Navigation – Plan du site
Consacrer

Littérature et banquet

Michel Biron
p. 142-149

Texte intégral

  • 1 Benjamin (W.), « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique », dans Essais 2 (1935-1940 (...)

1À la différence de la rupture moderne du champ littéraire français, fondée au milieu du xixe siècle sur un clivage économique (une littérature de grande diffusion d’une part, une littérature de production restreinte d’autre part), l’espace littéraire en Belgique francophone s’est construit sans que l’écrivain ne ressente de façon explicitement négative l’attrait du nouveau marché de la littérature « à l’ère de sa reproductibilité technique », selon la formule de Walter Benjamin1. La cause est simple : il n’y a en Belgique ni marché de lecteurs ni infrastructure éditoriale pour diffuser massivement l’œuvre littéraire. La ligne de partage entre les écrivains véritables et les autres ne passe donc pas par la rentabilité commerciale de leurs œuvres respectives. Ce n’est pas l’argent qui détermine d’abord les oppositions des écrivains, mais l’autre grand médium : le Pouvoir. L’insulte la plus grave qu’on puisse lancer à un écrivain en Belgique n’est pas, comme le disait Sainte-Beuve d’Eugène Sue, d’être un écrivain prolétaire, esclave de son public : c’est d’être un écrivain officiel, esclave de l’État. Du banquet Lemonnier (1883) à La Belgique malgré tout (1980) en passant par Le Manifeste du Groupe du Lundi (1937), cette opposition à la participation de l’écrivain à la sphère politique ne cessera de s’exprimer avec force. Sous cet angle, le banquet, en tant que rituel propre à la sphère bourgeoise, constitue peut-être le rituel de réconciliation le plus caractéristique de l’institution littéraire belge à ses débuts. Ni salon littéraire ni assemblée politique, l’événement fondateur que fut le banquet Lemonnier tient des deux univers à la fois et n’acquiert tout son sens que parce qu’il proclame la souveraineté de la littérature au cœur même de l’espace public. En lui s’exposerait, selon l’hypothèse envisagée ici, le conflit inaugural de la modernité littéraire belge, entre la littérature et le Pouvoir.

  • 2 Vanzype (G.), Au temps du silence. Bruxelles, Office de Publicité, 1939, p. 89, cité par Aron (P.), (...)
  • 3 « Le prix quinquennal. Manifestation Lemonnier », dans La Jeune Belgique, t. 2, 1882-1883, p. 208.
  • 4 La Jeune Belgique ira même jusqu’à suggérer le nom de Picard comme autre lauréat potentiel, juste a (...)

2Le 27 mai 1883, La Jeune Belgique organise à Bruxelles un « Banquet solennel de protestation » qui réunit plus de deux cents personnes (écrivains, peintres, musiciens, avocats, éditeurs, journalistes, étudiants, députés, etc.). La revue veut ainsi manifester publiquement son indignation à la suite de la décision du jury du Prix Quinquennal (le seul prix littéraire d’importance à l’époque en Belgique) de ne pas attribuer le prix lors du concours de 1883, faute de majorité décisive. Le banquet est vite associé au romancier Camille Lemonnier qui représentait à la fois le lauréat idéal et une sorte de père aux yeux de la nouvelle génération d’écrivains. Il incarnait mieux que quiconque l’image de l’écrivain à part entière, « homme de lettres, rien qu’homme de lettres »2. Dans l’esprit de La Jeune Belgique, il revient aux « gens de lettres » eux-mêmes de réparer l’outrage en formant, selon les termes de la rédaction, le « vrai jury »3 et en confisquant ainsi à l’État le pouvoir de consacrer tel ou tel écrivain. Au-delà du cas Lemonnier, il en va donc de l’autonomie de la sphère littéraire dans la mesure où l’on est bien décidé, à La Jeune Belgique et ailleurs, à creuser le plus vite possible la distance qui sépare l’écrivain de la sphère politique. Qu’il y ait là aussi une part de calcul pour prendre de vitesse d’autres groupes, en particulier la revue L’Art moderne d’Edmond Picard, ne fait aucun doute. Mais il n’en demeure pas moins que le banquet Lemonnier, qui a rassemblé l’ensemble de la sphère littéraire — y compris Picard4 — a eu pour thème central l’indépendance de l’écrivain à l’égard des pouvoirs publics. Il suffit de relire l’article-manifeste à l’origine du banquet, signé par la rédaction de La Jeune Belgique, pour saisir le sens de cette opposition. L’essentiel de ce texte tient dans les cinq propositions suivantes, toutes liées les unes aux autres :

  1. Depuis longtemps en Belgique, la littérature est l’objet de l’indifférence des pouvoirs publics et de la presse.

  2. Le refus d’honorer Camille Lemonnier ne serait qu’une preuve supplémentaire de cette indifférence s’il n’y avait des circonstances nouvelles qui rendaient révoltante cette fois une telle attitude, à savoir l’éveil des lettres belges.

