Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Michel de Ghelderode, La Halte catholique. L’Homme sous l’uniforme

Préface de Jacqueline Blancart-Cassou. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 1999, 316 p.
Paul Aron
p. 141-142
Référence(s) :

Michel de Ghelderode, La Halte catholique. L’Homme sous l’uniforme. Préface de Jacqueline Blancart-Cassou. Bruxelles, Académie royale de langue et de littérature françaises, coll. Histoire littéraire, 1999, 316 p.

Texte intégral

1Les deux recueils de contes rassemblés dans ce volume ont été publiés par Ghelderode en 1922 et en 1923. Ils témoignent à la fois des influences subies par le jeune écrivain (celles de De Coster, d’Hellens, de Verhaeren, d’Eekhoud, voire de Victor Hugo) et de la progressive définition d’une imagerie personnelle : celle qui apparaîtra, par exemple, dans le recueil Sortilèges une vingtaine d’années plus tard. La préfacière insiste cependant sur la vision du monde qui unifie l’ensemble disparate qu’est la Halte catholique. Elle y voit une confrontation permanente entre trois partenaires : Moi-le Monde-Dieu. D’où la présence de personnages et de thèmes qui annoncent l’œuvre théâtrale : marionnettes, bouffons, mort ricanante, femmes tentatrices. Par contre, l’homogénéité de L’Homme sous l’uniforme n’en fait pas un laboratoire de l’œuvre future. Il s’agit ici de souvenirs de la vie militaire, ou, plus précisément, de la contribution de Ghelderode à la littérature de guerre parue après 1918. On y lit l’influence d’Horace Van Offel pour la Belgique et celle d’Henri Barbusse pour la France : le regard de Dieu a disparu : seuls demeurent des hommes et des femmes en leur pitoyable réalité.

2Les préférences de la préfacière semblent aller au premier recueil. Il est cependant une dimension du second qui mériterait d’être étudiée : c’est l’apparition d’une langue qui se veut populaire, voire populiste, et qui cherche à imiter le langage parlé. Celle-ci alimente des dialogues qui sont déjà théâtraux. Mais il y a également, dans le monologue intérieur d’un soldat, des passages qui sont remarquables : « Ah ! Paulette. Je suis pincé ! Y a rien à faire ! Dors… Moi, je dois songer à me débiner. Il est déjà 4 heures. Il faudra que j’endosse cette sale casaque, que je redevienne un plouc !…J’en rage, j’en crève ! Merde, cent mille fois… pour l’armée ! Ce serait si bon de rester près de toi, vanné, avec ce petit vent acide qui joue sur mon corps… » (pp. 238-239). L’oralité de Ghelderode me paraît ici innovante. Ne conviendrait-il pas de renoncer pour un temps aux constats maintes fois énoncés sur son imaginaire pour se consacrer à cet aspect, qui le place peut-être à la hauteur des recherches d’un Céline ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Michel de Ghelderode, La Halte catholique. L’Homme sous l’uniforme », Textyles, 19 | 2001, 141-142.

Référence électronique

Paul Aron, « Michel de Ghelderode, La Halte catholique. L’Homme sous l’uniforme », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1153

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org