Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Christian Dotremont, Œuvres poétiques complètes

Édition établie et annotée par Michel Sicard. Préface d’Yves Bonnefoy. Paris, Mercure de France, 1998, 547 p.
Gérald Purnelle
p. 144-146
Référence(s) :

Christian Dotremont, Œuvres poétiques complètes. Édition établie et annotée par Michel Sicard. Préface d’Yves Bonnefoy. Paris, Mercure de France, 1998, 547 p.

Texte intégral

1L’utilité et l’intérêt d’un recueil d’œuvres poétiques complètes sont d’autant plus grands, s’agissant de Dotremont, que son œuvre fut fortement disséminée, fragmentée, divisée en poèmes isolés dans des revues souvent rares, ou regroupés en recueils ou plaquettes particulièrement minces (de son vivant, Dotremont n’a jamais publié de plaquette d’une longueur supérieure à 40 pages). Certes, après sa mort en 1979, parurent plusieurs ouvrages qui furent autant d’étapes dans le regroupement de ses textes. Il y eut d’abord Traces, volume sélectif assez mince paru en 1980 chez Jacques Antoine dans la collection Passé/Présent et préfacé par Joseph Noiret, mais où la part de la poésie était assez réduite. Vinrent ensuite Dotremont, peintre de l’écriture et Grand Hôtel des Valises Locataire : Dotremont, tous deux parus en 1981 et dus au travail de Jean-Clarence Lambert, mais davantage centrés sur l’aspect graphique de l’œuvre ou les documents relatifs à celle-ci. Il fallut attendre 1985 pour que paraissent chez Fata Morgana les Commencements lapons, recueil des textes inspirés à Dotremont par ses voyages en Laponie, préparé par l’auteur lui-même. Enfin en 1989, Michel Sicard publiait Abstrates, recueil des poésies 1960-1979, également chez Fata Morgana.

2Moins de dix ans plus tard, le même Michel Sicard se trouve responsable de l’édition de ces Œuvres poétiques complètes, dont l’apport, eu égard à ce dont on disposait jusqu’à présent, est inestimable. Qu’on en juge : Abstrates, le précédent recueil, ne prenait l’écriture poétique de Dotremont qu’à partir de 1960 ; celui-ci commence au tout début de la carrière du poète, dès 1937 ; il comble ainsi une lacune de près de 25 ans, révèle l’abondance, la variété et la richesse de ses textes de jeunesse et rassemble enfin tous les plaquettes éparses qui pouvaient seules témoigner de cette période. En outre, sont ici recueillis un nombre impressionnant de poèmes totalement inédits (près de 60 textes), auxquels s’ajoutent maints poèmes parus en revue ou dans des ouvrages collectifs (près de 40 textes). En nombre de pages, cette part inédite en volume ne représente pas moins de 40 % de l’ouvrage. Elle enrichit même la période postérieure à 1959, pourtant déjà couverte par Commencements lapons et Abstrates.

3La moindre qualité du volume n’est pas, en outre, la présence en son début d’une très substancielle préface d’Yves Bonnefoy. Modestement, l’auteur annonce que ce n’est pas en critique littéraire qu’il écrit, mais qu’il va parler d’un de ses amis les plus chers. Il apporte pourtant dans son analyse chronologique du parcours poétique de Dotremont une intuition et une rigueur qui ne se fondent pas seulement sur ses souvenirs personnels de la personnalité du poète. C’est toutefois avec une empathie certainement due à cette amitié qu’il évoque les différentes étapes de l’écriture de Dotremont, en commençant par la période surréaliste, pour laquelle il souligne les différences qui opposent le mouvement belge à l’école française (touchant le communisme, l’engagement et le langage, notamment), en continuant par l’événement Cobra, pour achever par la découverte et la fréquentation du Nord, de la Laponie et de leurs paysages, en développant pour cette période une approche de l’importance du signe, du geste et du corps dans la pratique des logogrammes.

4À la richesse quantitative du recueil, il faut ajouter la très satisfaisante qualité de l’établissement du texte et de l’appareil critique, sobre et lisible : chaque poème ou recueil est accompagné d’une brève notice bibliographique indiquant au minimum dates d’écriture et de publication, références et dimensions. Michel Sicard, dans une « Note à la présente édition », apporte quelques précisions quant à la provenance des textes (notamment, et au premier chef pour les inédits, les archives de Guy Dotremont, frère de Christian, qui a établi lui-même nombre des textes concernés), les conditions de leur établissement, les conventions bibliographiques et les choix typographiques. L’option majeure du recueil est d’éditer les poèmes dans l’ordre de leur rédaction, non de leur publication, ce qui permet de mesurer l’évolution de l’œuvre dans sa stricte chronologie. Ce choix ne va pas jusqu’à éclater les recueils constitués de poèmes de datations différentes. Ces deux partis sont judicieux.

