Navigation – Plan du site
Varias

Les bibliothèques de Verhaeren. À propos d’un Inventaire

Olivier Bivort
p. 189-194

Texte intégral

  • 1 Cf. la description de ce cabinet dans Les Lettres belges d’expression française (1830-1930). Bruxel (...)
  • 2 Gullentops (D.), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud. Préf. de Jean Burgo (...)

1À sa mort, Verhaeren laissait une importante bibliothèque dans son cabinet de Saint-Cloud1, sa dernière résidence française. Les livres furent en partie donnés, en partie légués par la femme du poète, avec d’autres objets ayant appartenu à son mari, à la Bibliothèque royale de Bruxelles et au Musée du Caillou-qui-bique à Roisin. Un ultime catalogue, celui qui aurait rassemblé les titres des volumes possédés par Verhaeren en 1916, aurait pu donner la mesure de ses préférences et offrir une image de ce qu’il avait jugé digne de conserver de la production littéraire et artistique française et étrangère à cette époque. Tel est le but de l’Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud récemment publié2. Mais les choses ne sont pas aussi simples qu’elles paraissent.

2C’est la poésie française et belge du xixe siècle, depuis le romantisme, qui constitue le fonds principal de la collection qui nous est décrite dans cet Inventaire, avec une présence marquée pour la littérature des années 1870-1900 : parnasse, symbolisme, décadentisme, néo-classicisme, naturisme, vitalisme et poésie d’inspiration populaire. En somme, un calque de l’itinéraire de Verhaeren lui-même. Pour la période postérieure, on trouve encore dans cette bibliothèque un petit éventail de la modernité naissante : Gide, Romain Rolland, Alain-Fournier, Jarry, Cocteau, Apollinaire, Pierre Jean Jouve. Un ensemble de livres d’art et de revues littéraires complète la collection, avec quelques volumes de littérature étrangère. La plupart des livres portent des envois autographes : ceux des amis sont intimes et affectueux ; ceux des confrères, respectueux ou stéréotypés. De nombreux ouvrages sont truffés de lettres, d’articles, parfois de manuscrits. En décrivant la collection (pp. 8-10 de l’introduction), l’auteur tente d’en dégager les principales orientations et d’en éclairer les choix.

  • 3 Cf. Philippe (J.), Inventaire estimatif des pièces et objets du Musée Verhaeren à Roisin. 1975 (dac (...)
  • 4 Cf. Le Salon Émile Verhaeren. Donation du président René Vandevoir au Musée Plantin-Moretus à Anver (...)
  • 5 Mabille de Poncheville (A.), Promenades avec Verhaeren. Paris, Mercure de France, 1930, p. 152.

3Il serait néanmoins hasardeux de tirer des conclusions sur les goûts littéraires de Verhaeren à partir de ce seul inventaire, car si celui-ci ne répertorie pas l’ensemble des livres possédés par le poète au cours de sa carrière, il ne recense pas non plus tous ceux qu’il conservait l’année de sa mort. Ainsi, quoi que nous réserve le titre de cet ouvrage, ce qu’il nous donne à lire n’est, dans les faits, que la liste des volumes réunis aujourd’hui dans les collections des Archives et Musée de la Littérature de Bruxelles [fs xvi] et dans celles du musée du Caillou-qui-bique à Roisin3 (deux entrées concernent aussi le Musée Plantin d’Anvers4). Cette précision est importante. Plusieurs fois, le poète a mis en vente une partie de ses livres : on peut penser qu’il s’est débarrassé de volumes dont il ne savait que faire, pour lesquels son intérêt avait faibli, ou tout simplement parce qu’il avait prosaïquement besoin d’argent. En second lieu, il faut se souvenir que la maison du Caillou-qui-bique a été incendiée et détruite avec toute sa bibliothèque par les bombardements de la fin de la première guerre, sans que l’on ait pu déterminer sa composition ; Mabille de Poncheville, visitant les ruines de ce qui avait été l’ermitage de Verhaeren, notait le 27 décembre 1918 : « du bout de ma canne, machinalement, je fouillais ces décombres, cherchant à y retrouver la trace au moins de ce que fut la bibliothèque de Verhaeren. [...] Rien ! un catalogue du Mercure, celui d’une exposition en Allemagne de Degouve de Nuncques »5.

