Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Cahiers d’histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n°3, Nationalisme

Bruxelles, Soma-Ceges, 1997, 412 p.
Pierre Halen
p. 125-126
Référence(s) :

Cahiers d’histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n°3, Nationalisme, Bruxelles, Soma-Ceges, 1997, 412 p.

Texte intégral

1Cette imposante livraison — premier numéro thématique des jeunes Cahiers d’histoire du temps présent — a pour point de départ une journée d’études sur le nationalisme, qui s’est tenue en 1995 au Centre de Recherches et d’Études Historiques sur la Seconde Guerre Mondiale (Crehsgm), reconverti depuis lors en Centre d’Études et de Documentation “Guerres et Société contemporaine” (Ceges). La place réservée à la littérature dans cette quinzaine d’articles (un en anglais, quatre en français, dix en néerlandais) semble d’abord accessoire ; mais, dans la mesure où il s’agit d’étudier l’évolution des discours relatifs aux affiliations collectives en Belgique, discours où les écrivains se sont diversement impliqués et s’impliquent encore aujourd’hui, la question du nationalisme ne saurait être indifférente à l’historien de la littérature.

2Le choix du thème ne s’est évidemment pas fait au hasard, et d’abord parce que le nationalisme est une charnière idéologique assez claire entre la guerre et la société. Surtout, comme le rappelle Rudi Van Doorslaer dans son éditorial, il y a là une matière où l’« étude historique et scientifique » a beaucoup progressé ces dernières années. Certes, encore que cette expression, — comme l’original historisch-wetenschap­pelijke studie qui figure en regard dans le texte néerlandais —, ne soit pas sans ambigüité : dans ce volume, l’accent sera mis en fait bien davantage sur l’histoire des évènements et des idées, plutôt que sur les avancées théoriques touchant les questions de nation, d’identité, d’ethnie, etc. (auxquelles plusieurs contributions se réfèrent, certes, mais surtout dans les notes ; on n’est donc pas sans les connaitre, mais le propos n’est pas construit à partir d’elles). On lira néanmoins avec beaucoup d’intérêt les « réflexions d’un historien », Louis Vos, en fin d’ouvrage (et non le résumé en français, qui n’en donne qu’une faible idée). Peut-être même faut-il commencer par là, et en venir ensuite seulement aux éclairages centrés sur tel aspect particulier.

3On apercevra alors d’autant mieux le bénéfice qu’il est possible de tirer de certaines analyses où se creuse l’écart entre, d’une part, ce qu’a été tel essai de discours historiographique, fonctionnant au service d’une entité à construire ou à consolider, et, d’autre part, la discipline historienne, aussi utopique que nécessaire dans son obsession du respect des faits. Ainsi Chantal Kesteloot, spécialiste de la mouvance wallonne, discute-t-elle avec prudence de quelques incohérences et oublis significatifs dans l’essai que Philippe Destatte a consacré à L’Identité wallonne (1997). Cela touche notamment la figure de Jules Destrée et bien entendu aussi la question de la représentation de la langue flamande par les francophones. L’analyste des constructions identitaires apercevra dès lors sans peine la cohérence mémorielle qui est en réalité à l’œuvre dans l’écriture de Destatte, comme elle était à l’œuvre chez les Pirenne et les Kurth. Ce n’est qu’un exemple, qui fait mieux sentir la limite où l’historien devrait commencer à travailler avec l’anthropologue et aussi le narratologue : on peut souhaiter que ce soit le cas, plus systématiquement, dans un autre volume, dont les réflexions de Louis Vos, à l’exception de sa conclusion, constitueraient cette fois le préalable.

4Il y a lieu en effet de discuter ce point final. L. Vos écrit que « Pour le post-moderniste, le nationalisme glisse d’un niveau “essentialiste” vers un niveau “imaginaire”. Il est réduit à une conception, une pensée, une idéologie qui peut être “parlée”, et donc aussi “combattue”, mais sans aucune réalité sociétaire. Cela devient un pur “discours narratif” qui a seulement à faire avec le présent ». Cette orientation, poursuit l’auteur, est peut-être un « exercice philosophique intéressant », mais elle « ne fait pas droit à la réalité historique » : l’historien doit au contraire « étudier le passé pour lui-même » ; car « si l’histoire n’était rien d’autre que la recréation du passé à l’image du présent, nous en revenons à “1984”. Et c’est justement ce que nous voulons éviter ». Cette alternative, dont on peut comprendre les motivations, me parait mal posée. Le passé, sans doute, est un objet qui résiste et c’est la mission de l’historien que d’affronter cette résistance. Mais dès le moment qu’il faut bien découper une portion de cet objet, une intentionalité travaille l’étude et lui donne sens : toutes les portions du passé ne sont pas également signifiantes à tel moment. Si l’on étudie aujourd’hui le nationalisme, c’est parce que la notion appelle à présent une nouvelle compréhension, et que l’histoire peut l’éclairer. En s’obstinant à relever l’impossible défi constitué par la résistance du passé à notre désir de sens, l’historien joue ainsi son rôle. Mais lorsque son objet est constitué par des représentations identitaires et historiographiques, comme c’est le cas ici, cet objet apparait bien comme un discours, une construction imaginaire. Lorsque Chantal Kesteloot relève ainsi tel oubli volontaire ou involontaire de Philippe Destatte, ce n’est donc pas assez qu’on oppose un fait à un discours, même si cette étape est indispensable : il faut pouvoir en outre déconstruire le récit de cet oubli, en ayant l’œil sur une théorie de la mémoire identitaire. Il faut aussi avoir conscience qu’en rappelant à la mémoire ce qui a été oublié, une autre épreuve que celle d’un concours entre historiens — quant à savoir qui sera le plus objectif — est engagée : la relation la plus objective de tel fait est, qu’on le veuille ou non, toujours le matériau virtuel d’un usable past. Assurément, un certain post-modernisme tend donc un piège aux sociétés démocratiques, et la critique historique est bien une discipline démocratique fondamentale. Mais pour autant, l’historien, quelque circonspection qu’il affiche, ne saurait échapper au procès du sens, les différents objets envisagés dans ce volume en témoignent assez.

