Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 208-211

Lemonnier numérisé

La société Bibliopolis s’est lancée dans un vaste programme d’édition d’œuvres littéraires sur CD-ROM : la série « Le Catalogue des Lettres » propose désormais plusieurs titres : Romanciers réalistes et naturalistes (1820-1910), La Révolution et l’Empire vus par les historiens du xixe siècle, Autour du romantisme : le roman (1792-1886), La Critique littéraire de Laharpe à Proust, Les Écrits sur l’art de Diderot à Proust. Un écrivain belge a les honneurs de cette publication, en dehors de lui exclusivement française ; il s’agit de Camille Lemonnier, repris parmi les « autres naturalistes » (contact@bibliopolis.fr ).

Dominique Rolin

Les éditions Peter Lang annoncent la parution d’une traduction anglaise du Jardin des délices, de Dominique Rolin, dans la « Belgian Francophone Library » dirigée par Donald Friedman (vol.10). Cette traduction — The Garden of Delights — est assurée par Monique F. Nagem.

À L’Estaminet

La revue L’Estaminet, animée par Joseph Noiret, réédite à l’occasion du cinquantième anniversaire de Cobra une suite d’aphorismes de Marcel Havrenne : Du pain noir et des roses. Havrenne, membre du Groupe Rupture avant la guerre, du groupe Cobra après celle-ci, mourut en 1957 à l’âge de 45 ans. S’adresser Av. Princesse Joséphine Charlotte, 9 à B-1410 Waterloo).

Passions de lecture

Réunies pour Pierre Yerlès, — qui quitte l’Unité de Didactique du Français à l’Université de Louvain après y avoir œuvré avec l’enthousiasme et la rigueur qu’on sait —, ces « passions de lecture » constituent un original volume d’hommages, qui renouvelle le genre souvent quelque peu « académique » des Mélanges. Plus de soixante contributeurs — collègues, amis, anciens étudiants, de Belgique et d’ailleurs — y proposent une approche, parfois une analyse, d’un texte littéraire (au sens large...). Parmi les œuvres évoquées, celles de Jacques Brel, d’Achille Chavée, de William Cliff, de Francis Dannemark, de Franz Hellens, de Henri Michaux, de Morris, de Jean-Claude Pirotte, de Marcel Remy, d’André Sempoux, de Colette Nys-Mazure & Françoise Lison-Leroy, de Jean-Pierre Willemaers : une proportion somme toute significative d’auteurs belges dans un éventail par ailleurs mondial. En fin de volume, on lira un article de Pierre Yerlès, publié en 1955 : « Verhaeren vu par les jeunes ». C’est peut-être l’occasion de signaler que le jeune licencié en philologie romane avait consacré son mémoire de licence à une édition critique des Soirs de Verhaeren (1959). (Passions de lecture. Pour Pierre Yerlès. Sous la dir. de Luc Collès et alii. Bruxelles, Ed. Didier-Hatier, coll. Séquences, 1997).

Max Loreau

Max Loreau, décédé en 1990, laissait une œuvre de philosophe mais aussi de poète. C’est à ce dernier qu’un disque compact rend hommage, avec une musique de Jean-Yves Bosseur et une illustration d’Alechinsky. Cette réalisation du studio Mulltimédia peut être commandée directement. Rens. 02.537.32.35.

Sources... écossaises

Proposé dans une présentation renouvelée, plus autonome de la revue Sources, le dernier volume publié dans la série « Poésie des Régions d’Europe » par la Maison de la Poésie à Namur est consacré cette fois à l’Écosse, terre trilingue (anglais, écossais, gaélique) d’écrivains peu connus en Belgique. Sous le titre La Comète d’Halcyon, cette sélection résolument contemporaine est précédée d’une note de Christine Pagnoulle, qui a coordonné la traduction.

