Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Belgique toujours grande et belle. Composé par Antoine Pickels et Jacques Sojcher

Avec la collaboration de Jacques De Decker, Alain Gérard, Adolphe Nysenholc, Foulek Ringelheim, Geert van Istendael, André Versaille, Bruxelles, Éditions Complexe / Revue de l’Université de Bruxelles, 1998, 597 p., ill.
Pierre Halen
p. 118-120
Référence(s) :

Belgique toujours grande et belle. Composé par Antoine Pickels et Jacques Sojcher, avec la collaboration de Jacques De Decker, Alain Gérard, Adolphe Nysenholc, Foulek Ringelheim, Geert van Istendael, André Versaille, Bruxelles, Éditions Complexe / Revue de l’Université de Bruxelles, 1998, 597 p., ill.

Texte intégral

1Étrange ouvrage que ce pavé, lancé dans la mare grenouillante des belgités aujourd’hui rarement militantes, des régionalismes étriqués mais satisfaits, des gênes maussades qu’inspirent, à des citoyens apparemment las, des décennies de questions dites « communautaires ». Et pourtant elle bouge ! Mieux, elle allaite ses enfants : ainsi la Mère-patrie est-elle figurée en couverture, selon une imagerie dont on ne sait d’abord si elle est une manière de renouer avec la statuaire allégorique du xixe siècle ou, plutôt, de s’inspirer de l’esthétique kitsch du Cirque d’hiver.

2On connait le contexte : si cette Belgique est néanmoins « toujours grande et belle », par une citation d’un hymne national qui semble aujourd’hui bien peu fréquenté, c’est qu’elle est passée de scandale en scandale en ces années récentes et que, le sieur Dutroux aidant, l’appareil d’État s’en est trouvé secoué. Et l’on a vu cette chose rare dans la rue : la marche blanche de foules défilant en famille, à qui les mots n’étaient pas nécessaires — cf. Martine Wijckaert (p. 464) — tant était évident leur rappel : dans ce pays, il y a des gens ! Faut croire qu’on l’oubliait. Que ça se maintenait par habitude, sans davantage faire sens. Comme cela s’était passé à l’occasion des funérailles du Roi Baudouin, maints commentateurs ont dès lors fait le lien entre ces dysfonctionnements d’un État dont on n’est plus certain qu’il vaille qu’on le serve, cette protestation muette des gens et l’incertitude où ceux-ci se trouvent d’avoir à se référer à des entités confuses : régions et communautés, dont le législateur ne veut pas qu’on vérifie, ni la pertinence du critère fondateur (linguistique), ni la capacité de susciter l’adhésion.

3La consultation populaire restant interdite (cf. pp. 276-279), les sondages ne donnant qu’une configuration très incertaine des affiliations, vérifions donc par d’autres voies où nous en sommes avec le Royaume. À présent, c’est-à-dire dix-huit ans après La Belgique malgré tout (1980), qui était déjà un pavé, mais d’un poids moindre. Cette fois, on ne s’est pas adressé seulement à des écrivains : plutôt à des « gens de culture au sens très large, mais aussi de la société civile ». Ils sont 126, de divers bords, pas tous patentés, mais c’est une conséquence logique de la volonté de laisser parler (un peu) les gens. Leurs contributions sont ordonnées selon l’ordre d’un (faux) guide de voyage dont on n’aurait retenu que les rubriques générales sur le pays, en commençant par l’hymne national. Globalement, on peut convenir avec les éditeurs qu’elles nous font effectivement passer du thème de l’identité en creux, qui caractérisait le volume de 1980, à une affirmation plus marquée, plus positive, de la bâtardise, du métissage, du babélisme. C’est évidemment le dada de Jacques Sojcher, qui s’y retrouve ; mais pourquoi ne pas considérer qu’il y a, dans cette suite de déclarations, de récits, de pièces littéraires plus ou moins réussies, un témoignage intéressant, non négligeable en tout cas, sur l’identité « belge » en cette deuxième fin-de-siècle ?

