Navigation – Plan du site
Consacrer

La littérature belge de langue française dans les programmes et les manuels scolaires du xxs. : enquête sur une présence-absence

Jean-Louis Dufays
p. 150-165

Texte intégral

  • 1 Frickx (R.) & Muno (J.), Littérature française de Belgique. Sherbrooke, Naaman, 1979 ; Montal (R.), (...)
  • 2 Laurent (J.-P.), Legros (G. et I.), « Pourquoi (pas) la littérature belge ? Ce que (ne) disent (pas (...)
  • 3 Charlier (D.), Littérature belge et enseignement. Mémoire de licence présenté sous la direction de (...)
  • 4 Halen (P.), « La Belgique francophone », dans Veck (B.) & Verrier (J.), La Littérature des autres. (...)

1L’école étant par tradition, sinon par vocation, le premier pourvoyeur des connaissances littéraires — la littérature, n’est-ce pas « ce qui s’enseigne » ? —, l’examen des manuels et des programmes de la classe de français constitue une tâche essentielle de l’approche institutionnelle de la littérature. On ne s’étonnera pas, dès lors, que la place réservée par le discours scolaire aux lettres belges de langue française ait déjà fait l’objet de diverses études. À ma connaissance, trois sont parues dans les années 70 sous les plumes de Robert Montal, de Robert Frickx et des Français Viala et Schmitt1, deux autres dans les années 80 sous la forme de dossiers publiés par les revues Enjeux et Français 20002, et deux enquêtes ont encore été effectuées dans les années 90, l’une dans le cadre d’un mémoire de licence à l’Université de Liège3, l’autre sous la plume de Pierre Halen4.

  • 5 Le Cedocef et D. Charlier ont consulté respectivement une centaine et une cinquantaine de manuels, (...)

2Même s’ils ont porté sur des corpus limités5, ces différents travaux ont permis de fonder un certain nombre de constats et d’hypothèses. Mon propos sera de les synthétiser et de les approfondir sur la base d’un corpus plus complet, incluant une vingtaine de programmes et une soixantaine de manuels de l’enseignement secondaire publiés en Belgique depuis 1895.

  • 6 À propos des pratiques, voir les enquêtes menées sur l’enseignement des corpus littéraires en Belgi (...)
  • 7 Il y aurait cependant beaucoup à dire sur les manques et les enjeux de l’enseignement de la littéra (...)

3Cette enquête, soulignons-le, concernera moins les pratiques d’enseignement de la littérature que les discours qui le concernent6. Par ailleurs, elle portera principalement sur l’enseignement secondaire, niveau où la littérature est le plus massivement enseignée7.

4L’étude se découpera en trois temps. J’évoquerai d’abord rapidement ce qu’il en est de la littérature belge dans les instructions officielles et les anthologies scolaires publiées en France. Je me pencherai ensuite sur les programmes et les manuels propres à la Belgique. Je dirai enfin un mot des fortunes diverses que les auteurs belges ont connues au fil des manuels et des époques.

Les programmes et les anthologies publiés en France : un silence éloquent

5Si l’on admet que les institutions scolaire et littéraire évoluent et s’articulent l’une à l’autre de manière quelque peu différente en France et en Belgique, il s’indique d’abord d’étudier séparément les discours diffusés Outre-Quiévrain.

  • 8 Voir à ce propos les études présentées par Martine Jey, André Petitjean et Danièle Manesse à l’occa (...)
  • 9 Dans les dernières Instructions officielles destinées au Lycée (1987), le professeur est tout au pl (...)

6Les instructions officielles françaises réservent, depuis toujours, une part plus que congrue aux littératures françaises hors de l’hexagone8. Si une certaine ouverture est accordée aux littératures étrangères (c’est-à-dire en langue étrangère), la « littérature française » mise au programme des lycées et des collèges est généralement présentée comme une entité indistincte, limitée à la France — les adjectifs belge, suisse, québécois, négro-africain n’apparaissent nulle part. Les listes d’auteurs à étudier comportent bien les noms de Michaux et Simenon, mais sans jamais les identifier comme des Belges9.

7Les anthologies littéraires françaises, quant à elles, ont déjà fait l’objet de trois études dont les résultats sont largement convergents. La première, due à Alain Viala et Michel Schmitt et qui porte sur 69 manuels publiés entre 1961 et 1979, fait apparaitre que seuls 13 manuels (soit 20 % de l’ensemble) font mention occasionnellement d’un auteur belge. Les seuls à trouver grâce aux yeux des anthologistes français se répartissent comme suit :

Nombre de manuels qui le citent

Nombre de textes cités

Verhaeren

4

6

Hergé

4

5

Maeterlinck

2

4

t’Serstevens

3

3

Van Lerberghe, Crommelynck, Goffin

1

1

8On s’amusera au passage de voir que Viala et Schmitt orthographient Crommelynck et Maeterlinck Grommelinck et Maeterlink, et prennent le Roubaisien Maxence Vander Meersch, de même que le Parisien Gheerbrant, pour un auteur belge... des lapsus qui attestent cruellement ce qu’entend dénoncer l’enquête !

  • 10 Dans leur commentaire, les auteurs de l’enquête avancent que les manuels belges sont moins utilisés (...)

9Une seconde enquête, réalisée par le Cedocef en 1983, portait sur 70 manuels belges et français, parmi lesquels quelque 40 ouvrages français publiés entre 1946 et 198210 : elle faisait apparaitre qu’une quinzaine d’ouvrages ne citaient pas un seul écrivain belge, les auteurs retenus par les autres étant dans l’ordre Verhaeren, Maeterlinck, De Coster, Rodenbach, Van Lerberghe, Ghelderode, Carême, Crommelynck, Michaux et Elskamp.

  • 11 Charlier (D.), op.cit., chap. 5, note 126. Ce chiffre de 2 % prend tout son sens lorsqu’on se rappe (...)

10Une troisième enquête, effectuée par un étudiant liégeois sur 13 manuels français parus entre 1960 et 1990, révèle que « la part d’écrivains belges n’excède pas en moyenne 2 % de l’ensemble de la masse textuelle »11.

  • 12 Une exception : l’Anthologie francophone publiée en 1992 aux éditions du Groupe de la Cité par les (...)
  • 13 L’enquête de Viala et Schmitt atteste que la place des littératures québécoise, suisse romande et a (...)

11Le constat est donc net et cruel, mais à vrai dire sans surprise : dans leur ensemble, les manuels français se désintéressent à peu près totalement des auteurs belges d’expression française, et lorsqu’ils les évoquent, c’est pour les citer de manière indistincte au milieu de leurs collègues français, en se contentant tout au plus de signaler le caractère « nordique » de certaines de leurs thématiques12. Ceci confirme un constat déjà maintes fois effectué : aux yeux des Français, la littérature de langue française se confond avec la production hexagonale13, et ce qui déborde de celle-ci est soit assimilé (Michaux), soit considéré comme une curiosité exotique, soit tout simplement ignoré.

12Soulignons que, bien qu’elle soit connue depuis longtemps et qu’elle ait été dénoncée par Viala et Schmitt dès 1980, cette situation n’a guère évolué au cours des cinquante dernières années. Le seul signe d’ouverture de l’école française à la littérature belge est la publication par des éditeurs parisiens d’anthologies exclusivement consacrées à ce type de production. Ces ouvrages — que j’évoquerai plus loin — sont cependant coédités avec des éditeurs belges et semblent destinés prioritairement au marché belge : on peut donc se demander si leur publication ne revient pas, paradoxalement, à accentuer encore la marginalisation de la littérature belge.

Les programmes et les anthologies publiés en Belgique

13Venons-en à présent à l’étude des discours publiés en Belgique. Comme on va le voir, leur périodisation peut être scandée par trois ruptures qui ont eu lieu respectivement dans les années 20, dans les années 60 et dans les années 80.

Avant 1920 : silence dans les programmes mais non dans les manuels

  • 14 J’ai consulté 6 programmes (3 catholiques et 3 officiels) parus entre 1846 à 1910.
  • 15 Trois de ces ouvrages ont été examinés par D. Charlier. J’y ai ajouté celui de Van Hollebeke. Les r (...)

14La situation antérieure à 1920 est aisément résumable. Les instructions officielles14 n’évoquent guère la littérature belge. D’un laconisme extrême, elles se limitent à préconiser l’étude de quelques auteurs du xviie s., renvoyant pour le reste aux manuels. Mais dans lesdits manuels, la situation est différente. Dans quatre manuels publiés entre 1895 et 191215, la part des auteurs belges oscille entre 19 et 7 % :

1895 (Loise)

44 Belges sur 225 auteurs

19 %

1900 (Fonsny et Dewalque)

9 Belges sur 121 auteurs

7 %

1908 (Liégeois et Mallinger)

26 Belges sur 264 auteurs

10%

1912 (Van Hollebeke)

12 Belges sur 142 auteurs

9 %

15Si l’on tient compte du caractère récent et réduit de la production belge à cette époque, ces chiffres sont déjà le signe d’une volonté de promotion. Ils illustrent clairement le souci souvent exprimé au xixe s. de doter le jeune État belge d’un patrimoine culturel spécifique, quitte à célébrer pour la cause des auteurs dont la production ne méritait sans doute pas cet excès d’honneur. Les douze auteurs belges retenus par Van Hollebeke en 1912 ne sont en effet pas encore ceux de la Jeune Belgique, mais ont pour noms Eugène Van Bemmel, Henri Edwards (un « savant français d’origine belge »), Etienne-Constantin de Gerlache, André Van Hasselt, Jean-Hubert Hubin, Philippe Lesbroussart, le Prince de Ligne, Charles Potvin, Frédéric de Rouveroy, Goswin de Stassart, Édouard Wacken... et Henri Conscience, qui bénéficie pour la circonstance du secours de la traduction !

