Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

François Emmanuel, Le Tueur mélancolique

Lecture d’Anne Neuschäfer. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°145, 1999, 235 p.
Laurence Brogniez
p. 147-148
Référence(s) :

François Emmanuel, Le Tueur mélancolique. Lecture d’Anne Neuschäfer. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°145, 1999, 235 p.

Texte intégral

1Le quatrième roman de François Emmanuel se présente, comme la plupart de ses autres livres, sous la forme d’une quête identitaire. Inscrite dans le cadre d’une énigme policière, l’histoire d’un assassin malgré lui, sorte de Bildungsroman noir, se mue au fil des pages en récit d’initiation. À la recherche d’une place dans le monde, le héros apprend le lourd prix à payer pour la reconnaissance sociale. Chargé de tuer Abimaël Green, un étrange sans-abri amnésique accompagné d’une jeune indienne, Leonard Gründ découvre sa propre identité en menant l’enquête sur celle de sa supposée victime. Dans sa lecture, Anne Neuschäfer souligne à juste titre la portée psychanalytique de cette intrigue qui relève de la recherche existentielle. François Emmanuel, neveu d’Henry Bauchau, exerce en effet parallèlement activités de romancier et de thérapeute. Faut-il pour autant considérer l’Œdipe de Bauchau comme l’hypertexte du Tueur mélancolique ? C’est sur cette voie que s’engage Anne Neuschäfer, mettant à jour les correspondances entre les univers respectifs des deux auteurs : même éloge du vertige, même fascination du labyrinthe. La comparaison avec le fantastique de Thomas Owen s’avère moins convaincante. Si les rêves sont bien présents, le « fantastique » de François Emmanuel relève le plus souvent de l’ordre du métaphorique et du mythique. L’analyse met en évidence l’écho que se renvoient les patronymes de Gründ et de Green comme deux miroirs jumeaux. Les personnages se complètent en effet et s’éclairent mutuellement, même si l’un doit disparaître pour sauver l’intégrité acquise de haute lutte par l’autre. Le nom de Gründ renvoie également à cette psychologie des profondeurs que l’auteur traduit par certaines images spatiales au symbolisme transparent. Green cherche l’élévation et la pureté au sommet des immeubles et des cathédrales mais passe également son temps à sonder les bas-fonds de la ville, souvenir de son ancienne vie d’archéologue à la recherche des cités ensevelies des Incas. Cette symbolique spatiale aurait mérité de plus amples développements, d’autant plus qu’on la retrouve dans les autres romans de l’auteur. La ville américaine qui offre au récit un décor de prime abord conventionnel se transforme peu à peu en « ville-cerveau ». Le fait que celle-ci puisse revêtir l’aspect d’un labyrinthe, à l’image d’un texte qui entraîne son lecteur sur de fausses pistes, nous pousse à rejoindre sur ce point les conclusions d’Anne Neuschäfer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez, « François Emmanuel, Le Tueur mélancolique », Textyles, 19 | 2001, 147-148.

Référence électronique

Laurence Brogniez, « François Emmanuel, Le Tueur mélancolique », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1161

Haut de page

Auteur

Laurence Brogniez

F.N.R.S./U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org