4Le thème du bâtard, évidemment, se place dans le droit fil de l’« âme belge », chère à Edmond Picard, et force est de prendre acte de la permanence (ou de la réactivation ?) de ce discours sur la confluence des civilisations latine et germanique qui, déjà à la fin du xixe siècle, inspirait aussi, à l’image de celle de la Belgique, une certaine représentation de l’unité européenne. Certes, la « belgité » ainsi conçue se raccroche également à une tradition identitaire bruxelloise (et Bruxelles occupera effectivement une place importante dans l’ouvrage), quand bien même la culture populaire des Marolles a disparu : les immigrations diverses et le village européen ont renouvelé la matière. Mais on aurait tort d’en inférer que cette sorte d’anthologie, comme celle de 1980 d’ailleurs, procèderait d’une sorte de complot d’intellectuels bruxellois contre des Wallons à la recherche, quant à eux, d’une identité « pleine », que les plus convaincus disent « en construction ». Le fait est que l’ironie avec laquelle la grandeur et la beauté du Royaume sont affirmées est largement répandue, y compris en Flandre et en Wallonie ; et avec elle cette posture de l’espiègle et ce refus d’adhérer à l’État (ou à son décalque plus étroit, la Région), de même, jusqu’à un certain point, qu’au réel. Ce n’est pas que la nature des Belges serait ainsi, ni que des miasmes particuliers à ces lieux les influenceraient en ce sens : il y a simplement, comme toujours et partout, une rentabilité contextuelle dans la proclamation de ces motifs identitaires ; c’est elle qui explique ces essais de « reconstruction d’un imaginaire national » (p. 13), qui sont également le fait, bien entendu, des étrangers (cf. p.e. la contribution très picardienne de Franz Froschmaier, et celle de Benno Barnard). Reconstruction qui, de manière continue et affirmée, est « pour ainsi dire la négation d’une nationalité » (p. 119) : tant pis pour les « coqs et les lions », qui trouvent ici peu de défenseurs.

5En se posant « des questions sur la manière de refonder les choses » (p. 12), les gens infèrent aussi, dit J. Sojcher, une autre représentation, plus rhizomatique et internationale, celle d’une sorte de paradoxal « collectif des marginalités », « qui invente un espace solidaire où coexistent des identités différentes » (p. 13). Et un nombre important de contributions vont assurément dans ce sens, celui d’un dépassement du « communautaire » au profit d’une autre vision des choses, qui entérine certes l’évolution institutionnelle de l’État, mais seulement pour ne plus en entendre parler davantage. Il y a mieux à faire et à vivre. Ou seulement à survivre, comme dans la significative inquiétude de Caroline Lamarche : pendant que nous en sommes distraits, les « habiles » nous détruisent un paysage.

6Mais une angoisse demeure chez ceux-là : que cela continue quand même. Et le fait est que, pour d’autres collaborateurs, très minoritaires ici, il faudrait justement que cela continue, parce que ce n’est pas achevé et qu’on ne saurait pas non plus revenir en arrière. C’est le cas de Jean Louvet, qui en appelle à la fin de la « Communauté française », de José Fontaine, parlant de la Wallonie comme d’un peuple qui ne serait pas nationaliste... Mais de ce rêve, le « poème sonore » de Jean-Marie Klinkenberg ne dit plus rien, et, dans sa froide mise au point sur le rattachisme, René Swennen semble laisser tomber les bras, comme d’ailleurs François Perin : se lasserait-on, de ce côté, de telles solutions ? La contribution de Guido Fonteyn elle-même est circonspecte, comme l’est la conclusion d’Étienne Davignon : « le brouillard est intense » s’il s’agit de prévoir l’avenir du pays : s’il n’y a pas de « poussée irrésistible pour casser l’existant », en revanche « l’inverse n’existe pas non plus » (p. 266). Et Roberto D’Orazio, sur la même longueur d’ondes : la Belgique, c’est comme Clabecq, « il n’y a plus personne qui la gère » (p. 267). Est-ce faute de débats ? Si l’on voit bien à qui profitent les « non-débats », i.e. à la liberté du capital, en revanche, on insiste aussi sur l’histoire d’un escamotage : le remplacement du socio-politique par le communautaire, le baume du droit culturel qu’on étend sur la plaie économique et le souci de le défendre qu’on met à la place du soin démocratique.