Entre 1920 et 1960 : une reconnaissance claire et massive

  • 16 Cf. Ministère des Sciences et des Arts. Enseignement moyen, Horaire et programme des études dans le (...)

16(1) Les programmes. Une évolution significative a lieu dans les années 20, dans le programme du réseau officiel16. On y voit surgir d’un coup une série de noms d’auteurs contemporains ainsi qu’un appel explicite à recourir dès la sixième (1re année des humanités) à « une anthologie d’extraits d’auteurs français et belges », et dès la troisième (4e année), à « une anthologie tenant largement compte du mouvement littérature belge [sic] ». La « littérature française de Belgique » devient en outre une matière explicite du programme de « théorie et histoire littéraire » de la 1re (6e année). Le même mouvement se dessine dans le programme de l’enseignement primaire de 1922, où les lettres belges se trouvent en outre mises explicitement au service d’un double idéal, esthétique et patriotique :

  • 17 Ministère des Sciences et des Arts. Administration de l’enseignement primaire, Règlement-type des é (...)

Les morceaux dignes d’être lus par les enfants doivent être simplement beaux, irréprochables pour le fond et pour la forme. Ils seront donc en principe extraits du riche trésor de nos chefs-d’œuvre français et belges. [..] Ils ne viseront pas seulement à développer le sentiment du beau, mais aussi l’amour du bien et du devoir, ainsi que l’amour de la patrie17.

17Cet élan patriotique sera sans lendemain en ce qui concerne le primaire : les programmes parus en 1936 et en 1957 se montrent plus soucieux d’alléger les matières et de rapprocher l’école des besoins de l’enfant que de susciter la lecture d’un corpus littéraire belge. En revanche, dans le Catalogue des livres à donner en prix dans les établissements d’enseignement moyen publié en 1934 par le Ministère de l’Instruction publique, la rubrique « Langue et littérature françaises » comporte pas moins de 25 % d’ouvrages belges (33 sur 133). De même, le programme des Humanités que publient les jésuites en 1946 préconise, outre le recours aux manuels « maison » des Modèles français, qui font, à l’époque, une large place aux auteurs belges, l’étude d’« extraits d’auteurs belges » (en 3e), du « lyrisme en Belgique » (en 2e), puis d’un « choix de discours d’orateurs belges et français » (en Rhétorique). Aucun nom d’auteur national n’est cependant cité.

18Il faudra attendre les instructions du réseau officiel de 1952 pour voir surgir des noms d’auteurs belges : non seulement ce texte recommande l’enseignement d’une histoire littéraire définie comme « la connaissance des chefs-d’œuvre qui n’ont cessé d’enrichir le patrimoine spirituel et artistique de la France et de la Belgique romane depuis le moyen âge jusqu’à l’époque contemporaine » (p. 14), mais en outre, il cite les noms de Lemonnier (pour la 6e), du Prince de Ligne (5e), de De Coster (3e) et de Maeterlinck (1re) et préconise que soient étudiées « les lettres françaises de Belgique : la renaissance de 1880 et les œuvres consacrées des grands prosateurs français de Belgique » (3e), « les grands poètes français de Belgique » (2e), « le théâtre français de Belgique » (1re). On trouve en outre conseillés en bibliographie des livres de Burniaux, Capart, Carême, Crommelynck, De Coster, Demolder, de Prémorel, du Bus de Warnaffe, Gevers, Glesener, Hellens, Krains, Lemonnier, Maeterlinck, Rodenbach, Rosny, Saint Hilaire, Soreil, Spaak, Thiry, Tousseul, t’Serstevens, Van Bemmel, Vanzype, Verhaeren, Virrès. Soulignons que ce programme sera repris tel quel en 1960 et restera d’application jusqu’en 1970.

19Même tendance dans les instructions du réseau catholique de 1953 : si rien de belge n’est signalé pour les trois premières années, le programme de 3e voit apparaitre les noms de Lemonnier, Verhaeren et Maeterlinck, et la consigne de « situer (historiquement) les auteurs étudiés, y compris quelques écrivains belges », celui de 2e se voit chargé d’étudier « le lyrisme en Belgique », et celui de Rhétorique, le « théâtre des xixe et xxe siècles [...] (auteurs étrangers et belges) ». Les « courants d’idées (sociologie, religion, littérature) en France et en Belgique » sont en outre censés alimenter les causeries et les échanges de vues qui font office d’exercices d’élocution.

20Le mouvement se confirmera en 1962 dans le programme de l’enseignement technique féminin du réseau officiel : « La Jeune Belgique », Verhaeren et Maeterlinck font désormais partie du panthéon scolaire des élèves, en même temps que « quelques écrivains belges d’expression française : poètes, dramaturges, romanciers, essayistes, au choix du professeur » (p. 11). Cette poussée des auteurs belges dans un programme sera toutefois la dernière.

21D’une manière globale, l’examen qui précède fait clairement apparaitre que les deux réseaux scolaires belges ont accordé une place explicite et croissante à l’enseignement de la littérature nationale entre 1924 et 1960. Qu’on ne s’y trompe pas cependant : la place des Belges dans les programmes précités reste congrue, toujours un pied en dessous des auteurs français. Quand les programmateurs veulent citer des « maitres » du théâtre, du lyrisme ou de la description, ce sont d’abord les noms de Molière, Flaubert, etc. qui viennent sous leur plume.

  • 18 Laurent (J.-P.) et Legros (I. & G.), art.cit., p. 17.

22(2) Les manuels. L’ouverture constatée dans les programmes après 1920 s’observe aussi dans les manuels, avec une décennie de décalage. L’étude du Cedocef a montré que, dans la collection des Modèles français, la part attribuée à la littérature belge au début du siècle s’est fortement accrue dans les années 30-40, passant par exemple de 5 noms (1900) à 22 (1942) dans le tome IV18. La comparaison de deux autres manuels publiés en partie par le même auteur (Mallinger) confirme cette analyse :

1908 (Liégeois et Mallinger)

26 Belges sur 264 auteurs

10 %

1935 (Gérard et Mallinger)

26 Belges sur 136 auteurs

19 %

23Ceci indique bien que la volonté de valoriser le patrimoine national s’est développée entre 1908 et 1935, même s’il faut rappeler qu’un manuel de 1895 (Loise) avait déjà consacré 19 % de son volume aux auteurs belges.

  • 19 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d’une sociol (...)

24Comment expliquer cette évolution qui, dans les programmes, apparait dès les années 20 ? D’une part, 1922 a été la date de l’accession du pays au suffrage universel : même si, à ce moment, comme l’a montré J.-M. Klinkenberg19, la production littéraire belge tend à renoncer à sa couleur locale au bénéfice d’un certain universalisme « centrifuge » faisant la part belle aux modèles parisiens, l’enseignement parait avoir été le lieu, à l’inverse, d’un mouvement de réaction contre la poussée fédéraliste que provoqua la nouvelle donne électorale. Autrement dit, l’école aurait été le pivot d’un certain resserrement autour des valeurs-refuges de l’État unitaire au moment où celui-ci subissait sa première déstabilisation.

  • 20 « Nous devons croire, quand ce serait la foi du charbonnier, à une âme belge, à une littérature bel (...)

25Comme on le sait, la crise économique et la guerre n’ont fait qu’accentuer la crise de l’unité belge au cours des années 30 et 40. Le Cedocef a bien noté que la percée du patrimoine littéraire belge dans les anthologies scolaires publiées à cette époque coïncide avec des déclarations remarquées de Charles de Trooz20, qui appelaient à ressusciter le sentiment national.

26Réaction centripète contre les premiers germes de séparatisme, repli sur les valeurs nationales face à la crise des années 30 : les deux phénomènes peuvent fort bien avoir joué complémentairement. Il est frappant en tout cas de constater que la prégnance des lettres belges dans l’enseignement a atteint son point culminant au moment où l’institution littéraire belge se tournait tout entière vers Paris. Cette valorisation du patrimoine national par l’école a perduré avec force jusqu’à la fin des années 50.

1960-1975 : la décrue

27(1) Les programmes. Les lettres belges disparaissent presque totalement des instructions officielles catholiques de 1961 : si l’on excepte une ligne expéditive dans le programme de 3e année (« sans oublier nos meilleurs auteurs belges »), il n’est plus question que de poésie, de théâtre et de roman français, sans autre précision. Un reflux vers un certain universalisme désancré semble dès lors amorcé, que confirmeront les différents programmes de l’enseignement rénové qui se succèderont au cours des années 70 : dans le réseau officiel comme dans le réseau catholique, l’accent est désormais mis sur la diversification des types de textes et des corpus et sur la priorité à donner aux besoins de l’élève. C’en est fini, du coup, à la fois des listes d’œuvres imposées et du privilège accordé à un corpus quel qu’il soit.

28Aussi étonnant que cela paraisse, entre 1961 et 1983, à l’exception d’une ligne dans le programme catholique de 1975 (« On verra, chaque année, au moins un représentant de la littérature française de Belgique »), les mots « belge » ou « Belgique » n’apparaitront plus une seule fois dans les quelque dix programmes publiés par les deux réseaux.

29Le silence est absolu dans les cinq programmes du réseau officiel parus en 1970 (1er degré), 1975 (1er et 2e degré), 1976 (3e degré, cours de 4 h/ semaine), 1977 (3e degré, cours de 7 h/semaine) et 1981 (1er et 2e degrés). Il s’atténue à peine dans le toujours actuel programme du 3e degré du réseau libre, qui date de 1980 : si quelques titres d’œuvres belges (de Maeterlinck, de Ghelderode et de Hergé) sont cités pêle-mêle pour illustrer une catégorie de textes, la seule allusion à la littérature belge en tant que telle est noyée au sein d’une liste hétéroclite :

  • 21 Secrétariat national de l’enseignement catholique, Enseignement secondaire de type I. Français, tro (...)

