Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Robert Vivier, Poèmes choisis. Facettes d’un portrait

Préface de Maurice Delcroix. Académie royale de Langue et Littérature françaises, coll. Poésie Théâtre Roman, 1999, 439 p. ISBN : 2-8032-0031-7
Gérald Purnelle
p. 134-136
Référence(s) :

Robert Vivier, Poèmes choisis. Facettes d’un portrait, Préface de Maurice Delcroix. Académie royale de Langue et Littérature françaises, coll. Poésie Théâtre Roman, 1999, 439 p. ISBN : 2-8032-0031-7

Texte intégral

1Le 6 mai 1994, soit cinq ans après sa mort et cent ans après sa naissance, se tenait à Liège un colloque consacré à « Robert Vivier, l’homme et l’œuvre », où furent évoqués, entre autres aspects, le poète, le romancier, l’essayiste, le professeur. Au cours de ce colloque un appel fut lancé à l’Académie royale pour que la part sans doute la plus remarquable de l’œuvre de Vivier, sa poésie, soit enfin remise à l’honneur, sous la forme d’une édition des poésies complètes ou d’une anthologie. La réponse vient aujourd’hui, sans trop de retard, puisque paraît cette année, dix ans après sa mort, un volumineux choix de poèmes, réalisé et publié sous les auspices de ladite Académie.

2Robert Vivier appartient à la « génération 1900 », qui ne formait ni un groupe ni une école, mais qui comptait un nombre assez important de poètes, nés au tournant des deux siècles, entre 1890 et 1901, qui eurent à assurer la relève de la poésie en Belgique, dans les années 20 et 30, en succédant à une génération symboliste de 40 ans leur aînée. Ce sont les Thiry, Goffin, Norge, Vandercammen et autres, auxquels la chronologie permet d’associer aussi bien Périer ou Linze. Vivier fait partie de ceux-là, non seulement par l’amitié qui le liait à Marcel Thiry, mais surtout par le choix qu’il fit toute sa vie d’une poésie à dominante classicisante, sans grande rupture ni audace, empreinte tout au plus d’une modernité sobrement tempérée. La plupart de ces poètes, plus ou moins contemporains des surréalistes, ont mené leur carrière parallèlement aux révolutions poétiques, sans se départir d’un modèle qui allie au vers classique assoupli, ou au verset, une attention maintenue au sens, au thème, à la communion.

3De tous ceux-là, Vivier se distingue toutefois par plusieurs traits. Mieux contrôlée que d’autres, son écriture évite d’un bout à l’autre d’une longue carrière la prolixité. Certes son œuvre poétique est abondante (18 recueils), mais tous ses poèmes sont courts : rien chez lui qui corresponde aux fleuves de versets d’un Goffin, ni même aux longues pièces d’un Thiry ; plus ramassés, ses poèmes sont souvent plus méditatifs. Partant, plus rare est aussi chez lui cet abandon à la facilité d’écriture qui, chez d’autres de moindre importance, témoigne d’une trop faible sévérité à leur propre égard. Le contrôle qu’il exerçait sur son écriture s’appliquait même à la part de préciosité dont elle n’était pas exempte, et que l’on trouve aussi chez Goffin ou même Thiry.

4Pourtant, en dépit de ces quelques qualités, qui ne font pas de Vivier un poète de tout premier plan, mais devraient lui assurer une meilleure postérité, il ne semble pas avoir joui de la même visibilité que d’autres. Un indice : comme ses contemporains (Thiry, Goffin, Nothomb, Plisnier, Ayguesparse, Guiette), il eut certes droit à son anthologie personnelle aux Éditions universitaires, mais non à un volume dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » chez Seghers, honneur dont profitèrent pourtant plusieurs belges tels que Thiry, Goffin, Hellens, Carême, Norge, Bodart, ou même des poètes mineurs tels Libbrecht et Vandercammen.

5Les Poèmes choisis aujourd’hui publiés ont pour maître d’œuvre Jean Tordeur (discrètement mentionné comme tel page 45). Comme le veut la formule de la collection, l’ouvrage débute par un portrait du poète. Celui de Vivier, intitulé « Facettes d’un portrait » n’a pas d’auteur, mais consiste en un habile arrangement d’anecdotes et de citations tirées du témoignage d’une douzaine de personnes, élèves, amis, critiques et confrères du poète. Vivier y est peint en distrait plein de charme, en professeur fascinant, en soldat discret sur l’épreuve de la guerre, en poète, en homme dévoué à ses semblables. Suit une véritable préface de trente pages, plus étroitement consacrée à la poésie et due à la plume de Maurice Delcroix.

6Elle commence par un parcours plus systématique de la biographie du poète, où l’auteur insiste sur la discrétion avec laquelle Vivier a laissé — ou plutôt n’a pas laissé — transparaître sa vie et son intimité dans son œuvre poétique ; il se focalise aussi plus spécialement sur la bienveillance de l’homme, son attachement à la vie, son expérience douloureuse de la guerre et son engagement social et humanitaire.

