Navigation – Plan du site

Introduction

Crommelynck, notre contemporain ?
Pierre Piret
p. 7-9

Texte intégral

1En consacrant un numéro à Fernand Crommelynck, Textyles renoue avec sa tradition monographique et met à l’honneur et à l’étude, cinq ans après Émile Verhaeren, un autre classique des lettres belges. C’est que, aussi paradoxal que cela puisse paraître, il est des classiques qu’il faut exhumer — et Fernand Crommelynck vérifie peut-être plus que tout autre le principe selon lequel un écrivain renommé n’est pas toujours un écrivain lu. Il est singulier de constater, à cet égard, que Textyles innove en lui consacrant un dossier : à ce jour, aucune revue n’avait encore présenté un ensemble d’articles sur l’auteur du Cocu magnifique.

2Sa renommée, Crommelynck se l’est forgée dans l’entre-deux-guerres : son œuvre rencontre alors un succès considérable et elle est très tôt reconnue internationalement. Lue et admirée par les plus grands artistes, elle inspire les metteurs en scène les plus novateurs et engendre d’innombrables commentaires critiques. Et le célèbre Cocu magnifique n’est pas seul en cause : la création de chaque pièce de Crommelynck est l’occasion d’une empoignade critique, d’une petite querelle des anciens et des modernes. C’est ainsi que, paré des atours de la modernité, Crommelynck trouve rapidement sa place dans l’histoire de la littérature comme dans l’histoire du théâtre.

3Pourtant, la fortune scénique de son œuvre faiblit au lendemain de la seconde guerre mondiale. Plusieurs explications peuvent être trouvées à ce phénomène. Un peu partout, en France en particulier, une volonté de renouvellement s’affirme, qui conduit à focaliser l’attention sur le théâtre brechtien et sur le « nouveau » théâtre notamment. En Belgique, il faut prendre en compte aussi, outre la propension à l’auto-dénégation qui caractérise le champ littéraire belge à cette époque, la position particulière de l’écrivain, coincé, comme le montre Cécile Michel, entre deux champs littéraires et entre deux périodes. Toujours est-il que, lorsque Fernand Crommelynck meurt, le 17 mars 1970, son œuvre semble promise à un oubli de plus en plus profond.

4Aujourd’hui, il n’en va plus tout à fait de même : la renommée de Crommelynck demeure à vrai dire à peu près intacte ; son nom continue de circuler dans le public cultivé ; dans l’espace des lettres belges, en particulier, il compte parmi les classiques. Mais est-il, même aux yeux de ce public cultivé, beaucoup plus qu’un nom, un nom que toute histoire, tout manuel un tantinet sérieux se doit de citer en compagnie de Maeterlinck et Ghelderode ? La question qui se pose aujourd’hui à propos de Crommelynck n’est pas celle de sa reconnaissance institutionnelle, mais celle de son actualité : lit-on encore son œuvre ? la lit-on autrement que comme le témoignage d’une époque révolue ? et cette œuvre conserve-t-elle le potentiel fécondant qui fut le sien, qui lui permit d’inspirer voire de provoquer nombre d’artistes illustres, de Lugné-Poe à Picasso, en passant par l’incontournable Meyerhold ? En un mot, Crommelynck est-il notre contemporain ?

  • 1 Piette(A.) et Cardullo (B.), The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright. Se (...)
  • 2 Piret (P.), Fernand Crommelynck. Une dramaturgie de l’inauthentique. Bruxelles, Labor, coll. Archiv (...)

5Ce qui est sûr, c’est que, depuis une dizaine d’années, l’heure est à sa redécouverte. Ce mouvement fut engendré par les diverses manifestations organisées à l’occasion du centenaire de sa naissance, en 1986 et 1987 : toutes les pièces importantes furent montées (en spectacles ou en lectures-spectacles), en particulier par Henri Ronse, et elles révélèrent à cette occasion leur étonnante modernité ; une exposition et un colloque retracèrent la fortune scénique internationale de l’œuvre, fortune absolument stupéfiante. Depuis lors, Crommelynck n’a pour ainsi dire plus quitté la scène, ce qu’attestent plusieurs mises en scène récentes et à venir : Les Amants puérils a été montée au Théâtre National et à la Comédie-Française en 1993 ; Le Cocu magnifique, au Théâtre National en 1995 et à Catane (Sicile) en 1996 ; le Théâtre du Parc, qui a présenté Chaud et Froid ou l’idée de Monsieur Dom en 1992, annonce une nouvelle mise en scène du Cocu magnifique pour février 2000. Par ailleurs, en 1998, Le Cocu magnifique a donné lieu à une nouvelle adaptation télévisuelle, réalisée par Pierre Boutron et Bertrand Poirot-Delpech. Enfin, au plan critique, l’œuvre de Crommelynck a fait l’objet de plusieurs articles et de deux livres, l’un en anglais, paru en 19971, l’autre en français, qui sort de presse en même temps que le présent numéro de Textyles2.

  • 3 Notons cependant que l’article de Victor Renier est partiellement consacré à l’œuvre en prose, l’au (...)