Par la diversité des cultures, le champ pourra s’ouvrir à des “genres textuels” révélateurs d’une identité culturelle déterminée : le conte africain, la chanson québécoise, des textes de chez nous...21

30Ce programme demande pourtant aux enseignants de tenir compte aussi bien de la culture « locale » que de la culture « étrangère », mais le terme de culture locale est ici entendu d’une manière étonnamment large :

L’étude des textes introduit à la connaissance des diversités culturelles. Elle permet le dialogue des cultures. Le professeur de français veillera à ne pas laisser perdre cette dimension en proposant tel ou tel texte et la littérature étrangère ou de la littérature française répandues dans le monde (id., p.18).

31Plus étonnant encore, lorsqu’il suggère d’évoquer les « cultures dites minoritaires », le programme cite comme seuls exemples celles qui existent « à l’intérieur des frontières de la France (breton, occitan, corse..) » (id., p. 19). Tout concourt ici à nier tacitement l’existence d’une spécificité belge.

32Les choses sont donc claires : la promotion de la littérature belge a été brutalement abandonnée au début des années 60 par le réseau catholique, puis dans les années 70 par l’ensemble des réseaux.

  • 22 Laurent (J.-P.) et Legros (I. & G.), art.cit., p. 

33(2) Les manuels. La même évolution s’observe du côté des manuels. Les études effectuées par le Cedocef (sur 25 manuels parus entre 1900 et 1982) et par D. Charlier (sur 7 manuels parus entre 1895 et 1990) ont clairement mis en évidence l’effritement de la place réservée à la littérature belge après 1960. Ainsi, dans la collection des Modèles français, le tome II, qui comptait 41 extraits d’œuvres belges dans l’édition de 1938 due à P. Hanozin, n’en comptait plus que 28 dans l’édition de 1962, pourtant augmentée, due à M. Lizin. Même phénomène pour le tome III (53 textes belges en 1936, 22 en 1961), et pour le tome IV (22 noms en 1942, 9 en 1961), où le chapitre entier qui était réservé à « la littérature belge d’expression française » s’est retrouvé fondu dans ceux consacrés à la littérature française22.

  • 23 On trouve des exceptions dans les deux sens : d’un côté, les anthologies publiées par Weyergans et (...)

34Mon examen de 64 manuels belges parus au cours des cinquante dernières années confirme cette évolution. Considérons d’abord deux chiffres des années 40-50 : les anthologies de Cotton et de Dethier, parues en 1946 et en 1956, consacraient respectivement 26 % et 25 % de leur volume aux auteurs belges. Ce chiffre décline brusquement à la fin des années 50 : cinq anthologies parues entre 1957 et 1960 n’ouvrent plus en moyenne qu’un dixième de leurs pages aux Belges. La tendance se confirme dans les années 60 et 70, où la place des auteurs belges oscille entre 12 et 10 %, chiffre qui se maintiendra approximativement jusqu’à nos jours23.

35Cet effondrement converge avec la discrétion dont font preuve les programmes à partir de 1960 : le désintérêt de l’école — et en particulier, on l’a vu, du réseau catholique — à l’égard de la littérature nationale à cette époque est donc manifeste.

36Une fois de plus, le décalage avec l’évolution du champ littéraire est frappant : c’est au moment où les écrivains entrent dans ce que J.-M. Klinkenberg a appelé une phase « dialectique », marquée par une certaine reconnaissance de la spécificité belge, que l’école semble, à l’inverse, prise dans un mouvement « centrifuge » d’oubli de la littérature locale et de dilution de la culture dans un cosmopolitisme flou. Cette tendance, il est vrai, s’est trouvée en concordance avec l’idéologie techniciste et anti-historique qui a partiellement influé sur la rénovation de l’enseignement belge. Désormais, ce ne sont plus les auteurs ni les œuvres qui comptent, mais les démarches employées pour les lire.

37Par-delà ce constat quantitatif, qu’en est-il de la dimension qualitative des discours étudiés ? Deux traits récurrents caractérisent le « discours d’escorte » des manuels — ceux des quatre dernières décennies comme leurs prédécesseurs — lorsqu’ils évoquent des auteurs belges.

  • 24 L’anthologie de la littérature du xixe s. publiée en 1957 par Delannoy et Remy consacre un chapitre (...)
  • 25 C’est d’ailleurs là une spécificité des anthologies belges par rapport à leurs homologues française (...)

38Le premier trait a été souligné par Laurent et Legros en 1983 : l’intégration des auteurs belges se fait généralement dans la plus grande discrétion. À une exception près24, aucun des manuels étudié ne réserve aux lettres belges une section à part ou ne s’attache à retracer l’histoire ou la sociologie spécifique de ce domaine littéraire. Les œuvres belges font partie de la littérature française, un point c’est tout. La chose est d’autant plus frappante que, dans leur immense majorité, les anthologies consultées sont structurées par thèmes25 : dans une telle logique, le choix des textes relève davantage du prétexte que d’une réflexion sur leur statut géo-historico-sociologique ou sur leurs caractéristiques intrinsèques.

  • 26 Une nouvelle anthologie est annoncée aux Editions Didier Hatier, signée Michel Joiret et intitulée (...)

39En second lieu, les commentaires (qui, d’une manière générale, tendent à se raréfier de plus en plus au fil du temps) brillent par l’absence de toute dimension sociologique : les textes sont commentés pour eux-mêmes ou pour leur thématique, mais ils sont rarement mis en rapport avec un mode d’écriture ou une « situation » littéraire historique, nationale ou socio-politique26.

  • 27 Guiette (Robert), Écrivains français de Belgique au XIXe siècle. Paris-Bruxelles, Bordas-Asedi, s.d (...)

40(3) Le cas Guiette. Un manuel paru au début des années 60 mérite une mention à part : le volume de la collection « Lagarde et Michard » que Robert Guiette a consacré entièrement aux écrivains belges du xixe siècle27. Comme l’ont déjà remarqué les chercheurs du Cedocef, cet ouvrage se situe dans l’exacte lignée des autres livres de la collection Lagarde et Michard, c’est-à-dire selon l’articulation « la vie, l’œuvre, les textes ». La production littéraire belge du xixe s. est vue essentiellement sous deux angles : celui de l’exotisme nordique et celui du cousinage avec les grands frères de l’Hexagone (les relations parisiennes des auteurs belges sont constamment soulignées). Double mouvement donc, à la fois d’éloignement (via le pittoresque) et d’assimilation, qui, loin de paraitre contradictoire, dégage l’image d’une littérature charmante et consommable du fait de son ambivalence même. Huit auteurs sont ici retenus : De Coster, Lemonnier, Eekhoud, Rodenbach, Verhaeren, Van Lerberghe, Elskamp et Maeterlinck.

  • 28 Elskamp fait ici exception.

41Image réductrice, choix trop prévisible ? Plutôt que de sacrifier à une démystification toujours commode après coup, on remarquera qu’avant d’être repris et propagés par le manuel, les thèmes de la « belgitude » pittoresque et du cousinage parisien ont été sciemment assumés par la plupart des écrivains précités28, et que les huit noms retenus correspondent toujours en gros aujourd’hui au tri de la postérité. Si donc Guiette a entretenu un mythe, il n’en a été ni l’instigateur ni le dernier adepte. Son anthologie se distingue en tout cas par la valorisation spécifique qu’elle fait de la littérature belge, à une époque où les autres manuels se mettent à la marginaliser : même si, par ses contenus, elle confirme la domination du patrimoine français, elle est un signe clair de l’intérêt que continue malgré tout de susciter la production littéraire « nationale ».

Depuis 1975 : une nouvelle prise de conscience ?

42(1) Les programmes : des évolutions divergentes dans les deux réseaux. Il faudra attendre le Rapport sur l’enseignement du français et le programme que publie le réseau officiel en 1983 et 1984 sous l’égide d’un ministre de l’enseignement libéral pour voir se dessiner une nouvelle et nette évolution du côté des instructions officielles. La section du Rapport consacrée aux « textes littéraires » est en effet libellée comme suit :

  • 29 Ministère de l’Éducation nationale, Rapport sur l’enseignement du français. 1983, pp. 51-52.

Parmi les nombreuses questions à envisager à ce propos, le présent document se bornera à signaler le point suivant.
Dans le premier degré, ne conviendrait-il pas de choisir des textes de la littérature belge du xxe siècle, qui est riche et intéressante ? Ce serait sans doute un bon moyen d’éviter à nos élèves cette impression que toute littérature est foncièrement exotique, étrangère en quelque sorte, sinon dans sa langue, du moins dans son référent.
Jusqu’aux dernières années, le Belge a eu plus ou moins le sentiment que les réalités de son pays et de sa vie étaient, à la lettre, inexprimables, puisque jamais vraiment dignes de faire la matière d’une littérature largement connue et estimée chez nous. Cette étrangeté induit inconsciemment à douter du bien-fondé de sa propre expression : comment écrire, quand on ne peut que faire semblant de n’être pas soi-même ?
Cette initiation aux œuvres belges serait naturellement accompagnée de nombreuses lectures des œuvres évoquant la France : Colette, Giono, Quéffelec, Bosco, Jakez Hélias, Clavel, Chabrol, etc.
On commencerait ainsi à fonder une expérience de la francophonie. On y situerait la France métropolitaine dans sa rayonnante et séculaire souveraineté culturelle, mais sans lui permettre de dévorer dès l’abord tout l’espace littéraire.
Au cours du troisième degré, on élargirait aussi par moments ses horizons vers les autres littératures francophones29.

