Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambigüités. Actes du colloque des 7, 8 et 9 mai 1996. Publiés sous la direction de Marc Quaghebeur et Nicole Savy

Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1997, 530 p.
Paul Dirkx
p. 224-225
Référence(s) :

France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambigüités. Actes du colloque des 7, 8 et 9 mai 1996. Publiés sous la direction de Marc Quaghebeur et Nicole Savy. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1997, 530 p.

Texte intégral

1L’année 1997 fut marquée par un ensemble mémorable d’expositions, de spectacles, de conférences et de publications relatifs aux rapports franco-belges de 1848 à 1914 ; il ne faudra pas oublier qu’elle fut ouverte, en mai 1996, par un important colloque scientifique organisé par les A.M.L. en partenariat avec le Musée d’Orsay, organisateur de l’exposition « Paris-Bruxelles, Bruxelles-Paris ».

2Les actes de ce colloque, après un début protocolaire (comprenant un mot d’« Accueil », une « Inauguration », une « Introduction » et une « Ouverture »), se divisent en trois parties. Une première partie, consacrée aux « Histoires », ne laissera pas indifférent le chercheur littéraire. Patrice Baubeau (I.E.P., Paris) examine d’abord les rumeurs d’annexion de la Belgique par la France, sujet classique, mais abordé ici à partir d’une comparaison de deux systèmes d’« intérêts et de perception » relativement autonomes. Cette méthode permet de cerner, à rebours de « relations » franco-belges parfois idéalisées, de nombreux « phénomènes d’asymétrie » générateurs de « sérieux malentendus », eux-mêmes renforcés par la parenté linguistique. Celle-ci joue un rôle fondamental souvent insoupçonné, notamment dans l’épisode de la contrefaçon belge, qui a « largement contribué à élargir le marché du livre français à l’étranger » et a relancé la librairie française après 1840 (Jean-Yves Mollier, Versailles). Jacqueline Lalouette (Clermont II) énumère ensuite les différences entre sociétés de Libre Pensée belges et françaises, sans toutefois en analyser les déterminants. Après un exposé de Claire Barbillon (Musée d’Orsay) sur l’anthropométrie d’Adolphe Quételet, Anne Rasmussen (C.R.H.S.T., Paris) reste dans le domaine scientifique où se développa un universalisme nouveau, proposé comme idéal aux autres nations. Fondé sur le français comme langue de communication internationale, mais porté surtout par des initiatives belges, ce projet finit par s’enliser dans les habitudes de pensée dominantes en France, jalouse du monopole des usages légitimes de l’idéal universaliste, et en Belgique, où cet idéal se trouvait notamment réduit à un universalisme francophone aux accents antigermaniques. Une confrontation du socialisme belge et français fait apparaître d’autres distinctions politiques et culturelles (Madeleine Rebérioux, Paris VIII), tandis que le primat des intérêts nationaux éclate au grand jour dans une (trop) brève étude sur « La Belgique entre la France et l’Allemagne » (Marie-Thérèse Bitsch, Strasbourg).

3Une deuxième section porte sur « Les Images », catalyseurs culturels privilégiés s’agissant de la Belgique. Elle s’ouvre sur une interrogation inachevée d’Ana Gonzàlez Salvador (Extrémadure) à propos du silence de Rops sur Manet, innovateurs hardis qui construisaient toutefois un rapport différent au représentant et au représenté. Un autre silence est celui que Verhaeren observait à l’égard du peintre français Émile Bernard, vraisemblablement pour incompatibilité de vues sur les rapports entre littérature et peinture (Véronique Jago-Antoine, A.M.L.). Moins implicite est le matériau que Laurence Brogniez (U.L.B.) a dépouillé pour étudier la réception du mouvement préraphaélite en Belgique dans ses rapports avec la revendication d’une identité « nordique ». Cette communication situe très bien dans le jeu des positionnements par rapport à la France les « tendances anglophiles », trop peu étudiées, de nombreux écrivains belges. La Belgique « barbare », avec son goût pour les croisements entre texte et image, n’est pas non plus étrangère à la qualité des échanges entre les mêmes réseaux et l’illustrateur français Odilon Redon (Evanghélia Stead, Nice).