    • 5 Il aurait voté, avec un autre membre du jury, pour un obscur romancier (Vautier), fils du directeur (...)

    Un second jury serait inutile (même si la revue accuse par ailleurs un des membres du jury, F.-J. Fétis, d’avoir été en conflit d’intérêt5) puisqu’il serait toujours désigné par le gouvernement et resterait un jury officiel plutôt que strictement littéraire. À preuve, la médiocrité des auteurs récompensés jusque-là (et l’absence du plus grand, Charles De Coster).

    • 6 Art.cit., p. 207.

    La seule solution consiste à proclamer publiquement le divorce entre l’art et le Pouvoir : « Donc le divorce est irrémédiable : ne demandons plus rien, et puisque subsides et récompenses tombent toujours à faux, désirons-en la suppression définitive et proposons-nous comme idéal la séparation radicale de l’Art et de l’État »6.

    • 7 Art.cit., pp. 208-209.

    Désormais il n’y aura plus qu’un seul groupe habilité à juger la valeur littéraire, celui des « gens de lettres, [d]es artistes » : « Ainsi, grâce aux apothéoses que nous décernerons désormais nous-mêmes, il ne pourra plus se faire qu’on nous écrase sous des dédains officiels »7.

  • 8 Le banquet Lemonnier est, en effet, plus symbolique qu’autre chose puisque le divorce revendiqué en (...)

3La rapidité même avec laquelle le milieu littéraire réagit à l’initiative de La Jeune Belgique montre que celle-ci exprimait alors un point de vue largement répandu. Il est d’autant plus facile d’adhérer au propos général sur l’autonomie de la littérature qu’il n’implique guère de changement réel : le refus tonitruant des subsides et des récompenses n’a d’autre vertu que de souligner leur quasi-inexistence aux yeux des Jeune Belgique8.

  • 9 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992, p. (...)
  • 10 C’est ce que montre P. Aron : à la formation d’un public cultivé « s’ajoute une large production de (...)

4À première vue, la revendication ainsi exprimée par La Jeune Belgique trouve son explication dans les mêmes facteurs socio-historiques qui furent à l’origine de l’autonomisation littéraire en France. Il n’est pas jusqu’au nom de la revue qui ne renvoie aux années 1830 et à l’émergence de cénacles de poètes et d’artistes comme celui des Jeune France qui réunissait Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Pétrus Borel et plusieurs autres. Pierre Bourdieu a montré en quoi la venue de tels groupes, bientôt associés à la bohème, fut consécutive à un décalage de plus en plus prononcé entre le nombre de diplômés et le nombre de postes à pourvoir. « Ces changements morphologiques, ajoute-t-il, sont sans doute un des déterminants majeurs (au titre au moins de cause permissive) du processus d’autonomisation du champ littéraire et artistique et de la transformation corrélative de la relation entre le monde de l’art et de la littérature et le monde politique »9. De telles mutations sociologiques, dues à la scolarisation croissante et à une économie en crise, surviennent également en Belgique aux alentours de 1880 et expliquent en bonne partie l’émergence de la nouvelle génération d’écrivains naturalistes et symbolistes, de Lemonnier à Rodenbach10. Destinés dans une proportion significative à une carrière juridique, ces écrivains issus de milieux semblables se détournent rapidement de la pratique du droit pour se consacrer entièrement à leur « vocation » littéraire. On se regroupe pour former un monde à part, une société dans la société. Le symbolisme belge, pour le dire en un mot, est au départ l’affaire d’avocats qui ont mal tourné.

  • 11 Cf. Seigel (J.), Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise (1830-1930). Tr (...)
  • 12 Cf. Bénichou (P.), Le Sacre de l’écrivain. L’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France (...)
  • 13 Un exemple parmi cent, une lettre de J.K. Huysmans à l’écrivain hollandais Arij Prins, datée du 11 (...)

5Aux mêmes causes les mêmes effets ? Oui et non. Si la sphère littéraire belge s’autonomise pour des raisons analogues à ce qui s’est produit en France un demi-siècle plus tôt, l’histoire ne se répète pas pour autant, car la rupture ne s’exprime ni ne se vit de la même manière en cette Belgique de fin de siècle. Un détail illustre d’emblée la spécificité que l’on cherche à décrire : Bourdieu associe le nouvel espace de socialisation créé entre 1830 et 1850 à l’avènement de la bohème, terme que l’on ne rencontre guère à propos des divers groupes littéraires qui se forment en Belgique au cours des années 1880. C’est qu’il ne saurait y avoir de bohème que par la grande ville : une bohème belge serait une contradiction dans les termes11. Plus significative encore est l’absence chez les écrivains belges de la fureur, si caractéristique de la bohème parisienne, à l’endroit du philistinisme bourgeois, l’un des thèmes de prédilection des Jeune France12. Vers la fin du siècle plus encore que jamais, cette détestation du bourgeois était devenue un lieu commun du discours urbain, en particulier du discours d’artiste. Il suffit d’ouvrir presque au hasard la correspondance de Flaubert ou de Huysmans pour rencontrer ce topos moderne13. Or, en Belgique, l’opposition entre l’Art et la Boutique, entre le poète et l’épicier, s’efface derrière une opposition d’une autre nature, entre l’Art et l’État, entre le « vrai jury » des gens de lettres et le jury officiel accusé d’imposture. Dans la philippique de La Jeune Belgique, le mot « bourgeois » n’apparaît qu’une fois, et encore, c’est sous une forme adverbiale, pour qualifier l’attitude des académiciens mis en cause :

  • 14 Art.cit., p. 202.

