Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Le Corbusier et la Belgique. Rencontres des 27 et 28 mars 1997

I.S.A.F.F.-La Cambre. Bruxelles, Fondation Le Corbusier et CFC-Éditions, 1997, 288 p.
Paul Aron
p. 231
Référence(s) :

Le Corbusier et la Belgique. Rencontres des 27 et 28 mars 1997. I.S.A.F.F.-La Cambre. Bruxelles, Fondation Le Corbusier et CFC-Éditions, 1997, 288 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’études réunies et éditées par Patrick Burniat concernerait peu la littérature si la remarquable analyse des relations entre Le Corbusier et la Belgique de 1914 à 1939, par France Vanlaethem, ne convoquait une série de figures familières de l’avant-garde belge du temps. La revue L’Esprit Nouveau fut fondée en octobre 1920 par deux architectes, Le Corbusier et son ami Ozenfant, et un poète liégeois, Paul Dermée, qui était installé à Paris depuis 1910. Je ne sache pas que cette curieuse figure ait été réellement étudiée chez nous. Après quelques mois, la collaboration prit fin, mais Dermée continua de donner des articles de critique littéraire à la revue. Il joua certainement un rôle d’intermédiaire entre les thèses modernes du grand théoricien de l’architecture et le groupe 7 Arts qui se réunissait à Bruxelles sous l’égide des frères Bourgeois, et auquel participaient, à ses débuts, des personnalités comme Léon Chenoy (et non Paul comme écrit p. 31), Camille Goemans ou René Magritte. Un Pierre-Louis Flouquet, dessinateur, écrivain et critique proche du monde de l’architecture, doit à ces rapprochements les certitudes qui allaient marquer sa vie d’artiste, au moins jusqu’aux années trente.

2Par ailleurs, toujours dans le même collectif, Jean-François Fuëg et Valérie Piette rappellent la curieuse personnalité du fondateur du Mundaneum, qui fut aussi le principal correspondant de Le Corbusier en Belgique. Paul Otlet rêvait de le voir inscrire un vaste manifeste de l’architecture moderne au cœur d’une ville où auraient siégé la Société des Nations et le Mundaneum, centres mondiaux du pacifisme et du savoir scientifique. Partisan de Bruxelles, mais rallié à la candidature de Genève, il a soutenu les efforts de Le Corbusier en faveur d’une entreprise radicalement novatrice, qui ne fut d’ailleurs pas réalisée. Ainsi s’entrecroisent des destins inattendus, quoique, après tout, prévisibles : la rencontre entre un héritier fortuné, disciple d’Edmond Picard, et le théoricien du fonctionnalisme, l’alliance de ceux qui n’étaient pas encore surréalistes avec l’avant-garde architecturale, les recoupements du monde littéraire avec celui de l’art de bâtir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Le Corbusier et la Belgique. Rencontres des 27 et 28 mars 1997 », Textyles, 15 | 1999, 231.

Référence électronique

Paul Aron, « Le Corbusier et la Belgique. Rencontres des 27 et 28 mars 1997 », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1248

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org