Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Le Français en Belgique. Une langue, une communauté. Sous la direction de Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet

Louvain-la-Neuve, Duculot - Ministère de la Communauté française de Belgique (Service de la langue française), 1997, 530 p.
Paul Aron
p. 217-219
Référence(s) :

Le Français en Belgique. Une langue, une communauté. Sous la direction de Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet. Louvain-la-Neuve, Duculot - Ministère de la Communauté française de Belgique (Service de la langue française), 1997, 530 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fort attendu, commandé aux auteurs par le Service de la langue française, fait la synthèse des connaissances scientifiques sur un sujet politiquement sensible et intellectuellement passionnant : l’évolution et les caractéristiques du français de Belgique. La richesse de cette publication est telle que son usage devrait être quasiment imposé à tous ceux qui font profession d’enseigner le sujet, ou de prendre des décisions publiques à son propos. On y trouve en effet des chapitres précis et bien documentés sur tous les aspects de l’emploi de la langue, de son histoire, des formes et des tendances morphologiques, lexicales et sociales qu’elle a pu prendre.

2Ce n’est pas ici le lieu d’examiner le livre sous toutes ses coutures. Ni de discuter telle ou telle affirmation généralisante (« c’est la langue qui est la caractéristique la plus permanente d’un groupe donné », p. 27), ni même d’évoquer les faits les plus paradoxaux que cette histoire donne à lire (comme le montrerait une comparaison de l’usage du français à Gand et à Bruxelles depuis le xvie siècle). Encore moins de résumer les contributions fouillées des dialectologues ou des philologues sur l’atlas géographique des parlers romans. On se bornera ici, parce que tel est l’objet de notre revue, à discuter les conséquences littéraires des constats opérés.

3Dans l’ouvrage, il faut le dire, la littérature ne pouvait occuper qu’une place restreinte. Son investigation principale était ailleurs, et c’est bien normal. Jean-Marie Klinkenberg se borne dès lors à reprendre dans le chapitre 23 quelques idées-forces présentées dans des études antérieures. Il rappelle les conséquences de l’insécurité linguistique sur les pratiques littéraires, et développe les notions de stylistique tourmentée et de respect assidu de la norme qui se sont succédé, ou qui cohabitent, chez les écrivains belges. On connaît l’efficacité descriptive du propos, et les nombreuses illustrations qu’en offrent les œuvres de Charles De Coster ou de Jean-Pierre Verheggen, pour la tendance baroque, d’Alexis Curvers ou de Francis Walder pour son contraire.

4Il me semble toutefois qu’on ne saurait aborder cette question en profondeur sans convoquer tout un substrat institutionnel dont l’ouvrage fait généralement l’économie. Les structures sociales dans lesquelles vivaient les locuteurs de cette langue utilisée dans certaines régions de la future Belgique depuis aussi longtemps qu’en Île-de-France différaient profondément de celles de l’État centralisé et autoritaire que le xviie siècle français a mis en place. Marc Quaghebeur a ouvert ce débat dans « L’identité ne se réduit pas à la langue » (Actes du Colloque international au centre de rencontres Waldegg sur L’Identité culturelle de la Belgique et de la Suisse francophones, 11-12 juin 1993, textes réunis par Paul Gorceix. Paris, H. Champion, 1997). Il serait utile d’enrichir ce type d’analyse en mobilisant ici la démonstration célèbre de Norbert Elias opposant culture et civilisation (La Civilisation des mœurs, traduit de l’allemand par Pierre Kamnitzer. Paris, Presses Pocket, 1976). Le sociologue allemand montre que ces notions antithétiques se sont élaborées dans des contextes différents, le premier correspondant au rapport entre intellectuels bourgeois et pouvoir tel qu’il s’est élaboré en Allemagne depuis le xviiie siècle, le second à l’évolution de la société curiale et centralisée française, dont les effets ont été perpétués par la tradition jacobine et républicaine. Il en résulte en particulier des usages sociaux différenciés de la langue et du savoir, que Pierre Bourdieu relève d’ailleurs au passage dans son livre sur les Règles de l’art (Paris, Seuil, 1992, p. 282), mais sans en exploiter les conséquences pour la question qui nous occupe. Or, quand on examine la question linguistique en Suisse ou en Belgique francophone, il est frappant de constater que presque tous les critiques mettent l’accent soit sur les ressemblances du parler local avec le français standard, soit sur les quelques déviations existantes (par rapport auxquelles ils ont d’ailleurs souvent une attitude normative). Mais ils n’insistent pas sur le fait qu’aucun usage de cour n’y a façonné la langue de manière analogue à la France. Un exemple : ces pays de langue française ne pratiquent ni le « grand oral » ni aucune des oppositions entre lettres et grammaire qui caractérisent l’université française. Ils ne connaissent pas non plus l’agrégation, dont Alain Viala rappelle qu’elle a été créée dès le départ des Jésuites et pour servir à la formation du corps des clercs de l’État (dans La Construction de la culture littéraire. Ss. la dir. de Denis Saint-Jacques. Laval, Nuits blanches éd., pour paraître). Le caractère récent de l’institution monarchique belge, la place nécessairement ambiguë de la langue qui y prévaut et, surtout, l’absence des grands corps d’État autonomes où une certaine maîtrise de la rhétorique oratoire équivaut à un signe de compétence professionnelle témoignent également, pour la Belgique, d’enjeux linguistiques bien différents de ceux qui prévalent dans les pays voisins. Dès lors les critiques et les érudits, les « savants » en général y occupent une place dans le champ des lettres qui est sans doute plus comparable à la situation allemande qu’à la situation française.

