Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Naturalismes. Études réunies par Georges Dottin

Nord’, n°30, décembre 1997, 114 p.
Aurore Boraczek
p. 216-217
Référence(s) :

Naturalismes. Études réunies par Georges Dottin. Nord’, n°30, décembre 1997, 114 p.

Texte intégral

1C’est sous la direction de Georges Dottin que la revue lilloise Nord’ a établi un dossier consacré aux naturalismes belges et français. Ce numéro propose, entre autres, quatre articles sur les deux écrivains belges les plus représentatifs de ce courant : Camille Lemonnier et Georges Eekhoud. Trois contributions concernent directement C. Lemonnier, semblant confirmer de la sorte la prééminence souvent accordée à celui-ci par rapport à son compatriote. L’intérêt principal de ces études réside dans le fait qu’elles envisagent le naturalisme de manière transversale, insistant plutôt sur les spécificités belges ou sur les traits décadentistes et fantasmatiques des œuvres analysées.

2Paul Gorceix s’attache à dépeindre l’engagement et l’inscription de C. Lemonnier dans la veine du renouveau littéraire et artistique de la Belgique des années quatre-vingts. Retraçant d’abord le parcours du critique d’art à l’approche « plus intuitive qu’analytique » (p. 9), P. Gorceix démontre combien la grandeur passée et présente de la peinture flamande a donné, parfois de manière stéréotypée, ses thèmes, ses personnages, son canevas et son style même à la nouvelle littérature naturaliste telle qu’elle s’élabore dans un pays engagé dans sa quête identitaire. C. Lemonnier a créé une écriture « picturale », élément fondateur d’une œuvre diversifiée, qu’attestent, dans la deuxième partie de l’article, les nombreux rapprochements, opérés par P. Gorceix, entre des extraits d’Un Mâle et des descriptions inspirées à Lemonnier par la peinture paysagiste du xixe siècle. Cette étude met ainsi en lumière ce qui paraît constituer, du symbolisme au surréalisme, la caractéristique distinctive de l’écrivain belge au sein du champ des lettres de langue française, à savoir la volonté de concilier dans son œuvre différentes expressions artistiques.

3Les contributions d’Isabelle Krzywkowski et de Jean de Palacio mettent notamment l’accent sur l’influence décadente décelable dans l’œuvre romanesque de Lemonnier. La première étudie, par le biais du rapport que l’écrivain entretient avec la nature, la façon dont celui-ci a traversé un demi-siècle de littérature. Elle rappelle son évolution, des grands romans naturalistes à ceux de la phase « naturiste », tout en évoquant son détour par l’esprit « fin de siècle ». Ainsi, la prédilection de Lemonnier pour les paysages sylvestres ou les jardins édéniques, au détriment des campagnes civilisées, prend, dans un premier temps, la forme d’une contestation sociale assimilable à celle menée par les décadents. En effet, Lemonnier dépeint l’espace naturel mais fermé dans lequel évolue un personnage qui, conspuant son époque, part à la recherche d’un « âge d’or ». Dans un second temps, passant, selon la formule d’I. Krzywkowski, « de l’influence de Schopenhauer à celle de Nietzsche » (p. 18), il exaltera, à travers ses romans naturistes, la reconquête d’un éden mythique, nettement différent de celui décrit dans la Genèse. Il instaure alors un univers utopique, figuré comme un grand tout unifié, situé hors des contingences spatio-temporelles, dans lequel s’intégrera parfaitement l’homme régénéré, c’est-à-dire libre, sauvage et sensuel. Quant à J. de Palacio, il révèle la récurrence des thèmes éminemment décadents de la « confusion des sexes » et de l’androgynie dans les romans et nouvelles écrits par Lemonnier avant 1897. La réflexion se focalise cependant sur un roman méconnu publié en 1907 et intitulé Quand j’étais un homme. Cahiers d’une femme. Ce récit opère une transition tardive entre les romans qui mettent en scène des personnages sexuellement ambigus et ceux qui, dès la période naturiste, prônent le retour aux valeurs « saines » de la fécondité et donc de la différenciation des sexes.

4Enfin, Mirande Lucien consacre à Georges Eekhoud un article scindé en deux parties distinctes. Elle établit d’abord, selon une approche historique assez classique, la biographie d’Eekhoud, suivie de l’analyse de ses relations d’attirance et/ou de rejet avec les naturalistes français. Elle présente, d’une part, ceux qu’il lit et, d’autre part, ceux qui le lisent, le commentent, lui écrivent, tels E. Zola, J.-K. Huysmans, H. Céard et E. de Goncourt. Tous saluent la vigueur et la puissance évocatrice de son style, mais en critiquent unanimement la langue bigarrée, « coruscante », dont ils déplorent d’ailleurs l’usage généralisé chez les naturalistes belges. M. Lucien propose ensuite une lecture quasi psychanalytique d’un conte, « La Princesse Frawyde de Pirnapont », afin de dévoiler la charge sexuelle et fantasmatique qui sous-tend les textes d’Eekhoud, dimension jusqu’à présent censurée ou négligée par la critique.

5Ces quatre articles apportent donc un éclairage neuf et pertinent sur des écrivains placés sous la bannière naturaliste mais qui présentent un imaginaire plus foisonnant et plus complexe qu’il y paraît. À l’instar de certains de leurs homologues français — tel Paul Adam dont Georges Dottin analyse Chair molle dans la cinquième contribution du dossier —, ces romanciers belges s’autorisent à emprunter des voies de traverse et n’épousent pas le chemin balisé d’un naturalisme traditionnellement et strictement défini.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Boraczek, « Naturalismes. Études réunies par Georges Dottin », Textyles, 15 | 1999, 216-217.

Référence électronique

Aurore Boraczek, « Naturalismes. Études réunies par Georges Dottin », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1204

Haut de page

Auteur

Aurore Boraczek

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org