43Ce discours sera en partie relayé dans le programme publié l’année suivante, qui demande d’aborder, dès la première année, « quelques textes des écrivains belges de langue française » (p. 27), puis, en 5e année, les « principaux poètes français de Belgique » et Ghelderode (pp. 34 et 36), et, en 6e, les « principaux prosateurs français de Belgique » (pp. 35-36). L’approche des lettres belges est préconisée tant par le biais de l’« étude des textes » que par celui de l’« histoire littéraire ». Toutefois, en dehors de Ghelderode, aucun écrivain belge n’est cité parmi les 60 noms figurant dans le programme : s’il y a un retour de la littérature belge dans le réseau officiel, il se fait sur le mode mineur, dans une position qui demeure marginale.

44Les derniers programmes parus, qui datent de 1991 (2e degré) et de 1993 (3e degré) se montrent moins explicites encore, puisqu’ils ne proposent plus le moindre nom d’auteur. Ils appellent toutefois à « organiser de manière réflexive notre patrimoine littéraire et culturel », dont le programme du 2e degré donne une définition souple :

Cela signifie [...] qu’on ne pourra plus se limiter au seul patrimoine littéraire français : si notre patrimoine littéraire se compose en premier lieu d’œuvres écrites dans notre langue (littérature belge de langue française et littérature française de France), cette production n’est pas isolée et elle s’inscrit dans un contexte plus vaste, essentiellement européen, dans un tissu d’influences réciproques que le professeur veillera, dans la mesure du possible, à mettre en relief. Dans cette perspective, il importe de souligner l’apport des artistes belges aux grands courants des 19ème et 20ème siècles et leur contribution à notre identité culturelle (p. 19).

45Pour sa part, le nouveau programme catholique du 2e degré (1996) n’évoque la littérature francophone de Belgique qu’en lien avec le projet de « favoriser le dialogue interculturel par le contact avec des textes diversifiés sur le plan culturel et linguistique » :

littératures et cultures occidentales ou non, littératures et cultures européennes ou non, littératures et cultures de langue française ou non, littératures et cultures francophones de France et de Belgique (y compris celles issues de l’immigration) ou d’ailleurs (Maghreb, Québec...), littérature destinée à la jeunesse ou non, littératures et cultures socialement et culturellement reconnues ou non... (p. 41).

46On ne peut pas dire que, sur ce point, le discours du réseau catholique ait beaucoup évolué depuis les années 50 : l’enseignement des lettres belges n’est manifestement pas une préoccupation de ses programmateurs.

47(2) Les manuels : l’émergence des anthologies spécialisées. À première vue, le mouvement observé dans les programmes du réseau officiel ne connait pas d’équivalent dans les manuels : comme je l’ai déjà signalé, la place accordée aux auteurs belges n’y a plus évolué de manière significative depuis 1970, se situant en général aux alentours de 10 à 15 %, ce qui reste très en deçà de ce qu’on a observé dans les années 30 à 50. La période qui nous occupe voit cependant paraitre quatre nouvelles anthologies consacrées de manière exclusive ou privilégiée à la littérature belge.

48Le contexte d’émergence de la majorité de ces ouvrages, à savoir la période 1974-1980, n’est sans doute pas anodin. C’est en effet à cette époque que se font entendre certaines déclarations politiques favorables à la promotion des lettres belges (e.a. celles de Guy Mathot, ministre de l’Éducation à la fin des années 70), que se développe la critique universitaire relative à ce champ (cf. e. a. le « Que sais-je ? » dû à Frickx et Burniaux et les premiers travaux de Klinkenberg) et que la vogue structuraliste commence à s’estomper devant une approche plus sociologique des faits littéraires. Il semble donc y avoir eu alors un climat favorable à la diffusion scolaire des lettres belges.

49Deux des ouvrages qui nous occupent constituent des tomes à part de collections françaises célèbres : la série Chassang et Seninger éditée par Hachette et la collection « Littérature et langage » des éditions Nathan. Ainsi, même si ces ouvrages sont signés par des spécialistes belges (R. Guiette, J. De Caluwé, et J.-M. Klinkenberg et R. Frickx) et même si leur distribution semble avoir été confinée à la Belgique, ils attestent que la littérature belge est devenue aux yeux des éditeurs français un nouveau « marché » justifiant un certain investissement.

50Textes littéraires français de Belgique, xixe-xxe siècles (1974). L’organisation du livre que publie Jacques De Caluwé en 1974 se veut à la fois historique et générique, puisqu’il distingue d’une part trois grandes périodes (De l’indépendance politique à l’éveil littéraire (1830-1880), Les mouvements de 1880, Les genres littéraires au xxe siècle) et, d’autre part, dans la seconde et la troisième de ces périodes, différents courants et genres littéraires (Les novateurs, Les poètes symbolistes ; Le roman, Le théâtre, La poésie, L’essai et la critique littéraire).

51Soixante auteurs sont ici cités et, bien davantage que chez Guiette, situés dans les cadres littéraires, historiques, sociologiques et même politiques qui confèrent à leurs œuvres mais aussi à l’ensemble de la production belge une part de leur spécificité. On est frappé ici par la rigueur et la densité de la mise en perspective initiale, mais aussi par la subjectivité de certains choix, comme de celui qui amène l’auteur à citer plus qu’à leur tour Marcel Thiry ou Robert Vivier (lequel, il est vrai, se trouve aussi avoir préfacé l’ouvrage).

52Littératures françaises hors de France (1976). En marge des manuels traditionnels, les responsables de la Fédération Internationale des Professeurs de français ont eu l’idée en 1976 de mettre en chantier un ouvrage spécifique, exclusivement consacré aux littératures dites « francophones », et dont ils ont confié la conception à des spécialistes des différents pays concernés. Pour la partie belge, qui occupe 100 pages et près d’un cinquième du volume, les maitres d’œuvre avaient pour noms J. Hanse, J.-M. Klinkenberg, R. Mortier, M. Otten, M. Piron et R. Trousson. 26 auteurs sont ici retenus, parmi lesquels on trouve pour la première fois les noms de Chavée, de Bertin, de Mallet-Joris, de Wouters et de Mertens, mais aussi celui d’Edmond Vandercammen qu’on s’étonne un peu de voir préféré à Lemonnier, à Eekhoud, à Ray ou même à Brel.

53Dans la préface de l’ouvrage, on relèvera ces propos du Belge Louis Philippart quant à l’intégration des littératures nationales dans les corpus du cours français : « Il ne saurait être question d’un enseignement historique, systématique et séparé. C’est essentiellement l’explication de textes qui doit bénéficier des apports de valeur, sinon de toutes les littératures de langue française hors de France, du moins de la littérature de tel ou tel pays » (p. 8). Propos quelque peu paradoxal, qui semble faire peu de cas des spécificités sociologiques et culturelles des littératures francophones.

54La littérature française de Belgique. Textes et travaux (1980). S’il participe en gros des mêmes convictions que celui de De Caluwé, l’ouvrage que publient Frickx et Klinkenberg en 1980 dans la collection « Littérature et langage » s’en démarque par l’originalité et la variété de ses entrées. À côté de quatre parties « classiques » consacrées aux quatre genres du roman, du théâtre, de la poésie et de « l’essai et la critique », et d’une autre consacrée aux « marges » (le roman policier, la bande dessinée, le cinéma), l’ouvrage s’ouvre par une vaste introduction (68 p.) qui s’intéresse tour à tour aux « cadres » de la littérature belge (Terres et hommes, Langues et lettres, Quelques constantes), à la Connaissance des lettres belges (L’édition et le complexe belge, Lettres et pouvoirs) et aux spécificités langagières de celles-ci (La littérature dialectale, Un français régional, La qualité de la langue).

55On le voit, c’est un véritable traité sur la littérature belge qui nous est livré ici, les 73 auteurs sélectionnés offrant un large panorama des tendances anciennes et actuelles observables au sein de ce domaine littéraire.

  • 30 Ou plutôt l’avant-dernière depuis la parution de la remarquable anthologie (non destinée au public (...)
  • 31 On n’y pointera certaines absences (Béatrix Beck, Jacques Crickillon, Jacques De Decker, Madeleine (...)

56Espace Nord. L’anthologie (1994). C’est à nouveau J.-M. Klinkenberg qui, 14 ans après l’ouvrage précité de chez Nathan, sera le maitre d’œuvre de la dernière en date des anthologies littéraires de Belgique30. L’ouvrage Espace Nord. L’anthologie, n’est, à vrai dire, pas à proprement parler un manuel scolaire : il s’agit plutôt d’un livre de poche « grand public », destiné à marquer à la fois le dixième anniversaire et le numéro 100 d’une collection devenue incontournable dans le champ aussi bien littéraire que scolaire. Ouvrant ses pages à 106 auteurs, l’ouvrage se veut plus panoramique que sélectif31 et plus incitatif à la lecture qu’analytique : les commentaires y sont limités à de brèves introductions bio-bibliographiques ne dépassant pas une douzaine de lignes par auteur.

57Retenons donc qu’un certain regain d’attention vis-à-vis de la littérature nationale est apparu à partir de 1983. Même si, dans les programmes, il ne concerne que le réseau officiel et même s’il ne touche qu’un nombre limité de manuels, ce phénomène semble pouvoir être corrélé à la phase « dialectique » dont parle J.-M. Klinkenberg pour caractériser la période contemporaine : il parait témoigner du compromis qui tend aujourd’hui à s’établir entre la reconnaissance des productions nationales, la déférence prolongée à l’égard du corpus français et le souci de se montrer ouvert à l’ensemble des diversités culturelles. Il peut aussi être interprété comme un résultat logique de la politique éditoriale et promotionnelle menée depuis quinze ans par un certain nombre d’intellectuels et d’éditeurs de notre pays, à travers la Promotion des lettres belges, la collection Espace Nord, la revue Textyles, les cours et les recherches menés dans les différentes universités, etc. À partir du moment où la littérature belge devient un phénomène institutionnel « visible », il est tout naturel que l’école se sente davantage tenue de lui donner une place digne de ce nom.