Au moins Platon, les mettant à la porte de la République, voulait qu’on les couronnât de roses. Ici on les couronnait d’épines.
Maintenant on ne les couronne plus du tout, et les lauriers qui leur étaient dus, on les met plutôt dans le pot-au-feu officiel que quelques académiciens, toujours les mêmes, font bourgeoisement mijoter, en parlant latin — du latin de cuisine !14

6L’attitude bourgeoise appartient moins ici à la société dans son ensemble qu’à une catégorie restreinte de personnes œuvrant à l’intérieur d’institutions officielles, en l’occurrence les académiciens qui ont le double tort de tenir leur légitimité de l’extérieur des milieux strictement littéraires et de ne plus être jeunes. C’est contre ce cercle que La Jeune Belgique appelle la nouvelle génération à se dresser, non pas contre l’usage à des fins mercantiles de la littérature. C’est pourquoi on tiendra que la sphère de production restreinte naît en Belgique du désir de s’émanciper des institutions rattachées à l’État (Académie, presse officielle).

  • 15 Art.cit., p. 208.

7Que l’autonomisation de la sphère littéraire belge prenne forme spontanément autour d’un banquet ne relève pas du simple concours de circonstances. Tout en marquant specta-culairement l’indépendance de la littérature, La Jeune Belgique opte pour un symbole qui s’apparente davantage au coup publicitaire qu’à la liturgie littéraire proprement dite : y participent des gens de tous milieux, y compris des députés. De plus, loin de couper la littérature du domaine public et de mettre de l’avant des idées esthétiques assimilables aux théories de l’art pour l’art, le banquet transporte et expose l’écrivain au su et au vu de tous : « Descendons dans la rue »15, lance La Jeune Belgique au moyen d’une formule qu’on attendait plutôt du côté de L’Art social. C’est que le banquet bourgeois, espace cérémoniel, suggère une attitude exactement inverse à celle de l’aristocratique salon littéraire, lieu de repli : au carrefour du littéraire et du social, il se définit d’emblée comme une véritable manifestation publique.

  • 16 L’échec relatif de Lemonnier est manifeste du côté français, où l’on ne cesse de voir en lui un « p (...)
  • 17 Après avoir correspondu de façon régulière avec Lemonnier de la fin 1876 à 1880, Huysmans se conten (...)

8Notons encore un fait souvent passé sous silence, en partie à cause du sentiment d’euphorie qui se dégage d’une telle fête : en célébrant un écrivain comme Lemonnier, La Jeune Belgique et la génération qu’elle représente à cette occasion se rassemblent autour d’un aîné respecté certes, mais dont le statut reste pourtant secondaire, en marge du groupe de Médan16. Lemonnier est un écrivain doublement infortuné, chez lui à cause de l’incompétence d’un jury, à Paris où d’anciens amis comme Huysmans se désintéressent de son sort17. Le « Maréchal des lettres », comme l’appelle Rodenbach lors du banquet, incarne mieux que quiconque le malheur de l’écrivain belge. Loin d’amoindrir l’enthousiasme des officiants, l’impuissance de Lemonnier à s’imposer en tant qu’écrivain de premier plan semble cela-même que l’on célèbre avec ferveur. Il est remarquable que le premier événement de cette nature en Belgique ait eu lieu pour marquer non pas le triomphe, mais l’échec — relatif : Lemonnier vit de sa plume — d’un écrivain. À la faveur d’un banquet réparateur, La Jeune Belgique se donne précisément comme mission de métamorphoser cet échec individuel en une victoire collective.

9Dans cette même optique, les banquets ultérieurs que l’on a pu repérer reproduisent tous à un certain degré l’éthos du banquet inaugural, comme si la classe littéraire ressentait le besoin d’affirmer périodiquement son existence en riposte à un outrage extérieur. En 1896, par exemple, un groupe d’écrivains organise un banquet en l’honneur de Verhaeren au cours duquel Lemonnier, chargé de clore la série de toasts, reprend la complainte qui fut à l’origine de son propre moment de gloire en 1883, celle de l’indifférence de l’État à l’endroit des écrivains :

  • 18 « Le banquet Verhaeren », Le Coq Rouge, I, n°11-12, mars-avril 1896, p. 449.