4Enfin, des livres ont disparu de la bibliothèque de Saint-Cloud, entre 1916 et 1930, et même au-delà. D. Gullentops fournit d’ailleurs en annexe de son livre une courte liste de quelques-uns de ces livres perdus, donnés, ou... volés, liste dressée par Erna Rehwoldt en 1930 (13 titres, p. 141). C’est dire combien ces dispersions, destructions et autres disparitions limiteraient singulièrement les termes d’une étude qui ne s’appuierait que sur cet Inventaire, tant au niveau des dates que des contenus. On ne peut donc partager l’avis de D. Gullentops, pour qui « les ouvrages restants marquent la préférence de l’auteur » (p. 6) : d’une part parce qu’on ne possède guère d’informations sur les ouvrages manquants, d’autre part parce que Verhaeren a accumulé, au moins entre 1906 et 1916, une série de volumes qui lui ont été offerts. La destruction de la bibliothèque du Caillou n’est évidemment pas à mettre sur le compte de la « préférence » et il n’est pas certain que les motivations qui ont poussé Verhaeren à vendre ses livres soient uniquement de l’ordre du désintérêt. L’auteur nous met en garde, avec raison, contre la tentation d’établir un lien par trop immédiat entre la présence d’un livre dans une bibliothèque et sa connaissance effective, et, partant, d’en inférer de possibles influences dans les processus de création. Ce risque me semble bien illustré ici par la liste des ouvrages étrangers présentés en fin de volume : ils ont en grande partie été envoyés à Verhaeren par les traducteurs (Shakespeare et Novalis par Maeterlinck, Swinburne et Whitman par Vielé-Griffin, Tagore par Gide, Wilde par Davray, etc.) ou par les auteurs, et rares sont ceux qui ne portent pas d’envoi. Si le domaine allemand est le plus représenté, c’est en partie parce que Verhaeren reçoit, en service de presse, les ouvrages publiés par son éditeur allemand, Insel ; on y rencontre ainsi un Platon, un Cervantes ou un Flaubert en langue allemande, tous publiés dans la même collection, l’Insel-Bücherei ! Faut-il alors insister à ce point sur la « diversité étonnante des textes majeurs de la littérature mondiale » (introduction, p. 8) ? Dans le même ordre d’idées, un indice matériel pourrait révéler qu’un livre a été — ou n’a pas été — parcouru par son possesseur : les pages éventuellement non coupées. Si cette mention a bien été prévue par l’auteur (v. la liste des abréviations, p. 14), elle n’a malheureusement pas été utilisée, alors que certains ouvrages (notamment au Musée de la Littérature : Dans l’île de Henri Maubel, Échos dans la tourmente de Rosita, Le Vallon de Cécile Sauvage, etc.) sont effectivement restés intacts, ou n’ont été que partiellement ouverts par leur lecteur.

  • 6 « Un premier aperçu de l’inventaire permet de noter la présence des grands classiques français dans (...)
  • 7 D. Gullentops signale en annexe la disparition d’un volume des Œuvres de Racine et de deux tomes de (...)
  • 8 Dans un petit article anonyme (L’Art moderne, 19 juillet 1891) que Luc et Adrienne Fontainas attrib (...)
  • 9 L’Art moderne, 1.9.1889, recueilli dans Impressions. Paris, Mercure de France, t. II, 1927, p. 49.
  • 10 L’Art moderne, 20.8.1882, ibid., p. 156.
  • 11 Gullentops (D.), « Baudelaire et Verhaeren », Textyles, n°11, 1994, p. 111.

5C’est qu’on ne peut s’empêcher de lire aussi cet Inventaire en creux, en supputant des manques, parfois curieux, quelquefois surprenants. Ainsi, quoi qu’en pense l’auteur, la « bibliothèque de Verhaeren à Saint-Cloud » ne contient presque pas de classiques français antérieurs au xixe siècle6. À peine un Villon, un Charles d’Orléans ou un d’Aubigné (envoyé par l’éditeur) pour le xvie siècle ; aucun ouvrage du xviie, un rare Laclos ou un Prévost pour le xviiie. Les Racine, Corneille, Molière, Boileau, fonds de toute bibliothèque de « l’honnête homme », ont-ils été vendus, — ou donnés7 ? Il est presque certain que Verhaeren les possédait : on lui doit une conférence sur Racine, avec d’abondantes citations (Théâtre du Parc, novembre 1899), et dans un article de L’Art moderne, il se laissait même aller à des considérations bibliophiliques (on verra qu’elles ne sont pas gratuites)8 : « ce n’est pas en de poussiéreuses éditions de l’Empire, ni en tirages trop modernes, — bien qu’il y en ait de superbes, — qu’il faut lire les classiques », écrivait-il. « C’est, autant que possible, en édition originale, ou voisine de celle-ci. Les Oraisons de Bossuet, les Athalie et les Esther de Racine apparaissent, en leur mince in-8°, admirables »9. Si l’on passe au xixe siècle, Verhaeren ne devait-il pas posséder Les Orientales, Cromwell, Les Contemplations, Les Misérables, Les Châtiments, La Légende des siècles, lui qui écrivit plusieurs articles sur Hugo, citant abondamment ses œuvres (cf. la deuxième série des Impressions), lui qui a toujours avoué son « culte » et sa préférence pour le grand homme, entre tous les poètes français ? N’avait-il pas l’œuvre de Gautier, « un des poètes les plus personnels de la France »10 ? Que sont devenus certains des livres dont il a rendu compte, comme Le Coffret de santal de Cros, L’Argent de Zola, L’Ève future de Villiers, etc. ? Où sont certains volumes de ses maîtres, de ses confrères, de ses amis, les Lemonnier, les Eekhoud, les Rodenbach ? On a peine à croire que Verhaeren ne possédait pas Les Fleurs du mal, lui qui admirait tant Baudelaire et qui lui consacrait un important essai dans L’Art moderne du 13 août 1882 ; dans un article précédent, D. Gullentops s’étonnait d’ailleurs de cette étrange « disparition »11.