Publié en même temps, le numéro 20 (février 1998, 308 p.) de la revue Sources, placé sous le signe des Modernités poétiques : de Rimbaud à Cobra, est une nouvelle réussite, où l’on trouve en un bel équilibre textes de création, commentaires et illustrations. Le plat de résistance est constitué par les actes d’un colloque où il fut beaucoup question de dada, du surréalisme et autres mouvements d’avant-garde ; de Verhaeren, de Paul Dermée, de Marcel Lecomte, de Jean Raine, entre autres noms. En outre, on peut lire une évocation de Robert Goffin, de substantielles notes de lecture et un ensemble de textes inédits. (Maison de la Poésie, Rue Fumal, 28, B-5000 Namur. Fax 081/22.43.69)

Marginales

La revue Marginales, née dans et de l’après-guerre, se singularise dans l’histoire des revues littéraires en Belgique par une exceptionnelle longévité, puisque sa parution ne prit fin qu’en 1991. Son animateur, l’inlassable Albert Ayguesparse, lui avait permis d’être pendant plusieurs décennies un lieu de synthèse relativement sage, dont le profil « néo-classique » n’empêchait pas l’ouverture, et notamment aux jeunes écrivains. C’était l’œuvre d’un homme, nonobstant le précieux appui que d’aucuns lui apportèrent, comme René Fayt : Albert Ayguesparse y avait attaché son nom, et c’est pourquoi sans doute, de son vivant, il ne chercha pas à passer la main, et pourquoi aussi la formule éditoriale valut surtout par sa fidélité à elle-même. La disparition de la revue, même en perte de vitesse, laissait un vide, puisqu’il manquait désormais un périodique où puissent se retrouver les échos de la création littéraire. Ce vide, surtout important pour les secteurs non poétiques, Archipel à Anvers et la nouvelle mouture du Carnet et les Instants à Bruxelles ont tenté de le combler, non sans ambiguïté parfois pour cette dernière publication, dans la mesure où elle émane directement du Service de la Promotion des Lettres et qu’un tel lieu est par nature peu compatible avec la pourtant nécessaire liberté critique. Sous l’« impulsion de Jacques De Decker, André Delcourt et Luce Wilquin », Marginales reparait ce 19 juin 1997. On ne peut que lui souhaiter la plus grande vitalité, même si l’on peut regretter le parti pris de renoncer à la critique. (48, Rue d’Atrive, B-4820 Avin).

Paul Colinet, poète

Trois expositions sont consacrées à Paul Colinet 1898-1957, respectivement à Seneffe et à Arquennes, dans la Province du Hainaut, du 2 mai au 30 aout 1998. Colinet, né à Arquennes où il a passé son enfance, a fait partie de la mouvance surréaliste bruxelloise. La première exposition, dans son village natal, est centrée sur les relations du poète avec son milieu d’origine. Les deux autres se tiennent à Seneffe et envisagent, l’une, l’ensemble de ses activités dans l’orbite surréaliste, l’autre, les collaborations de Colinet avec son neveu Robert Willems. Un catalogue accompagne ces manifestations (Rens. X. Canonne. Secteur des Arts Plastiques. Affaires culturelles du Hainaut, rue Warocqué, 59, B-7100 La Louvière. Fax. 064.26.56.24).

Achille Chavée

N’en déplaise à d’aucuns, Achille Chavée reste l’une des valeurs sures du patrimoine poétique, et l’auteur d’une œuvre lue. Outre l’édition remaniée du florilège A cor et à cri, qu’on nous annonce chez Labor, son sort éditorial est entre les mains des Éditions du Daily-Bul, qui proposent à leur catalogue le Petit traité d’agnosticisme, L’Éléphant blanc, Le Grand Cardiaque, Résurgences, Avatars et Décoctions (Rue Daily-Bul, 29, B-7100 La Louvière). Pour une édition systématique, sans illustrations le plus souvent, il faut renvoyer aux six volumes de l’Œuvre, publiés par les Amis d’Achille Chavée (Rue Arthur Warocqué, 83, B-7100 La Louvière) avec une belle fidélité (chaque volume : 700-fb au compte 371-0372404-87).

Précisément, on nous annonce la réimpression du volume 3 (1951-1956), qui était épuisé. On y retrouvera Éphémérides (1951), À pierre fendre (1952), Cristal de vivre (1954), Entre puce et tigre (1955), ainsi que le célèbre Catalogue du seul (1956). Saluons comme il convient cette reprise, qui remet à la disposition des lecteurs un ensemble que toute bonne bibliothèque littéraire se doit de détenir...