Grand poëte humain entre tous, il n’a manqué à Verhaeren ni la gloire d’être passionnément aimé, ni celle, plus amère et précieuse cependant, d’être méconnu. Mais [...] aujourd’hui est jour de réparation et d’acclamation !18

  • 19 Le Rouge et le Noir, 3.12.1930.
  • 20 En 1936, on juge que le Prix Goncourt ne peut être attribué qu’à un écrivain de citoyenneté françai (...)
  • 21 La fonction réparatrice du banquet littéraire se vérifie également à l’absence d’un tel rituel lors (...)

10Valoriser le fait d’être méconnu, c’est en Belgique faire de nécessité vertu. En 1930, dans un tout autre contexte, la rédaction de l’hebdomadaire de gauche Le Rouge et le Noir convie à son tour les écrivains à un banquet de protestation contre l’indifférence du gouvernement à leur égard : « Ce banquet doit marquer une date dans l’histoire des lettres belges, une date à la fois héroïque et glorieuse »19. Quelques années plus tard, l’Association des Écrivains Belges organise à Bruxelles un autre banquet de protestation, cette fois pour marquer sa solidarité à l’endroit de Charles Plisnier qui venait d’être disqualifié du Prix Goncourt sous un prétexte strictement géographique20. Quel que soit le contexte précis et tout en étant associé le plus souvent à une figure d’écrivain en particulier, chaque banquet vise moins à honorer Lemonnier, Verhaeren ou Plisnier qu’à retourner leur échec relatif en réussite et à témoigner ainsi d’un pouvoir de consécration propre au champ littéraire21.

  • 22 Franz Hellens, cité par Beyen (R.), éd., Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome IV : 1936-194 (...)
  • 23 Lettre à Franz Hellens, 24.3.1936, dans Correspondance de Michel de Ghelderode, op.cit., p. 50.
  • 24 Hellens écrit à Ghelderode le 6 mars 1937 : « Je ne suis pas surpris de la nouvelle de votre démiss (...)
  • 25 Hellens aurait dit à Raphaël de Smedt qu’il était l’auteur du texte avec Robert Poulet ; ce dernier (...)

11Un demi-siècle après La Jeune Belgique, un groupe d’écrivains se rassemble chaque premier lundi du mois dans un restaurant bruxellois. Fondé par Franz Hellens à la fin de 1935, le groupe des « Lundistes » ne se réclame d’aucun programme esthétique et se rencontre « dans le seul but “de mieux se connaître et de s’entr’aider”, avec comme seule règle l’interdiction de “dire du mal les uns des autres” et comme seule obligation de dîner ensemble le 1er lundi de chaque mois »22. La convivialité de cette « réunion culinaire du lundi », comme l’appelle Ghelderode23, qui n’est pas sans rappeler la fraternité joyeuse du banquet Lemonnier, s’use cependant assez vite si l’on en juge par la correspondance de certains commensaux, à commencer par Hellens lui-même24. Avant d’éclater, le groupe rédige le premier mars 1937 le fameux Manifeste qui, aux yeux de l’histoire littéraire, est aux années 1930 ce que le banquet Lemonnier fut aux années 1880, c’est-à-dire l’expression collective d’un certain état du champ littéraire. À l’instar du banquet durant lequel plusieurs personnalités prennent la parole, le Manifeste mêle les voix de ses signataires, à tel point d’ailleurs que l’on ne saura pas précisément à qui attribuer la paternité du texte. Les témoignages des Lundistes eux-mêmes, loin de clarifier ce point, tendront au contraire à embrouiller les choses et accréditeront le sentiment qu’on a affaire à un texte écrit à plusieurs mains25. D’une époque à l’autre, du banquet au manifeste, les griefs, le ton, les circonstances changent ; mais, de quelque façon, c’est toujours contre le politique que la classe littéraire fait entendre sa voix.

  • 26 Dans l’article-manifeste, la rédaction de La Jeune Belgique reproche à l’un des membres du jury (M. (...)
  • 27 Le Manifeste du Lundi. Bruxelles, Impr. Van Doorslaer, 1937, 6 p., repris dans Groß (S.) et Thomas (...)
  • 28 Loc.cit.

12L’histoire littéraire a surtout retenu du Manifeste du Groupe du Lundi le refus véhément d’admettre la spécificité de la littérature belge, ce qui semble contredire les efforts entrepris par La Jeune Belgique pour échapper non seulement à la sphère politique, mais aussi à la tutelle parisienne26. Toutefois, les deux événements sont apparentés, car, outre qu’un esprit culinaire comparable les anime l’un et l’autre, les deux groupes exigent que l’on dissocie radicalement la littérature et le Pouvoir (sans se préoccuper aucunement de dissocier la littérature et le marché économique). Selon les Lundistes, dire « écrivain belge », dans un petit pays comme la Belgique, c’est forcément accorder toute l’importance à l’adjectif plutôt qu’au substantif. « Le danger des campagnes en faveur du livre belge et des écrivains belges, campagnes qui partaient à coup sûr d’un louable sentiment, a été de mettre l’accent sur le mot “belge”, dans l’expression “écrivains belges”, alors qu’il aurait dû être mis sur le mot “écrivain” »27. Un tel idéal d’autonomie se définit moins par l’opposition entre les lettres belges de langue française et les lettres françaises de Belgique — de ce point de vue, le Manifeste est en contradiction avec lui-même : tout en réfutant l’hypothèse d’une littérature belge, il continue de se désigner au moyen de cette expression — qu’entre l’indépendance de l’écrivain et sa fonction politique. Le non-écrivain par excellence, selon le Manifeste, ce n’est pas l’artiste bourgeois ni même l’académicien (plusieurs le sont), c’est l’écrivain officiel, celui qui bénéficie des faveurs de l’État. « Il a semblé qu’il suffisait dans notre pays qu’un écrivain fût de nationalité belge pour qu’automatiquement l’estime et la considération lui fussent dues, sans compter les appuis officiels »28. L’État ne sait reconnaître que les médiocres et ne voit jamais les Lemonnier, qui s’appellent en 1937 Marie Gevers, Michel de Ghelderode, Franz Hellens, etc.