6On peut difficilement reprocher à l’auteur de n’avoir pas outrepassé les limites qu’il a fixées à son travail ; cependant, et parce qu’il suggère lui-même quelques pistes dans ce sens, malheureusement sans les exploiter, une étude des catalogues de vente, de divers témoignages ou de la correspondance de Verhaeren aurait pu lui permettre de compléter en partie cette liste d’ouvrages disparus, voire de retrouver quelques traces de ceux qui furent vendus.

  • 12 Losseau (L.), « La légende de la destruction par Rimbaud de l’édition princeps de Une saison en enf (...)
  • 13 Lettre de Vanier à Verhaeren du 28 septembre 1886 ; lettre de Verhaeren à Vanier d’octobre 1887 ; c (...)
  • 14 « Mini-cabinet d’Émile et Marthe Verhaeren », Bruxelles, Librairie Simonson, vente publique du 8 ma (...)

7Ainsi, on sait, entre autres, que Verhaeren possédait un exemplaire de l’édition originale d’Une saison en enfer, qui lui avait été donné, à sa demande, par Léon Losseau12. On sait aussi qu’il avait dans sa bibliothèque Louise Leclercq, la deuxième édition des Romances sans paroles et Amour13, aujourd’hui manquants. Un catalogue de la librairie Simonson, rédigé par Pascal de Sadeleer, présentait il y a une dizaine d’années un ensemble de pièces provenant de la « succession du poète », c’est-à-dire des livres que Verhaeren n’avait pas vendus mais qui ne figuraient — apparemment — ni dans le don ni dans le legs ; il contient 25 volumes lui ayant appartenu dont la date de publication est antérieure à 1916, la plupart portant des envois14. Voici la liste :

  • Eugène Baie, L’Épopée flamande. Bruxelles, Lebègue, 1903, envoi ; Sub rosa et sub umbra. Paris, Éditions de la Vie, 1912, envoi.

  • Léon Bazalgette, Camille Lemonnier. Paris, Sansot, 1904, envoi.

  • Jean de Boschère, Max Elskamp. Paris, Bibliothèque de l’Occident, 1914, envoi.

  • Camille Lemonnier, Mes médailles. Paris, Librairie générale, 1878 ; Un mâle. Paris, Savine, 1888 ; Les Peintres de la vie. Paris, Savine, 1888, envoi ; La Fin des bourgeois. Paris, Dentu, 1892, envoi ; Le Bestiaire. Paris, Savine, 1893, envoi ; Paroles pour Georges Eekhoud. Bruxelles, Lacomblez, 1893 ; L’Île vierge. Paris, Dentu, [1897], envoi ; Le Sang et les roses. Paris, Ollendorf, 1901, envoi ; Les Deux Consciences. Paris, Ollendorf, 1902, envoi ; La Chanson du carillon. Paris, Lafitte, 1911, envoi.

  • Louis Delattre, Le Parfum des buis. Bruxelles, Association des Écrivains belges, 1911, envoi.

  • Georges Eekhoud, Myrtes et cyprès. Paris, Jouaust, 1877 ; La Nouvelle Carthage. Bruxelles, Veuve Monnom, 1891 ; Mes Communions. Bruxelles, Kistemaeckers, 1895, envoi ; Philaster. Bruxelles, Le Coq rouge, 1895, envoi ; Les Libertins d’Anvers. Paris, Mercure de France, 1912, envoi.

  • Valère-Gille, Le Château des merveilles. Bruxelles, Lacomblez, 1893, envoi.

  • Ch.-H. Hirsch, La Vierge aux tulipes. Paris, Mercure de France, 1901, envoi.

  • Georges Rodenbach, Le Foyer et les champs. Paris, Palmé, 1877 ; Les Tristesses. Paris, Lemerre, 1879, envoi.

  • Fernand Severin, Le Lys. Bruxelles, Lacomblez, 1888.

  • 15 Bibliothèque Paul Voûte, Paris, Blaizot, vente publique du 10 mars 1938.
  • 16 Bibliothèque Albert Dumont, Bruxelles, Librairie Simonson, vente du 12 décembre 1959.

8On retrouve encore, au hasard des catalogues, Le Roi Candaule de Gide (1901) avec un envoi15 ou l’Émile Verhaeren de Mockel (1895), toujours avec envoi16 : aucun de ces 31 ouvrages ne figure dans les catalogues des ventes organisées par Verhaeren. C’est dire combien la liste des ouvrages disparus risque d’être longue, et combien on est loin d’avoir ici réuni l’inventaire complet de la bibliothèque de Verhaeren à Saint-Cloud, pour ne parler que de cet ensemble.