7De l’œuvre, Maurice Delcroix dit à juste titre qu’« on ne peut s’[en] approcher qu’à pas mesurés ». C’est ce qu’il fait en abordant l’ensemble des dix-huit recueils en deux vagues successives : les recueils sont tout d’abord examinés l’un après l’autre, du moins jusqu’aux années 60 ; chacun est caractérisé, sa ligne générale résumée ou sa structure analysée, les nouvelles orientations qu’il apporte sont définies ; une évolution est dessinée, depuis le doute et l’appréhension inquiète du monde et du moi des premiers recueils jusqu’au « regard à la fois étonné et apaisé sur les êtres et les choses » (p. 25), auquel le poète accède à partir de la retraite. Ce moment de la retraite eut d’ailleurs un autre impact sur cette carrière, puisqu’il détermina un net accroissement du rythme de parution des recueils (6 recueils de 1927 à 1959, puis 9 de 1966 à 1987).

8Dans un deuxième temps, cette préface, texte assez dense, abondant en courtes citations illustratives, aborde une étude transversale des thématiques majeures de Vivier. Il ne servirait à rien de paraphraser un texte résumant lui-même toute une carrière. Contentons-nous de signaler ces thèmes propres au poète, dont le préfacier fait à chaque fois une analyse intuitive et éclairée, prudente aussi : « [...] il serait vain de parler de poésie si l’on ne tenait compte de ce que chacun des poèmes se suffit à lui-même » (p. 27).

9Le thème omniprésent est celui du temps, dans ses dimensions métaphysique comme quotidienne ; Maurice Delcroix insiste en outre, à juste titre, sur ce qui est le thème plus emblématique encore de Vivier : l’instant qui s’éternise, qui suspend le cours du temps, et que maints poèmes concrétisent (« l’éternité éprouvée est le bénéfice de la contemplation méditative », p. 31). Vient ensuite une réflexion sur l’absence de Dieu comme thème, mais non de l’absolu ; la présence de la fable, du mythe à la fantaisie et à l’imaginaire ; la solitude et l’idiosyncrasie ; la fraternité humaine enfin. Tout comme Dieu, le corps est peu présent, au point que le préfacier s’interroge sur l’éventuelle cérébralité de cette poésie (p. 40), pour répondre en y voyant plutôt une poésie méditative, et dans Vivier un poète pudique.

10Cette préface riche et touffue sert de bonne introduction à un abondant choix de poèmes (360 pages), qui n’est pas le fait d’un seul, mais le produit d’un travail d’équipe, assumé par cinq lecteurs familiers de l’œuvre et dont le rôle s’autorise d’études précédemment consacrées au poète (outre M. Delcroix et J. Tordeur, ce sont Roger Foulon, Albert Maquet et Louis Rouche). Le choix est à la fois équilibré et représentatif de l’œuvre : aucun recueil n’est sacrifié ; hormis les deux premiers (plus juvéniles, et d’ailleurs plus ou moins reniés par le poète), chaque recueil, à partir de Déchirures (1927), est illustré par une bonne vingtaine de poèmes. Il est difficile de discuter un choix, qui procède toujours de la conjonction d’une tentative de rigueur et de l’exercice d’une subjectivité. La multiplicité des sélectionneurs est ici un gage de qualité et de sévérité à l’égard d’une œuvre élevée mais abondante. Il n’y a rien à en dire de négatif, hormis, peut-être (mais cela demanderait à être vérifié ou invalidé), cette impression que le choix estompe, pour certains recueils, ce qu’ils ont pu avoir, à leur époque, de plus fantaisiste ou de plus moderniste, accentuant ainsi le côté très classique d’une poésie dont la ligne ira toujours plus dans ce sens. Ceci se ressent surtout pour la période d’avant-guerre, avec des recueils comme Déchirures (1927) et Au bord du temps (1936), qui valent notamment par de subtiles recherches formelles et thématiques, aux confins de l’unanimisme et du modernisme.

11Le volume s’achève par une chrono-biographie et une abondante bibliographie, qui pourtant n’est que sélective (en ce qui concerne les études consacrées à l’auteur). Tel, l’ouvrage constitue de loin le plus volumineux de ceux qui sont consacrés à des poètes dans la même collection, et l’un des plus intéressants. Sa lecture donne finalement le sentiment qu’il sert utilement à rappeler l’existence, dans l’histoire de notre poésie, d’un poète plus exigeant que bien d’autres, à l’œuvre cohérente et peu encline aux compromissions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Robert Vivier, Poèmes choisis. Facettes d’un portrait », Textyles, 16 | 1999, 134-136.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Robert Vivier, Poèmes choisis. Facettes d’un portrait », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1249

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org