Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Moura (Jean-Marc), La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle

Paris, Ed. Honoré Champion, coll. Bibliothèque de littérature générale et comparée n°14, 1998, 488 p.
Pierre Halen
p. 121-122
Référence(s) :

Moura (Jean-Marc), La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle, Paris, Ed. Honoré Champion, coll. Bibliothèque de littérature générale et comparée n°14, 1998, 488 p.

Texte intégral

1La parution d’une ambitieuse synthèse consacrée à l’exotisme littéraire en Europe mérite en soi d’être signalée : assurément, l’ouvrage de Jean-Marc Moura fera date, non seulement par son propos, qui couvre en principe l’ensemble des littératures européennes et l’ensemble de l’« Ailleurs », mais aussi par les hypothèses qu’il formule, essentiellement en termes de catégories, pour ne pas dire de rangements. Ce n’est pas le lieu ici d’une recension spécialisée, qui s’attarderait notamment aux concepts et aux méthodes mis en jeu ; je relèverai cependant la définition à laquelle se range l’auteur, lequel comprend « l’exotisme comme la totalité de la dette contractée par l’Europe littéraire à l’égard des autres cultures », ainsi qu’une périodisation qui examine d’abord l’âge des Empires, développe la sensibilité de l’entre-deux-guerres et, en fin, constate au terme du XXe siècle la mort et le renouvellement forcé, face à la globalisation du monde, d’une sensibilité qui aura constitué une veine essentielle de l’inspiration littéraire européenne. Quant au traitement théorique de l’« imagination exotique », qui constitue la seconde partie du livre, on évite ici autant que possible les procès idéologiques : en se référant principalement aux ouvrages de Gaston Bachelard, le propos tend donc à considérer le corpus au même titre que n’importe quel autre pan de la production littéraire.

2Si cet essai mérite d’être signalé ici, c’est surtout que l’auteur accorde une certaine place aux œuvres issues d’une manière ou d’une autre de la Belgique francophone : ceci est, somme toute, assez rare chez les comparatistes appartenant à de plus grandes entités nationales, lesquelles aiment à se saluer entre elles, et il faut bien entendu se réjouir d’une telle attention. D’autant qu’elle semble le résultat d’une décision de principe plutôt que d’une véritable maitrise du domaine : la bibliographie consacrée à la Belgique ignore presque totalement les ouvrages flamands et comporte un certain nombre d’erreurs. Ainsi, Bakonji de Cornélus a paru en 1954, non en 1957 ; Léon Debertry est l’auteur de Kitawala, non de Kitawah ; Mélusine ou la robe de saphir n’est pas un ouvrage de Michel de Ghelderode, mais de Franz Hellens ; Gaston-Denys Périer a bien transformé un [i] en [y] dans son prénom, mais pas dans son patronyme ; Grégoire Pessaret est le pseudonyme de Georges Pieraerts, et non Piraerts ; Max Waller est le pseudonyme de Maurice et non de Charles Warlomont ; Gérard Walschap a publié Oproer in Congo en 1953 et il n’y a pas de raison de se contenter ici de la mention de la traduction française en 1956 : c’est une facilité que l’auteur ne se permet pas pour les autres domaines linguistiques ; de même, pour Jef Geeraerts. Ce sont là des détails à rectifier dans les éditions ultérieures, puisque l’importance de l’ouvrage laisse prévoir qu’il y en aura.