  • 17 Catalogue d’une importante collection de beaux livres rares ou curieux, anciens et modernes provena (...)
  • 18 Et non du 4 : voir la nouvelle édition du Journal. Éd. E. Marty. Paris, Gallimard, Bibliothèque de (...)

9Le problème est plus délicat pour ce qui concerne le repérage des ouvrages dont Verhaeren s’est débarrassé au cours de sa vie : D. Gullentops signale deux ventes organisées par le poète, l’une en 1889, l’autre en 1906. Le catalogue de la vente du 15 avril 1889 (« et les cinq jours suivants ») présente deux bibliothèques mêlées, empêchant d’identifier à coup sûr le propriétaire des ouvrages17 ; quant à la vente de 1906, dont l’auteur ignore la date exacte, elle serait seulement signalée par Gide dans son Journal en date du 3 avril 190618 : le catalogue, non répertorié, n’a pas été retrouvé. Ainsi D. Gullentops a-t-il renoncé à rechercher la trace de ces livres vendus.

  • 19 Verhaeren essaie de vendre des livres pour aider son ami [fs xvi 148/1481].
  • 20 Edmond Deman éditeur (1857-1918), op.cit., pp. 22-43.

10Il valait pourtant la peine de s’intéresser à cette question. Il faut d’abord noter que Verhaeren avait déjà vendu des livres avant la vente de 1889 : dans une lettre de juillet 1884 adressée à Théo Van Rysselberghe, il se plaint de « [s]on vendeur de livres à Bruxelles » qui ne veut lui donner « que 90 f. pour un lot de bouquins qui au bas mot en valent 125 »19. On n’en sait malheureusement pas plus. C’est que la vente et l’achat de livres, et de beaux livres, est bien une constante chez Verhaeren. Adrienne et Luc Fontainas ont souligné le rôle important joué par Edmond Deman dans le commerce du livre ancien20 ; Verhaeren, grand ami de l’éditeur-libraire, devait aussi lui confier une partie de ses livres pour qu’il les mette en vente. Aucun document ne permet aujourd’hui, à ma connaissance, de retrouver la trace de ses livres parmi les 1065 lots du catalogue. Tout au plus peut-on signaler une forte concentration de classiques français dans cette vente, réimprimés à partir des années 1870 par Picard, Jouaust, Lemerre, etc. Mais il n’en va pas de même pour la troisième vente. Le 20 janvier 1906, Verhaeren demandait conseil au grand bibliophile français Pierre Dauze :

  • 21 Sic pour tous ces titres.
  • 22 Lettre à Pierre Dauze (aux bons soins de M. Valette, 26, rue de Condé, Paris). Cachet de la poste : (...)

Mon cher Monsieur Dauze
J’ai plusieurs livres (Flaubert Zola Goncourt Balzac) tous en première édition dont je désire me défaire. Pourriez-vous m’indiquer un libraire ou un bouquiniste qui peut me les racheter, à prix convenable. Vous seriez très aimable si vous aviez l’obligeance de me renseigner sur les prix atteints par : Bovary, Salambo, Les trois contes, Bouvard & Pécuchet, L’assomoir, la conquête de Plassan, Germinie Lacerteux, etc...21 Depuis bien longtemps je ne suis plus les ventes. Les anciens prix peuvent avoir changé. Je vous demande pardon du petit dérangement que je vous cause et vous serre cordialement les mains
Em. Verhaeren
5 rue de Montretout St-Cloud22.

  • 23 Ajoutons que dans son Journal, Gide mentionne déjà un « titre » : « je me promettais de saisir [à l (...)
  • 24 Catalogue de livres et manuscrits provenant de la bibliothèque de M. André Gide. Paris, Champion, 1 (...)

11Cette lettre est assurément une étape préliminaire à cette vente. Le document est connu : n’aurait-il pas été utile de mentionner déjà les titres qui y figurent ? La piste la plus intéressante à suivre était cependant celle du Journal de Gide. Contrairement à ce qu’affirme D. Gullentops (p. 6), on possède bien une liste des ouvrages achetés par Gide à la vente Verhaeren de 190623. Ces ouvrages figuraient évidemment dans sa bibliothèque. Or on sait qu’il a lui aussi mis en vente une partie de ses livres et qu’il a lui-même rédigé son catalogue, ne manquant pas de mentionner les provenances, souvent illustres24. Ainsi y retrouve-t-on, « provenant de la bibliothèque d’Émile Verhaeren » (sic !), une importante série de Nerval (Lorely, 1852 ; Les Illuminés, 1852 ; La Bohème galante, 1855 ; Le Rêve et la vie, 1855 ; Le Marquis de Fayolle, 1856 ; Souvenirs d’Allemagne, 1860), des Balzac (Béatrix, 1839 ; Une fille d’Ève, 1840 ; Madame de la Chanterie, 1854) et surtout la seconde édition des Fleurs du mal (1861), qui avait donc bien été vendue par son propriétaire ! Il suffisait alors de rechercher ces titres, avec ceux qui étaient mentionnés dans la lettre à Pierre Dauze, dans les catalogues des ventes organisées quelques jours avant le 3 avril 1906 : on les retrouve en effet, avec beaucoup d’autres dont on avait perdu la trace, dans un