  • 29 Paré (F.), Les Littératures de l’exiguïté. Ottawa, Le Nordir, 1992, p. 23.

13Sans doute cette méfiance envers la sphère politique n’est-elle pas propre à la Belgique littéraire, mais elle s’y trouve en quelque sorte exacerbée à la fois par le caractère inopérant de l’autre facteur distinctif (l’indépendance à l’égard du pouvoir économique) et par une hantise de l’institutionnel. « Parce qu’elles sont en fin de compte “squelettiques”, écrit François Paré, les petites littératures laissent voir de manière plus saisissante leurs lignes institutionnelles »29. À chaque fois que l’écrivain ose se manifester sous le couvert de l’institution littéraire belge, c’est pour cacher ce squelette et faire bombance, le temps d’un banquet. À l’image de Ghelderode, il n’assiste aux réunions que pour s’en éloigner presque aussitôt ; s’il signe le manifeste, c’est pour démissionner dès le lendemain du groupe auquel il risquerait autrement de se voir identifié pour longtemps. Participer à un banquet ou à quelque « réunion culinaire », c’est faire corps et multiplier les signes d’une vitalité festive où tout un chacun n’accepte de célébrer la chose littéraire que de façon ponctuelle. Le banquet reste toujours sans lendemain.

  • 30 Sojcher (J.), dir., La Belgique malgré tout. Bruxelles, Éd. de l’U.L.B., 1980, 559 p.

14En 1937 comme en 1883, l’institution littéraire ne semble vouloir s’affirmer qu’en s’abolissant de plus belle. Parce qu’ils échappent à la durée, le banquet ou le manifeste semblent particulièrement appropriés pour soutenir des pratiques spontanées qui refusent de s’instituer véritablement en donnant lieu éventuellement à une organisation plus élaborée de la vie littéraire. La modernité belge ne se départ jamais de cette méfiance envers l’institutionnel qui fut le catalyseur sinon la raison même du banquet Lemonnier. S’il faut y voir un sens plus général, ce serait moins la timidité native de l’écrivain belge à l’égard du politique que la proximité des sphères littéraire et politique dès lors que l’écrivain se présente comme écrivain belge. L’originalité du surréalisme belge, en particulier de Paul Nougé, tient en grande partie à une attention extrême aux risques de récupération idéologique. Plus près de nous, des écrivains d’horizons très différents se sont réunis autour d’un titre paradoxal qui dit tout à la fois la nécessité d’un « lieu commun » et le refus de donner à celui-ci une portée politique : il s’agit du recueil La Belgique malgré tout30.

15S’il n’y a plus de banquet à proprement parler dans la Belgique littéraire actuelle, reste l’opposition centrale qui structurait les discours de 1883 et de 1937, et qui s’exprime plus clairement que jamais dans le texte introductif de La Belgique malgré tout. L’ouvrage collectif dirigé par Jacques Sojcher vise d’abord à « montrer que l’imaginaire des écrivains, l’imaginaire des artistes est différent de celui des politiciens, des maîtres des médias, des administrateurs culturels, des positivistes de la langue, de la région — du pouvoir, à la belge » (pp. v-vi). Plus loin, Sojcher s’en prend à celui-là même qui incarne — depuis toujours dirait-on — la mauvaise littérature en Belgique, à savoir l’écrivain officiel :

Ce n’est donc pas un hasard si les écrivains officiels de ce pays ont étouffé pendant un quart de siècle la littérature qui osait se produire ici et vouaient à l’exil les quelques vrais écrivains de l’après-guerre. Et cela sans éclat, avec la politesse de l’indifférence et de l’ignorance. Au nom d’un certain humanisme (qui aujourd’hui sonne bien creux), d’un sérieux de patronage, d’un purisme impuissant de la langue (le complexe du Bon Usage). Par désir du pouvoir (pp. vi-vii).

