Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Belgium : The Golden Decades 1880-1914

Edited by Jane Block. New York, Peter Lang, coll. Belgian francophone Library vol.3, 1997, 264 p.
Paul Aron
p. 229-230
Référence(s) :

Belgium : The Golden Decades 1880-1914. Edited by Jane Block. New York, Peter Lang, coll. Belgian francophone Library vol.3, 1997, 264 p.

Texte intégral

1Ce recueil d’études publié par une des meilleures spécialistes américaines de la fin de siècle belge se présente comme un ensemble un peu composite. Il constitue pour une part un hommage à Francine-Claire Legrand (1916-1995), ancienne conservatrice du département des arts contemporains aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, et dont l’œuvre critique a contribué à réévaluer des peintres comme Ensor, Khnopff ou Spilliaert. Purement factuelle, cette partie n’offre toutefois ni une évaluation précise de l’apport, ni même une évocation des méthodes et des champs d’investigation de la disparue.

2Les trois autres parties de l’ouvrage élargissent la perspective de manière plus heureuse. On y envisage successivement les sources intellectuelles de l’art de Victor Horta et de James Ensor (David Hanser, « Victor Horta, Art Nouveau, and Freemasonry » ; Susan M. Canning, « La Foule et le boulevard : James Ensor and the street politic of everyday life »), les expositions (Amy F. Ogata, « The Decorative “Arts and Craft” at Les XX and La Libre Esthétique » ; Danielle Derrey-Capon, « “Vie et lumière.” Prémices sur un air nationaliste et débuts prometteurs ») et enfin le milieu dans lequel l’Art Nouveau s’est développé (Adrienne et Luc Fontainas, « Odilon Redon et ses amis belges » ; Jane Block, « The Art and Law : Le Jeune Barreau, Patron of Arts and Letters »). Ces deux dernières contributions mentionnent plusieurs écrivains et elles méritent à ce titre qu’on s’y attarde.

3Adrienne et Luc Fontainas rappellent les principaux contacts belges de Redon : Jules Destrée, Edmond Picard, Émile Verhaeren, Ywan Gilkin. Ils mettent en évidence les influences réciproques du peintre et des écrivains sans procéder, car tel n’est pas leur propos, à une analyse précise des textes. Fascinés par un imaginaire en communion intime avec les thèmes baudelairiens, les animateurs de l’Art nouveau bruxellois ont ainsi rendu Redon célèbre dans leur pays, à un moment où Paris l’ignorait encore. Mais la première exposition importante de ses œuvres en France coïncide avec le déclin des rapports avec la Belgique — et d’ailleurs avec la littérature en général. Cette excellente synthèse insiste particulièrement sur les illustrations aux noirs accentués de l’œuvre de Verhaeren et sur les correspondances entre plusieurs poèmes et les dessins. Elle précise encore le rôle de Picard, même si elle reprend la vieille erreur de lecture qui transforme en hérisson le porc-épic du papier à lettres de l’avocat.

4Le même Picard, et ce n’est pas une coïncidence, joue un rôle central dans la contribution de Jane Block qui constitue certainement l’apport historiographique le plus important du volume. Elle rappelle qu’une moitié environ des 103 membres fondateurs de La Libre Esthétique étaient avocats ou magistrats, et qu’à l’heure où le nouveau Palais de Justice de Poelaert remodelait l’urbanisme bruxellois, ce milieu offrait la particularité d’être non seulement composé d’amateurs d’art, mais surtout d’amateurs d’art d’avant-garde. C’est sous le patronage de Picard que le Jeune Barreau sort de sa léthargie au tournant des années 1880 et qu’il inaugure presque en même temps son premier organe littéraire, Le Palais, ainsi que les initiatives qui feront sa réputation. De brillantes Conférences assurent l’apport intellectuel, et les Fêtes témoignent à la fois du sens de l’événement qu’avaient les organisateurs, de leur goût pour cet art total où tous les genres artistiques sont également mis à contribution, ainsi que — mais ceci Jane Block y insiste moins, à tort selon moi — de l’humour qui rend toutes ces manifestations à la fois populaires et modernes. L’image de l’avocat qui en résulte, et qui marqua les générations ultérieures, fut celle d’un esthète ouvert aux questions sociales : nombre de responsables politiques formés au Barreau devaient s’en souvenir.

5L’activité du Jeune Barreau se développa à Bruxelles et à Anvers, notamment par une exposition sur les ex-libris à laquelle le nom de Max Elskamp reste associé. Elle se poursuivit également par la publication d’albums spéciaux (les Palais Noël), et par le développement d’un véritable genre littéraire qui n’a pas encore trouvé son historien : la littérature judiciaire qui fit l’objet d’un débat animé dans Le Palais et L’Art moderne en 1886-1887. Elle donna enfin lieu à une ligne artistique sinueuse, dans l’esprit de l’Art Nouveau, à laquelle l’œuvre du graphiste Gisbert Combaz reste associée, lui qui illustra les menus, affiches, journaux et catalogues du Jeune Barreau bruxellois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Belgium : The Golden Decades 1880-1914 », Textyles, 15 | 1999, 229-230.

Référence électronique

Paul Aron, « Belgium : The Golden Decades 1880-1914 », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1244

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org