Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Ernst Leonardy & Hubert Roland (Hrsg./Éd.), Deutsch-belgische Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich, 1890-1940. Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes, 1890-1940

Frankfurt, Peter Lang, 1999, 289 p.
René Andrianne
p. 123-124
Référence(s) :

Ernst Leonardy & Hubert Roland (Hrsg./Éd.), Deutsch-belgische Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich, 1890-1940. Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes, 1890-1940, Frankfurt, Peter Lang, 1999, 289 p.

Texte intégral

1On doit au professeur Ernst Leonardy (UCL), Belge germanophone, une impulsion nouvelle dans les études germaniques. Outre ses nombreuses publications, il a suscité de nouvelles recherches, entre autres celle de Hubert Roland sur les relations belgo-allemandes durant la première guerre, ouvrage dont nous rendons compte ci-dessus. En septembre 1996, Ernst Leonardy organisa à Louvain-la-Neuve un colloque sur le sujet qu’avait traité Hubert Roland mais en l’étendant à une période plus vaste (1890-1940). Ce sont les actes de ce colloque qui sont l’objet de la présente publication.

2Michel Demoulin brosse d’abord le cadre général des relations belgo-allemandes (« La Belgique entre la France et l’Allemagne »). La Belgique est le pays de l’entre-deux, un pays de confluence entre culture germanique et française. Edmond Picard lancera même la notion d’une âme belge faite des deux cultures. Michel Demoulin analyse certains faits souvent oubliés. Il y eut une véritable osmose entre les cultures allemande et française en Belgique, par les flux migratoires, la presse et les écoles allemandes, florissantes dans le pays.

3Carlo Lejeune (« Der Weltkrieg der Geister, Versailles und der Fluch der Nationalismen ») revient sur des événements qui envenimèrent les rapports avec l’Allemagne, rapports qui étaient loin d’être hostiles. La question des Francs-Tireurs, l’incendie de Louvain et l’appel des 93 intellectuels « Aufruf an die Kulturwelt », « symbolisant une sorte d’union entre la culture allemande et le militarisme nationaliste, ce qui pouvait inaugurer une “guerre mondiale des exprits” » (p. 44). La difficile question des nationalités se cristallise autour de l’annexion des cantons d’Eupen, Malmédy et Saint-Vith, et de la question flamande.

4Ce dernier problème, dans ses rapports avec l’Allemagne, est l’objet de l’étude de Winfried Dolderer (« Deutsch-Flämische Beziehungen »). L’auteur retrace les contacts entre la Ligue Pangermaniste (fondée dès 1891) et le mouvement flamingant. La conviction, héritée du romantisme, que la langue fonde le sentiment d’appartenance nationale anime tous ces mouvements tant en Allemagne qu’en Flandre.

5Plusieurs communications s’attachent aux « grandes amitiés » qui, du moins jusqu’en 1914, furent à l’origine des échanges culturels. « Paul Gérardy entre Bruxelles, Berlin et Paris » (René Andrianne), « Émile Verhaeren et Richard Dehmel » (Fabrice Van de Kerckhove), « Zum Verhältnis von August Stramms Einaktern Santa Susanna und Die Haidebraut zu Maeterlincks Dramaturgie und Motivik » (Monique Broussart), « Algabal et l’ange. Fernand Khnopff et Stefan George » (Michel Draguet). Hubert Roland reprend le sujet de l’un des chapitres de sa thèse : « Die “flämische Serie” des Insel Verlags 1914-1918 » tandis qu’Ernst Leonardy (« Die internationale Debatte um den Pazifismus der Clarté-Bewegung 1919-1921. Beiträge aus Frankreich, Deutschland und Belgien ») analyse avec perspicacité la naissance du pacifisme avec Romain Rolland, les initiateurs français, tel Henri Barbusse, les membres allemands et l’intermédiaire que fut Paul Colin.

6L’« image du voisin » peut être une grille féconde pour l’analyse des relations culturelles. C’est ainsi que Joachim Schultz (« Mysterium, soziale Revolution, Menschenseele. Das Bild Belgiens in deutschen Literatur — und Kulturzeitschriften zwischen 1900 un 1930. Anmerkungen zu ausgewählten Beispielen ») essaie de décrire l’image de la Belgique à travers des revues allemandes et que Roland Baumann aborde les « Visions allemandes de l’art belge (1891-1944) ». Nathalie Toussaint étudie les « Contacts des peintres et graphistes belges avec la revue Der Sturm ».

7La musique et l’opéra, Wagner particulièrement, jouèrent un rôle important dans les relations entre la Belgique et l’Allemagne. Comment fut reçu Wagner en Belgique ? Ulrich Prill tente de répondre : « “Wagner, c’est précisément le musicien des poètes” : Die Wagner-Rezeption in Belgien und in der französischsprachigen Literatur Belgiens am Beispiel Van Lerberghes und Maeterlinck ». Enfin, Roland Van der Hoeven concentre son étude sur un point concret : « Le Wagnérisme et la Monnaie ».

8Intense au début du siècle, l’osmose culturelle entre l’Allemagne et la Belgique subit un coup fatal avec la première guerre mondiale. Elle fut beaucoup moindre dans l’entre-deux-guerres car le « Diktat » de Versailles ne contentait personne. Il faudra attendre 1950 pour que les relations belgo-allemandes se fassent de nouveau plus intenses sans retrouver leur efflorescence de jadis mais désormais dans un tout autre contexte, celui de la création de l’Europe telle qu’elle s’élabore lentement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Andrianne, « Ernst Leonardy & Hubert Roland (Hrsg./Éd.), Deutsch-belgische Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich, 1890-1940. Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes, 1890-1940 », Textyles, 16 | 1999, 123-124.

Référence électronique

René Andrianne, « Ernst Leonardy & Hubert Roland (Hrsg./Éd.), Deutsch-belgische Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich, 1890-1940. Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes, 1890-1940 », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1195

Haut de page

Auteur

René Andrianne

Université de Mayence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org