Navigation – Plan du site
Consacrer

Questions académiques (1920-1940)

Paul Aron
p. 132-141

Texte intégral

Un jour je n’entrerai pas à l’Académie
(Achille Chavée, 1969)

  • 1 Raymond Trousson publiera sous peu un ouvrage intitulé Petite histoire de l’Académie royale de lang (...)

1La fondation de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (dorénavant : Arllf) a incontestablement constitué un tournant dans l’histoire de la vie littéraire du pays1. Pour la première fois, une institution, créée à l’initiative des plus hautes autorités politiques, a reçu pour mission officielle de défendre et d’illustrer la littérature locale. Parrainée par Jules Destrée, qui fut le premier titulaire socialiste de ce qui correspondrait aujourd’hui à un Ministère national de la Culture et de l’Enseignement, le Ministère des Sciences et des Arts, l’Arllf concrétisait une demande émise de longue date, et sous des formes très diverses, par de nombreux écrivains francophones.

2On pourrait, comme le fit Destrée lui-même dans son discours inaugural, en faire remonter les origines au banquet de 1883 en l’honneur de Camille Lemonnier, qui permit aux Jeunes-Belgique de protester contre l’absence de lauréat du prix quinquennal pour la période 1878-1882. Mais ce n’est pas la revue de Max Waller qui s’engagea en faveur de la fondation d’une Académie : elle se définissait par trop en opposition avec les instances officielles pour que cette idée pût voir le jour en son sein, y compris parmi les auteurs les plus traditionalistes de son comité de rédaction. C’est Durendal — une revue issue des milieux de la Jeune Gauche catholique, où l’Abbé Moeller plaidait en faveur d’une littérature qui sût à la fois s’imposer dans le monde des écrivains et défendre les valeurs auxquelles il était attaché —, qui, la première, publia un long article anonyme intitulé « Notre Académie » (décembre 1897, pp. 309-311). On y prônait la création d’une Classe des Lettres et des Beaux-Arts au sein de l’Académie fondée en 1772 sous le régime autrichien. Cette prise de position fut immédiatement relayée au Parlement par Henry Carton de Wiart, membre de la majorité gouvernementale, mais également porte-parole d’un secteur de l’opinion catholique qui était proche de la bourgeoisie progressiste libérale et souhaitait une évolution plus rapide du pays vers l’élargissement du droit de suffrage et l’aide aux créations artistiques modernes. Cette intervention, et d’autres semblables, débouchèrent sur deux idées essentielles, que nombre d’écrivains allaient défendre pendant une vingtaine d’années : 1°) L’Académie royale de Belgique ne correspondait plus, en l’état, aux demandes de l’opinion intellectuelle. 2°) Les écrivains vivants devraient trouver une institution pour les représenter et ils avaient droit à l’aide des pouvoirs publics.

  • 2 La Koninklijke Vlaamsche Academie voor Taal- en Letterkunde fut créée le 8 juillet 1886 (Moniteur b (...)

3Toutes les formules eurent droit de cité dans le vaste débat qui s’engagea ensuite. Certains auteurs étaient opposés au principe même d’une académie dont ils craignaient l’effet stérilisant ou le caractère provincial ; d’autres voulaient modifier la composition de l’Académie royale fondée sous Marie-Thérèse (appelée familièrement la Thérésienne), en ouvrir l’accès aux auteurs contemporains, ou bien encore créer une Académie nouvelle sur le modèle de ce que les Flamands avaient obtenu en 18862. Edmond Picard fonda pour sa part le 21 décembre 1901 une Académie libre en s’inspirant de celle des Goncourt...

  • 3 Janowski (D.), Étude des débats qui ont précédé et commenté la création de l’Académie royale de Lan (...)

4Ces discussions ont été parfaitement décrites3. En soi, elles n’ont évidemment qu’une valeur documentaire, mais la question qui demeure est celle des conséquences de cette fondation pour la vie littéraire belge dans les années 1920-1940. Quel fut son impact sur la vie littéraire ? Dans quelle mesure l’Académie a-t-elle répondu aux vœux de ses premiers animateurs ? Où s’est-elle située dans le champ des lettres, et comment a-t-elle réagi aux sollicitations de l’actualité ? Telles sont quelques-unes des questions que je voudrais esquisser ici.

L’Académie et le champ littéraire

  • 4 Cité dans Bulletin de l’Arllf, t. I, 1922-23, pp. 8-11 (nous notons dorénavant ce Bulletin : Barllf(...)

5L’Arrêté royal du 19 août 1920, signé par le Ministre des Sciences et des Arts Jules Destrée, précise que l’Académie groupe des personnalités « qui ont contribué de la façon la plus éminente à l’illustration de la langue française, soit en étudiant ses origines et son évolution, soit en publiant des ouvrages d’imagination ou de critique »4. Cette formule, remarquablement extensive, fondait l’originalité de l’institution, puisque, par rapport à cet objectif, la présence des philologues se justifiait autant que celle des écrivains. Ni Académie française — qui rassemble des sommités du monde culturel et scientifique ayant fait acte de candidature —, ni Académie d’écrivains — recrutés sur un programme initial selon les genres et les thèmes qui les caractérisent —, l’Arllf se compose de vingt écrivains auxquels s’ajoutent dix philologues et dix membres étrangers. Elle était par ailleurs censée ménager une place aux femmes — même si aucune ne figure parmi le noyau désigné par Destrée — et à la dialectologie wallonne.

6En 1921, la fondation de l’Académie pouvait s’appuyer sur la renommée internationale conquise par quelques auteurs. Maeterlinck avait obtenu le Nobel en 1911, Émile Verhaeren était lu et commenté dans toute l’Europe, de l’Atlantique à l’Oural, et le symbolisme, dont ces auteurs étaient les principaux représentants à leurs débuts, s’il était contesté par de nombreux jeunes écrivains, restait néanmoins une des valeurs sûres de la poésie française du siècle commençant.