7Les contradictions, certes, ne manquent pas entre les échos ici rassemblés. Ainsi, tel récuse la thèse que le « communautaire » est une vaine question « politicienne », tel autre accuse les « élites » de s’en servir pour « régler leurs comptes ». Quelques déplaisirs, forcément, attendent aussi le lecteur. Tel en profite un peu mesquinement pour chercher querelle à un certain Marc Mauvoisin, tel conclut non sans morgue que, de la Belgique, cela ne vaut pas la peine de parler. Tel étale ses fantasmes en signalant qu’il est né à Cerfontaine, « en Principauté de Liège », et ne voulant renoncer ni à l’humanisme socialiste ni à l’identité collective (wallonne), s’en sort en suggérant qu’il n’est pas simple d’être un homme ! Tel autre prend ses regrets pour des réalités (« l’Angleterre avait inventé la Belgique »), et les éditeurs ne se sont pas soucié de notes historiques complémentaires, qui auraient été utiles en certains cas (le « Petit lexique à la Belge », en fin d’ouvrage, ne remédie pas à certaines approximations dans les contributions). Il y a des réussites textuelles, et quelques flops, surtout parmi les collaborateurs qui ont choisi le mode littéraire et fictionnel pour s’exprimer : n’est pas écrivain de circonstance qui veut, et en guise de concetto, on doit bien se contenter quelquefois d’une coquetterie. Parmi les apports les plus intéressants, je relèverai l’article consacré par Benoît Peeters à Paul Otlet et au Mundaneum, l’étude de La Brabançonne par Francis Martens, divers propos autobiographiques d’écrivains comme Jacques Sojcher, Serge Kribus, d’artistes comme André Cauvin ou Pierre Alechinsky.

8Un tel échantillon, dont on peut certes contester la représentativité et l’équilibre, est assez abondant en tout cas pour mériter d’être analysé plus en détail. Quels sont, par exemple, les « lieux de mémoire » invoqués ? On se reportera aussi au cahier d’illustrations, bien qu’il soit assez composite. Rapidement ici, je relèverai que divers motifs traditionnels de la « belgité » se retrouvent dans ce volume. Pour exemple, Martine Wijckaert écrit que « Nous sommes des anciens Bourguignons »... Pointons aussi quelques réminiscences congolaises, avec Francis Martens, André Cauvin, France Borel, Rudi Bekaert, Benoît Peeters, Jean-Louis Lippert... et rwandaises dans le curieux « poème sonore » proposé par Jean-Marie Klinkenberg. Quelques appels thématiques en direction de la Mer du Nord, lieu privilégié de l’imaginaire, avec Serge Kribus, Carl Norac, Liliane Wouters, Pascal Vrebos, Claude Javeau, Guy Vaes. Diverses réflexions sur la langue qui ne suffit pas à établir l’identité (Marc Quaghebeur), et tel rappel de la « dualité texte-image » (Jan Fabre).

9En somme : « tout n’est pas perdu, Jef » (Alain Berliner, p. 354) ou, selon une expression épinglée avec finesse par France Borel : « La Belgique, non peut-être ? » (p. 371). Mais tout pourrait se perdre, et ce n’est pas pour rien que beaucoup des contributions « flamandes » nourrissent un ressentiment à l’égard de Luc Van den Brande, qui incarne à leurs yeux tout ce dont elles ne veulent pas, ou plus. Martine Wijckaert résume ainsi le sentiment de beaucoup de créateurs : « [...] l’art est-il une matière régionalisable ? Est-ce que ce n’est pas la première de toutes les conneries de penser ça ? Le mélange qu’il y avait en Belgique était pertinent. Dès l’instant où on a commencé de mettre de l’ordre dans ce mélange, le seul intérêt qu’il y avait dans ce pays-qui-n’en-est-pas-un a disparu. Je n’ai pas d’état d’âme par rapport à ça, seulement une immense fatigue et une étrange mélancolie » (p. 467).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Belgique toujours grande et belle. Composé par Antoine Pickels et Jacques Sojcher », Textyles, 16 | 1999, 118-120.

Référence électronique

Pierre Halen, « Belgique toujours grande et belle. Composé par Antoine Pickels et Jacques Sojcher », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1185

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

U.I.A. / Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org