6La longue éclipse qui a occulté l’œuvre du dramaturge belge pendant une trentaine d’années explique vraisemblablement l’état actuel des études crommelynckiennes. Si cette œuvre a suscité une littérature critique considérable au moment de sa création, la relecture que permet et appelle l’épreuve du temps reste encore en grande partie à mener. C’est pourquoi l’on n’a pas cherché à construire un dossier parfaitement agencé selon une visée définie d’emblée, qu’elle soit synthétique ou analytique : il n’est pas temps encore de dresser un état exhaustif des connaissances sur Crommelynck ; de même, il serait sans doute prématuré de vouloir interroger un aspect bien déterminé de son œuvre ou de la scruter sous un angle spécifique. Le numéro est toutefois entièrement consacré à l’œuvre théâtrale, les textes poétiques et les textes en prose ayant été laissés volontairement de côté (en attendant l’occasion d’y revenir)3. Pour le reste, c’est donc l’éclectisme qui a prévalu, dont témoigne la grande diversité des approches mises en œuvre par les différents collaborateurs, cette diversité ayant l’intérêt de bien faire apparaître la double valeur littéraire et théâtrale de l’œuvre, et d’ouvrir une série de pistes de recherche qui nourriront les travaux futurs.

7Cette diversité apparaît particulièrement bien dans la petite constellation d’articles consacrés au Cocu magnifique : d’une part, la singularité de l’écriture est cernée à partir de perspectives diverses, esthétique (la question des genres), historique (la question des sources thématiques et des influences dramaturgiques), psychanalytique (la question du fantasme et la logique spécifique qu’il instaure) ; d’autre part, les potentialités scéniques remarquables de la pièce sont mises en lumière au travers de l’analyse de trois jalons exemplaires de sa fortune scénique : les deux mises en scène de Lugné-Poe, celle de Meyerhold, enfin, moins connue, mais pourtant passionnante, l’adaptation lyrique qu’en fit Berthold Goldschmidt. Le carnet iconographique illustre les études présentées et prolonge la réflexion en proposant un ensemble de photographies révélateur de la diversité des interprétations scéniques auxquelles la pièce a donné lieu au cours de sa carrière internationale.

8Si Le Cocu magnifique occupe une place prépondérante dans ce dossier, on a néanmoins tenté d’aborder l’œuvre dans son ensemble. C’est ainsi que chacune des pièces de la maturité fait l’objet d’une analyse particulière. Une lacune d’importance est cependant à déplorer : les pièces d’avant-guerre, y compris Les Amants puérils, ne sont pas étudiées. Le lecteur appréciera en revanche la mise en lumière de certains aspects de la vie et de l’œuvre restés jusqu’ici à peu près inexplorés, comme l’adaptation des épisodes falstaffiens de la double pièce Henry IV de Shakespeare, que Crommelynck fit paraître, précédée d’une longue introduction, sous le titre Le Chevalier de la lune, ou Sir John Falstaff, ou les diverses activités qu’il exerça après 1934 (date de sa dernière pièce publiée), notamment la direction du Théâtre des Galeries pendant la guerre. Ici encore, les lacunes sont nombreuses, car il nous reste très peu de sources, et il faut espérer que d’autres chercheurs poursuivront le travail (l’activité cinématographique de Crommelynck, notamment, demeure à peu près inconnue). La présentation du fonds Fernand Crommelynck conservé aux Archives et Musée de la Littérature donne une idée de la matière actuellement disponible. Nous espérons que d’autres chercheurs se joindront à ceux qui ont participé à ce seizième numéro de Textyles pour approfondir les aspects encore méconnus de cette figure majeure du patrimoine littéraire et théâtral.

9La revue Textyles devient pour sa part bisannuelle et cette nouvelle formule devrait permettre d’accueillir davantage de varias et d’entretiens avec de grands témoins, ainsi que des réactions aux dossiers présentés, sans oublier les comptes rendus et la bibliographie des travaux critiques. Mieux diffusée en libraire, et pourvue d’une jaquette plus seyante, Textyles poursuit ainsi, avec le concours de ses lecteurs et de ses collaborateurs, la mission qui est la sienne : faire lire et faire connaître l’œuvre des écrivains belges écrivant en français.

Haut de page

Notes

1 Piette(A.) et Cardullo (B.), The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright. Selinsgrove — London, Susquehanna University Press — Associated University Press, 1997, 150 p.

2 Piret (P.), Fernand Crommelynck. Une dramaturgie de l’inauthentique. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1999, 355 p.

3 Notons cependant que l’article de Victor Renier est partiellement consacré à l’œuvre en prose, l’auteur analysant le noyau fantasmatique du Cocu magnifique à partir de sa première version narrative dans un conte intitulé L’Ouragan. Rappelons que la plupart des textes en prose sont disponibles dans les volumes suivants : Moulin (J.), Fernand Crommelynck. Textes inconnus et peu connus. Étude critique et littéraire. Bruxelles, Palais des Académies, 1974, 331 p. et Crommelynck (F.), Miroir de l’enfance. Illustrations de Reinhoud. Montpellier, Fata Morgana, 1986, 67 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Introduction », Textyles, 16 | 1999, 7-9.

Référence électronique

Pierre Piret, « Introduction », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 30 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1110

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S. - U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org