Le palmarès des auteurs

Deux valeurs inamovibles : Maeterlinck, Verhaeren

58Si l’on observe à présent le hit-parade des auteurs les plus souvent cités par les anthologies depuis 1945, on remarque d’abord que deux noms se détachent très nettement : ceux de Maeterlinck et de Verhaeren, cités respectivement 21 et 20 fois, alors que le 3e du classement, Van Lerberghe, n’obtient que 12 mentions. Faut-il s’en étonner ? Verhaeren est depuis longtemps identifié à la fois comme le père fondateur du renouveau des lettres belges (assimilé à la « Jeune Belgique ») et le représentant le plus talentueux de l’« âme belge », et Maeterlinck, s’il a incarné l’avant-garde à la fin du xixe siècle, reste jusqu’à ce jour le seul de nos auteurs à avoir reçu le prix Nobel de littérature. Ce n’est évidemment pas un hasard si ces deux auteurs sont également, avec Hergé, les deux seuls Belges à trouver une place significative dans les anthologies publiées en France. Soulignons en outre la remarquable stabilité de leur fortune scolaire : de 1940 à 1990, le nombre moyen de leurs occurrences n’a pratiquement jamais diminué.

59Juste après ces deux incontournables suit un peloton de valeurs sûres, dont le score oscille entre 12 et 9 citations : Van Lerberghe (12), De Coster et Lemonnier (11), Rodenbach (9), Hellens, Michaux, Thiry et Tousseul (9), puis, un peu en retrait, Baillon, Carême, le Prince de Ligne, Elskamp, Gevers et Norge qui ont droit chacun à 7 citations.

« Étoiles montantes » et « étoiles filantes »32

  • 32 Je reprends cette double métaphore à Olivier Dezutter qui s’en est servi pour caractériser l’évolut (...)

60Si l’on observe ensuite les mouvements diachroniques les plus significatifs au sein du corpus étudié, on constate d’abord que cinq auteurs ont fait une percée spectaculaire dans le panthéon des nominés : 6 des 9 citations qu’obtient Thiry apparaissent après 1970, tandis que Ghelderode, Plisnier et Simenon ne sont cités qu’à partir de 1963, et Chavée à partir de 1976.

61On peut s’étonner du caractère tardif de certaines émergences (Crommelynck, Sternberg, Willems, Owen ou Ray ne sont apparus que dans l’anthologie de la FIPF de 1976), mais ce serait oublier l’illusion de perspective qui oriente tout regard sur le passé : il est toujours bon de se souvenir que certaines gloires actuelles ont connu de longues périodes d’obscurité ou d’éclipse avant d’accéder à la renommée.

62À l’inverse, plusieurs noms couramment cités avant 1960 ont complètement disparu au fil du temps : c’est le cas de Francis De Croisset, d’André Van Hasselt et de Jean Mogin (2 ou 3 citations jusqu’en 1957, puis plus rien), de Fernand Séverin (même situation, plus une ultime apparition en 1972), mais aussi de Georges Eekhoud, d’Auguste Marin, de Valère-Gille, d’Edmond Glesener, de Jules Destrée, de Maurice des Ombiaux, de Louis Delattre, d’Arsène Soreil, d’Adrien de Prémorel, de J.H. Rosny l’ainé, d’Alexis Curvers et d’Arthur Masson, qui connaissent leur ultime heure de gloire au milieu des années 60.

Conclusions

  • 33 Cf. notamment Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, Guide pédagogique. Secondaire. Guid (...)

63D’une manière générale, le discours de l’école belge à l’endroit de la littérature nationale s’est signalé tout au long du siècle par sa discrétion. Lorsque les instructions officielles recommandent qu’« une place » soit faite aux auteurs belges, c’est toujours une place secondaire par rapport aux auteurs français, et, si les manuels leur ont consacré en moyenne 10 à 15 % de leur volume, ils se sont rarement souciés de les mettre en valeur par un exposé spécifique. Cette situation parait peut-être normale à beaucoup de Belges ; elle prend pourtant une résonance singulière lorsqu’on la compare avec le discours des programmes québécois qui recommandent aux professeurs de consacrer plus de 50 % de leurs cours de littérature aux auteurs nationaux33.

64Certes, des ouvertures se sont manifestées, une première fois dans les années 20-30 et une seconde fois au cours des années 70, et les enseignants qui le désirent disposent aujourd’hui de plusieurs anthologies qui leur permettent d’aborder de manière approfondie les diverses facettes de la production littéraire belge. Les fluctuations qu’on a observées peuvent être reliées à des faits politiques : la valorisation du patrimoine national après 1922, sa margina-lisation relative dans les années 60, le regain d’intérêt à son endroit dans les années 70-80 sont autant de phénomènes qui paraissent résulter moins de l’évolution interne de l’enseignement de la littérature que d’une volonté politique plus ou moins explicite. On se gardera cependant de conclure que l’école s’est toujours contentée de suivre docilement des mouvements qui lui étaient extérieurs : l’observation des manuels et des programmes montre qu’à deux reprises au moins elle s’est comportée de manière autonome par rapport aux tendances (centripète puis centrifuge) qui dominaient le champ littéraire.

65On a également pu constater, sans trop s’en étonner, que les auteurs les plus représentés au sein du corpus sont d’abord ceux de l’époque de la Jeune Belgique (Verhaeren, Van Lerberghe...) : face à ces figures de proue du patrimoine culturel national, les auteurs des générations suivantes ont mis un certain temps à percer de manière significative, y compris des individualités aussi renommées que Simenon, Michaux ou Brel, qui, pourtant, n’avaient guère besoin d’être « belgicisées » pour être célébrées par l’école.

  • 34 L’attitude dudit réseau n’a cependant rien de monolithique, puisque c’est au sein de l’Université c (...)

66Il serait trop commode de conclure cet article sans prendre position dans le débat qui lui sert de toile de fond : faut-il ou non accorder une place à part aux écrivains belges à l’école et, si oui, dans quelle proportion et sous quelle forme ? À première vue, cette question dresse face à face deux conceptions incompatibles de la didactique de la littérature. D’un côté, les tenants de l’universalisme et de l’ouverture culturelle soutiennent que ce qui compte d’abord, c’est d’initier l’élève à un certain nombre d’attitudes intellectuelles, au maniement de certains concepts, à la lecture d’une diversité des textes et de cultures sans accorder de privilège à un type de production particulier : cette position est en gros celle que défend aujourd’hui le réseau catholique34. De l’autre côté, les défenseurs de la différence culturelle soulignent les avantages didactiques d’une approche séparée et significative des littératures locales : la prise en compte du domaine littéraire le plus présent dans la société où vivent les élèves permettrait tout à la fois d’aborder la littérature sous l’angle sociologique et de se colleter avec des référents culturels familiers.

67Est-il vraiment nécessaire de choisir une ces deux options contre l’autre ? A priori, qu’est-ce qui interdit de combiner ou d’alterner une approche générale et plurielle des phénomènes littéraires et une approche spécifique de la culture locale ? La position la plus féconde — et partant la plus didactique — ne consiste-t-elle pas à établir un va-et-vient dialectique entre le point de vue universel et l’ancrage régional, entre l’ouverture au divers et l’engagement dans un contexte spécifique ? Au demeurant, n’est-ce pas à la recherche de ce délicat équilibre que s’attachent aujourd’hui nombre de professeurs de lettres ?

  • 35 En raison du caractère fastidieux de ce type de relevé, la distinction nombre d’auteurs / nombre de (...)

681. Évolution de la place des auteurs belges dans les manuels publiés en Belgique35

Nombre

Nombre de

d’auteurs (%)

textes (%)

Loise 1895

19

Fonsny et Dewalque 1900

7

Liégeois et Mallinger 1908

10

Van Hollebeke 1912

9

Gérard et Mallinger 1935

19

Deulin 1939 (1986)

20

15

Cotton 1946 (1963)

26

Govaert 1962 (4e)

18

20

Dethier 1956 (2e)

18

25

Delannoy XXe (1957-61)

8

8

Delannoy XIXe (1957-61)

20

10

Durand 1959 (1962)

9

Delannoy 1962 (3e)

13

Dierckx 1961 (3e)

12

10

André 1960

14

12

Weyergans 1963

16

Trifoy 1963

8

Husquin 1963

10

Mathy 1 1964

11

Mathy 2 1964

14

Perperstrate 1964

9

Perperstrate 1965

6

Weyergans 1965

20

Goosse-Grevisse 1971 (3e) (1967)

14

Siraux poésie 1968

8

Leleux 1972

22

Peperstraete 1976

3

Peperstraete 1977

6

FIPF 1976

16

Bouyer 1977

7,5

Siraux 1978 (nouvelle éd. de Siraux 1968)

8,5

Hambursin 1990

12

Collection Séquences 1989-1996

10,6

Collection Français 1,2, 3, 4 1984-87

10,5

Collection Carrefour 19992-93

8

Collection Accès français 1996

20

Lectures pour toi 1992

10

692. Auteurs les plus cités dans les manuels depuis 1945

1.

Maeterlinck

21

2.

Verhaeren

20

3.

De Coster

12

Van Lerberghe

12

5.

Lemonnier

11

6.

Rodenbach

10

7.

Hellens

9

Michaux

9

Thiry

9

Tousseul

9

11.

Baillon

7

Carême

7

de Ligne

7

Elskamp

7

Gevers

7

Norge

7

17.

Giraud

6

Krains

6

Périer

6

20.

des Ombiaux

5

Ghelderode

5

Valère-Gille

5

Hardy

5

Plisnier

5

Vivier

5

26.