5Tel est l’aspect que Le Français en Belgique n’aborde pas : l’usage de la langue en ce qu’il définit la place des lettrés, puis des clercs et des intellectuels dans l’espace social. Or on voit immédiatement que l’activité littéraire a partie liée avec la légitimité qu’impose cette place. Dans cette perspective, le débat sur la relation des écrivains belges avec la langue de Paris demanderait à être repensé complètement. Dans les situations où la périphérie opère une demande sociale qui la conduit à s’opposer ou à prendre des distances à l’égard du champ français, et lorsque cette demande n’est pas que l’effet d’un retard de développement qui pourrait être comblé rapidement par une plus grande intégration au centre, on peut donc postuler que des effets de champ spécifiques impliquent la permanence de réalités sociétales spécifiques. « La question fondamentale devient alors de savoir si les effets sociaux de la contemporanéité chronologique, voire de l’unité spatiale, [...] sont assez puissants pour déterminer, par delà l’autonomie des différents champs, une problématique commune, entendue non comme un Zeitgeist, une communauté d’esprit ou de vie, mais comme un espace des possibles, système des prises de position différentes par rapport auquel chacun doit se définir » (Règles, p. 281).

6On peut formuler la question en termes de surdétermination puisqu’il s’agit de penser un sédiment social déposé entre les hommes par leurs pratiques idéologiques comme supérieur ou au moins égal aux déterminations des champs dont ils se réclament. Aussi la défense de l’indépendance des lettres, si caractéristique de l’esprit des survivants de La Jeune Belgique ne résulterait-elle pas seulement de la volonté de créer un « second marché », alternatif à celui du centre qui leur serait fermé, mais aussi de préserver des positions correspondant à la structuration locale du social et de la langue, bref à une histoire qu’ils ressentent comme différente parce qu’elle a effectivement produit un « espace des possibles » bien différent de celui de Paris.

7Pour l’historien de la littérature, le constat entraîne deux attitudes : l’une consiste à tirer les conséquences stylistiques de ce type de notation chez les écrivains comme l’a parfaitement mis en œuvre Jean-Marie Klinkenberg. L’autre devrait conduire à prendre le français parlé en Belgique comme l’indice d’un rapport social, certes vécu sur le mode de l’insécurité linguistique, mais caractérisant avant tout l’absence d’espace propre à l’apparition d’un monde intellectuel organisé « à la française ». C’est ici que devraient intervenir des études précises sur l’organisation concrète de la littérature en périphérie. Le problème de la spécificité de la littérature belge se déplacerait ainsi considérablement par rapport aux termes du débat traditionnel. Il y aurait enfin à élargir la problématique de la langue à celle de toute la culture — puisqu’il apparaît que les deux sont inséparables — pour voir enfin apparaître dans toute sa complexité le rapport des écrivains belges à leurs conditions d’écriture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Le Français en Belgique. Une langue, une communauté. Sous la direction de Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet », Textyles, 15 | 1999, 217-219.

Référence électronique

Paul Aron, « Le Français en Belgique. Une langue, une communauté. Sous la direction de Daniel Blampain, André Goosse, Jean-Marie Klinkenberg, Marc Wilmet », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 04 septembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1206

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org