Navigation – Plan du site
Consacrer

Hommes de lettres au xixe siècle : les académiciens de la « Thérésienne »

Christian Berg
p. 123-131

Texte intégral

  • 1 Cf. Mailly (E.), Histoire de l’Académie Impériale et Royale des sciences et belles lettres de Bruxe (...)
  • 2 Cf. Mailly (E.), op.cit., p. 28.

1Dès la fondation de la Société littéraire en 1769 — et en dépit même de son nom —, il fut clairement établi que la jeune société ne pourrait s’occuper de littérature au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Dans la correspondance échangée entre Kaunitz et l’Autriche, le chancelier indique clairement qu’il ne s’opposerait pas à la fondation d’« une Société de gens de lettres » à Bruxelles, mais à la condition expresse « qu’on écarte de l’institution tout ce qui pourrait faire penser que c’est pour l’exercice de l’avancement des seules belles-lettres qu’on l’aurait adoptée »1. La priorité absolue reviendrait aux sciences au service de l’humanité et utiles à l’industrie : « Les belles-lettres peuvent bien servir d’amusement et d’instruction à quelques particuliers, mais ne méritent pas, de la part du souverain, des encouragements de préférence ». Le règlement de la nouvelle société ne laisse aucun doute à cet égard, et précise, dès son article premier : « La Société littéraire aura pour objet les arts et les sciences absolument utiles... »2.

  • 3 Elle s’appellera alors Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.
  • 4 La Classe des Lettres avait été scindée, en 1842, en deux sections : « Histoire et Lettres » et « S (...)

2L’Académie impériale, fondée en 1772, eut beau s’appeler « Académie des sciences et belles-lettres », ainsi que l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles qui lui succéda en 1816 après une interruption sous la domination française, il fallut attendre la réforme de 18453 et le rapport du ministre Sylvain Van de Weyer pour que la nouvelle Classe des Lettres possède une existence distincte et se voie attribuer aussi les « littératures ancienne et moderne (tant flamande que française) »4. Le terme même de « littérature » devait être compris dans un sens très large, comme il ressort du discours que le baron de Stassart prononça lors de l’inauguration solennelle de la nouvelle Académie, le 16 décembre 1845. En fait, par littérature était entendu tout ce qui concerne « l’art d’écrire » au sens large, ce qui nous vaut cette longue énumération, que j’abrège ici :

  • 5 « Discours du baron de Stassart lors de la séance d’installation de l’Académie Royale (16 déc. 1845 (...)

Tableaux historiques […] ; notices biographiques […] ; brillants souvenirs de voyage […] ; romans […] ; piquantes esquisses des travers du jour […] ; importants mémoires sur toutes les branches de la connaissance humaine […] ; traités philosophiques […] ; ingénieuses appréciations des œuvres de la littérature et des arts […] ; dissertations archéologiques […] ; leçons sur les origines des langues, sur les poëtes de l’antiquité […] ; livres destinés à l’éducation populaire […] ; quelques poésies, enfin, qui peuvent défier la critique la plus sévère5.

  • 6 Rodenbach (G.), L’Art en exil. Paris, Libr. moderne, 1889, pp. 125-126.

3Littérature (« lettres » ou « belles-lettres ») et écrivain (« homme de lettres ») étaient donc des termes sans profil bien défini, ce qui n’eut d’ailleurs pas de répercussions directes sur l’attribution des fauteuils académiques jusque vers 1880. Il était en effet complètement exclu, dans le contexte belge de l’époque, de considérer la littérature comme une activité autonome, contrairement à la peinture dont on « reconnaissait, explique Georges Rodenbach dans L’Art en exil (1889), la raison d’être et l’utilité, car la peinture orne les murs, complète un mobilier, décore les monuments publics »6.

  • 7 Hymans (L.), Types et silhouettes. Bruxelles, Office de Publicité, 1877, p. 240.
  • 8 Cf. Hymans (L.), op.cit., p. 241.

4Les écrivains qui firent partie de la classe des lettres — ou même de la classe des beaux-arts — étaient avant tout des érudits ou des lettrés ayant un « état ». « Il n’y a pas un membre de la classe des lettres, observe Louis Hymans en 1877, qui ne remplisse des fonctions lucratives. Les uns sont magistrats ou professeurs d’université, les autres sont conservateurs de musée, commissaires d’arrondissement, ou revêtus d’un haut grade dans l’armée, dans l’administration ou même dans les contributions, douanes et accises »7. Ce métier requérait souvent des activités et des écrits spécifiques qui appartenaient à la sphère « utilitaire » et qui justifiaient du même coup la prise en considération académique ; les mérites dans le domaine de la littérature de création venaient sans doute de surcroît et n’étaient vraisemblablement pas prioritaires dans le processus de cooptation qui caractérise la distribution des fauteuils académiques. Toutefois, Louis Hymans fait observer que la littérature apportait une plus-value symbolique non négligeable à ces fonctionnaires-académiciens : « J’en pourrais citer un grand nombre qui ne seraient rien, sans le livre ou le discours qui a fait leur renommée »8.