5Pour faire bonne mesure, on s’attaque d’abord aux institutions majeures de la nation belge : la dynastie, l’armée, l’Église catholique. Sur la dynastie, Laurence Van Yperseele reprend les analyses qu’elle a données de la figure du roi Albert (l’approche prend davantage de sel pour le chercheur littéraire lorsqu’on se souvient de la postérité de Verhaeren, « poète national », analysée par Jacques Marx dans ces colonnes). Quant aux contributions qui concernent l’Église et l’armée, où sera mise en évidence la progressive et conflictuelle reconnaissance du néerlandais, ce sont les seules à remonter au xixe siècle. De là, on glisse vers le droit, en l’occurrence vers l’évolution de la législation en matière de naturalisation et de citoyenneté autour des deux guerres. Secondaire peut-être, mais néanmoins très significative, l’histoire des timbres-poste vient ensuite.

6La seconde partie ouvre des perspectives plus « communautaires » : l’utopie pan-thioise, la question d’une identité wallonne (à travers le livre de Destatte), d’une autre, flamande (à travers l’étude des manifestations de rue). Cette seconde partie commence par deux études qui auraient pu figurer dans la première : l’une sur les associations d’anciens combattants, l’autre sur les associations de victimes de la guerre et de vétérans de la résistance, toujours quant à leur rôle respectif, souvent inefficient d’ailleurs, dans la représentation de la nation. Mais on aura compris que, dans ces deux articles, les représentations « communautaires » sont en réalité aux prises avec ce qui devient la « question » nationale. La troisième partie est consacrée à l’étude de certaines « familles », dans leur revirements ou dans leur adhésion à l’égard des sensibilités régionales : les mouvements ouvriers chrétiens, les syndicats et partis socialistes, le parti communiste, la sensibilité nationaliste flamande.

7En somme, dans ce sommaire qui est aussi un récit, un trajet qui va de la francité des élites « nationales », bourgeoises et belgicaines, ressortissant à un passé dépassé, vers le fait des « communautés », c’est-à-dire vers la réponse apportée par l’histoire à l’évolution de la « question » linguistique. C’est peu dire que celle-ci occupe dès lors une place significative. Savoir si son étude est rigoureusement menée, si c’est le passé en soi qui est atteint autant que possible, c’est une chose, et dans l’ensemble assurément ces contributions sont aussi claires que bien documentées ; c’est une autre chose cependant que d’apercevoir que cette étude fonctionne à l’intérieur d’un bilan vectorisé par une explication singulière du présent.

8L’absence d’analyse concernant le « pilier » libéral est déplorée par R. Van Doorslaer, et l’on eût aimé, effectivement, avoir ici une étude des réseaux libéraux, surtout en Flandre avant 1914. Il y a un autre absent de taille : le Congo, tant il est vrai que celui-ci a joué pendant longtemps, comme les autres colonies, le rôle de « vitrine de la nation », c’est-à-dire de zone d’expansion par excellence d’un discours national unitaire ; et bien des observateurs ont fait remarquer que l’indépendance congolaise coïncide avec une étape majeure du processus de fédéralisation. À coup sûr, on aurait tiré d’une étude des groupements d’« anciens » des conclusions semblables à celles qui concernent les anciens combattants, résistants et autres déportés. Mais la période antérieure à 1960 eût mérité de trouver place ici : on y aurait trouvé d’exemplaires manifestations « unitaires », de même que de significatifs conflits linguistiques. Troisième regret : les sensibilités francophones sont un peu négligées, sauf en ce qui concerne leur réticence à reconnaitre le néerlandais ou à accepter le bilinguisme. Presque rien sur le rattachisme qui, pour être très peu représentatif, n’en est pas moins un cas intéressant d’« invention » identitaire. Et pas davantage sur les théorisations de « l’âme belge », chère à Edmond Picard ; on leur reproche (p. 36) des influences maurassiennes, « juste avant la guerre » de 1914... C’est un peu vite dit, et l’on en conclura que cette portion là du passé ne faisait guère sens pour les responsables du volume.

9L’ouvrage permet donc de revenir sur un ensemble de données dont les grandes lignes sont sans doute connues ; on a toujours profit, dira-t-on, à se rafraichir la mémoire et à en apprendre davantage sur l’évolution concrète de telle ou telle question. Peut-on cependant « se rafraichir la mémoire », comme s’il n’y en avait qu’une seule, qui serait le « passé pour lui-même » ? C’est alors que nous en serions à « 1984 »... Quant à l’objet « littérature », il peut bien entendu être considéré comme une portion du passé, au même titre que les timbres-poste ou mouvements syndicaux. Mais ce n’est pas ainsi qu’il donne toute sa mesure pour l’historien ; si celui-ci veut s’armer contre la tentation de « recréer » le passé à sa guise, la méthode la plus efficace me parait de reconnaitre, comme un préalable, l’impossibilité de ne pas produire du sens pour aujourd’hui, dès lors que l’histoire est inséparable de ce que B. Jewsiewicki appelle, dans L’Histoire en partage, la « mémoire » et le « souvenir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Cahiers d’histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n°3, Nationalisme », Textyles, 16 | 1999, 125-126.

Référence électronique

Pierre Halen, « Cahiers d’histoire du temps présent / Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis, n°3, Nationalisme », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 02 août 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1197

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz / U.I.A.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org