Delattre

4

Destrée

4

Glesener

4

Pirmez

4

Soreil

4

Séverin

4

Wouters

4

32.

Bernier

3

De Croisset

3

Demolder

3

Marin

3

Masson

3

Simenon

3

Van Hasselt

3

703. Programmes belges de français langue maternelle

4. Liste des Anthologies scolaires belges (publiées en Belgique ou destinées en priorité au public belge) consultées

5. Quelques anthologies belges

Haut de page

Annexe

Athénée royal de Tournai, principal M. l’abbé Destrebecq, Programme des cours d’études pendant l’année scolaire 1846-1847. Tournai, 1846.

Séminaire de Bastogne, Humanités [Programme d’études]. Bastogne, 1855.

Ministère de l’Instruction publique, Discussion relative aux réformes à introduire dans l’organisation des humanités en Belgique. Compte rendu détaillé des séances du Conseil de perfectionnement de l’instruction moyenne. Bruxelles, Fr. Gobbaerts imprimeur, 1880.

Ministère de l’Instruction publique, Administration de l’enseignement, Programmes de l’enseignement. Athénées royaux et écoles moyennes de l’État pour garçons. Bruxelles, Fr. Gobbaerts imprimeur, 1881.

Ministère de l’Intérieur et de l’Instruction publique, Administration de l’enseignement moyen, Horaires et programmes des études dans les athénées royaux. Bruxelles, Polleunis et Ceuterick imprimeurs, 1907.

Collèges de la Compagnie de Jésus en Belgique, Programme des cours. Humanités anciennes. Bruxelles, J. Polleunis imprimeur, 1910.

Ministère des sciences et des arts. Enseignement moyen, Horaire et programme des études dans les Athénées royaux. Liège, G. Thone éditeur, 1926.

Ministère de l’Instruction publique. Direction de l’enseignement moyen, Deuxième supplément au Catalogue des livres à donner en prix dans les Établissements d’enseignement moyen soumis au régime des lois organiques(en français et en néerlandais), s.l., 1932.

Collèges de la Compagnie de Jésus (province méridionale de Belgique), Programme des cours (Humanités anciennes). Liège, H. Dessain éditeur, 1946.

Ministère de l’Instruction publique. Direction de l’enseignement moyen, Instructions provisoires concernant la réforme de l’enseignement moyen. Français (première langue). 1952.

Fédération nationale de l’enseignement moyen catholique, Programme, Préface de S.E. le cardinal van Roey, archevêque de Malines et de L.E. les Évêques de Belgique. Lierre, J. Van In & Cie S.A. éditeurs, 1953.

Ministère de l’Instruction publique. Direction de l’enseignement moyen, Programmes de français. 1960.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture, Enseignement professionnel masculin de l’État. Programmes. Langue maternelle. s.d. [années 60].

Fédération de l’enseignement moyen catholique, Programme et directives. Français. Lierre, J. Van Inn et Cie S.A. éditeurs, 2e édition, 1961.

Fédération nationale de l’enseignement technique catholique, Langue maternelle. École professionnelle secondaire supérieure. Sections spécifiquement féminines, sections Puériculture et Aide sanitaire et section Arts décoratifs pour filles. 1964.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Administration des études, Structures, programmes et méthodes, Expression orale et écrite. Langue maternelle. Programme provisoire. Enseignement secondaire rénové. Premier degré. Bruxelles, 1970.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Administration des études, Structures, programmes et méthodes, Programme de langue maternelle. Second degré. Document n° 1. Objectifs généraux. 1973.

Fédération nationale de l’enseignement technique catholique, Enseignement secondaire. Sections professionnelles. Vade-mecum du professeur de français. 1974.

Secrétariat national de l’enseignement catholique. Bureau pédagogique, Enseignement secondaire rénové. Programme expérimental de français pour le troisième degré. Bruxelles, Licap, 1975.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Administration des études, Structures, programmes et méthodes, Langue maternelle. Expression orale et écrite. Programme provisoire. Enseignement secondaire rénové. Premier degré. Deuxième degré : enseignement général, enseignement technique. Bruxelles, 1975.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Organisation des études, Structures, programmes, méthodes et documentation pédagogique, Langue maternelle. Programme enseignement secondaire. Troisième degré (4 heures). Bruxelles, 1976.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Organisation des études, Structures, programmes, méthodes et documentation pédagogique, Langue maternelle. Programme enseignement secondaire rénové. Troisième degré (7 heures). 1977.

Secrétariat national de l’enseignement catholique, Enseignement secondaire de type I. Français, troisième degré. Bruxelles, Licap, 1980.

Ministère de l’Éducation nationale et de la Culture française, Organisation des études, Structures, programmes et méthodes, Langue maternelle. Expression orale et écrite. Programme provisoire. Enseignement secondaire rénové. Premier degré. Deuxième degré : enseignement général, enseignement technique, enseignement professionnel. Bruxelles, 1981.

Ministère de l’Éducation nationale, Rapport sur l’enseignement du français. 1983.

Archevêché de Malines-Bruxelles, Enseignement secondaire, Inspection, Orientations et directives pour l’année scolaire 1983-1984. 1983.

Fédération nationale de l’enseignement technique catholique, Enseignement secondaire de type I. Français. Premier, deuxième et troisième degrés professionnels. 1984.

Ministère de l’Éducation nationale, Français. Méthodologie spéciale. 1984.

Ministère de l’Éducation nationale, Langue maternelle. Expression écrite et orale. Enseignement rénové. Premier degré, deuxième degré, troisième degré. 1984.

Ministère de l’Éducation, de la Recherche et de la Formation, Enseignement secondaire. Deuxième degré de l’enseignement professionnel. Programme de français. 1988.

Commission de coordination de l’enseignement du français de la Fédération de l’enseignement catholique, Manifeste pour l’enseignement du français. 1989.

Ministère de l’Éducation, de la Recherche et de la Formation, Programme de français. Enseignement secondaire de transition (2e degré). 1991.

Fédération nationale de l’enseignement secondaire catholique, Programmes. Enseignement Secondaire de Type I. Langue maternelle. 1re B, 2e année professionnelle, 2e et 3e degrés professionnels. 1992.

Ministère de l’Éducation, de la Recherche et de la Formation, Programme de français. Enseignement secondaire de transition (3e degré). 1993.

Fédération nationale de l’enseignement secondaire catholique, Programmes. Enseignement Secondaire de Type I. Français. 2e degré de transition générale et technique et de qualification technique. 1996.

André (J.), Hermand (J.), Apprendre à vivre. Anthologie. Bruxelles, Éd. universitaires, 1960 (L’Enseignement).

Baily (J.-M.) et al., Français 3. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1980 (La classe de langue française).

Baily (J.-M.) et al., Français 4, Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1988 (La classe de langue française).

Beckers (A.-M.), Lire les écrivains belges. Bruxelles, Ministère de l’Éducation Nationale, Organisation des études, 2 vol., 1985 et 1987.

Bouyer (A.) et Siraux (Y.), Prose française du xvie au xxe siècle. Namur, Wesmael-Charlier, 1977 (2e éd. augmentée).

Canvat (K.), La Science-fiction. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1991.

Cherdon (C.) et al., Français 1. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1984.

Cherdon (C.) et al., Français 2. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1985.

Cherdon (C.) et al., Français 3. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1987 (4e éd.).

Cherdon (C.), Fossion (A.) et Laurent (J.-P.), dir., Français 5/6. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 2 tomes, 1982 et 1983.

Cherdon (C.) et al., Accès français. Manuel 1re-2e. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1996, 10 fasc.

Collès (l.) et Dufays (J.-L.), Le Récit de vie. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1989.

Cotton (R.-F.), De Koninck (Y.-V.), Rolland (J.-L.), Anthologie moderne. Textes annotés à l’usage des élèves de l’enseignement technique et des Humanités. Lecture - conversation - langue - composition. Humanisme. Bruxelles, De Boeck, 1963 (7e éd.; 1re éd. 1946).

De Caluwé (J.), Textes littéraires français de Belgique, xixe-xxe siècles. Paris, Hachette, coll. Chassang et Seninger, 1974.

Decruyenaere (J.-P.), Le Texte de théâtre. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1992.

Decruyenaere (J.-P.) et Dezutter (O.), Le Conte. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1990.

Delannoy (A.) et Remy (l.), Textes français d’hier et d’aujourd’hui. À l’usage des écoles moyennes, des classe inférieures des Humanités, des écoles normales et des écoles catholiques. Namur, Wesmael-Charlier, 1962 (3e éd.).

Delannoy (A.) et Remy (l.), Les Grands Écrivains français. Choix de textes. Namur, Wesmael-Charlier, 6 vol., 1957-61.

Demols (Cl.), Mottoul (J.), Français 1. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1977 (2e éd. revue et complétée).

Dethier (Fr.), Renier (M.), Fostroy (P.), Histoires pour vous. Lectures, notes et exercices de français. Précis de grammaire. À l’usage de l’enseignement moyen, normal, technique et professionnel. Bruxelles, Manteau, s.d. (autour de 1960) (3e éd. revue et augmentée ; 2e éd. : 1956).

Deulin (R.), Anthologie illustrée d’auteurs de langue française. Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1986 (18e éd., 1re éd. : 1939).

Dezutter (O.) et Hulhoven (Th.), La Nouvelle. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1989.

Dierckx (R.), Les Meilleurs Textes français. Bruxelles, Marcel Didier, 1961 (3e éd.).

Dossiers «L», Service du Livre luxembourgeois, Marche-en-Famenne.

Doucet (J.-B.), Textes français pour analyses littéraires. Cycle supérieur des Humanités. Bruxelles, Lesigne, s.d. (autour de 1965).

Dufays (J.-L.), Grégoire (F.), Maingain (A.), La Chanson. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1994.

