Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Ringelheim (Foulek), Edmond Picard, jurisconsulte de race

Bruxelles, Larcier, coll. Petites fugues, 1999 [1998], 121 p.
Pierre Halen
p. 135-136
Référence(s) :

Foulek Ringelheim, Edmond Picard, jurisconsulte de race. Bruxelles, Larcier, coll. Petites fugues, 1999 [1998], 121 p.

Texte intégral

1À propos d’Edmond Picard, théoricien ordinaire et débridé à la fois du racisme et de l’antisémitisme, nous savions déjà à quoi nous en tenir. Cet aspect, qui avait certes été minimisé ou occulté par une critique complaisante du vivant et après la mort de l’ancien Bâtonnier, avait en revanche été souligné ces dernières années. On songe surtout à l’ouvrage de Michel Graindorge : Edmond Picard au Rwanda, publié aux éditions Le Cri en 1994 (cf. Textyles, n°13, 1996, pp. 240-242), mais aussi aux articles de Paul Aron (« Arnould, Buls, Picard : le discours ambigu des «esthètes progressistes» ») et d’Annick Vilain (« Le bourgeois, le sénateur socialiste, la colonisation et le «Tramway-joujou» »), repris dans le volume L’Afrique centrale dans les littératures européennes en 1999 (cf. Textyles, n°17-18, pp. 204-205), ou encore aux pages de Jacques Marx dans le recueil Images de l’Afrique et du Congo-Zaïre... (1993). Que Picard, l’un des acteurs les plus en vue de la vie littéraire au tournant du siècle, ait été par ailleurs un obsessionnel de la « question raciale » et spécialement du délire antisémite, ne constitue donc pas une révélation. On ne peut même pas dire que ce livre de Foulek Ringelheim, qui aborde le problème de front, apporte une compréhension nouvelle du phénomène (sinon sans doute en insistant sur le rôle des théories de G. Le Bon) ; simplement, il l’expose, d’une plume vive autant que claire, en un bref essai d’une centaine de pages. C’est le même rappel, adressé à tous les arrondisseurs d’angles et à tous ceux que tenterait l’oubli de certaines réalités peu honorables, que celui qu’avait déjà lancé Michel Graindorge, celui-ci sous une forme il est vrai moins alerte. Ringelheim, magistrat, s’intéresse davantage aux activités et aux publications juridiques de Picard, dont on veut bien croire avec lui qu’il n’y aurait pas grand-chose à sauver aujourd’hui, et ne s’attarde quasiment pas au rôle d’animateur de la vie culturelle bruxellois que joua aussi Picard, sinon pour s’étonner que des Verhaeren et des Maeterlinck se soient associés aux hommages qui furent rendus, de son vivant, au directeur de L’Art moderne. Il s’en étonne a posteriori, en insistant sur la continuité entre la pensée des Drumont et des Gobineau et, plus tard, les abominations nazies, continuité au sein de laquelle Picard se tailla, hélas, une réputation internationale.

2Tout cela n’est pas seulement acceptable : il fallait écrire cet essai, et le faire sous cette forme destinée à convaincre. Certaines formules, certes, sont un peu emportées et imprécises. Faire grief à Picard de son langage ampoulé et de ses néologismes (p. 30), c’est lui attribuer le travers « coruscant » qui est celui de toute la fin de siècle ; de même, certaines pages de En Congolie (1896), il est vrai détestables d’un point de vue humaniste, doivent beaucoup à une écriture « artiste » qui emprunte à l’orientalisme haut en couleurs de l’époque, au moins autant qu’au racisme (p. 80). Écrire, par exemple que « le nationalisme, fondé sur un désir de pureté, développe une volonté de purification ethnique » (p. 113) est généraliser un peu vite (on se souvient, précisément, que le thème du métissage se retrouve envisagé positivement par le Picard de l’« âme belge »). De même, la phrase suivante : « L’antisémitisme, c’est la mobilisation des instincts les plus bas » va trop vite en besogne et exécute sans chercher assez à affiner le jugement, quand bien même nous aurions à présent besoin de saisir le mécanisme imaginaire à l’intérieur duquel un esprit doué comme celui de Picard a pu s’enfermer ; l’instinct ne semble pas le terme le plus approprié, et l’idée de bassesse ne nous apprend pas grand-chose. Nous avons besoin aussi de comprendre comment s’articulent les aspects apparemment contradictoires de cette personnalité : pour l’auteur, il y a un vrai Picard, antisémite, qui se révèle peu à peu sous le masque du progressiste cultivé. Mais est-ce la même chose que d’être « secrétaire général de l’âme belge » et « haut-commissaire à la question juive » (p. 88) ? Ne peut-on, à l’époque, être partisan de l’annexion du Congo sans souscrire aux arguments purement industriels et commerciaux (p. 108) ? Ce sont là des questions que l’auteur a jugées secondaires, et qui sans doute le sont, au regard d’un propos plus essentiel, auquel il est difficile de ne pas souscrire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Ringelheim (Foulek), Edmond Picard, jurisconsulte de race », Textyles, 19 | 2001, 135-136.

Référence électronique

Pierre Halen, « Ringelheim (Foulek), Edmond Picard, jurisconsulte de race », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1140

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org