Catalogue de livres modernes - romantiques - auteurs contemporains - en éditions originales provenant de la bibliothèque de M. B*** (Paris, Librairie Henri Leclerc, 1906, 36 p. [B.N. Delta 43341]).

  • 25 Le Coffret de santal de Charles Cros ; passé dans la collection de René Vandevoir, cet exemplaire e (...)
  • 26 Verhaeren : biographie d’une œuvre. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature français (...)

12Un ensemble de 376 volumes répartis en 234 lots, vendus anonymement à Drouot, le lundi 2 avril 1906, à « 2 heures du soir ». Un petit mystère subsiste, qui concerne deux titres de la bibliothèque de Gide. Deux des livres indiqués par Gide comme provenant de la bibliothèque de Verhaeren ne figurent pas dans ce catalogue (Lorely et Une fille d’Ève). Il est possible qu’il les ait acquis à un autre moment, ou qu’il se soit trompé en les attribuant à la collection Verhaeren. Mais Gide oublie aussi de mentionner la provenance d’un ouvrage acheté à la même vente25. Il ne fait pourtant aucun doute que M. B*** est bien Verhaeren : les cinq autres ouvrages de Nerval achetés par Gide sont offerts dans son catalogue en un seul lot indivisible (n°84). On y retrouve bien entendu tous les livres signalés à Pierre Dauze, mais aussi L’Ève future, L’Argent, etc., tous livres assurément possédés par Verhaeren, ainsi que de grands ensembles qui font effectivement défaut dans la liste de l’inventaire : pour les romantiques Chateaubriand, Lamartine, Musset, Balzac et Gautier ; pour les modernes Hugo (avec 23 lots !), Goncourt (22), Zola (17), Banville (8), Barbey d’Aurevilly (6), Anatole France (9), Villiers (5), Henri de Régnier, Huysmans... Ce sont les ouvrages d’un bibliophile averti, qui affectionnait les belles reliures, les tirages rares, les papiers précieux. Verhaeren avait-il des problèmes d’argent à l’époque ? Jacques Marx le laisse entendre, mais ne produit aucun document à l’appui de cette supposition26. Ces ouvrages ne répondaient-ils plus à ses intérêts littéraires à ce moment, ou entendait-il simplement renouveler ses collections ? (aucun livre antérieur au xixe siècle ne figure dans cette vente). Il est difficile de répondre à ces questions, mais il demeure singulier qu’un tel ensemble (ce sont tous de grands auteurs) ait été soustrait à une bibliothèque restée très riche par la suite. Ce sont donc près de quatre cents volumes qui viennent s’ajouter maintenant à la « bibliothèque potentielle » d’Émile Verhaeren.

  • 27 Lausanne, L’Âge d’Homme, t. 1, 1986, pp. 804, 805, 808.
  • 28 Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1945, p. 110.
  • 29 Journaux 1912-1940. Éd. Knut Beck, trad. Jacques Legrand. Paris, Belfond, 1986, p. 42.
  • 30 Celle de Huysmans du 24 juin 1884 dans le Bulletin de la Société J.-K. Huysmans, n°39, 1960 ; celle (...)