  • 5 Voir l’ouvrage à paraitre de Raymond Trousson.

7Il importait donc que la nouvelle institution accorde une place aux représentants les plus connus de la littérature belge, tout en n’obligeant pas le Ministre à effectuer des choix trop subjectifs parmi les auteurs. La solution qui fut trouvée, et dont la paternité revient, semble-t-il, à Georges Eekhoud5, reposait sur un principe incontestable, puisque les dix écrivains nommés par Destrée avaient tous obtenu le prix quinquennal de littérature (Q) ou le triennal de littérature dramatique (T). C’était bien le cas d’Henry Carton de Wiart (Q, 1913), Georges Eekhoud (Q, 1883), Iwan Gilkin (T, 1909), Albert Giraud (Q, 1898), Hubert Krains (Q, période 1913-1917, nommé en 1920), Maurice Maeterlinck (T, 1891 et 1902), Albert Mockel (Q, période 1917-1920, nommé 1920) et Gustave Vanzype (T, 1894-1896 et 1912-1914, nommé 1920).

  • 6 On ne possède pas les archives de la Libre Académie. On peut néanmoins faire quelques observations (...)

8Toutefois, le critère officiel ne fut pas exactement respecté. Ni Edmond Picard (T, 1905), ni Laurent De Coninck (T, 1885), ni Adolphe Leclercq (T, 1888) ne furent repris par Destrée. Certes, le premier avait fondé une Libre Académie dont les statuts prescrivaient, dit-on, l’incompatibilité avec la présence dans une institution comparable, mais Picard n’était pas membre de l’académie qu’il avait créée ; les raisons de son éviction, non motivée, sont sans doute à chercher dans les ennuis que lui valurent, après le 11 novembre 1918, ses prises de position pacifistes pendant la Grande Guerre6 .Qu’il n’ait pas été retenu par Destrée, c’était là, au moins, un singulier retour des choses pour celui que les Jeunes-Belgique avaient tant moqué en 1887-88 lors de la parution de son Anthologie des prosateurs belges subventionnée par le gouvernement. Les deux autres étaient des auteurs de pièces de boulevard, qui se tenaient (ou étaient tenus) à l’écart des cercles littéraires. Toutefois, la neutralité affichée par le Ministre trouve ici une première limite.

  • 7 Id., pp. 12-14.

9Toute considération doctrinale ou de circonstance mise à part, en envisageant seulement « l’illustration de la langue française », Jules Destrée, fin politique, évitait ainsi de se prononcer en des termes qui eussent marqué ses préférences dans le débat littéraire. Il se plaçait clairement hors champ. La formule de son arrêté n’impliquait aucune prise de position et tout écrivain, quelles que soient ses préférences littéraires, pouvait trouver sa place dans cette « illustration » de la langue. Comme il était prévisible, le règlement d’ordre intérieur, dont le Ministre avait laissé la rédaction aux bons soins des membres de l’Arllf, interprète aussitôt la mission de l’institution nouvelle dans un sens restrictif : « La section de littérature se voue plus particulièrement à la défense et à l’illustration des lettres françaises. Son activité s’applique à tout ce qui peut encourager et honorer en Belgique l’art d’écrire. Elle s’attache à en éveiller le goût et à en propager le respect. Elle s’efforce d’en favoriser les manifestations et d’en glorifier les œuvres les plus hautes »7. Les termes choisis orientent d’emblée la « littérature » vers des pratiques se référant au classicisme du Grand Siècle (« Défense et illustration... »), inscrites dans une hiérarchie des genres (« les œuvres les plus hautes ») et dans une vision toute scolaire de l’écriture (« art d’écrire... éveiller le goût... propager le respect... »). L’objet ainsi valorisé est également précisé : il s’agit bien des « lettres françaises », formule à laquelle l’Académie restera d’ailleurs fidèle, et qui inscrit la production locale dans l’espace dominé par le centre éditorial et culturel parisien.

10Ainsi, en quelques lignes, l’Académie transpose les objectifs neutres proposés par Destrée en position dans le champ littéraire. Celle-ci implique une vision classique de la langue, une attitude de respect envers la chose littéraire et une condamnation des genres bas ou jugés peu nobles. D’emblée, les avant-gardes, les contestataires de la littérature, les auteurs de romans populaires, policiers ou de best-sellers, les feuilletonistes, les dramaturges à succès, les auteurs de livres pour enfants ainsi que ceux qui revendiqueraient un imaginaire belge, voire flamand, ou une fonction politique de l’activité littéraire, bref tous ceux qui s’éloigneraient du canon de la légitimité scolaire se verront entachés d’une suspicion d’illégitimité. C’est pourquoi, très vite, l’Académie va se trouver en porte-à-faux par rapport aux écrivains belges les plus originaux. Leur éviction, ou leur écartement, prouve la seconde limite de son ambition première.

Représenter la vie littéraire

  • 8 Pierre Daye l’avait prévu dès 1920, qui écrivait dans un article satirique : « M. Destrée attend po (...)

11Grâce au subterfuge de Destrée, la nomination du premier noyau de dix écrivains ne fut guère contestée. Maeterlinck y figurait, même s’il refusa toujours de siéger, et, à ses côtés, se rassemblaient des auteurs dotés d’une réputation que personne, ou presque, ne mettait en doute au début des années vingt. Dès le 18 janvier 1921, ils étaient rejoints par Louis Delattre, Valère-Gille, Max Elskamp et Émile Van Arenbergh. Le dernier avait corrigé les premiers textes de Waller et de Giraud. Devenu un honorable magistrat, il n’avait guère de mérites littéraires à faire valoir : quelques poèmes de forme impeccablement parnassienne publiés en revues et réunis in extremis, l’année de son élection, dans Les Médailles, et quelques biographies. Ce « rimeur honnête », selon les termes mêmes de l’Alphabet illustré de l’Académie (Bruxelles, 1995), inaugurait une série de nominations qui relevaient plus des raisons de l’amitié que de celles de la littérature : des journalistes, des fonctionnaires influents, le ministre même qui a fondé l’institution8, des romanciers historiques, bref une série de notables dont la carrière ressemble plus à celle des « hommes de lettres », amateurs aimables et écrivains du dimanche que dénonçait jadis la Jeune Belgique, qu’à celle des écrivains en voie de professionnalisation qui tentent difficilement d’exercer leur métier dans un pays ingrat. À ce moment, les critères « objectifs » invoqués par Destrée sont bien tombés dans l’oubli et la logique des réseaux de la vie sociale joue son rôle à plein. L’occupation massive des sièges de l’Académie par des personnalités de la vie culturelle dont l’activité sociale première n’était pas la littérature, conduit l’institution à s’écarter de son projet initial et, par conséquent, à perdre sa représentativité littéraire au regard des valeurs reconnues par l’historiographie contemporaine.

