Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Traces

Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n°11, (Modernité de Simenon ? Style, narratologie, thématique), 1999, 312 p.
Marc Lits
p. 139-140
Référence(s) :

Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n°11 (Modernité de Simenon ? Style, narratologie, thématique), 1999, 312 p.

Texte intégral

1Tous les deux ans, le Centre Simenon de l’Université de Liège organise un colloque international consacré à l’œuvre du romancier, et dont les Actes sont publiés dans la revue de ce Centre. En 1999, c’est à Amiens cette fois que s’est tenue cette rencontre de spécialistes, là où Bernard Alavoine continue inlassablement à arpenter les territoires simenoniens. C’est donc lui qui ouvre très naturellement le volume en montrant la modernité du questionnement existentiel qui traverse les romans de Simenon, des années trente jusqu’à la fin. Comme thématiques récurrentes, il relève les angoisses et désillusions des héros les plus jeunes, l’impossibilité de la vie en couple, les expériences tragiques qui traversent les intrigues policières comme les « romans durs ». Même si des possibilités de fuite existent, entre autres dans les fugues adultères, celles-ci ne sont qu’une parenthèse dans une vie qui n’a guère de sens. Simenon, si l’on accepte que les personnages ne soient que les porte-parole du romancier, est donc un étranger qui traverse l’existence en lui cherchant un sens, autre que celui d’un Destin étouffant. On comprend dès lors l’intérêt de Gide pour cette œuvre, et la proximité que certains critiques y trouvent avec l’existentialisme camusien. C’est pour cela, selon Alavoine, que « Simenon mérite une place, même modeste, au sein de la littérature du vingtième siècle ».

2Paul Mercier emprunte une voie semblable pour traiter de ce fameux « passage de la ligne », de cette sortie des normes sociales habituelles par les anti-héros de Simenon. Les romans saisissent ce moment de crise, de déchirement, et Mercier en propose une lecture psychanalytique inspirée des recherches de M. Balint. Il y a chez les héros simenoniens un manque fondamental, identique à celui de l’auteur, et ce dernier essayerait de le combler par l’écriture. Cette faille transforme l’homme en une épave échouée sur la plage, selon une métaphore inventée par Stevenson et citée dans un roman populaire publié sous le pseudonyme de Christian Brulls en 1929. Preuve que la hantise de l’échec et du tragique de l’existence traverse l’œuvre dès les origines.

3Michel Lemoine reste toujours ce compilateur hors pair auquel n’échappe aucun texte de ou sur Simenon. Il fait ici l’inventaire des ouvrages et articles critiques parus depuis la mort du maître, en partant des commentaires ambigus publiés à la mort de Simenon. Si certains saluent son talent sans restriction, d’autres sont plus modérés, en regrettant que la veine créatrice soit tarie depuis longtemps ou en prédisant que l’œuvre ne résistera pas à l’épreuve du temps. Cela n’empêche pas Michel Lemoine de relever plus de deux cents références, après les travaux fondateurs de l’équipe liégeoise. Du point de vue critique, Simenon n’est pas près de tomber dans l’oubli. Les biographies deviennent définitives, depuis celle d’Assouline ; les approches thématiques, narratologiques ou sociocritiques abondent, comme les analyses transmédiatiques des adaptations. Avec des développements plus spécifiques, sur les topologies ou les influences littéraires.

4Ce sont ces dernières voies qu’emprunte Patrick Berthier en rapprochant d’abord Simenon et Balzac, qui traitent tous deux de l’éclipse de la figure fraternelle, et en analysant ensuite les représentations du corps dans quelques romans de Simenon. Il relate ici les lectures effectuées dans un programme de DEA pour justifier aussi l’entrée (difficile, l’institution universitaire étant un fidèle relais de l’institution littéraire, comme le montre aussi J. Lecarme) d’un auteur populaire dans le cursus universitaire français. Abdelouahed Mabrour continue, pour sa part, son analyse stylistique des adjectifs dans la première série des Maigret, commencée dans le volume n°10 de Traces. Il essaye de déceler une propension de Simenon à utiliser plus que d’ordinaire une structure « adjectif + nom », pour se démarquer d’un usage commun de la langue, afin d’affirmer un projet d’écriture original.

5Jacques Lecarme aborde une dimension essentielle de l’œuvre, celle de la présence de Simenon au travers de ses fictions et de ses récits autobiographiques. Longtemps, on a cru que ce créateur était un formidable inventeur, qui se nourrissait des nombreux lieux qu’il avait visités pour y planter des scénarios imaginaires, dans la tradition des écrivains populaires à l’imagination fertile. Puis, peu à peu, les thématiques traitées sont apparues comme des réminiscences des angoisses personnelles de l’écrivain, et les situations souvent calquées de sa propre existence. Cela se renforce d’ailleurs au fil de l’œuvre, puisque les premiers romans sont toujours à la troisième personne, alors que les derniers textes sont strictement autobiographiques. Lecarme distingue cinq cas de figure : l’emploi de la première personne fictive, depuis Les Trois Crimes de mes amis ; le récit autobiographique explicite, comme dans Je me souviens... ; le roman personnel à la troisième personne (Pedigree) ; les mémoires écrits (Mémoires intimes) et oraux (Lettre à ma mère). Il est certain que cette typologie ouvrira des explorations complémentaires pour d’autres chercheurs.

6Plus classiquement, des perspectives de littérature comparée sont abordées par Eugène Kouchkine pour la Russie et Piroska Sebe-Madacsy pour la Hongrie. Simenon a raconté ses contacts avec des étudiants d’Europe orientale logés par sa mère, et il a toujours reconnu son intérêt pour la littérature russe. Ces pays, du temps du communisme, ont aussi toujours favorisé la lecture d’un écrivain considéré comme réaliste et populaire. Il y a toujours été lu et commenté, depuis avant la guerre et jusqu’aujourd’hui. Une cinquantaine de romans sont ainsi traduits en hongrois.

7Ce volume se clôture par deux longues études qui prolongent des recherches déjà présentées pour partie dans le numéro précédent. Michel Carly suit Simenon à la trace sur le continent américain. Cette fois, il reconstitue le voyage du couple au Canada de novembre 1945 à la mi-septembre 1946, puis aux États-Unis. Le départ précipité d’Europe est bien sûr lié aux ennuis que connaît l’écrivain à la libération. Il souhaite se mettre à l’abri en attendant que le climat soit moins lourd. C’est à New York qu’il va rencontrer Denise Ouimet, au moment où il s’éloigne de plus en plus de sa femme Tigy. Fin 1946, ils s’installent à trois, accompagnés du fils Marc, à Sarasota en Floride, d’où ils feront aussi un séjour d’un mois à Cuba.

8Quant à Pierre Deligny, il continue son inventaire des 789 billets signés par « Monsieur le COQ » d’abord, puis par « Georges SIM » dans La Gazette de Liège entre le 30 novembre 1919 et le 15 décembre 1922. On y trouve aussi l’ultime billet rédigé par Simenon le 9 mai 1952, en forme de clin d’œil, lors de sa visite triomphale en Belgique. Un index des 790 incipits est même offert en prime aux inconditionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Traces », Textyles, 19 | 2001, 139-140.

Référence électronique

Marc Lits, « Traces », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1148

Haut de page

Auteur

Marc Lits

U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org