Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Roger Kervyn De Marcke Ten Driessche, Les Fables de Pitje Schramouille

Préface de Jacques De Decker. Lecture de Reine Meylaerts, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°121, 2000, III+146 p.
Cécile Vanderpelen
p. 148-149
Référence(s) :

Roger Kervyn De Marcke Ten Driessche, Les Fables de Pitje Schramouille. Préface de Jacques De Decker. Lecture de Reine Meylaerts, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°121, 2000, III+146 p.

Texte intégral

1Cette vingtième édition des célèbres fables atteste de la pérennité d’un intérêt qui depuis une première publication en 1923 ne se dément pas. Ce succès s’explique aisément. Drôles, ces fables versifiées content dans une langue apparentée au bruxellois le plus truculent, les burlesques mésaventures d’habitants du quartier populaire des Marolles. Elles s’inscrivent dans un genre littéraire souvent désigné de « populaire » qui tente de renouer avec la culture, le folklore et le langage imputés au peuple. Le dialecte bruxellois ici exploité s’inspire d’un genre inauguré au xixe siècle par Victor Lefèvre, auteur de nombreuses fables dans une langue dite « marollien ». La leçon de morale qu’illustre chaque fable semble avoir valeur de vérité universelle.

2Les fables sont précédées d’une préface de Jacques De Decker, qui témoigne de son admiration pour une œuvre dont il souligne les valeurs artistique et patrimoniale. La lecture est assurée par Reine Meylaerts, docteur en philologie romane de la K.U.L., particulièrement qualifiée pour analyser le syncrétisme linguistique expérimenté dans ces fables puisqu’elle travaille depuis de nombreuses années sur les relations entre littérature française et néerlandaise dans la Belgique de l’entre-deux-guerres. Comme elle le montre, l’auteur a inventé un idiome, le « marollien littéraire », composé d’éléments flamands, dialectaux et français. Le génie de l’auteur est d’être parvenu à une « authenticité sociolectale » qu’appuie une orthographe au caractère oral. L’aspect populaire est rendu grâce à l’utilisation de sentences proverbiales et de thèmes prosaïques. En plus de l’effet littéraire escompté grâce à ces procédés, il faut voir une volonté de créer une synthèse des langues belges afin de consolider l’union nationale, idéal auquel tenait beaucoup Roger Kervyn.

3La lecture contient une biographie détaillée de l’auteur étayée par une bibliographie soigneusement sélectionnée. Les Fables sont sa première œuvre. Leur succès tendra à occulter les poèmes, critiques, contes et essais d’une carrière littéraire abondante. L’un des apports de la biographie ici présentée est de mettre en lumière un travail de traducteur souvent méconnu. Issu d’une famille de notables de la haute bourgeoisie gantoise, Roger Kervyn considère Bruxelles comme une ville d’adoption où il fait ses études secondaires ainsi qu’un doctorat en droit à l’U.L.B. C’est en traversant le quartier des Marolles qu’il découvre les habitudes sociales et langagières des habitants ainsi que leur misère qu’il tentera de soulager grâce à un engagement dans des œuvres caritatives chrétiennes. Roger Kervyn ne rompt cependant pas avec les valeurs de son milieu d’origine ; toute sa vie, il collabore à de nombreuses revues catholiques de tendance conservatrice dans lesquelles il ne manque pas de défendre une vision méritocratique et hiérarchique de la société.

4Si la biographie n’omet pas ces éléments, on regrettera qu’elle ne montre pas à quel point ils sont lisibles dans Les Fables qui, d’une certaine manière, les servent. Mais, mettre en lumière cet aspect risque d’atteindre à la gloire d’un mythe qui, jusqu’à présent, est bien gardé.

5Il est important de se rappeler que la première édition de l’œuvre est assurée par la Jeunesse nouvelle, revue politico-littéraire louvaniste du même nom, dont fait partie Roger Kervyn. Le mouvement est fondé en 1919 par quatre étudiants anciens combattants, Luc Hommel, Carlo de Mey, Jean Teugels et Paul Champagne. Il défend une idéologie maurrassienne adaptée au cas belge. Imputant la guerre qui vient de décimer l’Europe au libéralisme et à la démocratie, ces jeunes veulent instaurer un État monarchique, hiérarchique et autoritaire et réformer la société à partir du dogme catholique. Pour eux, la littérature est un moyen de diffuser et de refléter ces préceptes. Ils s’emploient dès lors à produire des œuvres aux projets politiques explicites. Par la morale du « bon sens populaire » qu’elles énoncent, Les Fables participent à ce projet. Alors que la Révolution bolcheviste vient de gronder, que l’Occident craint une expansion du Communisme et que la haute bourgeoisie est traumatisée par l’instauration du Suffrage universel, il est urgent et utile de se rassurer sur les intentions des classes populaires. Les Fables répondent à cette attente en « faisant parler » le « bon sens » et le goût pour la tranquillité du « petit peuple », incarné par Pitje Schramouille (la fable El Stouma exprime la méfiance du peuple pour le communisme). Ainsi, le « bon sens » du peuple est avant tout le sens dans lequel on souhaite qu’il aille : l’immobilité sociale et la délégation absolue des prises de décision politiques aux notables ; que chacun fasse sa spécialité et les vaches seront bien gardées conclut La Pécole. La presse catholique conservatrice — principal, voire exclusif relais de l’ouvrage — prodigue à l’auteur des éloges inconditionnels. Certains apprécient qu’il ait décrit la « nature » particulière de ce peuple en lui inventant un langage. De cette manière, l’auteur enferme les Marolliens dans une catégorie éloignée, « le petit peuple ». Isolé par des frontières géographiques étanches, il fait moins peur.

6Cette nouvelle édition fournira un riche matériel aux chercheurs désireux de travailler sur l’instrumentalisation du concept de « populaire ». L’adjectif, qu’il soit utilisé pour caractériser une culture, un langage ou une littérature, n’est jamais exempt d’une certaine ambiguïté. En tentant de désigner la nature du peuple, ses utilisateurs s’adressent implicitement à cette agrégation dont ils cherchent, après l’avoir unifiée virtuellement par le terme « peuple », à capter les comportements sociaux, affectifs et politiques. Une fois ces comportement captés, il reste à l’énonciateur à mener le peuple vers la posture politique qu’il cherche à lui imposer. Ainsi, le populaire n’est le plus souvent pas fait par le peuple mais pour le peuple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen, « Roger Kervyn De Marcke Ten Driessche, Les Fables de Pitje Schramouille », Textyles, 19 | 2001, 148-149.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen, « Roger Kervyn De Marcke Ten Driessche, Les Fables de Pitje Schramouille », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1163

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen

U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org