12Observons la liste des membres de l’Académie pour la période 1920-1940 (les dates sont celles de la période pendant laquelle ils ont siégé, et les noms des philologues sont suivis de l’astérisque) :

  • Ansel Frantz 1934-1937

  • Bastin Joseph 1938-1939

  • Bayot Alphonse* 1921-1937

  • Bernard Charles 1934-1961

  • Boisacq Émile* 1929-1945

  • Bosch Firmin van den 1936-1949

  • Braun Thomas 1939-1961

  • Carton de Wiart Henry 1920-1951

  • Charlier Gustave *1921-1959

  • Counson Albert* 1922-1933

  • Courouble Léopold 1921-1937

  • Davignon Henri 1932-1964

  • Delattre Louis 1921-1938

  • Delbouille Maurice* 1940-1984

  • Destrée Jules 1922-1936

  • Doutrepont Auguste* 1920-1929

  • Doutrepont Georges *1921-1941

  • Dumont-Wilden Louis 1925-1963

  • Eekhoud Georges 1920-1927

  • Elskamp Max 1921-1931

  • Etienne Servais* 1938-1952

  • Feller Jules* 1920-1940

  • Garnir George 1926-1939

  • Gevers Marie 1938-1975

  • Gilkin Iwan 1920-1924

  • Giraud Albert 1920-1929

  • Glesener Edmond 1922-1951

  • Goffin Arnold 1921-1944

  • Haust Jean* 1920-1946

  • Krains Hubert 1920-1934

  • Maeterlinck Maurice 1920-1949

  • Marlow Georges 1932-1947

  • Mockel Albert 1920-1945

  • Plisnier Charles 1938-1952

  • Rency Georges 1930-1951

  • Severin Fernand 1920-1931

  • Simon Henri* 1923-1939

  • Spaak Paul 1920-1936

  • Stiernet Hubert 1924-1939

  • Thiry Marcel 1939-1977

  • Thomas Lucien-Paul* 1934-1948

  • Valère-Gille 1921-1950

  • Van Arenbergh Émile 1921-1934

  • Van Offel Horace 1936-exclu en 1944

  • Vanzype Gustave 1920-1955

  • Verlant Ernest 1923-1924

  • Virrès Georges 1927-1946

  • Vrindts Joseph* 1940-1940

  • Wilmotte Maurice* 1920-1942

  • 9 « 1920-1945 : la confiance et le soupçon », dans Un espace temps littéraire, op.cit., pp. 39-66.
  • 10 Certains ajouteront sans doute Marcel Thiry à cette liste... Question de goût. Quant à l’élection d (...)

13À ne citer que les auteurs retenus par Jacques Cels dans son panorama rapide de l’activité littéraire belge entre les deux guerres, la comparaison entre la liste des Académiciens et celle des auteurs se révèle édifiante9. Ni, par ordre d’entrée en scène, Clément Pansaers, Odilon-Jean Périer, Roger Avermaete, Paul Neuhuys, Marcel Lecomte, Henri Michaux, Paul Nougé, Fernand Dumont, Constant Malva, Georges Linze, Pierre Bourgeois, Éric de Haulleville, Jean Tousseul, Franz Hellens, André Baillon ni Jean de Boschère ne comptèrent parmi les heureux élus de l’Arllf, soit qu’ils en aient discrètement décliné l’honneur, soit qu’ils n’aient pas été jugés dignes d’y être conviés. La liste serait plus longue encore si on l’établissait à partir de sources plus complètes. Seuls, parmi les nouveaux membres de l’Académie pour la période, Max Elskamp, Marie Gevers, Charles Plisnier peuvent être considérés comme des auteurs reconnus par la postérité10.

14S’agit-il là d’une lecture anachronique, à laquelle les contemporains ne pouvaient prétendre ? Plusieurs indices prouvent au contraire qu’une vision plus audacieuse de la hiérarchie des valeurs littéraires que celle de l’Académie circulait à l’époque. Lorsqu’en février-mars 1932, Le Rouge et le Noir enquête auprès des écrivains pour savoir qui, à leur avis, devrait succéder à Fernand Séverin, André Baillon arrive en tête, suivi de Crommelynck, Grégoire Le Roy, Franz Hellens, Horace Van Offel et Georges Marlow... L’Académie élira Davignon puis Marlow et Van Offel (T, 1924), soit, dans l’ordre, le romancier-chroniqueur et rédacteur de la Revue générale, le poète correspondant du Mercure de France en Belgique et le Prix triennal de littérature 1924...

15Au privilège accordé aux écrivains-notables en correspond un autre, qui a été moins souvent observé. Dès l’origine, nous l’avons vu, les auteurs de théâtre se sont plus difficilement frayé la voie des honneurs académiques que leurs collègues poètes ou prosateurs. La liaison entre l’attribution d’un prix officiel de littérature dramatique et l’entrée à l’Académie fut rompue dès 1920 : ni Marguerite Duterme, Herman Grégoire, Paul Demasy, Fernand Crommelynck, Léon Ruth, Herman Closson, Michel de Ghelderode, Maurice Tumerelle, qui se succédèrent de 1920 à 1940 au palmarès des prix triennaux, ne furent conviés dans la Compagnie, à l’exception de Closson, qui y fit une entrée tardive, en 1974, huit ans avant sa mort.