13En bon bibliographe, D. Gullentops ne m’en voudra pas maintenant d’épingler quelques petits détails concernant l’établissement des notices, les références et les informations subsidiaires qui les accompagnent. Il a pris le parti, regrettable à mon sens, de décrire les ouvrages tels qu’ils se présentent dans les deux fonds, sans suppléer d’éventuelles indications manquantes. L’économie de certaines dates d’édition, par exemple, ne me semble pas justifiable : il est indispensable de pouvoir situer avec précision le moment de parution d’un ouvrage, surtout dans une étude de réception qui se veut d’abord synchronique. L’auteur le sait pourtant, puisqu’il en ajoute quelques-unes, ça et là, avec les crochets droits d’usage. Pourquoi n’avoir pas généralisé ce système ? De même, il aurait été utile de signaler la présence des éditions originales et de mentionner les papiers et les tirages. Seuls Les Chants de Maldoror ont droit à une notice de ce type, vu la rareté de cette édition. L’ensemble de la collection ne méritait-il pas semblable traitement ? Il aurait mis en évidence un Verhaeren bibliophile qu’on pouvait ne pas soupçonner. De nombreux exemplaires sont farcis de lettres autographes et la seule description des pièces est souvent insuffisante : l’auteur ne mentionne les dates et les noms des correspondants que s’ils figurent sur le document, alors qu’une vérification dans les éditions courantes aurait pu facilement lui livrer les données manquantes. Ainsi, dans l’exemplaire des Derniers vers de Jules Laforgue (p. 61) figurent deux lettres (de Laforgue), que D. Gullentops reproduit in extenso, sans autres précisions (sans mention du destinataire, du lieu, de la date), signalant même la perte d’une troisième, en suivant une note manuscrite de Verhaeren. Elles ont pourtant été toutes trois publiées dans les Œuvres complètes de Laforgue27 : elles sont adressées à Madame Mültzer, et sont datées approximativement du mois de novembre 1882 ; cette édition résout aussi le problème des mots indiqués ici comme étant « illisibles ». On retrouve de même la leçon correcte du « mot illisible » qui figurerait dans la lettre de Vanier à Verhaeren du 28 septembre 1886 (p. 107) dans le Verlaine en Belgique de Gustave Vanwelkenhuyzen28. L’édition de la correspondance comporte aussi d’autres lacunes. Dans l’exemplaire de Sagesse ayant appartenu à Verhaeren (p. 106, publié chez Goemaere et non Geomare) figure une lettre de Verlaine dont le destinataire semble ici inconnu. Un témoignage important sur ce document nous vient de Stéphane Zweig qui, dans son journal, signale avoir lu une lettre de Verlaine à Verhaeren « du temps que celui-ci donnait dans le catholicisme (lorsqu’il écrivit Les Moines) »29. C’est bien de cette lettre qu’il s’agit : la mention par Verlaine du poème Les Calvaires le confirme. Verhaeren venait de publier ce texte dans La Vogue (t. III, n°7, 29 novembre-6 décembre 1886), à la suite de deux poèmes de Verlaine, précisément ceux dont il donne les variantes dans sa lettre. Cependant, on ne peut que regretter la désinvolture avec laquelle D. Gullentops a reproduit ce texte : les erreurs de transcriptions ne manquent pas (ex. : « en dépit de quelques exemples que vous en donassiez » mis pour « en dépit des quelques exemples que vous en connaissez »), et certaines sont franchement cocasses : ainsi, ce n’est pas « la manche » que Verlaine espère recouvrer après sa guérison, mais « la marche » ! D’autres lettres souffrent encore d’une mauvaise transcription, comme celle de Maeterlinck (12 mars 1890, p. 67: « illocutoire » pour « volontaire »), celle de Mallarmé (25 mars 1888, pp. 69-70, où presque tout le premier paragraphe a disparu sans laisser de traces, rendant incompréhensible le reste de la lettre) ou encore celle de van de Velde (1892, p. 37: « l’ens. pr l’Art » mis pour « l’Ass. pr l’Art », « des dimanches » mis pour « aux dimanches », etc.). Il aurait d’ailleurs été utile de mentionner l’éventuelle publication de ces lettres : cela aurait permis de mettre en relief celles qui sont encore inédites (celle de Verlaine, par exemple) ou de renvoyer aux éditions celles qui sont connues30.

  • 31 Éd. Joan U. Halperin. Genève-Paris, Droz, t. II, 1970, pp. 626-628.

14En ce qui concerne les pièces jointes, tels les articles, coupures de presse ou comptes rendus, ne valait-il pas la peine d’en indiquer les références ? Elles manquent presque toujours. Ainsi, l’auteur signale l’existence, dans l’exemplaire des Palais nomades de Gustave Kahn, d’« un compte rendu de l’ouvrage de Félix Fénéon » (p. 59). De quel ouvrage s’agit-il ? Qui est l’auteur de ce compte rendu ? En fait, il s’agit d’une recension du recueil de Kahn par Félix Fénéon ! Elle fut publiée dans L’Émancipation sociale de Narbonne le 22 mai 1887 et est reproduite dans les Œuvres plus que complètes de Fénéon31. De même, D. Gullentops mentionne, joint au Traité du verbe de Ghil (p. 45), cette pièce : « Les Hommes d’aujourd’hui (Paris, Vanier, n° 338) ». Ne fallait-il pas préciser qu’il s’agit de la notice sur Ghil lui-même, rédigée par Verlaine (ou encore, que le « Pierre et Paul » auteur d’une notice sur Verlaine n’est autre que... Verlaine, p. 106) ? Pourquoi ne pas signaler que La Conquête allemande de Valéry est un « extrait du Mercure de France du 1er août 1915 » et non un volume ou une plaquette publiée en 1915 (p. 104) ? On relève encore, ici et là, quelques imprécisions bibliographiques. Le titre de l’ouvrage de Paul André (p. 18) doit être orthographié Jan Moerloose ; les dates de publications de la série xixe siècle de Les Œuvres et les hommes de Barbey sont 1860, 1861, 1862, 1865 et non 1861-1865 (les titres ne sont pas non plus mentionnés, p. 20) ; Dominical, d’Elskamp, est bien paginé (66 p.) ; Buschmann n’en est pas l’éditeur, mais l’imprimeur ; van de Velde n’en est pas l’illustrateur : il a seulement « propitiatoirement orné » la couverture, comme le mentionne la page de faux-titre (p. 37). D. Gullentops confond parfois imprimeur et éditeur : d’Elskamp toujours, L’Alphabet de Notre dame la vierge a été édité par le Conservatoire de la tradition populaire, et non par Buschmann (p. 38) ; de Moréas, Les Syrtes (p. 74) ont été édités à compte d’auteur, et non par Léo Trézenik (le fondateur de Lutèce, imprimeur à ses heures). Quelques oublis parmi d’autres : la mention « Frontispice et culs de lampe de Georges Minne » manque à la référence des Serres chaudes de Maeterlinck (p. 66), comme manquent la plupart des illustrateurs malgré la présence en fin de volume d’un index qui aurait dû les reprendre ; la pagination (102 p.) manque au Rouet et la besace de Grégoire Le Roy (p. 65) ; le nom du préfacier (Philippe Huc) manque aux Petits poèmes de Tristan Derème (p. 32) comme il manque à La Chanson des mendiants de Merlet (Verhaeren lui-même, p. 72) et à La Mer élégante de Rodenbach (Jean Aicard, p. 91) ; Théophile Gautier n’est évidemment pas l’auteur de son propre tombeau (p. 42) ; Missembourg de Marie Gevers (p. 43) et l’Almanach littéraire Crès (p. 133) ont paru en 1917, après la mort de Verhaeren, et ne devraient donc pas figurer dans cette liste.

