Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Jacques Schneider, Le Dieu aveugle

Lecture de Christian Angelet. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°160, 1999, 205 p.
Pierre Piret
p. 146
Référence(s) :

Jacques Schneider, Le Dieu aveugle. Lecture de Christian Angelet. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°160, 1999, 205 p.

Texte intégral

1Lors de sa parution chez Jacques Antoine, en 1973, Le Dieu aveugle a connu un succès critique certain, mais il n’a pas atteint pour autant le grand public. Il s’agit en effet d’un roman non seulement douloureux, mais aussi difficile et touffu, jusqu’à l’opacité parfois. L’accompagnement du texte par une « lecture », qui est la règle dans la collection Espace Nord, s’imposait dès lors ici doublement. Mais ce commentaire, pour nécessaire qu’il soit, n’en était pas moins risqué : comment éclairer un tel texte sans infantiliser le lecteur en lui expliquant telle ou telle énigme et sans écraser le roman en le réduisant à quelques thèmes jugés importants ? Christian Angelet parvient fort heureusement à éviter ces deux écueils et sa lecture est, de ce point de vue, un modèle du genre. Au lieu de se livrer à une explication paraphrastique, il s’attache en effet plutôt à saisir le principe même du roman, en montrant que la fiction du Dieu aveugle, mais aussi son écriture (cf. le dernier paragraphe de la lecture, intitulé « Pourquoi écrire ? ») relèvent d’un même fantasme fondateur : « être sa propre cause, tenir en main tout son destin, maîtriser sa vie » (p. 199). La mise en lumière de ce principe confère au roman une évidence nouvelle (elle permet notamment à l’auteur d’analyser l’allusion récurrente, mais énigmatique, « à la célèbre Tempesta de Giorgione » (p. 194)) ; elle permet également de préciser l’accointance qu’on perçoit intuitivement entre le roman et la « vulgate psychanalytique » (p. 192) — et Christian Angelet démonte fort bien, en faisant référence au fameux roman familial des névrosés dégagé par Freud, la logique névrotique véritablement mise en scène par Schneider — et de montrer que le motif de la culpabilité, évidemment central dans ce roman, « n’est pas d’ordre moral, mais ontologique. C’est une défaillance essentielle, une fin de non-recevoir lancée à l’existence » (p. 193).

2Ainsi, par sa lecture, Christian Angelet apporte des éléments essentiels pour la compréhension du roman de Schneider, mais il montre aussi qu’on aurait tort de le réduire à sa seule dimension anecdotique : « viols, meurtres imaginés ou perpétrés, hallucinations sadiques et, pour couronner le tout et faire bonne mesure, un inceste » (p. 189). Dans cette perspective, on ne peut que regretter que le « résumé » qui tient lieu de quatrième de couverture procède précisément à une réduction de ce type, réduction déterminée sans doute par le contexte de l’affaire Dutroux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Jacques Schneider, Le Dieu aveugle », Textyles, 19 | 2001, 146.

Référence électronique

Pierre Piret, « Jacques Schneider, Le Dieu aveugle », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1158

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org