  • 11 Je pense ainsi à René Verboom ; cf. Mockel (A.), « Le premier concours de poésie à l’Académie royal (...)

16Dans quelle mesure cette absence de représentativité participait-elle d’un projet conscient, ou du hasard des nominations et des événements ? On se gardera bien de trancher cette question délicate. D’abord, parce qu’aucune institution littéraire, fût-elle pleinement reconnue par les écrivains eux-mêmes, ne peut prétendre anticiper pleinement sur les valeurs de la postérité. Qui se souvient encore de John-Antoine Nau, le premier prix Goncourt ? Il est donc peu intéressant d’établir un catalogue des absences ou des lacunes. Par contre, il faudrait étudier en détail l’argumentaire implicite des éloges et des hommages rendus à l’Académie pour cerner la conception dominante de la littérature qui s’en dégage. Il faudrait également, pour faire bonne mesure, rappeler les prix décernés par ses commissions, qui surent souvent distinguer certaines œuvres extrêmement prometteuses11. Au total, en première approximation, on a le sentiment que la Compagnie se rallie avant tout à une conception anti-fonctionnelle de l’art, une littérature dépourvue de mission ou de résonance par rapport au monde qui l’entoure, qui aurait en quelque sorte intériorisé la formule de l’art pour l’art de La Jeune Belgique finissante, c’est-à-dire non pas une rupture volontaire et contestatrice de l’art par rapport aux normes sociales, mais une manière de repli timide, qui conserverait le masque momifié du discours romantique. C’est en tout cas ce que donne à entendre la réception de membres dont la netteté des opinions intellectuelles et politiques ne pouvait être dissimulée.

La question de l’autonomie

17La capacité d’une institution culturelle à intervenir efficacement dans son domaine d’activité se mesure notamment à l’autonomie qu’elle peut prendre à l’égard des influences, des déterminations et des réseaux de pouvoir du monde social dans son ensemble. Cet acquis majeur de la sociologie des biens culturels de Pierre Bourdieu offre un critère pertinent pour mesurer l’action de l’Arllf. On s’interrogera donc sur sa capacité à retraduire dans son langage spécifique — ou, si l’on préfère : à mettre à distance — les deux axes principaux de l’organisation civile belge : les « familles » politiques et la question linguistique.

  • 12 Cf. Blampain (D.) et al., dir., Le Français en Belgique. Bruxelles, Duculot-Communauté française de (...)

18La place des Flamands de langue française, ou au moins des écrivains qui définissaient ainsi leur identité, était assurément difficile à organiser. L’Académie allait-elle suivre l’évolution institutionnelle du pays, ou parviendrait-elle à conserver son indépendance de jugement, voire à se transformer en instrument de propagande en faveur d’une langue de plus en plus combattue au Nord du pays ? Le moins que l’on puisse dire est qu’en tant qu’institution, et malgré la présence en son sein de quelques-uns des meilleurs représentants de la tradition grammaticale française, l’Académie ne fit pas preuve d’une grande combativité dans ce qui était pourtant son domaine d’intervention le mieux défini12. Marie Gevers et Horace Van Offel, francophones de la région anversoise, sont les deux seuls représentants de cette sensibilité, et on ne sache pas qu’ils aient été élus pour cette raison. Seul Paul Willems et, très tardivement (1998 !), Guy Vaes entreront à l’Arllf après guerre : ni Franz Hellens, qui avait été refusé, ni Roger Avermaete ni Paul Neuhuys ne l’y suivront. L’élection de Roland Beyen, professeur à la K.U.L., en 1994 — au titre philologique — semble bien être un des rares signes explicites infirmant une tendance générale au repli de l’Arllf sur la Communauté française.

  • 13 Giraud (A.), « Discours à la séance d’installation de l’Arllf », Barllf, t. i, mars 1922, p. 57.
  • 14 Luc Hommel, « Précisions », Jeunesse Nouvelle,t. iii, 1921-1922, p. 4.

19Pour ce qui concerne les piliers politiques, on constate également que les liens noués en dehors du terrain littéraire conservent leur efficacité dans la sphère artistique. Ils sont explicitement actualisés lors du partage des honneurs artistiques. Observons l’accès des hommes de la droite catholique à l’Arllf, une institution pourtant conçue pour se tenir à l’écart « aussi bien de la politique que des coteries mondaines » selon les termes de Giraud à la première séance de l’Académie13. Henry Carton de Wiart reçoit Pierre Nothomb en décembre 1946 ; ce dernier dit les mérites de Carlo Bronne qui occupe le siège de Georges Virrès (février 1949) ; Henri Davignon, reçu par Georges Virrès en février 1933, accueille Luc Hommel en décembre 1950 pour succéder à Firmin van den Bosch, qu’il avait accueilli en 1937 ; Georges Sion rend hommage à Luc Hommel en 1962 et à Davignon en 1964... Cette série prend tout son sens si on le relie au réseau formé dans l’entre-deux-guerres par les revues politico-littéraires catholiques. De La Jeunesse nouvelle à L’Autorité en passant par Les Amis de l’autorité, les jeunes écrivains et croyants qui rédigent ces revues cherchent à « donner un sens catholique à toutes les manifestations de [l’]activité intellectuelle ». Ils entendent ainsi prendre leurs distances avec l’art pour l’art, c’est-à-dire avec « la littérature qui se prend comme objet uniquement et n’a d’autre souci que celui de cueillir des fleurs dans le jardin d’Épicure »14. Pour autant, leur objectif n’est pas de créer une littérature de sacristie ou de propagande religieuse. Ils cherchent plutôt dans les lettres un reflet des préoccupations psychologiques ou spirituelles qui les agitent. C’est donc un point de vue qui donne toute sa cohérence à leur action et, dans leur esprit, il est normal que celui-ci se répercute dans tous les domaines. L’étonnant, ici, n’est pas que Luc Hommel ait présidé aux destinées des Scriptores Catholici avant de faire son entrée à l’Académie royale de langue et de littérature françaises, mais bien que le monde littéraire belge ait vécu cet itinéraire comme parfaitement normal, qu’il n’ait pas ou presque pas formulé de réserves à l’encontre de la mise en question permanente de l’autonomie de la littérature que réalisait la carrière de cet avocat.