16Depuis La Jeune Belgique, les termes des récriminations littéraires ont à peine changé (la « cuistrerie officielle » est devenue le « patronage » et il est toujours question d’« indif-férence »). La même exigence traverse toute l’histoire de la modernité belge : se maintenir à distance du pouvoir. À l’opposition entre un champ de production restreinte et un champ de grande production se substituent ici deux espaces à la fois limitrophes et en conflit perpétuel.

Comme s’il y avait deux Belgiques — mais pas celles que l’on veut nous faire croire, celle de l’administration idéologico-culturelle, le plus souvent inculte peureuse et celle des écrivains, des poètes, des dramaturges, des artistes que beaucoup d’entre nous pourraient être s’ils vivaient passionnément leur ici-ailleurs (p. ix).

  • 31 Cette liste comprend, entre autres, un recteur d’université, un comité de rédaction d’une revue uni (...)

17L’ironie veut que ce rejet de l’institutionnel émane de l’institution elle-même, comme l’attestent la liste des remerciements31 et, a contrario, le refus péremptoire de Henri Michaux qui ne se reconnaît tout simplement pas dans le banquet belge, fût-il malgré tout. En 1980, il n’est plus de réconciliation possible de l’ensemble du champ littéraire comme au temps de La Jeune Belgique, mais, s’il est un espace commun, il loge à l’enseigne d’une infatigable négativité qui a son histoire propre.

18Le fait remarquable vient ici de ce que, une fois de plus, un groupe assez hétérogène d’écrivains considère l’autonomie du champ littéraire comme menacée non par le monde de l’argent, c’est-à-dire par l’empiétement de la littérature dite industrielle, mais par le monde politique, pourvoyeur de « discours à chasses-trapes [sic] pour banquets » (Pierre Alechinsky, p. 3). « Indifférence nationale pour l’art » (p. 20), se demande Pol Bury en pointant du doigt le stigmate le plus irréfutable de l’histoire des lettres belges ? La « colère perpétuelle » de Jacques Crickillon répond à « cette société qui n’honorait la culture qu’avec une cravate, une société de la sainte autorité, une grande famille » (p. 77). Même rejet du politique chez Théodore Koenig : « La politique et moi ne professons qu’allergies réciproques » (p. 233). L’expression la plus concise de ce schéma oppositionnel se trouve chez Paul Willems, qui intitule son texte : « J’aime le non-État qu’est ce pays » (pp. 481-488). Espace de référence, le pays ne coïncide pas pour autant avec la sphère politique qu’est l’État. Cette dissociation entraîne une contradiction déjà perceptible à l’époque du banquet Lemonnier : tout en affichant sa « belgitude », l’écrivain hésite à traduire celle-ci en demandes concrètes et louvoie entre l’autonomie revendiquée et la nécessité de passer par l’État pour se donner une base matérielle élaborée, d’où la pauvreté relative du mécénat d’État et de l’infrastructure éditoriale encore aujourd’hui. De cela toutefois on se plaint assez peu, sachant que l’institution-mère est à deux pas.

  • 32 Paris, Seuil, coll. Fiction et Cie, 1995, 490 p.
  • 33 De Decker (J.), « Monsieur M., du château (d’Argenteuil) au procès (de Paris) », dans Le Carnet et (...)

19Il ne manquait qu’une chose à l’époque actuelle pour qu’elle se reconnaisse pleinement dans celle de La Jeune Belgique : un rituel d’ordre public comme le banquet ou, mieux encore, comme le procès littéraire qui fut particulièrement en vogue dans les années 1880. Avec le procès intenté par Leurs Altesses Royales à Pierre Mertens pour son roman Une paix royale32, c’est chose faite. À l’ère postmoderne où, d’Amérique et d’ailleurs, on conclut à la vacance du pouvoir et à l’effritement des discours de légitimation, un tel procès semble anachronique et fait sourire. Pour un peu, on se croirait revenu un siècle en arrière. Reste que cet événement, tout ridicule qu’il est vu de l’extérieur, dit quelque chose de la relation que la littérature et la politique entretiennent traditionnellement en Belgique. Le jour du procès, dans un restaurant aux murs décorés de documents littéraires, le critique bruxellois Jacques De Decker rejoint à Paris Mertens et son éditeur Denis Roche. Les deux Belges profitent de l’occasion pour évoquer des précédents chez eux et instruire du même coup leur collègue français. Le seul cas dont ils se souviennent, avoue cependant De Decker, c’est celui de Lemonnier qui eut, en effet, affaire à la justice en son temps. De Lemonnier à Mertens, nous sommes bien dans la même modernité. Pour gagner le procès, l’avocat de Mertens n’aura toutefois pas besoin de faire un tel détour historique : il se contentera de citer un passage de Grand amour d’Érik Orsenna « qui aurait, effectivement, donné amplement matière au président Mitterand de porter plainte contre son ancien collaborateur, ce qu’il s’est bien entendu abstenu de faire »33. Ce qui semble incongru, aux yeux du tribunal français, c’est moins le cas précis de Mertens que la proximité du politique et du littéraire en pleine modernité. Bien qu’Orsenna et Mertens soient d’exacts contemporains, l’auteur d’Une paix royale semble plus proche, sous ce seul point de vue, de la modernité de son ancêtre Lemonnier que de son confrère hexagonal. Mertens fut bien sûr acquitté, mais, en un sens, il est presque dommage, sommes-nous tentés de conclure, que l’affaire ait été classée aussi rapidement, car nous voilà privés d’un événement que la classe littéraire belge n’aurait certainement pas manqué d’organiser pour protester contre l’outrage officiel et pour se réconcilier autour de l’écrivain victime. Parions que nous aurions eu droit à un banquet Mertens.