Dumortier (J.-L.), dir., Lectures pour toi, 1, 2, 3. Bruxelles, Labor, 1992.

Durand (S.-M.), Vie. Choix de textes. Tournai, Casterman, 1962 (5e éd. ; 1re éd. : 1959).

F.I.P.F. (Fédération Internationale des Professeurs de français), Littératures françaises hors de France. Anthologie didactique. Gembloux, Duculot, 1976.

Fonsny (J.), Dewalque (A.), Recueil de morceaux littéraires à l’usage des écoles moyennes et des classes inférieures des athénées. Namur, Wesmael-Charlier Éditeur, 1900.

Francken (J.), Modèles français. Tome VI. Prosateurs. Bruxelles, Lesigne, 1963.

Frickx (R.), Klinkenberg (J.-M.), La Littérature française de Belgique. Textes et travaux, Paris, Nathan-Labor, coll. Littérature et langage. Les genres et les thèmes, 1980.

Gérard (V.), Mallinger (L.), Anthologie d’auteurs français et belges à l’usage de l’Enseignement moyen. Namur, Wesmael-Charlier Éditeur, 1935 (10e éd.).

Gob (J.), Pages classiques des grands écrivains français des origines à nos jours. À l’usage des établissements d’enseignement moyen et d’enseignement normal. Bruxelles, De Boeck, 1963 (14e éd. revue par R. Lespire ; 1re éd. : 1932).

Goosse-Grevisse (M.-Th.), Textes français pour l’enseignement secondaire (degré inférieur) et l’enseignement technique. 2 vol. : Anthologie - Commentaires. Gembloux, Duculot, 1971 et 1972 (2e éd. refondue ; 1re éd. : 1967).

Govaert (M.), Van Elslande (E.), La Joie de lire. II. Poésie - Prose - Théâtre. Anvers, De Sikkel, 1962 (2e éd.).

Guiette (R.), Écrivains français de Belgique au XIXe siècle. Complément au Tome V de la Collection Lagarde et Michard. Paris, Bordas ; Bruxelles, Asedi, s.d. (autour de 1960).

Hambursin (M.), Textes en archipels. Bruxelles, De Boeck-Duculot, 1990.

Hanquet (R.), Modèles français. Tome IV. Poètes et poèmes. Bruxelles, Lesigne, 1961.

Husquin (A.), Potelle (M.), Rouyet (A.), Prose française. Liège-Paris, 1963.

Laloup (J.), Anthologie de littérature scientifique. Tournai, Casterman, 1960.

Lambrette (A.), Modèles français. Tome V. Éloquence. Bruxelles, Lesigne, 1962.

Leleux (J.), dir., Toujours et aujourd’hui. Anthologie vivante et recherche des aptitudes à l’usage des classe inférieures de l’enseignement secondaire. Barchon, Desoer, 1972.

Liégeois (C.), Mallinger (L.), Le Théâtre et l’éloquence en France et en Belgique, Chrestomathie à l’usage de la classe de Première. Namur, Wesmael-Charlier, 1908.

Lits (M.), Le Récit d’énigme criminelle. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1991.

Lits (M.), L’Essai. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1994.

Lits (M.) et Yerlès (P.), Le Mythe. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1989.

Lizin (M.), Modèles français. Cours inférieur et pages africaines. Bruxelles, Lesigne, 1960.

Lizin (M.), Modèles français. Cours supérieur. Bruxelles, Lesigne, 1962.

Lizin (M.), Modèles français. 1A. Sixième. Bruxelles, Lesigne, 1965.

Lizin (M.), Modèles français. Tome II. Bruxelles, Lesigne, 1962.

Lizin (M.), Modèles français. 3. Quatrième. Bruxelles, Lesigne, 1970.

Lizin (M.), Modèles français. 4. Troisième. Bruxelles, Lesigne, 1970.

Loise (F.), Anthologie d’auteurs français et d’auteurs belges à l’usage de l’Enseignement et des Familles. Bruxelles, Alfred Castaigne Éd., 1895 (4e éd.).

Mathy (G.) et lacroix (P.), À l’école des bons auteurs. I. Humanités : classe de 6e. Namur-Bruxelles, La Procure, 1964 (5e éd. ; 1re éd. : 1955).

Mathy (G.) et Lacroix (P.), À l’école des bons auteurs. II. Humanités : classe de 5e. Namur-Bruxelles, La Procure, 1964 (4e éd. ; 1re éd. : 1956).

Mathy (G.) et Lacroix (P.), À l’école des bons auteurs. III. Humanités : classe de 4e. Namur-Bruxelles, La Procure, 1963 (4e éd. revue).

Meeus (E.), Connaitre la vie. Textes choisis et commentés à l’usage des étudiant(e)s de l’enseignement professionnel ou de niveau équivalent. Bruxelles, Éd. universitaires, coll. L’enseignement, 1960.

Peperstraete (M.), Vasteels (R.), Vander Gucht (R.), Témoins de la poésie française du moyen âge à nos jours. Tournai, Casterman, 1965.

Peperstraete (M.), Vasteels (R.), Témoins de la prose française du moyen âge à nos jours. Tournai, Casterman, 1970 (2e éd. revue; 1re éd. : 1964).

Peperstraete (M.), Vasteels (R.), Vander Gucht (R.), Témoins du roman et du théâtre français. Tournai, Casterman, 1976.

Peperstraete (M.), Vasteels (R.), Vander Gucht (R.), Témoins de la pensée et de l’éloquence françaises. Tournai, Casterman, 1977.

Schoonejans (M.), Jacob (B.), Minet (M.), Carrefour 2. Le français en 2e année, Louvain-la-Neuve, Dessain, 1992.

Schoonejans (M.) et al., Carrefour 3. Le français en 3e année. Louvain-la-Neuve, Dessain, 1993.

Schoonejans (M.) et al., Carrefour 4. Le français en 4e année. Louvain-la-Neuve, Dessain, 1995.

Siraux (Y.), Bouyer (A.), Parré (P.), Anthologie de la poésie française. Namur, Wesmael-Charlier, 1968.

Siraux (Y.), Bouyer (A.), Parré (P.), Poèmes français. Namur, Wesmael-Charlier, 1978 (nouvelle éd. refondue de l’Anthologie de la poésie française de 1968).

Siraux (Y.), Bouyer (A.), Parré (P.), Poèmes français. Bruxelles, De Boeck, 1991 (nouvelle éd. de l’ouvrage paru chez Wesmael-Charlier en 1978).

Taymans (M.-L.), Vandenschrick (S.), Vellut-Abraham (H.), La lettre. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1992.

Trifoy (J.), Poésie française. Liège-Paris, Dessain, 1963.

Van Hollebeke (B.), Chrestomatie française à l’usage des écoles moyennes et des classes inférieures des athénées et des collèges. Namur, Wesmael-Charlier, 1912 (8e éd.).

Weyergans (Fr.), La Prose française. Choix de textes à l’usage des classes supérieures de l’enseignement secondaire. De Montaigne à Robbe-Grillet. Bruxelles, Éd. universitaires, coll. L’enseignement, 1963.

Weyergans (Fr.), La Poésie française. Choix de poèmes du xiie au xxe siècle. Bruxelles, Éd. universitaires, coll. L’enseignement, 1965.

Yerlès (P.) et Lits (M.), Le Fantastique. Textes pour la classe et Vadémécum du professeur de français. Bruxelles, Didier Hatier, coll. Séquences, 1990.

Aron (P.), La Belgique artistique et littéraire. Une anthologie de langue française (1848-1914). Bruxelles, Complexe, 1997.

de Boschère (J.), Colinet (P.) et Guiette (R.), La Poésie française de Belgique. Paris, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 5 vol., 1971-72.

Klinkenberg (J.-M.), dir., Espace-Nord : l’Anthologie. Bruxelles, Labor, 1994.

Maury (P.), Poèmes du monde entier. Anthologie des poètes du monde entier de Homère à nos jours. Verviers, Marabout, 1984.

Wouters (L.), Panorama de la poésie française de Belgique. Bruxelles, J. Antoine, 1976.

Haut de page

Notes

1 Frickx (R.) & Muno (J.), Littérature française de Belgique. Sherbrooke, Naaman, 1979 ; Montal (R.), « Littérature belge et enseignement », dans Les Cahiers du Groupe, n°6 (Lettres belges, lettres mortes ?), Bruxelles, Groupe du Roman, 1972, pp. 5-14 ; Viala (A.) & Schmitt (M.P.), « Les textes dits d’“expression française” dans les manuels du secondaire en France. Perplexité », dans BREF, n°23 (Français d’ailleurs), sept. 1980, pp. 13-23.

2 Laurent (J.-P.), Legros (G. et I.), « Pourquoi (pas) la littérature belge ? Ce que (ne) disent (pas) les manuels » ; Klinkenberg (J.-M.), « Mais enfin, faut-il vraiment l’enseigner, cette littérature belge ? », dans Enjeux, n°4, aut. 1983, pp. 9-25 et 27-34 ; Français 2000, Revue de la société belge des professeurs de français, n°109-110 (Lettres belges), 1986. Le premier article a également été publié dans Gauvin (L.) et Klinkenberg (J.-M.), dir., Trajectoires. Littérature et institutions au Québec et en Belgique francophone. Bruxelles, Labor, 1985, pp. 201-225.

3 Charlier (D.), Littérature belge et enseignement. Mémoire de licence présenté sous la direction de J.-M. Klinkenberg. Université de Liège, 1995, 234 p.

4 Halen (P.), « La Belgique francophone », dans Veck (B.) & Verrier (J.), La Littérature des autres. Place des littératures étrangères dans l’enseignement des littératures nationales. Paris, INRP, 1995, pp. 58-69.