5Un problème plus aigu, relatif aux logogrammes, paraît s’être posé. Comme le rappelle le préfacier Yves Bonnefoy (et non, bizarrement, l’éditeur Michel Sicard), ces œuvres qui, par les conditions de leur écriture et leur forme graphique, se situent à l’intersection de la poésie et des arts plastiques, sont à l’heure actuelle innombrables (Yves Bonnefoy parle de deux mille) ; certaines sont très courtes, d’autres sont constituées de véritables textes de plusieurs pages. Il a donc été choisi de reproduire les « cinquante textes de logogrammes qui ont été relevés et publiés jusqu’à maintenant dans des revues ou des livres » (p. 50). Puisqu’à la fois l’espace matériel disponible et l’inachèvement du recensement des logogrammes rendaient impossible l’intégration, dans ce volume de poésies complètes, de la totalité de cette production, le parti qui a été pris semble logique et raisonnable. Il est vrai, d’ailleurs, que le texte de bien des logogrammes est si court que se pose la question de leur nature de poème. On fera toutefois trois remarques touchant l’intégration de quelques logogrammes dans ce recueil supposé complet. D’une part, en ne reprenant que ceux qui ont déjà été transcrits et publiés en volume, l’éditeur paraît se conformer à des sélections qui sont antérieures à son propre travail, sans rechercher d’autres textes susceptibles d’être considérés comme poèmes à part entière et de figurer dans des œuvres complètes. Il est vrai qu’une grande partie de ces cinquante logogrammes viennent en fait du recueil Abstrates, déjà établi par Michel Sicard (en fait, des logogrammes repris ici, neuf seulement ne figuraient pas déjà dans Abstrates), mais le critère de choix (la publication préalable par d’autres) était déjà le même à l’époque. Deuxièmement, on trouve au moins une exception dans le présent recueil, un logogramme qui semble être retranscrit ici pour la première fois (« Imagineige noire », p. 494) ; le principe de sélection de seconde main (pour ainsi dire) n’est donc pas totalement respecté. Enfin il n’est pas vrai que cette collection de cinquante logogrammes regroupe tous ceux qui ont été transcrits et publiés en volume ou en revue : on en trouve en effet, tirés du Logbook de 1975, aux pages 54-62 du volume Traces cité plus haut, et qui ne sont pas tous repris ici ; il en va bizarrement de même pour une série intitulée Logogrammes, parue initialement dans le numéro de 1969 de la revue L’Éphémère et repris par Dotremont lui-même dans Commencements lapons (aux pages 99-105). Et quelques logogrammes tirés d’autres publications par Michel Sicard et publiés dans Abstrates ne sont pas non plus repris, sans que leur exclusion soit signalée (certains viennent du catalogue Dotremont, Logogrammes de la biennale de Venise (1972), ou du livre Dotremont, peintre de l’écriture (1981), deux ouvrages dont d’autres logogrammes sont pourtant tirés et reproduits ici). Peut-être est-ce la relative brièveté de ces logogrammes qui explique leur omission. Mais rien n’en est dit.

6Puisque les cinquante logogrammes intégrés dans ce volume ne sont en fait, par la force des choses, qu’un échantillon, ces remarques n’ont pas une grande incidence. Elles amènent cependant à penser que le choix opéré et le rejet d’autres logogrammes auraient dû être davantage discutés, commentés et même justifiés qu’ils ne le sont dans l’introduction, et qu’une liste particulière des textes retenus eût été bienvenue. D’un point de vue plus fondamental, s’agissant de ce type particulier d’œuvre qu’est le logogramme, et dès lors que ce volume a pour ambition de regrouper toutes les « œuvres poétiques », il eût été souhaitable de placer dans l’introduction une discussion théorique du statut des différents types de textes de Dotremont. À côté des poèmes identifiables comme tels (en raison de leur forme versifiée, notamment), on trouve d’une part les logogrammes, d’autre part les grandes proses inspirées par la Laponie, qu’il est certes judicieux de considérer comme poèmes (et de placer dans des poésies complètes), mais qui peuvent relever tout autant du récit ou du journal. La poéticité de ces textes de grande qualité ne va pas totalement de soi, me semble-t-il ; elle eût mérité d’être examinée, de manière à vider la question. À l’opposé, la forme hybride des logogrammes — et leur caractère quasi unique dans la littérature — imposaient également d’en discuter la nature et l’intégration dans un tel volume. Yves Bonnefoy écrit que le logogramme « a évidemment une qualité propre qui est éminemment poétique, mais [qu’]il n’est pas pour autant séparable de la forme au sein de laquelle il fut inventé, dans la spontanéité de l’instant ». Certains furent toutefois publiés. Est-il pour autant satisfaisant de considérer qu’un logogramme n’est devenu un poème qu’au moment où une autre personne que le poète l’a choisi, retranscrit et publié, que ce soit dans un volume ou une revue ? (À tout prendre, on se souviendra que le texte d’un logogramme est systématiquement retranscrit, au crayon et par Dotremont lui-même, au bas de la feuille où il est calligraphié. Il est donc visible et lisible comme poème dès sa création.) Il manque donc une réflexion générale sur la typologie poétique des logogrammes, ainsi que sur la façon dont poésie et peinture ou calligraphie s’articulent en chacune de ces œuvres. Une telle réflexion eût peut-être permis de justifier le choix présenté ; elle eût en tout cas nourri l’expérience du lecteur de ce volume par ailleurs remarquable par sa richesse et sa qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Christian Dotremont, Œuvres poétiques complètes », Textyles, 19 | 2001, 144-146.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Christian Dotremont, Œuvres poétiques complètes », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org