Haut de page

Notes

1 Benjamin (W.), « L’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité technique », dans Essais 2 (1935-1940). Paris, Denoël/Gonthier, coll. Bibliothèque Médiations, 1983, pp. 87-126.

2 Vanzype (G.), Au temps du silence. Bruxelles, Office de Publicité, 1939, p. 89, cité par Aron (P.), Les Écrivains belges et le socialisme (1880-1913). Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, p. 134.

3 « Le prix quinquennal. Manifestation Lemonnier », dans La Jeune Belgique, t. 2, 1882-1883, p. 208.

4 La Jeune Belgique ira même jusqu’à suggérer le nom de Picard comme autre lauréat potentiel, juste après Lemonnier et juste avant Octave Pirmez (art.cit., p. 203).

5 Il aurait voté, avec un autre membre du jury, pour un obscur romancier (Vautier), fils du directeur d’un journal auquel Fétis collaborait.

6 Art.cit., p. 207.

7 Art.cit., pp. 208-209.

8 Le banquet Lemonnier est, en effet, plus symbolique qu’autre chose puisque le divorce revendiqué entre l’Art et l’État n’engage strictement à rien. D’ailleurs, au concours suivant de 1888, le Prix Quinquennal sera décerné à Lemonnier... Notons au passage que les subsides et récompenses étaient moins rares que ne le prétendaient les Jeune Belgique.

9 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992, p. 85.

10 C’est ce que montre P. Aron : à la formation d’un public cultivé « s’ajoute une large production de “lettrés”, de formation supérieure ou universitaire, que la crise tend à éloigner des professions correspondant au cursus scolaire qu’ils ont suivi » (Les Écrivains belges et le socialisme, op.cit., p. 137).

11 Cf. Seigel (J.), Paris bohème. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise (1830-1930). Traduit de l’anglais par Odette Guitard. Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1991, 419 p.

12 Cf. Bénichou (P.), Le Sacre de l’écrivain. L’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne. Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des idées, 1996, pp. 427-434.

13 Un exemple parmi cent, une lettre de J.K. Huysmans à l’écrivain hollandais Arij Prins, datée du 11 novembre 1887 : « Voici l’hiver, et avec lui, les raseurs de retour à Paris. Il va falloir perdre son temps — aller au diable, chez Zola où l’on ne parle que d’argent et de théâtre — chez Goncourt où la conversation est à peu près la même. Qu’est-ce que dira la bourgeoisie affreuse de ces artistes ? le terre à terre des négociants comme la plupart ? tous ne songent plus qu’au théâtre qui rapporte ! » (Lettres inédites à Arij Prins. Genève, Librairie Droz, coll. Textes littéraires français, 1977, p. 99). Sur la haine flaubertienne du bourgeois, voir e.a. Les Règles de l’art, op.cit., pp. 75-164.

14 Art.cit., p. 202.

15 Art.cit., p. 208.

16 L’échec relatif de Lemonnier est manifeste du côté français, où l’on ne cesse de voir en lui un « pasticheur de Zola », comme l’écrit Léon Cladel à Edmond Picard en 1884 (cité par Delsemme (P.), « Le mouvement naturaliste dans le cadre des relations littéraires entre la France et la Belgique francophone », dans Revue de l’Université de Bruxelles, n°4-5, 1984, p. 54). Sur la position ambiguë de Lemonnier dans le champ littéraire belge, voir Aron (P.), op.cit., et Biron (M.), La Modernité belge. Littérature et société. Bruxelles, Labor ; Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. Archives du futur, 1995, pp. 11-126.

17 Après avoir correspondu de façon régulière avec Lemonnier de la fin 1876 à 1880, Huysmans se contente par la suite d’accuser réception des ouvrages que continue de lui adresser l’auteur d’Un mâle. Dans ses lettres à Théo Hannon, Huysmans exprime assez fréquemment sa déception à l’égard de Lemonnier, comme dans ce passage : « Quel cul ce Lemonnier ! il faudrait lui faire lire l’article du Voltaire de Céard sur Cladel, ça le doucherait — Lemonnier me peine extrêmement. Il a été homme de grand talent et il me semble vidé. Son dernier volume est lamentable [Un coin de village] ! » (Lettre du 26 septembre 1879, dans Lettres inédites à Théo Hannon. Saint-Cyr-sur-Loire, Ch. Pirot éd., coll. Autour de 1900, 1985, p. 203).

18 « Le banquet Verhaeren », Le Coq Rouge, I, n°11-12, mars-avril 1896, p. 449.