  • 15 Lettre à Carlo Bronne, 20 décembre 1948 (Archives et Musée de la Littérature).
  • 16 Au témoignage de Dumont (G.-H.), L’Itinéraire de Luc Hommel. Bruxelles, extrait de la Revue général (...)

20On en aura la preuve en comparant les fonctions exercées par Hommel avec la minceur de son œuvre d’écrivain. Auteur de piécettes de théâtre, de quelques contes, il devient président des Scriptores Catholici. Pour son livre sur Marie de Bourgogne, il escompte au moins le prix de l’Académie Picard15. Il lui devra son entrée à l’Académie, à l’initiative de Carton de Wiart16. Pas dupe ou cynique — méfions-nous de nos amis —, Henri Davignon observe à cette occasion :

  • 17 Barllf, t. xxviii, n° 3, déc. 1950, p. 121.

Si, au titre de la science pure, vous n’avez pas ajouté la plus petite découverte à ce que l’histoire établit sur la Souveraine éphémère des Pays-Bas, au moins lui avez-vous restitué par vos moyens, les nôtres, toutes les apparences de la vie. Procédé littéraire dira-t-on et a-t-on dit. Eh ! oui ; et c’est pourquoi vous voilà membre d’une Académie de littérature17.

21Cette élégante pirouette aurait pu comporter une condamnation discrète. Elle n’empêcha pas Hommel de devenir un Secrétaire perpétuel dont chacun loua la diligence et le dévouement.

22Le cercle fermé du recrutement correspond à une connivence politico-littéraire qui sera plus ou moins avouée dans les propos publics. Le discours de Carton de Wiart adressé à Nothomb me paraît être un modèle de dialectique :

  • 18 Barllf, t. xxiv, n° 3, déc. 1946, pp. 162-163.

Or, Monsieur, vous n’êtes pas seulement, en poésie comme en prose, un des meilleurs écrivains de votre génération, vous êtes aussi un homme politique et, comme tel, un homme discuté, car tout homme politique est, par définition, un champ de bataille [...] Mais ici nous ne sommes pas sur le Forum. Nous sommes au cœur du Bois sacré [...] parlant au nom de nos confrères ès Lettres françaises, je dois donc me garder d’ouvrir ou d’entrebâiller la porte aux souffles fiévreux du dehors. Quelle que soit ma vigilance, y parviendrai-je ?
Lorsque, dans un même individu, le poète et l’homme public sont unis comme l’étaient les frères siamois, que le même sang, le même idéal, les mêmes visions animent à la fois leur œuvre littéraire et leur action politique, l’opinion commune les dissocie mal l’un de l’autre [...]18.

  • 19 À certains égards, même s’il bénéficie d’un discours sympathique venu du même « camp », Pierre Mert (...)

23Pour mesurer la portée de cette argumentation, il faut la comparer au discours qui accueillit Charles Plisnier dans la même assemblée, en octobre 1938. Valère-Gille félicitait l’auteur de Faux Passeports d’avoir enfin renié la « mêlée délirante » des « fidèles de la religion marxiste ». Il se réjouissait qu’entre la politique et l’art, Plisnier ait enfin choisi la littérature, « qui est aussi une religion »19. Comment ne pas souligner le contraste entre les écrivains de droite dont les convictions semblent légitimes, et les rares auteurs de gauche, dont l’entrée à l’Académie suppose qu’ils fassent, ou qu’on fasse pour eux, le silence sur l’engagement politique ? L’intériorisation des lois du champ littéraire se fait ici à sens unique, et c’est ce dont témoigne l’hommage posthume de Charles Bertin, le neveu de Plisnier et son héritier testamentaire, qui reprochera à Pierre Nothomb — qui avait été reçu par Carton de Wiart —, en termes académiquement voilés, d’avoir transgressé l’interdit :

  • 20 Barllf, t. xlvi, n° 2, 1968, p. 155.

24[Après 1918,] l’aventure littéraire de Pierre Nothomb prenait un tour assez inquiétant. La raison en est toute simple. C’est qu’elle se voulait alors dépendante de son aventure politique, qu’elle en épousait trop fidèlement les contours et en servait trop aveuglément les buts20.

25Comme on le voit, l’attitude de l’Arllf à l’égard de ces notables fut pleine de contradictions. Eux pouvaient sans fards concilier la « doctrine » officielle de l’Académie sur le « Bois sacré » avec un engagement militant dans le siècle. La puissance du réseau qu’ils formaient leur permettait de passer outre au barrage que l’idéologie dominante sur la littérature établissait devant les auteurs d’une non moindre absence de mérite littéraire, mais qui ne bénéficiaient pas du même capital social. Il va de soi que d’autres réseaux ont sans doute influencé l’Académie de manière parallèle. Ici encore, une étude plus complète devrait être menée.

