Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Félicien Rops à Roger Kervyn

Félicien Rops, Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps

Choix de textes et lecture d'Hélène Védrine. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°146, 1998, 377 p., ill.
Sébastien Clerbois
p. 132-133
Référence(s) :

Félicien Rops, Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps. Choix de textes et lecture d’Hélène Védrine. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord n°146, 1998, 377 p., ill.

Texte intégral

1On a écrit beaucoup de choses sur Félicien Rops, peut-être même beaucoup trop. Et pourtant, avec la présentation et le choix des textes qui composent les Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps, Hélène Védrine nous propose un ouvrage qui, par ses qualités, restera parmi les choses qu’il faut lire pour comprendre cet artiste complexe et ambigu. Hélène Védrine prend le parti de structurer par thèmes (l’eau-forte, la modernité, l’érotisme et le druidisme) un ensemble cohérent et représentatif des textes écrits par Rops, lettres, fragments de notes ou articles publiés. En fin de volume, l’auteur nous livre une « lecture » qui, je pense, a le mérite de laisser au corpus (et donc, forcément, à la personnalité de Rops) toute sa complexité sans la réduire à la sécheresse d’une étude académique. L’auteur y justifie la présente édition en démontrant que ce que Rops appelait ses « feuilles volantes » constitue la seule trace tangible d’une esthétique si riche que l’artiste n’a jamais voulu ou jamais pu la publier. Et de fait, l’argument a force de loi : pour la première fois, un ouvrage donne une idée précise de ce que furent les convictions de Félicien Rops en matière de culture ou, faudrait-il dire, de non-culture.

2Bien sûr, on pourrait arguer que telle lettre est superflue (par ex. la lettre à Liesse, p. 76) ou que telle autre aurait pu trouver sa place dans un chapitre différent (la lettre à Dujardin, p. 139, notamment, conviendrait mieux au chapitre sur la modernité). On pourrait ajouter que certaines lettres relatives à la gravure mériteraient quelques explications d’ordre technique afin de faciliter la lecture. Mais ne soyons pas tatillons. Il faut savoir gré à la présente publication de donner une image complète et surtout vivante de ce personnage à l’intelligence fantasque que fut Félicien Rops. Et à ce titre, Hélène Védrine a raison de souligner que ce corpus doit être considéré comme le complément de son art ; comme le dit l’auteur, « le versant graphique de son œuvre gravé ». C’est maintenant un fait acquis : on ne peut prétendre connaître Félicien Rops sans aussi avoir lu sa correspondance ou même, puisque la présente édition nous en donne l’occasion, ses écrits. Plus largement, on soulignera que ces textes nous livrent également de précieuses informations sur l’esthétique des écrivains et critiques que fréquentait Félicien Rops, Charles Baudelaire, Jules et Edmond de Goncourt ou Joséphin Péladan.

3Et c’est là, précisément, que j’aurais à formuler ma seule réserve. Après les avoir lus attentivement, il me semble que ces textes — au-delà de leur humour et de leur spontanéité —, ne sont souvent, en matière d’esthétique, que le simple prolongement du discours des écrivains auxquels l’artiste était lié. Rops, l’original, fait parfois montre de peu d’originalité. La modernité, évidemment, évoque largement la peinture de la vie moderne définie par Baudelaire ; mais par ailleurs, comment ne pas voir dans l’érotisme l’expression du libertinage néo-rococo des Goncourt ou dans le druidisme (p. 165, par exemple, « être son propre grand prêtre hermétique »), l’écho du mysticisme critique qu’utilisèrent Huysmans et Péladan pour appréhender le symbolisme pictural ? De ce point de vue, on peut se demander si une présentation strictement chronologique n’aurait pas été plus riche, non seulement pour déterminer l’évolution précise de l’esthétique ropsienne, mais aussi pour comprendre ce qu’on pourrait appeler le goût du jour de la critique d’art de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle et dont Rops, cet amoureux de la mode qui fit de l’éphémère l’emblème de la vie moderne, nous donne une véritable photographie épistolaire. À ce grief, on ajoutera quelques petites erreurs malheureuses dans les commentaires ; le groupe des Vingt n’a pas été fondé en 1884, Gustave-Max Stevens n’est pas un peintre d’histoire, etc.

4Mais ne boudons pas notre plaisir. Hélène Védrine nous offre un livre intéressant, bien documenté, agréablement présenté et qui, compliment suprême, nous invite à ouvrir de nouvelles pistes de recherche et de réflexion. De plus, la présente édition comblera aussi bien les spécialistes que le grand public. Voilà donc un ouvrage de référence… en attendant la publication intégrale de la correspondance de l’artiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Clerbois, « Félicien Rops, Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps », Textyles, 19 | 2001, 132-133.

Référence électronique

Sébastien Clerbois, « Félicien Rops, Mémoires pour nuire à l’histoire artistique de mon temps », Textyles [En ligne], 19 | 2001, mis en ligne le 27 juillet 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1136

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org