3La bibliographie reprend donc certains titres que l’auteur ne parait pas bien connaitre, et c’est par exemple le cas pour Le Reste du monde d’Anna Geramys, dont l’évocation au sein du commentaire, touchant les rapports entre l’exotisme et la mort, aurait sans doute apporté pas mal d’eau à son moulin. Elle ignore, comme le livre lui-même, certaines œuvres majeures des lettres belges. Ainsi, traitant de l’« exotisme de la nostalgie » et du thème oriental, plus loin de l’« harmonie immobile », J.-M. Moura n’évoque pas Max Elskamp, poète qui aurait me semble-t-il mérité d’y avoir sa place ; de même, à propos de l’art nègre, eût-il pu trouver son bien dans l’examen du cas Bass-Bassina-Boulou (Fr. Hellens) ; de même encore, aux côtés des Cendrars et autres Morand, il eût été légitime de citer le nom de Marcel Thiry. Reconnaissons cependant que l’ampleur du domaine couvert, eu égard à la dimension de l’ouvrage et nonobstant son esprit d’ouverture, rendait inévitables certaines lacunes, voire certains déséquilibres. Soyons juste : ainsi, l’auteur a le mérite de ne pas négliger l’Afrique centrale, comme cela arrive à d’autres auteurs français (le vieux réflexe revient cependant lorsqu’il évoque les « indépendances africaines françaises et britanniques » des années 60, p. 197) ; il fait notamment une juste place à Conrad, un de ses écrivains de prédilection. Par ailleurs, Jean-Marc Moura cite et, parfois, exploite judicieusement un certain nombre d’œuvres belges au fil de son propos. Dans « Exotisme et empire », il consacre un alinéa à l’Italie et un autre à la Belgique, en évoquant notamment El Moghreb Al Aksa d’Edmond Picard et les mystérieux... Mystères du Congo (p. 75 ; voir cependant aussi la note assez rapide de la p. 279) ; mais il interprète assez librement un propos de Marc Quaghebeur, en déduisant du relatif « silence » qui a caractérisé l’entreprise coloniale en Belgique le fait qu’il n’y aurait « guère de roman congolais d’envergure », affirmation qui témoigne d’une confiance sans doute excessive dans l’objectivité des jugements de valeur émis par l’institution littéraire. Abordant les « Images de la domination », il fait assez de cas, par contre, du Barabara de Pierre Ryckmans (pp. 139, 289, 307), œuvre effectivement exemplaire à bien des égards. Il évoque avec à-propos d’autres écrivains comme Maurice Maeterlinck (p. 178), Ivan Reisdorff (p. 205), Pierre Mertens (p. 237), Conrad Detrez (p. 236), Henri Vernes (p. 251), Henry Bauchau (pp. 263, 403), Max Waller (p. 295), Henri Michaux (ea pp. 337, 403) et, allusivement, Hergé (pp. 145). Signalons que Maximilien de Béthune Hesbigneul n’était pas ethnologue et que son récit autobiographique Un éden africain (p. 143) a précisément fait l’objet de nombre de critiques d’ordre ethnologique (cf. Bulletin des Séances de l’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer, T.xxix, n°2, 1983).

4L’essai de J.-M. Moura ne prétend évidemment pas nous en apprendre beaucoup, malgré ses 430 pages, sur chacun de ces écrivains : ce n’est pas là son propos. Le fait qu’ils sont cités parmi quantité d’autres, issus d’autres pays, me parait cependant remarquable. C’est que la reconnaissance des lettres belges, si elle est sans aucun doute favorisée par l’existence d’études qui leur soient spécifiques, l’est davantage encore par l’insertion du corpus au sein de ce genre d’ouvrages généraux, qui le signale à l’attention des non spécialistes. C’est peut-être l’occasion aussi de faire observer, à qui en douterait, la rentabilité à long terme des colloques internationaux et de publications scientifiques judicieusement diffusées : on devine, au travers des notes et des références « belges », le rôle des uns et des autres depuis 1990. Ceci ne diminue en rien, au contraire, les mérites d’un critique qui se signale par la documentation, l’ouverture et le souci de clarté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Moura (Jean-Marc), La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle », Textyles, 16 | 1999, 121-122.

Référence électronique

Pierre Halen, « Moura (Jean-Marc), La Littérature des lointains. Histoire de l’exotisme européen au XXe siècle », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1190

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org