L’Académie et l’Université

26Les mauvaises langues accusaient Maurice Wilmotte d’être à l’origine de la présence des philologues dans la nouvelle institution. Le fait est qu’il fut le seul membre de l’Arllf à être doublement académicien, puisqu’il siégeait déjà à la Classe des belles-lettres de l’Académie thérésienne depuis 1897. Mais Wilmotte ne se borna pas à suggérer la double composition de l’Arllf. Il organisa aussi pratiquement la représentation de la philologie en fonction de critères universitaires et géographiques. Les postes disponibles devaient équilibrer harmonieusement les études dialectales, les éditions de textes anciens et l’étude de la langue et de la littérature modernes. À Auguste Doutrepont revenait le siège de Louvain, à Jules Feller et à Jean Haust de Liège l’étude de la philologie wallonne, à Alphonse Bayot de l’Université Catholique de Louvain l’édition de textes anciens et à Gustave Charlier, pour l’Université Libre de Bruxelles, l’histoire littéraire moderne. Cet équilibre savant entre les trois pôles de l’Université de langue française montre que l’institution académique a parfaitement intériorisé les convenances sociales belges, sans que la science ne s’autonomise par rapport à elles. Ce sont donc les découpages académiques des toutes jeunes sections de philologie romane des universités qui se sont transférés à l’Académie. L’« illus-tration de la langue » que mentionne l’arrêté royal s’est ici entièrement soumise à des logiques extérieures à l’académie, qui apparaît, au départ au moins, comme subordonnée à l’université.

  • 21 Willy Bal, Joseph Bastin, Louis Remacle, Pierre Ruelle, Henri Simon.

27Par contre, un des domaines où l’Académie a su le mieux remplir la mission qui lui était impartie est celui de la dialectologie. À cette fin, le Roi nommait, parmi les membres du premier noyau, le liégeois Jean Haust qui fut titulaire du premier cours d’étude philologique des parlers wallons à l’Université de Liège. À sa suite, d’autres philologues de l’Académie conduiront des enquêtes linguistiques et géographiques poussées, qui ont fait de l’Académie un haut lieu de la recherche vivante dans ce domaine21. En parallèle, le siège dit « des littératures dialectales » fut pourvu, au moins jusqu’en 1968, de titulaires qui s’étaient effectivement illustrés dans la création en wallon.

Écrire l’histoire

  • 22 Tous les commentateurs ont souligné l’ennui qui s’en dégageait. Le Peuple écrivait pour sa part : « (...)
  • 23 Op.cit., p. 35.
  • 24 On notera que, par un lapsus révélateur, Jean Tordeur écrit : « Le ministre propose au Roi de const (...)

28La génération qui entre massivement à l’Académie est bien celle des Jeunes-Belgique. Ou, plus exactement, de l’ancienne équipe dirigeante de la revue, augmentée d’une série d’auteurs sympathisants, issus du monde catholique, et d’écrivains récompensés par les instances officielles dans une période où les affrontements littéraires ont perdu presque toute la vigueur de la fin du siècle. Chacun, à l’époque, le reconnaît et le long discours d’Iwan Gilkin à la première séance solennelle est symptoma-tiquement tourné vers l’éloge du passé, et non vers la découverte de l’avenir22. Comme l’écrit Raymond Trousson : « c’était bien 1880 mis en place, qui prenait sa revanche sur les injustices du passé »23. Une conséquence majeure de cet état de choses fut l’autorité donnée à la représentation que les anciens Jeunes-Belgique se faisaient de l’histoire littéraire belge de langue française24.

  • 25 Thiry (O.), La Miraculeuse aventure des Jeunes Belgique. Bruxelles, La Belgique artistique et litté (...)
  • 26 « Quinze années de littérature », La Jeune Belgique, déc. 1895.
  • 27 van den Bosch (F.), Essai de critique catholique. Gand, Siffer, 1898.
  • 28 Valère-Gille, La Jeune Belgique. Au hasard des souvenirs. Bruxelles, Office de Publicité, 1943.
  • 29 C’est notamment le cas de Gille (« L’Académie et la littérature », La Belgique artistique et littér (...)
  • 30 C’est Albert Heumann qui, le premier, définira l’espace chronologique (Le Mouvement littéraire belg (...)
  • 31 « Le mouvement romantique en Belgique », Barllf, mars 1927.

29Dès ce moment en effet, c’est bien le récit de ce qu’un thuriféraire avait appelé « la miraculeuse aventure des Jeunes-Belgique »25 qui s’impose comme la source majeure de l’historiographie. Lancé par Iwan Gilkin dès décembre 1895 dans la revue dont il fut le dernier directeur26, relayé presque aussitôt par l’équipe de Durendal qui s’y associe pleinement27, balisé ensuite par les souvenirs des uns et des autres28, le panégyrique de la Jeune, obstinément répété par ceux qui, par ailleurs, bataillent en faveur de la création de l’Académie de littérature29, prendra tout son essor lorsqu’il sera au centre des études documentées des universitaires qui l’ont coulé en force de chose jugée. Les grands travaux de Robert Gilsoul et de Gustave Vanwelkenhuyzen réalisent en effet le point de fusion des deux discours, philologique et littéraire, et ils orienteront durablement l’histoire des lettres dans le sens souhaité par les survivants de La Jeune Belgique30. Cette fusion idéale, qui correspondait aux intérêts de tous les acteurs en présence, a durablement marginalisé la période des débuts, de 1830 à 1880, à laquelle Gustave Charlier a consacré néanmoins de nombreux travaux, dès 192731. Au même moment, Joseph Hanse rendait hommage à De Coster dont le nom fut, grâce à lui, associé à la nouveauté littéraire de la fin du siècle. Le reste demeura en friche.

  • 32 Il faudrait faire l’histoire de ceux qui affirmèrent un propos divergent. Ce fut notamment le cas d (...)
  • 33 « La Jeune Belgique et cent ans d’avant-garde », Barllf, t. lix, 1980, n° 3-4.

30Ces éléments historiographiques constituent une pièce importante de l’appareillage idéologique général dont ils font intimement partie. Grâce à eux en effet, l’idée s’impose que la valeur du mouvement de La Jeune Belgique fut d’avoir maintenu l’art au dessus des partis, donc d’avoir opéré une rupture par rapport à la tradition locale des « piliers ». Dans la mesure où cette idée fut également défendue par des auteurs « catholiques » et « libéraux », les critiques relayaient parfaitement le discours des créateurs32. On ne vit plus l’hétérogénéité profonde de la démarche de L’Art moderne et de celle de la Jeune, la première revue représentant un mouvement culturel et politique ambitieux, et la seconde un lieu de rassemblement littéraire qui dut à sa durée plus qu’à sa cohérence intellectuelle de s’imposer. Il fallut attendre près d’un siècle pour que l’Académie entendît le propos autorisé du professeur Jean Weisgerber déflorant enfin le mythe de l’avant-gardisme de la Jeune33. Était-ce le hasard si celui-ci fut tenu par un comparatiste qui n’avait rien de commun avec la tradition des lettres françaises de Belgique ?

