Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Bronchart (Robert D.), Arthur Masson ou le partage du plaisir (1896-1970) │ Defaux (Christian), Arthur Masson, un Pagnol wallon. Père de Toine Culot, symbole ardennais

Préface [de] Jean Guillaume. [Charleroi], Institut Jules Destrée, coll. Études et documents, 1999, 168 p., ill. │ Tournai, La Renaissance du Livre, coll. L’Esprit du Nord, 2000, 111 p., ill.
Pierre Halen
p. 138
Référence(s) :

Robert Bronchar, Arthur Masson ou le partage du plaisir (1896-1970). Préface [de] Jean Guillaume. [Charleroi], Institut Jules Destrée, coll. Études et documents, 1999, 168 p., ill.

Christian Defaux, Arthur Masson, un Pagnol wallon. Père de Toine Culot, symbole ardennais. Tournai, La Renaissance du Livre, coll. L’Esprit du Nord, 2000, 111 p., ill.

Texte intégral

1L’album, illustré de dessins et de photographies, que publie l’Institut Jules Destrée en l’honneur du père de Toine Culot n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler une « étude » : l’intention est surtout, comme le titre l’indique, de « partager » un plaisir de lecture en proposant quelques aperçus à propos d’Arthur Masson, de son œuvre et de ses alentours. Ceux-ci se répartissent, d’une part, en documents anecdotiques, touchant à la biographie de l’écrivain-conteur, à sa région d’origine ou encore à tel témoignage concernant la réception de Toine Culot ; et, d’autre part, en figurations graphiques ou plastiques, en deux ou en trois dimensions, par lesquelles Robert Bronchart a traduit, d’un langage à l’autre, sa lecture personnelle de l’œuvre.

2R. Bronchart est, nous dit-on, chimiste, et l’on veut bien croire que sa carrière scientifique fut bien remplie, de même que l’on n’a aucune peine à « partager » avec lui une passion pour le dessin et le modelage qui lui inspire de visibles bonheurs. Pour le reste, le propos est assez sommaire, sinon candide et bon enfant : le public nombreux d’Arthur Masson, sans doute, s’y reconnaitra. Il n’est pas sûr que les jeunes lecteurs d’aujourd’hui, qui pourtant sont visés par cet ouvrage, en feront autant. On notera toutefois quelques documents inédits, reproduits en fac-similé ou non : extraits de la réception primaire, manuscrits, correspondance, sous forme d’échantillons, et notamment une brève réflexion de Masson sur l’humour. Mais rien de tout cela ne constitue un véritable apport critique sur cet écrivain bilingue, dont tel conte en wallon est ici reproduit. Peut-on suggérer aux amateurs d’une œuvre aussi importante dans les faits, et à l’Institut Destrée qui affiche une certaine ambition éditoriale, qu’il faudrait passer à un niveau d’appréhension plus approprié à la fois à cette réalité et à cette prétention ? Et pourquoi pas, de confier une véritable étude à un scientifique... de la littérature ? Il y serait, certes, moins question sans doute de plaisirs.

3Le petit essai, bien mis en pages, que proposent, de leur côté et presque au même moment, les éditions de la Renaissance du Livre a un aspect plus systématique et on le recommandera donc, à défaut de mieux, à ceux qui souhaitent se documenter sur l’écrivain et son œuvre et qui ne disposeraient pas de la biographie de Marcel Lobet (1971). On y trouve, entre autres, des aperçus sur les échos réservés aux récits d’Arthur Masson par le cinéma et la bande dessinée ; de nombreuses illustrations et, comme dans l’ouvrage précédemment évoqué, des textes inédits ou peu connus, dont certains en wallo-picard ; enfin, une bibliographie parfois assez précise pour l’œuvre elle-même, encore que l’on se demande pourquoi la production des seules éditions Vanderlinden est décrite avec détail : les éditions ultérieures sont signalées sans même le nombre de pages ; une bibliographie nourrie, mais plutôt fourre-tout en ce qui concerne la réception : là aussi, les indications de pages manquent. On signalera à l’auteur, qui n’est pas davantage un spécialiste que R. Bronchart, que Charles De Coster n’est pas un écrivain de langue néerlandaise (p. 90), ou encore qu’il y avait sans doute des noms plus significatifs à citer, par les écrivains qui ont « raconté le sol natal », que celui d’Achille Chavée (p. 62).

4Les sociologues de la littérature et tous ceux que le phénomène Masson intéresse sur un plan véritablement critique attendent autre chose ; mais d’ici là, disposer de ces premières approches n’est peut-être pas négligeable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Bronchart (Robert D.), Arthur Masson ou le partage du plaisir (1896-1970) │ Defaux (Christian), Arthur Masson, un Pagnol wallon. Père de Toine Culot, symbole ardennais », Textyles, 19 | 2001, 138.

Référence électronique

Pierre Halen, « Bronchart (Robert D.), Arthur Masson ou le partage du plaisir (1896-1970) │ Defaux (Christian), Arthur Masson, un Pagnol wallon. Père de Toine Culot, symbole ardennais », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1145

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org