Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Godfroid (François), Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique

Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, 1998, 924 p., ill.
Jacques Hellemans
p. 120-121
Référence(s) :

Godfroid (François), Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique, Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, 1998, 924 p., ill.

Texte intégral

1On ne peut que saluer la publication de cet ouvrage relatif à la contrefaçon belge dû à l’acharnement de son auteur, François Godfroid, déjà connu par plusieurs articles sur le sujet parus en 1977, 1979 et 1987 dans le Bulletin de l’Académie. Loin d’être une synthèse définitive sur le sujet, l’auteur nous fait partager les nombreux trésors que recèle sa collection particulière, véritable centre de documentation sur l’édition de la première moitié du xixe siècle. Contrairement aux propos repris au revers de la jaquette, la contrefaçon belge des livres à l’époque romantique est loin d’être inconnue. Sans compter les travaux relatifs aux contrefaçons d’une série d’auteurs particuliers (Paul Van der Perre pour Balzac, Georges Colin pour Sand, etc.) et les articles de Fernand Vandérem sur les préfaçons, la thèse de doctorat d’Herman Dopp fait encore autorité en la matière.

2Comme il l’annonce dans son introduction, cet ouvrage a pour objectif de recenser les principales productions éditoriales contrefaites en Belgique : le théâtre, les titres mondains, la maison Laurent, le roman français et les bibliothèques spécialisées, la Société catholique, la presse, les ouvrages en anglais, en italien et en allemand, le militaria, la chasse et la pêche, les traductions, les arrangements, les éditions étrangères imprimées en Belgique, les ouvrages de musique, l’illustration, etc. Malheureusement, l’auteur ne fait qu’effleurer un certain nombre d’aspects éditoriaux et sociologiques du livre au xixe siècle. Il passe aussi sous silence les conditions de production matérielle et le rôle qu’occupe le commerce du livre belge à l’étranger. Il semble ainsi méconnaître quelques études détaillées tant contemporaines de l’événement (celles de Pierre-Jules Hetzel par exemple) que produites ces dernières années (celles de Roger Bismut, de René Fayt et de Jacques Hellemans).

3L’abondante bibliographie sera très appréciée. Nous regrettons par contre qu’elle ne soit pas raisonnée. Il eût été plus opportun de présenter les notices sous la forme de « grappes » : les sources d’archives, les catalogues, les bibliographies, les ouvrages généraux, les études spécifiques. La description bibliographique semble quant à elle relativement hétérodoxe, voire surannée (mention de la qualité des auteurs, format libellé à l’ancienne...), et non homogène (collation parfois attachée, parfois détachée du corps de la notice, pagination bien souvent absente...). Au niveau typographique, si nous approuvons l’utilisation des grasses, pourquoi ne pas varier et préférer l’italique pour les titres et ceci également au niveau du corpus ?

4À en juger par l’incomplétude du chapitre « presse », — l’Essai bibliographique sur la contrefaçon des revues françaises en Belgique de l’auteur de ces lignes a été sous-exploité —, ce livre n’est pas encore la synthèse attendue. C’est plus un catalogue qu’un essai scientifique sur ce phénomène éditorial. L’ouvrage me semble plutôt l’œuvre d’un collectionneur que d’un scientifique. On s’inquiète en effet de la méthode heuristique utilisée par le chercheur. Ce n’est pas la chance qui fait découvrir le recueil bibliographique du libraire De Mat mais tout simplement la connaissance des outils bibliographiques antérieurs à la Bibliographie de Belgique (p. 23). Le dossier de la contrefaçon n’est pas clos et fera encore couler beaucoup d’encre. Malgré ces quelques défauts, cet ouvrage, sous la forme d’un recueil d’articles, dont l’agencement n’est pas toujours des plus heureux, constitue, par la présence de nombreux documents originaux (prospectus et autres), une véritable mine d’informations sur l’édition du siècle passé. L’impressionnant index des noms de personnes, des éditeurs et sociétés d’édition, des collections et des périodiques cités dans l’ouvrage permet une utilisation optimale de ce corpus de textes relatifs à l’édition de la période concernée, une anthologie de la contrefaçon belge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Hellemans, « Godfroid (François), Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique », Textyles, 16 | 1999, 120-121.

Référence électronique

Jacques Hellemans, « Godfroid (François), Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1186

Haut de page

Auteur

Jacques Hellemans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org