiustatore di destini (Maigret) : il sogno onnipotente dello psicoterapeuta ? » Marco Modenesi revisite le Paris de Maigret (« Rues, ruelles, impasses et boulevards : Maigret et l’espace parisien »).

6Enfin, parmi d’autres communications qu’il faudrait citer, relevons celle de Robert Jouanny : « Le regard de Maigret sur les femmes ». « Maigret reflet de Simenon ? Maigret anti-Simenon ? On est tenté de penser, dans un premier temps, que Simenon a voulu faire de Maigret une somme de tout ce qu’il n’était pas : une homme chaste, irréprochable, étranger aux tentations, bon époux faute d’avoir pu être bon père. Mais il est assez clair aussi qu’un romancier ne parle jamais que de lui et que son personnage ne cesse de lui échapper… pour le rejoindre » (p. 383). Et le critique de démontrer que Maigret, apparemment l’anti-Simenon, est porteur du regard de Simenon sur les femmes. Regard de voyeur, fantasmes adolescents bien connus chez Simenon, obsession du caché, du dissimulé, intrusion dans la vie et les lieux privés, transfert métaphorique de la consommation sexuelle à celle du gourmet.

7On voit la richesse de ce volume et son apport considérable à la connaissance du célèbre commissaire comme aussi son utilité pour des recherches ultérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Andrianne, « Les Écritures de Maigret, A cura di Chiara Elefante », Textyles, 16 | 1999, 137-138.

Référence électronique

René Andrianne, « Les Écritures de Maigret, A cura di Chiara Elefante », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1256

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org