Décentrements francophones

Dans la série de ces appréciables efforts menés en vue de construire une francophonie multilatérale, c’est-à-dire, si l’on veut, une circulation des biens de « périphéries » à « périphéries », on relèvera la nouvelle initiative de l’« Agence Québec Wallonie Bruxelles pour la Jeunesse », qui gère un programme d’échanges et de formations entre les deux entités : un concours de nouvelles a primé six jeunes auteurs (x 2) que l’on retrouvera lors de la « Fureur de lire » en Belgique et du Salon du Livre de Montréal. Première édition : octobre 1997.

L’Arbre à Paroles et ses poètes

La Belgique est réputée pour l’importance de sa production poétique, à l’intérieur de laquelle une “petite” maison d’édition joue aujourd’hui un rôle majeur. Fondé en 1956 par Francis Tessa et Francis Chenot, aujourd’hui dirigé par le premier et André Doms, l’Arbre à Paroles s’est développé et a su trouver un équilibre au fil des ans, étoffant considérablement son catalogue. Dans ce volume de présentation générale, on retrouvera, parmi d’autres, les noms d’Éric Brogniet, de Daniel De Bruycker, de Françoise Houdart, de Carl Norac, d’André Doms, de Mimi Kinet, de D.L. Colaux et de Werner Lambersy. Il y a des absents, comme Gaspard Hons et Jacques Izoard. Le volume, illustré par A. Gautema, se termine par des présentations concernant l’œuvre d’autres poètes : E. Perrier-Gustin, Éric von Neff et G. Le Gall, J.-C. Valin et M. Cosem. (Belgique. L’Arbre à Paroles et ses poètes. Cahier établi par Marc Porcu et Geneviève Vidal. Lyon, Poésie-Rencontres, Les Cahiers de Poésie-Rencontres n°39, juin 1995, 181 p., ill.)

Au Groupe Verhaeren

Le courrier circulaire du Groupe Verhaeren rappelle succinctement le programme des deux assemblées de 1997, avec des conférences de P. Aron, Ch. et J. Delcourt, Adrienne Fontainas. On y trouve aussi des indications bibliographiques ainsi que l’annonce de la poursuite des activités du Groupe, ce qui est l’essentiel. Le 26 mars 1998, Marc Dominicy et Anouk Levêque, tous deux de l’Université Libre de Bruxelles, ont présenté au Groupe Verhaeren un exposé consacré à « La métrique de Verhaeren. Vers la constitution d’une banque de données ». Rens. D. Gullentops, V.U.B. / Av. de la Plaine, 2 - B-1050 Bruxelles- Fax 00.32.2.629.36.84.

Magritte en Musée

On annonce l’inauguration d’un Musée René Magritte, sis au 134 de la Rue Esseghem à Jette (Bruxelles), où le peintre vécut longtemps (1930-1954) avant de venir s’installer dans la plus coquette villa de la Rue des Mimosas à Schaerbeek. Dû à une initiative privée, ce Musée présente une reconstitution du studio de publicité Dongo et du mobilier d’époque (rens. 00.32.3.449.66.14 ou 00.32.3.216.93.90).