Conclusions provisoires

  • 34 Viala (A.), La Naissance de l’écrivain. Paris, Minuit, 1985, p. 18.

31Par nature, l’activité académique se veut « entreprise de codification et de légitimation autonomes des valeurs culturelles et artistiques »34. Évaluer l’action entreprise en ce sens par l’Arllf demanderait une étude plus vaste que les simples indications que nous venons de donner. Il faudrait prendre en considération l’effet cumulé des prix littéraires, des récompenses et des indices de notoriété qu’elle a pu décerner, en comparaison avec les systèmes concurrents ou parallèles qui constituent l’espace littéraire belge francophone. La gestion du Fonds national de la littérature, après guerre, a ainsi joué un rôle certain, à la fois quant à la crédibilité de l’institution et au maintien de son pouvoir. Une description prosopographique des carrières des agents, qui tienne non seulement compte de l’admission de ceux-ci dans l’institution, mais également de la date de leur entrée par rapport à l’évolution de leur œuvre et de leur pensée, serait un outil indispensable à toute entreprise de rationalisation des parcours. Elle ferait sans nul doute apparaître l’évolution sociale du recrutement, d’abord centré sur un milieu bourgeois aisé procédant par cooptation de classe, puis, progressivement, s’ouvrant à des écrivains moins dotés. Elle indiquerait également des carrières contrastées. Un Plisnier accède à l’Académie au moment où il obtient le premier prix Goncourt attribué à un auteur belge et où il se range du côté des genres traditionnels du roman-fleuve et de la poésie lyrique personnelle, en renonçant aux chœurs parlés et à la recension de son expérience militante. Un Paul Willems, bien plus tard, y fera son entrée, son œuvre déjà largement accomplie et sa reconnaissance acquise. Par contre, un Bodart, un Bertin ou un Crickillon et plusieurs autres contemporains y font leur entrée en pleine maturité créatrice, de même, souvent, que les « philologues ».

32Il faudrait également rapprocher les élections littéraires les plus « audacieuses » du constat général dressé par Christophe Charle à propos de l’Académie française :

  • 35 « Trop près, trop loin », dans Le Débat, mars-avril 1994, p. 36.

Une institution comme l’Académie française est périodiquement partagée entre deux tendances : celle de sa majorité sociologique et politique qui tend à l’autoreproduction à l’identique comme dans tout club d’élites ; celle aussi, plus épisodique, par souci de durer et de dominer, qui oblige à une ouverture modérée en faveur des nouvelles tendances extérieures afin de toujours pouvoir prétendre incarner l’unité intellectuelle de la France35.

33L’activité académique ne prend sens qu’en regard de celle de l’ensemble du champ intellectuel. Pour la Belgique, ce dernier reste très largement à construire. L’ensemble des groupes littéraires de la période, de la Renaissance d’Occident au Groupe du Lundi, forme en effet une constellation de rapports de force et d’intérêts dont la carrière des auteurs dépend très largement. Quelle fut, à leur égard, le rôle de l’Académie, et comment les équilibres se sont-ils établis entre politique, culture, langue et littérature pour déterminer les « valeurs » du champ littéraire et de ses marques de reconnaissance symbolique ? Ces questions restent encore sans réponse dans l’état présent de la recherche. On notera cependant qu’au fil des aspects ici évoqués, c’est moins la représentativité de l’institution académique qui semble devoir être mise en cause que son faible degré d’autonomie par rapport aux réseaux de sociabilité de la société belge. Ceux-ci prévalent en tous cas largement sur une quelconque « logique des sièges » quelquefois invoquée, puisque romanciers, poètes et essayistes de mérites divers peuvent se succéder assez indifféremment. Par sa faible autonomie et par la perméabilité des réseaux « internes » et « externes » à l’institution, l’évolution de l’Arllf dans la période 1920-1940 donne à voir ce qui me semble un des aspects majeurs de l’histoire culturelle de ce pays. Elle partage d’ailleurs cette caractéristique avec celle que l’on a parfois présentée comme sa concurrente : la Libre Académie Picard, même si cette dernière se méfiait de la longévité de certains de ses membres. En ce sens, elle est un témoin fidèle et assez significatif de l’état de l’institution littéraire.

Haut de page

Notes

1 Raymond Trousson publiera sous peu un ouvrage intitulé Petite histoire de l’Académie royale de langue et de littérature françaises (Bruxelles, Arllf, à p. 1999). Je tiens à le remercier pour sa lecture critique du présent texte.

2 La Koninklijke Vlaamsche Academie voor Taal- en Letterkunde fut créée le 8 juillet 1886 (Moniteur belge du 10 juillet).

3 Janowski (D.), Étude des débats qui ont précédé et commenté la création de l’Académie royale de Langue et de Littérature françaises (1883-1921). Mémoire de licence en philologie romane, ULB, 1994-95 ; et Trousson (R.), « Vingt ans de luttes pour une Académie », dans 1920-1995, un espace-temps littéraire. 75 ans de littérature française en Belgique. Bruxelles, Arllf, 1995, pp. 11-38.

