Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Carlos V y la noción de Europa. N° sp. de Correspondance

S.1. [Cáceres], s.e., 1994, 212 p.
Diana Martinez-Raposo
p. 226-227
Référence(s) :

Carlos V y la noción de Europa. N° sp. de Correspondance. S.1. [Cáceres], s.e., 1994, 212 p.

Texte intégral

1Le Centre d’Études sur la Belgique francophone de l’Université d’Extrémadure a organisé à Cáceres du 24 au 27 novembre 1992 un congrès international sur Charles Quint et la notion d’Europe, dont le but a été de mieux cerner l’image de l’unique empereur du vieux et du nouveau monde, dans un moment crucial pour l’Europe qui construit son avenir. La revue hispano-belge Correspondance accueille dans un volume élégant et bien illustré les Actes de ces journées dédiées au prince qui naquit à Gand, abdiqua à Bruxelles et mourut au monastère de Yuste ; il fut le premier à donner une dimension européenne à ses États.

2C’est sur cet aspect actuel qu’insiste Enrique Barón Crespo, pour retrouver les éléments qui rapprochent « La Europa de Carlos V y la Europa de Maastricht » (pp. 13-18), alors que Manuel Fernández Alvarez examine la place occupée par « Europa y America en la política imperial de Carlos V », cet empereur voyageur et soldat (pp. 21-33). Angel Rodríguez Sánchez nous dévoile « La identitá de un dirigente hegemónico », marqué par l’idéal « chevaleresque, providentiel, humaniste et européen » (pp. 34-43). Mais c’est Eustaquio Sánchez Salor qui souligne comment « L’humanisme espagnol sous le règne de Charles Quint » (pp. 133-147) se tourne vers les Flandres, aussi bien sur le versant de la rhétorique que sur celui de la grammaire. Et si Charles Quint avait cédé ces Flandres, le destin de son Empire aurait-il été différent ? C’est la question que se pose Miguel Angel Echevaría Bacigalupe dans « L’héritage de Charles Quint et le problème de la Flandre » (pp. 114-123). Dans « Carlos V, Lutero y el nuevo rostro de Europa » (pp. 125-132), Romano García évoque la rencontre du souverain et du réformateur à Worms en 1521.

3Toutefois la personnalité de l’Empereur s’explique mieux à travers les rapports avec ses proches. Margarida Sobral Neto présente le portrait de « La Emperatriz Isabel » (pp. 68-77), fille du roi du Portugal, morte prématurément, tandis que Liliane van de Kerckhove rappelle la place occupée dans la vie de Charles Quint par sa sœur Marie de Hongrie, régente des Pays-Bas (pp. 78-90). Nicole Desmottes confronte deux monarques, Charles Quint et François Ier, en quête de suprématie (pp. 91-101), mais aussi deux conceptions de l’État qui préfigurent déjà les deux conceptions de l’Europe d’aujourd’hui. Le Rév. Père Guillermo Cerrato Chamizo s’intéresse à « Carlos V y San Pedro de Alcántara : la dimensión espiritual » (pp. 149-155). Et Fernando Checa Cremades décrit « L’Espace architectonique du Monastère de Yuste » (pp. 156-163), espace où règnent « simplicité, rusticité, communication avec la Divinité et avec la nature ».

4Gregorio Torres Nebrera propose « Algunas imágenes de Carlos Quinto en la Literatura Española » (pp. 167-193), à travers les textes de Luis de Zapata, de Jerónimo de Sempere, Lope de Vega, Patricio de la Escosura, le duc de Rivas, Francesillo de Zúñiga, Luis de Quixada, Ximénez de Enciso, Martínez Mediero et d’autres... José Luis Jiménez éclaire « Algunos aspectos sobre la Europa de Carlos V, vistos a través de un testigo de excepción : El Lazarillo de Tormes » (pp. 206-210) ; cette œuvre littéraire est un miroir social de l’époque, du clergé aux mendiants. Bernardo Victor Carande retrouve des reflets de cette société dans le livre de son père : « Carlos V y sus banqueros » (pp. 102-113).

5La présence de la figure de Charles Quint n’est pas moins importante dans la littérature belge de langue française : Ruggero Campagnoli et Anna Soncini Fratta, sous le titre « Charles Quint : l’empereur riait ainsi que tout son peuple » (pp. 195-199), suggèrent une relecture de La Légende de Thyl Ulenspiegel, d’où ressort une caractérisation de l’Empereur moins négative que celle à laquelle les Belges sont habitués. Ana González Salvador, directrice de ce numéro spécial de Correspondance, retrouve « Carlos V en la obra de Michel de Ghelderode » (pp. 200-205), depuis L’Histoire comique de Keizer Karel jusqu’à la pièce de théâtre Le Soleil se couche. Marc Quaghebeur tire un « Autoportrait d’un prince francophone » (pp. 44-67) de la lecture des Mémoires du souverain et de son discours d’abdication prononcé au Palais des Bailles (Bruxelles) en 1555. Les deux textes furent rédigés en français, mais nous sont parvenus malheureusement en traduction (respectivement portugaise et espagnole).

6Charles Quint a laissé des traces indélébiles dans la culture nationale de l’Espagne et dans celle de la Belgique. Bruxelles commémore chaque année, au mois de juillet, par le cortège de l’« Ommegang », l’entrée triomphale de l’Empereur et de sa Cour dans la ville qui abrite aujourd’hui les institutions européennes. Et la Communauté a rendu hommage à ce précurseur de l’Europe unie en frappant en 1987 un Écu portant son effigie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diana Martinez-Raposo, « Carlos V y la noción de Europa. N° sp. de Correspondance », Textyles, 15 | 1999, 226-227.

Référence électronique

Diana Martinez-Raposo, « Carlos V y la noción de Europa. N° sp. de Correspondance », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 25 juillet 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1233

Haut de page

Auteur

Diana Martinez-Raposo

Université de Palerme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org