4L’examen des « Images de la Belgique par Victor Hugo, ou l’inverse » par Nicole Savy (Musée d’Orsay) prolonge la réflexion sur les liens inextricables entre la représentation et « Les Mots », titre de la troisième et dernière partie. S’y révèle le caractère largement projectif du regard français porté sur la Belgique, trait récurrent des rapports franco-belges. Témoin aussi Pauvre Belgique: si Baudelaire s’y fait le découvreur involontaire d’un art « baroque » proprement belge (André Guyaux, Paris IV), il y a surtout travesti la « belgité » en une non-identité obsédée par l’annexion et servant d’écran à une projection de son propre échec œdipien (Ruggero Campagnoli, Bologne). Cette dernière lecture, fort stimulante, limite toutefois inutilement son propos à la « belgité » ou « identité de la culture belge de langue française », à l’inverse du texte baudelairien lui-même. L’on passe ensuite aux réalités vécues par les Belges, et notamment par les écrivains. Frans De Haes (A.M.L.) analyse l’attraction-répulsion éprouvée à l’égard des Chants de Maldoror par ceux-là mêmes qui en firent la découverte en 1885, les Jeunes Belgique. La position dominée du corpus belge francophone rend compte de l’émergence d’un symbolisme « de la représentation » (avec le théâtre de Maeterlinck, le roman de Rodenbach, etc.) à partir d’un traitement singulier du naturalisme français (Sylvie Thorel-Cailleteau, Paris IV). L’autonomie relative des deux productions littéraires fonde également l’analyse de la position médiatrice du jeune Rodenbach à Paris (Jean-Pierre Bertrand, Liège) ainsi que celle des modalités de réception, différentes d’un « système littéraire » à l’autre, d’Edgar Allan Poe (Éric Lysøe, Mulhouse). Le même principe de la réception comme adaptation inévitable sous-tend deux communications sur Maeterlinck, dont l’œuvre a épousé le dynamisme des avant-gardes théâtrales (Anne Ubersfeld, Paris III) et musicales françaises (Jean-Michel Nectoux, Musée d’Orsay). Paul Aron (U.L.B.) montre comment la revue théâtrale de fin d’année, d’origine française, devint entre 1844 et 1914 le premier spectacle apprécié par un public belge francophone pour un langage dans lequel celui-ci « se reconnaissait pleinement ». Se refusant avec raison à « penser [l]es échanges en termes de couples franco-belges », Christian Angelet (K.U.L./Gand) étudie le point de vue, foncièrement projectif, de Gide sur ses correspondants belges, dont André Ruyters. Celui-ci est à son tour pris comme foyer à partir duquel est détaillé le rôle fondamental des Belges dans la genèse de la N.R.F. (Anne Neuschäfer, Osnabrück). Loin, elle aussi, des « échanges » bilatéraux, Anna Soncini Fratta (Bologne) lit dans La 628-E8 d’Octave Mirbeau une « peur » française, teintée à nouveau de myopie spéculaire, de la modernité belge. La stratégie ambivalente de l’auteur d’Hélène de Sparte, visant à ménager les réseaux germano-russes et ceux autour de la N.R.F. naissante, illustre une adaptation partiellement réussie aux goûts tout sauf universels des uns et des autres (Fabrice van de Kerckhove, A.M.L.). Entourant une étude sur la notion de limite dans Les Heures du même auteur (Marie-France Renard, F.U.S.L./F.N.D.P.), les contributions de Christian Berg (Anvers) et de Marc Quaghebeur (A.M.L.) terminent ces actes sous un angle macroscopique. Le premier chercheur rappelle la nécessité d’une approche intégrée du « champ littéraire en Belgique » et en donne une première esquisse pour la période concernée. Le second porte au jour, chez les tenants mêmes d’une littérature distincte fondée sur les « deux races belgiques » (F. Nautet), les traces discursives d’une reconnaissance de la domination française, corrélée au projet de la bourgeoisie belge de reproduire en partie le « rayonnement » à la française.

5Ce colloque a réussi à dépasser le stade de la juxtaposition de papiers plus ou moins reliés entre eux par un « thème », notamment à la faveur de sa structure interdisciplinaire qui produit de nombreux éclairages inattendus d’un domaine à l’autre. Mieux, ses organisateurs auront suffisamment contribué à la construction d’un objet, primordial dans l’étude de la vie culturelle dans les deux pays, pour que leur initiative se voie transformée en un rendez-vous régulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Dirkx, « France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambigüités. Actes du colloque des 7, 8 et 9 mai 1996. Publiés sous la direction de Marc Quaghebeur et Nicole Savy », Textyles, 15 | 1999, 224-225.

Référence électronique

Paul Dirkx, « France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambigüités. Actes du colloque des 7, 8 et 9 mai 1996. Publiés sous la direction de Marc Quaghebeur et Nicole Savy », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1224

Haut de page

Auteur

Paul Dirkx

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org