*

  • 9 Voir en particulier : Jeanjot (P.), Les Concours annuels de la Classe des Lettres et des Sciences m (...)
  • 10 Cf. Jeanjot (P.), op.cit., p. 28.
  • 11 Cf. Jeanjot (P.), op.cit., p. 98.

5L’Académie royale ne devait pas être active seulement dans le domaine scientifique : le pouvoir lui avait aussi imparti une mission sociale. À parcourir les questions des concours annuels9, on se rend compte que les académiciens de la Classe des Lettres avaient des activités beaucoup moins spéculatives qu’on pourrait le penser. Les questions serraient parfois de près l’actualité ou s’inscrivaient dans les grands courants d’idées de l’époque. Au début du xixe siècle, les nouvelles doctrines économiques — F. Quesnay et les physiocrates pour la France, A. Smith pour l’Angleterre — retiennent l’attention des académiciens. Mais c’est bien entendu l’histoire et ce qu’on appelait les « antiquités nationales » qui stimulaient le zèle des élus de la Classe des Lettres. Dès 1823, une question est posée sur « l’origine de la différence qui existe par rapport à la langue entre les provinces flamandes et celles dites wallonnes »10, mais aucun mémoire sur ce sujet ne fut soumis à l’Académie royale. Dans le domaine des recherches relatives à l’histoire littéraire, les questions de concours tentaient surtout de susciter des « dissertations raisonnées » sur l’« état » de nos littératures — tant française que flamande — au Moyen Âge et à la Renaissance. En 1882, les académiciens rompirent pour la première fois avec cette habitude pour demander une étude sur « le caractère et les tendances du roman moderne depuis Walter Scott »11.

  • 12 Voir, sur ce point, Vandenbroeke (C.), « Vlaamse reflexen in de “Classe des lettres” van de “Académ (...)

6Il faut noter aussi que les récompenses étaient moins symboliques qu’aujourd’hui : jusque vers 1850, un auteur couronné recevait l’équivalent de 40 à 50 journées du salaire moyen12. La valeur réelle des récompenses ira en s’amenuisant, mais il est intéressant de noter que pendant plusieurs décennies l’Académie royale joua un rôle important, à côté des universités, dans la politique de soutien de la recherche.

7Cette institution nationale où la langue française régnait en maître n’en fut pas moins un lieu de rencontre entre les écrivains flamands et francophones. Henri Conscience (élu en 1867) fut même président de la Classe des Lettres en 1881. La commission royale d’histoire, au sein de l’Académie, avait l’obligation de publier successivement une biographie nationale, une collection des grands écrivains du pays et un recueil des « anciens monuments de la littérature flamande ». Outil de consécration — elle attribuait les prix triennaux et quinquennaux de littérature —, elle était aussi chargée, au début du xixe siècle du moins, du contrôle et de la rédaction des manuels scolaires.

  • 13 La récente thèse de Marianne Michaux — Entre politique et littérature : les écrivains belges du rée (...)

8En un mot, l’Académie royale, émanation du pouvoir, fut tout au long du xixe siècle un organe de contrôle mais aussi un puissant levier de la politique culturelle et scientifique en Belgique. On ne peut prétendre faire, dès maintenant, une analyse institutionnelle complète du rôle qu’elle joua dans l’évolution du champ littéraire en Belgique entre 1830 et 1880 : il faudrait accumuler pour cela une information historique, littéraire, sociale et économique beaucoup plus importante. Toutefois, la production propre de toute académie (sous forme de bulletins, d’annuaires, de rapports de séances, de notices biographiques) met à la disposition du chercheur une masse d’information présentée sous forme érudite ou même souvent anecdotique. Il est dès lors possible d’opérer quelques coups de sonde et de soumettre à une première lecture sociologique quelques petits secteurs de l’abondant matériau disponible. J’ai donc retenu cinq académiciens qui étaient aussi des écrivains, même s’il est difficile de savoir s’ils ont été élus du seul fait de leurs mérites littéraires. Il s’agit du baron de Stassart, de Félix Bogaerts, d’Adolphe Siret, de Théodore Weustenraad et d’André Van Hasselt, dont j’ai soumis les trajectoires et les activités littéraires à une lecture institutionnelle. Puissent ces premiers coups de pioche dans le terrain académique de la respectable « Thérésienne » en provoquer d’autres qui nous permettront de disposer un jour d’une analyse plus complète 13.