4 Cité dans Bulletin de l’Arllf, t. I, 1922-23, pp. 8-11 (nous notons dorénavant ce Bulletin : Barllf).

5 Voir l’ouvrage à paraitre de Raymond Trousson.

6 On ne possède pas les archives de la Libre Académie. On peut néanmoins faire quelques observations à son propos. Composée de 32 membres, plus un président et un trésorier lors de sa fondation en 1902, elle se composait de représentants de quatre ordres d’intérêts intellectuels selon les mots de son fondateur : le Droit, la Littérature, les Beaux-Arts et les Sciences Sociales. Il s’agit donc bien d’un organisme tourné avant tout contre la Thérésienne, qui porte sur le terrain des institutions la volonté d’innovation dont le milieu de Picard et de L’Art moderne s’est fait le chantre depuis 1880. On notera également que la composition de l’assemblée devait être renouvelée par quart tous les quatre ans (L’Art moderne, 26 janvier 1902). À l’origine donc, aucun parallèle ne peut être tracé entre les revendications spécifiques des écrivains et le projet de Picard.

7 Id., pp. 12-14.

8 Pierre Daye l’avait prévu dès 1920, qui écrivait dans un article satirique : « M. Destrée attend pour se faire élire lui-même de n’être plus ministre » (Médicis, octobre 1920, n.p.)

9 « 1920-1945 : la confiance et le soupçon », dans Un espace temps littéraire, op.cit., pp. 39-66.

10 Certains ajouteront sans doute Marcel Thiry à cette liste... Question de goût. Quant à l’élection de Courouble, elle ne surprendra que ceux qui retiennent de son œuvre la veine comique de la saga des Kaekebroeck. Celle-ci, il faut le rappeler, était le fait d’un auteur qui avait fait une partie de ses études à Paris, et qui réprouvait fortement l’usage du parler folklorique qui a fait sa célébrité (cf. e.a. Notre langue, 1898, et Le Roman d’Hippolyte, 1927).

11 Je pense ainsi à René Verboom ; cf. Mockel (A.), « Le premier concours de poésie à l’Académie royale de langue et de littérature françaises, prix Melvill van Carnbee », Barllf, mai 1923.

12 Cf. Blampain (D.) et al., dir., Le Français en Belgique. Bruxelles, Duculot-Communauté française de Belgique, 1997, p. 467.

13 Giraud (A.), « Discours à la séance d’installation de l’Arllf », Barllf, t. i, mars 1922, p. 57.

14 Luc Hommel, « Précisions », Jeunesse Nouvelle,t. iii, 1921-1922, p. 4.

15 Lettre à Carlo Bronne, 20 décembre 1948 (Archives et Musée de la Littérature).

16 Au témoignage de Dumont (G.-H.), L’Itinéraire de Luc Hommel. Bruxelles, extrait de la Revue générale, oct. 1960, p. 14.

17 Barllf, t. xxviii, n° 3, déc. 1950, p. 121.

18 Barllf, t. xxiv, n° 3, déc. 1946, pp. 162-163.

19 À certains égards, même s’il bénéficie d’un discours sympathique venu du même « camp », Pierre Mertens ne se verra-t-il pas félicité pour les « seuls bons offices qui soient vraiment les vôtres : ceux de la littérature » ? (Barllf, t. lxviii, 1990, p. 20).

20 Barllf, t. xlvi, n° 2, 1968, p. 155.

21 Willy Bal, Joseph Bastin, Louis Remacle, Pierre Ruelle, Henri Simon.

22 Tous les commentateurs ont souligné l’ennui qui s’en dégageait. Le Peuple écrivait pour sa part : « Il en parle en académicien. Cette fois, ça y est. C’est long et soporifique » (16 février 1921).

23 Op.cit., p. 35.

24 On notera que, par un lapsus révélateur, Jean Tordeur écrit : « Le ministre propose au Roi de constituer le noyau initial de l’Académie en y nommant les dix survivants de La Jeune Belgique » (« Cinq livres pour célébrer le 75e anniversaire de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique », Bulletin francophone de Finlande, n° 8, 1998, p. 20).

25 Thiry (O.), La Miraculeuse aventure des Jeunes Belgique. Bruxelles, La Belgique artistique et littéraire, 1910.

26 « Quinze années de littérature », La Jeune Belgique, déc. 1895.

27 van den Bosch (F.), Essai de critique catholique. Gand, Siffer, 1898.

28 Valère-Gille, La Jeune Belgique. Au hasard des souvenirs. Bruxelles, Office de Publicité, 1943.

29 C’est notamment le cas de Gille (« L’Académie et la littérature », La Belgique artistique et littéraire, août 1906) et de Gilkin (voir notamment : « Les origines estudiantines de la Jeune Belgique », La Belgique artistique et littéraire, 1908) qui revient à maintes reprises sur « La question de l’Académie » (Journal de Bruxelles, 1er janv. 1907).

30 C’est Albert Heumann qui, le premier, définira l’espace chronologique (Le Mouvement littéraire belge depuis 1880. Paris, Mercure de France, 1913). Le commentaire approfondi fut donné par Gustave Vanwelkenhuyzen (L’Influence du naturalisme français en Belgique de 1875 à 1900. Bruxelles, Palais des Académies, 1930) et par Robert Gilsoul (La Théorie de l’art pour l’art chez les écrivains belges de 1830 à nos jours. Bruxelles, Palais des Académies, 1936), ces deux travaux étant couronnés par l’Académie.

31 « Le mouvement romantique en Belgique », Barllf, mars 1927.

32 Il faudrait faire l’histoire de ceux qui affirmèrent un propos divergent. Ce fut notamment le cas d’Hellens et, dans la pratique, de Léon-Louis Sosset, auteur de deux études publiées par l’Académie, et d’un manifeste Nord-Art, « Pour une renaissance septentrionale » (Bruxelles, 1937), qui passa inaperçu.

33 « La Jeune Belgique et cent ans d’avant-garde », Barllf, t. lix, 1980, n° 3-4.

34 Viala (A.), La Naissance de l’écrivain. Paris, Minuit, 1985, p. 18.

35 « Trop près, trop loin », dans Le Débat, mars-avril 1994, p. 36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Questions académiques (1920-1940) », Textyles, 15 | 1999, 132-141.

Référence électronique

Paul Aron, « Questions académiques (1920-1940) », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1105 ; DOI : 10.4000/textyles.1105

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org