Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Stanislas-André Steeman, Légitime défense. Quai des Orfèvres

Lecture de Jean-Marie Klinkenberg. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°161, 1999, 240 p.
Pierre Piret
p. 141
Référence(s) :

Stanislas-André Steeman, Légitime défense. Quai des Orfèvres. Lecture de Jean-Marie Klinkenberg. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°161, 1999, 240 p.

Texte intégral

1Après La Maison des veilles, en 1985, et L’Infaillible Silas Lord, en 1997, la collection Espace nord accueille un troisième roman de Steeman, l’un des plus célèbres : Légitime défense. C’est le texte de l’édition princeps, paru dans la collection « Le Jury » (dirigée par Steeman lui-même) en 1942, qui a été repris dans la présente édition, l’auteur ayant retouché son texte au fil des éditions successives, au gré des différentes adaptations théâtrales notamment. Ce retour aux sources est signalé aussi dans le double titre qui a été retenu, le titre de l’adaptation cinématographique de H.-G. Clouzot, que Steeman reprit pour les rééditions ultérieures, étant précédé ici du titre original.

2Dans sa lecture, Jean-Marie Klinkenberg fait très bien apparaître l’originalité du roman, en montrant comment Steeman joue constamment avec les conventions du genre policier. Tout le commentaire s’organise autour d’une analyse narratologique centrée sur la question du point de vue (la lecture est significativement intitulée : « Le point de vue qui tue »). Rappelons que, dans le roman, le point de vue adopté est celui de Noël, qui croit avoir tué celui qu’il croyait être l’amant de sa femme. Jean-Marie Klinkenberg montre que ce procédé joue un rôle essentiel dans le roman (il en est le « postulat narratif de base », p. 221), puisqu’il détermine le régime du texte (entièrement soumis au règne de la duplicité) et les effets de lecture qu’il produit — le lecteur est « piégé par le texte » (p. 227), dans la mesure où, de par le point de vue adopté, il n’envisage même pas d’examiner l’hypothèse qui s’avérera exacte. Ce procédé implique également un déplacement générique considérable : il va de pair avec un resserrement extrême de l’action et cette concentration des moyens, par quoi la structure du roman rappelle celle de la tragédie, « permet à Steeman de se livrer à l’expérimentation psychologique » (p. 214) et de se soustraire à la seule logique policière. L’analyse, tout à fait convaincante, a en outre le mérite d’ouvrir toute une série de pistes pour une exploitation didactique judicieuse du roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Stanislas-André Steeman, Légitime défense. Quai des Orfèvres », Textyles, 19 | 2001, 141.

Référence électronique

Pierre Piret, « Stanislas-André Steeman, Légitime défense. Quai des Orfèvres », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1151

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org