19 Le Rouge et le Noir, 3.12.1930.

20 En 1936, on juge que le Prix Goncourt ne peut être attribué qu’à un écrivain de citoyenneté française. En 1937, toutefois, les académiciens reviennent sur leur décision et couronnent Plisnier pour Faux passeports ; cf. Jago-Antoine (V.), « Tribulations d’un Prix Goncourt », dans Aron (P.), éd., Charles Plisnier. Entre l’évangile et la révolution. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1988, pp. 11-18, en particulier p. 12.

21 La fonction réparatrice du banquet littéraire se vérifie également à l’absence d’un tel rituel lors de certains événements, le plus bel exemple étant le Prix Nobel de Maeterlinck en 1911. À cette occasion, il y aura une cérémonie officielle, le 8 mai 1912 au Théâtre de la Monnaie, au cours de laquelle le roi Albert nomme Maeterlinck Grand Officier de l’Ordre de Léopold, mais aucun banquet. Un événement de cette nature n’est plus du ressort du champ littéraire, qui ne trouve à s’affirmer que contre les pouvoirs politiques et la raison d’État.

22 Franz Hellens, cité par Beyen (R.), éd., Correspondance de Michel de Ghelderode. Tome IV : 1936-1941. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1996, p. 528.

23 Lettre à Franz Hellens, 24.3.1936, dans Correspondance de Michel de Ghelderode, op.cit., p. 50.

24 Hellens écrit à Ghelderode le 6 mars 1937 : « Je ne suis pas surpris de la nouvelle de votre démission du Groupe du Lundi. Je n’ai plus assisté aux réunions depuis trois mois, pour les mêmes raisons que vous m’indiquez vous-même et je crois que je m’en tiendrai désormais à cette attitude négative » (Correspondance de Michel de Ghelderode, op.cit., p. 149).

25 Hellens aurait dit à Raphaël de Smedt qu’il était l’auteur du texte avec Robert Poulet ; ce dernier aurait affirmé à Raphaël de Smedt avoir écrit lui-même le texte, avec quelques corrections mineures dues à Hellens et à Arnold de Kerchove ; Robert Vivier aurait écrit au même que Hellens était l’inspirateur du texte, mais que ce dernier avait été composé par Pierre Hubermont et par lui-même ; cf. de Smedt (R.), « Franz Hellens et le problème des lettres françaises de Belgique », dans Otten (M.) et alii, éd., Études de littérature française de Belgique offertes à Joseph Hanse pour son 75e anniveraire. Bruxelles, J. Antoine, 1978, pp. 191-195 ; cf. aussi Correspondance de Michel de Ghelderode, op.cit., pp. 527-528. Ces témoignages nous intéressent ici dans la mesure justement où ils sont contradictoires et confirment par là le caractère collectif du texte. Comme l’écrit J.-M. Klinkenberg, « tout manifeste implique une certaine polyphonie (camouflée), et donc plusieurs énonciateurs » (« Lectures du “Manifeste du Groupe du Lundi” (1937) », dans Trousson (R.) et Somville (L.), éd., Lettres de Belgique. En hommage à Robert Frickx. Köln, Janus Verlagsgesellschaft, 1992, pp. 112-117).

26 Dans l’article-manifeste, la rédaction de La Jeune Belgique reproche à l’un des membres du jury (M. Frederix), qui avait un feuilleton dans un grand journal, de « n’y débiter que de la marchandise française, sans daigner offrir à sa clientèle quelques échantillons des productions nationales » (art.cit., p. 205).

27 Le Manifeste du Lundi. Bruxelles, Impr. Van Doorslaer, 1937, 6 p., repris dans Groß (S.) et Thomas (J.), dir., Les Concepts nationaux de la littérature. L’exemple de la Belgique francophone. Une documentation en deux tomes. 1880-1980. Aachen, Alano Verlag, Rader Publikationen, 1989, t. 2, p. 230.

28 Loc.cit.

29 Paré (F.), Les Littératures de l’exiguïté. Ottawa, Le Nordir, 1992, p. 23.

30 Sojcher (J.), dir., La Belgique malgré tout. Bruxelles, Éd. de l’U.L.B., 1980, 559 p.

31 Cette liste comprend, entre autres, un recteur d’université, un comité de rédaction d’une revue universitaire, deux maisons d’édition, le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Culture française ainsi que les Ministères de la Commnauté française et flamande de Belgique.

32 Paris, Seuil, coll. Fiction et Cie, 1995, 490 p.

33 De Decker (J.), « Monsieur M., du château (d’Argenteuil) au procès (de Paris) », dans Le Carnet et les Instants, n°89, du 15 sept. au 15 nov. 1995, pp. 2-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biron, « Littérature et banquet », Textyles, 15 | 1999, 142-149.

Référence électronique

Michel Biron, « Littérature et banquet », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1106 ; DOI : 10.4000/textyles.1106

Haut de page

Auteur

Michel Biron

Université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org