Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Neel Doff, Keetje Trottin

Lecture de Madeleine Frédéric. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°156, 1999, 186 p.
Jean-Charles Ambroise
p. 136-138
Référence(s) :

Neel Doff, Keetje Trottin. Lecture de Madeleine Frédéric. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, n°156, 1999, 186 p.

Texte intégral

1Après Keetje en 1987 et Jours de famine et de détresse en 1994, les Éditions Labor achèvent avec Keetje Trottin leur réédition de la trilogie autobiographique de Neel Doff, originalement publiée à partir de 1911 chez trois éditeurs parisiens différents : Fasquelle, Ollendorf et Crès. Keetje Trottin venait clore en 1921 cette « symphonie de la faim » en revenant sur les années d’adolescence du personnage. Une précédente réédition de ce texte avait déjà eu lieu chez Jean-Jacques Pauvert en 1974, au sein d’un gros volume regroupant l’ensemble de la trilogie, accompagnée d’une préface d’Armand Lanoux.

2Notons que les différences visuelles entre ces deux dernières éditions marquent dès l’abord une rupture dans la présentation de l’œuvre de Neel Doff : alors que la couverture du livre publié par Pauvert était presque entièrement recouverte par la photographie en noir et blanc d’un intérieur misérable, celle de Keetje Trottin dans la collection Espace Nord représente une jeune fille à la fenêtre (Nicole accoudée de Léon Devos), et arbore des couleurs vives et sensuelles. La quatrième de couverture, qui évoque « la fraîcheur du regard d’une petite femme en devenir », rompt aussi avec le pathos de celle de l’édition de 1974. Dans sa lecture de Keetje, Madeleine Frédéric relevait d’ailleurs le choix peu judicieux effectué alors, de regrouper l’ensemble de la trilogie sous le titre de son seul premier volume. Autant qu’un témoignage sur la misère, l’œuvre de Neel Doff est, en effet, le récit d’une ascension sociale assumée, qui s’achève par une forme de sérénité.

3La lecture de Keetje Trottin occupe une vingtaine de pages. Elle part du constat que le récit de la vie de Keetje comme « jeune employée d’une modiste, d’une couturière, chargée de faire les courses en ville », s’inspire d’une expérience vécue. Madeleine Frédéric relève qu’à ce titre, le livre ne peut être traité comme d’autres textes abordant des sujets proches mais d’un point de vue extérieur (Le Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau ou Les Mystères de Paris d’Eugène Sue en sont des exemples). L’œuvre de Neel Doff est alors invoquée comme complément possible aux travaux récents de Valérie Piette sur les servantes et domestiques. Madeleine Frédéric se garde pourtant de dresser un simple catalogue des données sociologiques ou historiques inédites contenues dans Keetje Trottin. S’appuyant notamment sur les textes que Jean-Louis Dufays a consacrés aux stéréotypes sociaux, elle centre habilement les deux premières parties de son analyse sur le rapport du personnage de Keetje avec les lieux communs dévalorisants qui pèsent sur sa classe. Confrontée à des représentations misérabilistes et à des comportements déjà perçus par elle comme sociotypiques (le domestique voleur, la servante proie sexuelle, la prostituée…), Keetje est partagée entre deux attitudes contradictoires : désireuse d’échapper aux stéréotypes stigmatisants, elle tend à s’identifier aux valeurs de ses employeurs ou de ses clients sans pour autant que s’évanouissent les réflexes de solidarité qui la lient à sa classe d’origine. Madeleine Frédéric invite ainsi à lire dans le roman ce moment de la vie où s’opère, pour le déclassé par le haut, la première prise de distance à l’égard de son milieu. Cet éloignement ne se fait pas sans heurts. Se référant à un passage du livre dans lequel Keetje réagit vivement lorsque sa patronne qualifie des petits bourgeois mauvais payeurs de « sans-le-sous », l’auteur note ainsi le « retournement caractéristique du raisonnement de Keetje qui est amenée à relayer le sociotype de sa patronne, pour autant qu’il ne s’identifie pas avec sa propre classe sociale, c’est-à-dire aussi longtemps que les clientes sont assimilées à une femme et des filles d’officiers pingres. L’expression «sans-le-sous», en revanche, parce qu’elle indexe directement la classe d’origine de Keetje et ravive des humiliations qui ont marqué toute son enfance, entraîne une désolidarisation immédiate » (p. 174). L’approche retenue conduit logiquement à souligner les différents aspects de la marginalité de Keetje, constamment placée, de par son esprit critique ou son goût pour la lecture, en porte-à-faux par rapport aux valeurs de ses compagnes de travail.

4Attentive, on le voit, à la richesse des thèmes développés dans le texte de Neel Doff, y compris lorsque ceux-ci ne relèvent pas spécifiquement de l’expérience prolétarienne (plusieurs pages sont consacrées à l’éveil de la sensualité de Keetje), Madeleine Frédéric semble pourtant hésiter à conférer de plein droit le statut d’œuvre littéraire au roman. Si celui-ci est bien resitué dans son rapport intertextuel aux Mystères de Paris, à travers deux illustrations commentées, s’il est bien fait mention de la réflexion sur l’authenticité développée par Neel Doff dans Keetje, si le terme d’« autofiction » est employé à propos des Contes farouches, dans lesquels Keetje « entre en condition », non comme « trottin » mais comme bonne d’enfant chez des diamantaires juifs, Madeleine Frédéric tend pourtant, en définitive, à tirer le roman de Neel Doff, vers une simple fonction documentaire. Il s’agit d’un « témoignage attachant et capital […] jusque dans ses faiblesses », conclut-elle après avoir signalé les « défauts » d’un roman « mal écrit » (p. 180), dont elle relève les néerlandismes (le français n’était pas la langue maternelle de Neel Doff), les pléonasmes, les ruptures de registre ou les « aberrations narratives ». La valeur du roman résiderait pour l’essentiel dans sa « bouleversante sincérité, même si celle-ci confine parfois à la naïveté ».

5Cette posture, qui n’est pas sans rappeler celle de Jean Guéhenno reprochant à Henry Poulaille son utilisation débridée de l’argot et ses fautes de français, ne peut qu’occulter le fait que Neel Doff participe d’une esthétique prolétarienne animée par une véritable réflexion sur l’écriture blanche ou sur l’emploi du langage populaire. Rappelons que le mouvement prolétarien de Poulaille, qui revendiquera dans les années trente l’héritage de Neel Doff, exercera une influence directe sur le style de Céline.

6Comme il est d’usage dans la collection, la lecture est suivie de repères biographiques et bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Ambroise, « Neel Doff, Keetje Trottin », Textyles, 19 | 2001, 136-138.

Référence électronique

Jean-Charles Ambroise, « Neel Doff, Keetje Trottin », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1142

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org