5 Le Cedocef et D. Charlier ont consulté respectivement une centaine et une cinquantaine de manuels, belges et français, étalés sur l’ensemble du xxe s. ; et P. Halen s’est penché sur une trentaine d’ouvrages parus après 1960. En revanche, peu de choses ont été dites des instructions officielles : l’équipe du Cedocef n’a eu accès qu’aux programmes de l’après-guerre, et D. Charlier à ceux du seul réseau officiel.

6 À propos des pratiques, voir les enquêtes menées sur l’enseignement des corpus littéraires en Belgique francophone : Legros (G.), « Le cercle des poètes rebattus », dans Enjeux, n°24, déc. 1991, pp. 5-24 ; Monballin (M.), « Œuvres romanesques et théâtrales en fin de secondaire : un singulier pluriel », dans Enjeux, n°32, juin 1994, pp. 7-21 ; Van der Brempt (M.), « Corpus littéraire en fin de secondaire: constats et questions », dans Français 2000, n°149-150, fév. 1996, pp. 6-10.

7 Il y aurait cependant beaucoup à dire sur les manques et les enjeux de l’enseignement de la littérature à l’école primaire. Voir à ce propos l’étude récente d’Yves Reuter, « Éléments de réflexion sur la place et les fonctions de la littérature dans la didactique du français à l’école primaire », dans Repères, n°13, 1996.

8 Voir à ce propos les études présentées par Martine Jey, André Petitjean et Danièle Manesse à l’occasion de Journées d’études organisées à Namur en mai 1997 sur l’enseignement de la littérature dans les pays de français langue maternelle (à paraitre dans la revue Enjeux en 1997).

9 Dans les dernières Instructions officielles destinées au Lycée (1987), le professeur est tout au plus invité à « poursuivre l’effort entrepris au collège pour favoriser la rencontre et le dialogue entre des cultures différentes, en proposant éventuellement des textes écrits en français par des auteurs étrangers » (je souligne).

10 Dans leur commentaire, les auteurs de l’enquête avancent que les manuels belges sont moins utilisés dans les écoles belges que leurs homologues français et tiennent le même discours. La première affirmation est contredite par le nombre important de manuels belges qui ont été publiés tout au long du xxe s. ; la seconde requiert, comme on le verra, quelques nuances.

11 Charlier (D.), op.cit., chap. 5, note 126. Ce chiffre de 2 % prend tout son sens lorsqu’on se rappelle qu’il y a à peu près 4 millions de Belges de langue française et 56 millions de Français. S’il existait une équivalence entre la population et la légitimité littéraire, les auteurs belges auraient droit à 7 % de l’espace anthologique.

12 Une exception : l’Anthologie francophone publiée en 1992 aux éditions du Groupe de la Cité par les soins de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique, qui présente 15 auteurs belges (De Coster, Maeterlinck, Rodenbach, Elskamp, Verhaeren, Michaux, Verheggen, Simenon, Nougé, Dotremont, Brel, Lilar, Gevers, Ghelderode, Norge) et leur consacre 4,4 % de son volume (19 pages sur 430).

13 L’enquête de Viala et Schmitt atteste que la place des littératures québécoise, suisse romande et africaine et antillaise est encore mois enviable que celle de la Belgique : sur les 69 anthologies étudiées pour la période 1961-79, on ne trouvait guère que 12 Africains et Antillais (Camara Laye, cité 5 fois ; Senghor et Césaire, 4 fois ; Memmi, 3 fois ; Yacine, Tirolien, Ferraoun 2 fois ; et Chraïbi, Kane, Ehni, Dadié, Lacrosil et Rabearivelo, 1 fois), 6 Québécois (Roy, Hébert, Lapointe, Pilon, Blais et Ducharme, cités chacun une fois et dans un seul volume !), et 1 Suisse en dehors de Rousseau (Ramuz, cité 2 fois). Ce qui prouve du moins que la Belgique n’est pas victime d’un ostracisme qui lui serait propre !

14 J’ai consulté 6 programmes (3 catholiques et 3 officiels) parus entre 1846 à 1910.

15 Trois de ces ouvrages ont été examinés par D. Charlier. J’y ai ajouté celui de Van Hollebeke. Les références des manuels et des programmes figurent en annexe du présent article.

16 Cf. Ministère des Sciences et des Arts. Enseignement moyen, Horaire et programme des études dans les Athénées royaux. Liège, G. Thone, 1926. Selon D. Charlier, les mêmes propos se retrouvent dans une version antérieure de ce programme parue en 1924.

17 Ministère des Sciences et des Arts. Administration de l’enseignement primaire, Règlement-type des écoles primaires communales. Bruxelles, Vromant et Cie, 1922, p. 27.

18 Laurent (J.-P.) et Legros (I. & G.), art.cit., p. 17.

19 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, n°44 (L’institution littéraire II), déc. 1981, pp. 33-50.

20 « Nous devons croire, quand ce serait la foi du charbonnier, à une âme belge, à une littérature belge. Croire [...] que toute victoire du séparatisme (ou de son frère honteux, le fédéralisme) marque une défaite » (conférence prononcée à l’Institut Saint-Louis à Bruxelles en décembre 1941 et publiée par les Études classiques, t. xiii, n°1-2, janv.-avril 1945).

21 Secrétariat national de l’enseignement catholique, Enseignement secondaire de type I. Français, troisième degré. Bruxelles, Licap, 1980, p. 19.

22 Laurent (J.-P.) et Legros (I. & G.), art.cit., p. 

23 On trouve des exceptions dans les deux sens : d’un côté, les anthologies publiées par Weyergans et par Leleux en 1965 et 1972 consacrent respectivement 20 et 22 % de leurs pages aux lettres belges ; de l’autre, les manuels publiés par Peperstraete, Vasteels et Vander Gucht en 1976 et 1977 limitent la part de la Belgique à 3 et 6 %. La tendance générale ici décrite n’a donc rien de systématique.

24 L’anthologie de la littérature du xixe s. publiée en 1957 par Delannoy et Remy consacre un chapitre de 40 p. aux « Lettres françaises de Belgique ».

25 C’est d’ailleurs là une spécificité des anthologies belges par rapport à leurs homologues françaises, plus volontiers chronologiques.

26 Une nouvelle anthologie est annoncée aux Editions Didier Hatier, signée Michel Joiret et intitulée Littérature belge de langue française : un signe de plus, s’il en fallait, que la promotion scolaire des lettres belges est aujourd’hui revenue à l’ordre du jour.

27 Guiette (Robert), Écrivains français de Belgique au XIXe siècle. Paris-Bruxelles, Bordas-Asedi, s.d. (env. 1960), coll. Lagarde et Michard (complément au Tome V).

28 Elskamp fait ici exception.

29 Ministère de l’Éducation nationale, Rapport sur l’enseignement du français. 1983, pp. 51-52.

30 Ou plutôt l’avant-dernière depuis la parution de la remarquable anthologie (non destinée au public scolaire et relative à une période historique limitée) de Paul Aron, La Belgique artistique et littéraire. Une anthologie de langue française (1848-1914), Bruxelles, Complexe, 1997. Aux ouvrages scolaires ici évoqués, il convient par ailleurs d’ajouter l’intéressant recueil en deux volumes composé par A.-M. Beckers sous le titre Lire les écrivains belges, Bruxelles, Ministère de l’Éducation nationale, organisation des Études, 1985 et 1987. Diffusé dans le seul réseau officiel, l’ouvrage ne semble cependant pas avoir eu la publicité qu’il méritait.

31 On n’y pointera certaines absences (Béatrix Beck, Jacques Crickillon, Jacques De Decker, Madeleine Ley, Félicien Marceau, Jean-Marie Piemme) que pour mieux se rappeler que nulle anthologie n’est tenue à l’exhaustivité.

32 Je reprends cette double métaphore à Olivier Dezutter qui s’en est servi pour caractériser l’évolution des auteurs épistolaires dans les anthologies littéraires (Étude historique et prospective de l’enseignement de la lettre. Thèse de doctorat inédite présentée à l’UCL en juin 1997).

33 Cf. notamment Gouvernement du Québec, Ministère de l’Éducation, Guide pédagogique. Secondaire. Guide d’utilisation du programme de français langue maternelle. Formation générale. 1982, pp. 134-138. Bien entendu, la littérature québécoise représente un enjeu particulier en raison de l’isolement du Québec au sein d’une culture anglophone. La différence entre les choix belges et québécois n’en est pas moins saisissante.

34 L’attitude dudit réseau n’a cependant rien de monolithique, puisque c’est au sein de l’Université catholique de Louvain qu’ont été mis sur pied au cours des années 70 et 80 de nombreux recyclages pour enseignants sur la littérature belge. La place accordée aux textes belges est en outre importante (autour de 20 %) dans les récents manuels de la collection « Accès français » (De Boeck) dont les auteurs enseignent également dans l’enseignement catholique ; ces manuels privilégient cependant nettement les textes fonctionnels et utilitaires par rapport aux œuvres littéraires.

35 En raison du caractère fastidieux de ce type de relevé, la distinction nombre d’auteurs / nombre de textes n’est ici établie, à titre indicatif, que pour certaines anthologies. Pour les anthologies les plus anciennes, je n’ai consulté que des tables de matières qui ne permettent pas de déterminer avec certitude le nombre des textes retenus. La première date est celle de la première édition, la seconde celle de l’édition consultée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Dufays, « La littérature belge de langue française dans les programmes et les manuels scolaires du xxs. : enquête sur une présence-absence », Textyles, 15 | 1999, 150-165.

Référence électronique

Jean-Louis Dufays, « La littérature belge de langue française dans les programmes et les manuels scolaires du xxs. : enquête sur une présence-absence », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 20 juillet 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1119 ; DOI : 10.4000/textyles.1119

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org