  • 32 Art (A.) et Fayt (R.), Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp léguée à l’Université libre de (...)
  • 33 Merci à Adrienne Fontainas, Pascal de Sadeleer et Fabrice van de Kerckhove pour leur grande disponi (...)

15Ces détails mis à part, il est certain que cet Inventaire, encore à compléter, pourra rendre des services aux spécialistes de Verhaeren et à ceux de l’histoire du livre. S’il n’a pas la richesse de celui de la bibliothèque de Max Elskamp32 (pour rester dans un contexte similaire), le grand nombre de documents autographes ou imprimés qui y sont mentionnés (la correspondance, les articles et les comptes rendus) devrait apporter des éclairages sur les rapports entre le poète et ses confrères, voire sur la production de Verhaeren lui-même33.

*

16P.S. : Au moment de mettre sous presse, nous apprenons que David Gullentops vient de publier un addendum : « La bibliothèque d’Émile Verhaeren » (Le Livre et l’estampe, n°149, 1998, pp. 29-62), en l’occurrence une partie d’un inventaire de la bibliothèque du poète effectué après 1919. Retrouvé récemment par Paul Servaes, cet inventaire qui se présente sous la forme d’un carnet manuscrit (apparemment le deuxième d’un ensemble de trois) contient les références de plus de quatre cents volumes qui ne figurent pas dans les collections de Bruxelles et de Roisin. (O.B.)

Haut de page

Notes

1 Cf. la description de ce cabinet dans Les Lettres belges d’expression française (1830-1930). Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1930, pp. 126-130 ; et dans Centenaire de Verhaeren. Éd. Livia Stijns. Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, 1955, pp. 80-86.

2 Gullentops (D.), Inventaire de la bibliothèque d’Émile Verhaeren à Saint-Cloud. Préf. de Jean Burgos. Paris, La Revue des Lettres modernes, série Les carnets bibliographiques des Lettres modernes, 1996, 146 p., index.

3 Cf. Philippe (J.), Inventaire estimatif des pièces et objets du Musée Verhaeren à Roisin. 1975 (dactyl.).

4 Cf. Le Salon Émile Verhaeren. Donation du président René Vandevoir au Musée Plantin-Moretus à Anvers. Éd. René Vandevoir et Francine de Nave. Anvers, Musée Plantin-Moretus, 1987.

5 Mabille de Poncheville (A.), Promenades avec Verhaeren. Paris, Mercure de France, 1930, p. 152.

6 « Un premier aperçu de l’inventaire permet de noter la présence des grands classiques français dans la bibliothèque de Saint-Cloud » (p. 8 de l’introduction).

7 D. Gullentops signale en annexe la disparition d’un volume des Œuvres de Racine et de deux tomes des Pensées de Pascal (liste d’Erna Rehwoldt, p. 141).

8 Dans un petit article anonyme (L’Art moderne, 19 juillet 1891) que Luc et Adrienne Fontainas attribuent à Verhaeren, l’auteur fait l’éloge de la bibliophilie à l’occasion d’une recension d’un catalogue Deman (Edmond Deman éditeur (1857-1918). Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, p. 35). Le 18 juin 1910, Verhaeren remerciait un correspondant anonyme de « la flatteuse distinction dont la Société des bibliophiles belges a[vait] bien voulu [l]’honorer »... en l’occurrence un exemplaire des Rythmes souverains avec la signature du Prince de Ligne [fs xvi 1240].