Rencontres d’été

La première édition des Rencontres estivales organisées par l’Université du Temps Libre dans le Hainaut (une semaine en aout 1996) a fait l’objet d’une publication sous la forme d’un petit ouvrage. Il est modestement imprimé et relié, et cependant on en recommandera la lecture : une fois n’est pas coutume, la part des exposés y est extrêmement réduite, et c’est le texte de plusieurs conversations, aux allures parfois dégagées, qui est ici livré, sous la houlette de Catherine Gravet. Dommage que l’exposé inaugural de Jean-Marie Klinkenberg n’ait pu être enregistré (en lieu et place de quoi l’on nous repropose une version de son article paru en 1981 dans Littérature). Le reste se répartit en différentes tables rondes, consacrées respectivement au roman, à l’édition, au théâtre, à la poésie, aux rapports entre cinéma et littérature, au fantastique, à la science-fiction et au polar. Avec la participation de divers critiques, de professionnels de l’édition et de plus nombreux écrivains : Jean-Luc Wauthier, xavier deutsch, michel lambert, Georges Thinès, Marie-Claire Blaimont, Pierre Guyaut-Genon, Lucien Noullez, Jacqueline de clercq, carl norac, yves Namur, André Schmitz, Mimy Kinet, Alain Dartevelle, Dominique Warfa, Xavier Hanotte, Pascale Fonteneau, Bruce L. Mayence. Bien entendu, les propos sont à prendre parfois cum grano aestatis : c’est le prix à payer pour leur liberté de ton, et pour cette forme orale, qui nous changent. Avec un précieux index. (Rencontres estivales des Lettres belges francophones. Couillet 5-10 aout 1996. Marcinelle, Université du Temps Disponible, 1997, 243 p. - ieias, Rue du Débarcadère, 179 - B-6001 Marcinelle).

Le Mal et la littérature

Sous la direction de Myriam WatthéeDelmotte et de Metka Zupancic, un volume collectif a paru aux éditions L’Harmattan à Paris et aux Éditions David à Orléans (Ontario). Quelques contributions, dans cet ensemble abondant et varié de 35 études monographiques, concernent la Belgique francophone, en l’occurrence les œuvres de Michaux, Ghelderode, Yourcenar, Chavée et Curvers. (Le Mal dans l’imaginaire français (1850-1950). Orléans, Ed. David ; Paris, L’Harmattan, 1998 - <ed.david@sympatico.ca>).

Sous le Cerisier

Les Éditions du Cerisier continuent d’enrichir leur catalogue et singulièrement ce qui concerne cette « littérature de l’immigration » italienne qui, en Belgique et au Luxembourg tout au moins, apparait bien comme l’une des constituantes majeures de la production immédiatement contemporaine. Le Train du Nord, sorti de presse en septembre 1997, est dû à François Scalzo ; dans une série baptisée « Quotidiennes » (Rue des Italiens avait paru dans la collection « Faits et Gestes »), ce récit autobiographique évoque aussi bien la Sicile que la Belgique, les misères de l’une et de l’autre, les « pauvres gens » de notre monde.

Reliant ce type d’écriture éventuellement rattachable à un ensemble « de l’immigration » et l’inspiration théâtrale des premiers livres parus au Cerisier, L’Autre Antigone de Cara réinscrit le mythe fameux, via le théâtre-action, dans l’aujourd’hui d’une « Zone » où il refait sens. L’auteur, d’origine italienne, avait déjà été signalée dans Rital-littérature.

Parmi les derniers-nés, on signalera Le Fil noir, roman publié sous le pseudonyme de Charles Manian par un écrivain belge, dont le propos s’attache aux destinées difficiles de demandeurs d’asile africains. Le point de vue, faut-il le dire, prend le parti de ces derniers, et sympathise de façon si concertée avec les souffrances inhérentes à leur situation qu’elle n’en donne finalement qu’une image de type victimaire. On peut discuter des effets secondaires de ce genre de représentation, on peut aussi la situer dans une longue tradition, celle-là même qui a fait les beaux jours de l’antiesclavagisme puis de l’anticolonialisme ; mais, plus simplement, on peut aussi reconnaitre la cohérence du roman, la qualité de sa narration, et la visible générosité du propos. (Rens. Ed. du Cerisier, 20, Rue du Cerisier, 7033 Cuesmes).

Livres reçus à la rédaction

— Lacampagne (Christophe), L’Appartement du livre. [Poèmes]. Paris, La Pensée universelle, 1995, 94 p.

— de Troy (Paul), La Carcasse de Rembrandt. Roman en vers composé de huit parties, un prologue et un épilogue. (Bruxelles, l’auteur), Éditions Aristocrat-Beef, 1996, 212 p.

— Chavée (Achille), Œuvre. T.3. La Louvière, asbl Les Amis d’Achille Chavée (Rue Arthur Warocqué, 83 - B-7100 La Louvière), 1998, 265 p. (réédition)

  • Revues.org