*

  • 14 Malines, 1780 — Bruxelles, 1854. Élu (Classe des Lettres) le 12 octobre 1833.
  • 15 Stassart présida aux destinées de l’Académie royale en 1835, 1837, 1839, 1841, 1843, 1845, 1847 en (...)
  • 16 Ses Œuvres complètes furent publiées en 1855 à Paris, chez Firmin-Didot.
  • 17 Elles furent traduites en anglais en 1850.

9Le baron Goswin de Stassart14, haut fonctionnaire sous l’Empire, gouverneur de la province de Namur, vice-président du Congrès national, sénateur, membre puis président de l’Académie royale15, fut, avec le Prince de Ligne et Philippe Lesbroussart, l’un des derniers représentants du classicisme en Belgique. Sa préférence marquée pour des genres comme l’idylle, le conte ou l’épigramme en témoigne16, ainsi que les innombrables « pièces de circonstance » dont il se fit une spécialité. Ses Fables, qui connurent huit éditions entre 1818 et 185217, pâlissent à côté de celles de La Fontaine ou même de Florian. Mais elles ne sont pas sans intérêt dans le contexte historique du premier Empire, de la Restauration et des Provinces-unies. Les nombreuses notes et commentaires dont de Stassart a lui-même pourvu ses Fables offrent au lecteur d’aujourd’hui la possibilité de comprendre le sens second de nombreux textes. Ainsi, dans « Le Pinson-Roi » (1818), il n’est pas difficile de lire une attaque contre la politique linguistique de Guillaume Ier. Dans ses États, le roi des pinsons proscrit un jour l’emploi

  • 18 Œuvres complètes, op.cit., p. 42.

De toute langue étrangère aux pinsons ;
Ainsi du rossignol, de la douce fauvette,
On n’entend plus les aimables chansons18.

  • 19 Cité par Charlier (G.), « Le Baron de Stassart, écrivain », Bulletin de la Classe des Lettres, t. 4 (...)

10Ceci ne manqua pas de provoquer l’ire de ses sujets, qui se révoltèrent : « Sur les seuls pinsons il régna ;/ il vit tomber son trône en décadence ». Après 1830, de Stassart s’empressa d’oublier la morale de sa fable ; c’est à lui qu’est attribué le fameux slogan : « Que la pensée soit belge, mais l’expression française »19. Ce qui n’empêcha pas le baron de plaider, au cours de la séance du 19 mai 1847 de l’Académie royale, pour qu’on entreprenne de bonnes traductions de textes écrits en néerlandais afin que les francophones témoignent moins de mépris à l’égard de la production littéraire de leurs compatriotes flamands.

  • 20 Le baron de Stassart fut le premier grand maître en date du Grand Orient de Belgique.
  • 21 Cf. Thielemans (M.-R.), Inventaire des archives du Baron de Stassart. Bruxelles, Palais des Académi (...)
  • 22 Œuvres complètes, op.cit., p. 123.
  • 23 Œuvres complètes, op.cit., p. 124.

11Le baron de Stassart fut, avec le statisticien Adolphe Quételet, le représentant par excellence de l’Académie thérésienne durant les premières décennies après l’indépendance et c’est à ce titre surtout qu’il doit retenir notre attention. Ses écrits portent la trace de ses convictions : cet admirateur de la littérature et de la pensée française des Lumières20a été longtemps un ardent partisan du rattachement à la France et souhaita un prince français (de préférence issu de la lignée des Bonaparte) sur le trône belge21. Ses Pensées, Maximes, Réflexions (1814) en disent long sur ses opinions sociales et surtout sur son peu de sympathie pour la démocratie : « Il en est de la liberté pour les peuples comme des jouets pour les enfants, ils croient n’en avoir jamais assez »22. Il exprime aussi, à plusieurs reprises, la frayeur de l’aristocratie et de la bourgeoisie pour les révoltes populaires : « Comment les mouvements populaires ne seraient-ils pas dangereux et subversifs ? Les passions y dominent toujours les principes »23.

*

  • 24 Je me permets de renvoyer à ce propos à mes propres travaux : «Le déficit symbolique», dans Literat (...)