9 L’Art moderne, 1.9.1889, recueilli dans Impressions. Paris, Mercure de France, t. II, 1927, p. 49.

10 L’Art moderne, 20.8.1882, ibid., p. 156.

11 Gullentops (D.), « Baudelaire et Verhaeren », Textyles, n°11, 1994, p. 111.

12 Losseau (L.), « La légende de la destruction par Rimbaud de l’édition princeps de Une saison en enfer », Société des bibliophiles belges séant à Mons, Bulletin, t. I, 1919, p. 322.

13 Lettre de Vanier à Verhaeren du 28 septembre 1886 ; lettre de Verhaeren à Vanier d’octobre 1887 ; compte rendu d’Amour dans L’Art moderne du 6 mai 1888.

14 « Mini-cabinet d’Émile et Marthe Verhaeren », Bruxelles, Librairie Simonson, vente publique du 8 mars 1986.

15 Bibliothèque Paul Voûte, Paris, Blaizot, vente publique du 10 mars 1938.

16 Bibliothèque Albert Dumont, Bruxelles, Librairie Simonson, vente du 12 décembre 1959.

17 Catalogue d’une importante collection de beaux livres rares ou curieux, anciens et modernes provenant des bibliothèques de M. E. Verhaeren et de M. X***, bibliophile liégeois. Bruxelles, E. Deman, Libraire-expert, 1889 [B.R. r 3639.136.I]

18 Et non du 4 : voir la nouvelle édition du Journal. Éd. E. Marty. Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1996.

19 Verhaeren essaie de vendre des livres pour aider son ami [fs xvi 148/1481].

20 Edmond Deman éditeur (1857-1918), op.cit., pp. 22-43.

21 Sic pour tous ces titres.

22 Lettre à Pierre Dauze (aux bons soins de M. Valette, 26, rue de Condé, Paris). Cachet de la poste : Saint-Cloud 20 janvier [19]06. Anvers, Musée Plantin-Moretus [vv 561 a 69].

23 Ajoutons que dans son Journal, Gide mentionne déjà un « titre » : « je me promettais de saisir [à la vente Verhaeren] un Desbordes-Valmore, avec l’espoir de l’offrir ensuite à Marie de Régnier » (3 avril 1906, op.cit.).

24 Catalogue de livres et manuscrits provenant de la bibliothèque de M. André Gide. Paris, Champion, 1925 (vente des 27 et 28 avril 1925).

25 Le Coffret de santal de Charles Cros ; passé dans la collection de René Vandevoir, cet exemplaire est aujourd’hui au Musée Plantin-Moretus. Il ne figure pas dans l’Inventaire de D. Gullentops, bien qu’il soit signalé dans Le Salon Émile Verhaeren, op.cit., n° 53, p. 152 : « cet exemplaire qui provient de la vente de la bibliothèque d’André Gide a certainement appartenu à Verhaeren.... ». Ce n’est d’ailleurs pas le seul exemplaire oublié : D. Gullentops n’a pas recueilli les ouvrages japonais des collections du Musée de la Littérature...

26 Verhaeren : biographie d’une œuvre. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, 1996, p. 423.

27 Lausanne, L’Âge d’Homme, t. 1, 1986, pp. 804, 805, 808.

28 Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1945, p. 110.

29 Journaux 1912-1940. Éd. Knut Beck, trad. Jacques Legrand. Paris, Belfond, 1986, p. 42.

30 Celle de Huysmans du 24 juin 1884 dans le Bulletin de la Société J.-K. Huysmans, n°39, 1960 ; celle de Ghil du 9 décembre 1886 dans Jouanny (R.), Jean Moréas écrivain français. Paris, Les Lettres modernes, 1969 ; celle de Bloy du 18 février 1887 dans les Cahiers Léon Bloy, mai-août 1937 ; celle de Mallarmé du 25 mars 1888 dans la Correspondance. Éd. Mondor-Austin. Paris, Gallimard, t. III, 1969 ; celle de van de Velde de 1892 dans Henry van de Velde dans les collections de la Bibliothèque royale Albert Ier. Bruxelles, 1993, etc.

31 Éd. Joan U. Halperin. Genève-Paris, Droz, t. II, 1970, pp. 626-628.

32 Art (A.) et Fayt (R.), Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp léguée à l’Université libre de Bruxelles. Bruxelles, Éd. de l’Université, Faculté de Philosophie et Lettres, 1973.

33 Merci à Adrienne Fontainas, Pascal de Sadeleer et Fabrice van de Kerckhove pour leur grande disponibilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bivort, « Les bibliothèques de Verhaeren. À propos d’un Inventaire », Textyles, 15 | 1999, 189-194.

Référence électronique

Olivier Bivort, « Les bibliothèques de Verhaeren. À propos d’un Inventaire », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1179 ; DOI : 10.4000/textyles.1179

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org