12Les académiciens de la « Thérésienne » avaient comme tâche principale d’encourager et même de contribuer à l’éclosion d’une littérature nationale, tant en français que dans ce que les nombreux rapports appellent l’« idiome flamand ». On connaît les vers d’Antoine Clesse : « N’ayons qu’un cœur pour aimer la patrie/ Et deux lyres pour la chanter ». Le problème ne se posait toutefois pas de la même façon du côté flamand que du côté francophone, comme j’ai déjà eu l’occasion de le montrer24. Mais la manière dont les académiciens tentent d’illustrer le concept de littérature nationale est évidemment révélatrice pour le système de normes et valeurs de l’institution à laquelle ils appartiennent.

  • 25 Bruxelles, 1805 — Anvers, 1851. Membre correspondant de la Classe des Beaux-Arts (élu en 1847). Lou (...)
  • 26 Bogaerts (F.), Pensées et Maximes, dans Œuvres complètes. Anvers, J.E. Busschmann, 1850, p. 278.

13Il est permis d’affirmer, à propos de Félix Bogaerts25qu’il s’est acquitté de sa tâche sans le moindre talent mais avec une conviction et une ténacité qui forcent l’admiration. « Malheur à la nation qui ne se souvient plus de l’histoire de ses pères ! Son histoire à elle touche à sa fin... »26, s’exclame-t-il volontiers. Il s’employa dès lors à illustrer le passé belge dans de nombreux romans et drames historiques qui offrent souvent au lecteur, au travers d’intrigues familiales archi-compliquées, une fin qui rétablit in extremis un ordre familial fortement perturbé par des événements dramatiques. El Maestro del Campo (1839) nous ramène ainsi au temps du Duc d’Albe et des guerres de religion. Le cruel tyran Ulloa gouverne Gand d’une poigne de fer, mais l’amour qu’il porte à son fils Don Juan le pousse à la trahison et au meurtre. C’est toutefois Don Juan qui montera sur l’échafaud, mais seulement après avoir appris d’Ulloa qu’il est son fils. Le roman retient l’attention par la représentation défavorable du parti des Gueux et par la condamnation implicite du protestantisme comme motivation religieuse de la guerre qui provoqua la scission entre les provinces du Nord et celles du Sud. Dans Ferdinand Alvarez de Tolède, duc d’Albe (1834), Bogaerts légitime la société de classes grâce au catholicisme ; dans Dymphne d’Irlande (1840), il plaide ouvertement pour un retour aux valeurs fondatrices de l’Église triomphante des premiers siècles. Il publie en 1848 une Histoire du culte des saints en Belgique dans laquelle il incite tous les Belges pieux à raviver le culte des saints de leur terroir. Ce régionalisme du culte, argumente Félix Bogaerts, constitue un important « élément social » qui ne peut que favoriser le bonheur et surtout la paix du cœur des populations autochtones.

14Celle-ci préoccupe d’ailleurs Bogaerts au plus haut point ; ses écrits trahissent parfois la frayeur profonde d’une révolte ouvrière. C’est la raison pour laquelle il condamne sévèrement, en 1844, Le Juif errant d’Eugène Sue, après en avoir fustigé l’immoralité :

  • 27 Bogaerts (F.), « Quelques réflexions sur Le Juif errant de M. Sue » (1844), dans Œuvres complètes, (...)

Il est une autre tendance encore que nous croyons devoir signaler, et qu’on ne peut envisager qu’avec un juste effroi […]. Le ciel veuille que la classe ouvrière, dont M. Sue entreprend de plaider la cause, reconnaisse elle-même l’exagération avec laquelle ses infortunes sont dépeintes ! Qu’arriverait-il, grand Dieu ! si, entraînés, exaspérés par les déclarations furibondes de l’auteur du Juif errant, ces milliers d’hommes laborieux se soulevaient à sa voix, le cœur plein de désespoir, de haine et de vengeance, criant partout que “le pays”, comme le prétend M. Sue, “ne s’inquiète ni ne se soucie de leurs besoins ou de leurs droits ; — que pour l’humble travail, pour le travail nourricier il n’y a qu’oubli, injustice, indifférence et dédain”. […] Non, encore une fois, l’existence des ouvriers n’est pas telle que M. Sue l’a faite dans son livre, car si le tableau qu’il nous en trace était fidèle, leur sort serait plus déplorable cent fois que celui des nègres esclaves...27

  • 28 Cf. e.a. à ce sujet Jacquemyns (G.), Histoire de la crise économique des Flandres de 1845 à 1850. B (...)

15Ces lignes datent de 1844 ; un an plus tard, une terrible famine, conséquence de plusieurs mauvaises récoltes, s’abattit sur la Flandre ; conjuguée avec la crise qui frappait alors l’industrie du lin, elle fut à l’origine des émeutes de la faim entre 1845 et 1848, que les autorités se hâtèrent de qualifier de « complot républicain »28.

*

  • 29 Beaumont, 1818 — Anvers, 1888. Membre correspondant en 1855 ; membre en 1866 (Classe des Beaux-Arts (...)

16Il n’est pas difficile de trouver dans l’œuvre abondante d’Adolphe Siret29— qui obtint, en 1857, la prébende de commissaire d’arrondissement grâce à son ami Pierre de Decker, ministre de l’Intérieur — des preuves flagrantes de service idéologique rendu au pouvoir. C’est ainsi que Siret campe, dans Les Belges peints par eux-mêmes, recueil collectif dirigé par un autre académicien, Philippe Lesbroussart, le portrait d’une jeune ouvrière. Dans ce texte, qu’il faudrait citer complètement, l’écrivain catholique brosse un tableau idyllique de la condition ouvrière en Belgique et justifie sans vergogne le travail des enfants :

  • 30 Siret (A.), « La fille de fabrique », dans Les Belges peints par eux-mêmes. Dir. P. Lesbroussart. B (...)

La petite, dès l’âge de six ans est confiée à des voisines qui travaillent aux fabriques, et va acquérir les principes de son état futur ; on conçoit qu’à cet âge on ne peut guère être propre à la besogne, mais on se familiarise avec le travail, on sent en soi l’activité animale qui demande de l’occupation, on se forme petit à petit. Alors il vient un temps où ces efforts sont récompensés, où l’on vient toute joyeuse et toute fière, montrer aux parents une petite main bien salie par le travail, au milieu de laquelle le contre-maître a déposé le salaire mérité. Dès lors la petite fille est quelque chose : elle a le droit de parler, de crier même, ses parents passent sur beaucoup d’espiègleries, ses frères la brutalisent moins, les grand’mères la caressent davantage et dans le quartier on commence à la trouver gentille. C’est au milieu de ces occupations que quatorze ans sonnent au cadran de sa jeunesse ; les capacités augmentent son salaire...30

  • 31 Bergmans (P.), « Adolphe Siret», dans Biographie Nationale, 1914-1920, t. 22 ; col. 645.
  • 32 Genêts. Bruxelles, Lejeune, 1838, pp. 12-13.

17De l’avis même de son biographe, Paul Bergmans, Siret était un homme « d’un sens pratique avisé »31. Il n’est qu’à lire la préface de son premier recueil de vers, Genêts (1838), pour s’en assurer. Le jeune poète de vingt ans donne déjà des conseils « pratiques » à ceux qui rêvent de littérature : « Ne dépendez pas [de votre plume] pour vivre positivement. Faites-vous un état d’abord, et poétisez ensuite »32. Dans ce recueil plus proche de Delille que de Hugo ou de Lamartine, on relève une ode au chemin de fer qui ne supporte certes pas la comparaison avec le fameux poème de Weusten-raad ; mais les derniers vers en disent long sur les nostalgies politiques de ce patriote convaincu :

  • 33 « Chants du progrès », “À un remorqueur”, dans Genêts, op.cit., p. 81.

Honneur d’un siècle grand, salut ! gloire et misère !
O géant remorqueur, que n’eus-tu donc pour frère
Napoléon ! ... l’autre géant33.

  • 34 « De l’art nouveau », dans Bulletin de la Classe des Lettres et des Beaux-Arts, t. 23, 1856, p. 610 (...)
  • 35 Ibid., p. 608.
  • 36 Loise (F.), Une campagne contre le naturalisme. Namur, Godenne, 1883.

18En 1859, Siret fonda à Saint-Nicolas-Waas le Journal des Beaux-Arts et de la littérature qu’il dirigea pendant 29 ans, jusqu’à sa mort. La revue devint le bastion des défenseurs de la peinture historique et religieuse. Point de salut en dehors de ces deux genres ; le réalisme est comparé, par Siret, « à un débordement d’un fleuve aux eaux furibondes et empoisonnées »34. D’autant que cet art nouveau perturbe dangereusement « la foule, la grande foule, la masse » qui se réjouit trop facilement de « trouver une œuvre à son niveau »35. À la fin des années septante, le directeur du Journal des Beaux-Arts et de la littérature ouvrit sa revue à quelques nouveaux venus, comme Lemonnier, Verhaeren, Rodenbach et Giraud. Mais un ultime réflexe conservateur lui fit prendre parti pour Ferdinand Loise, dans sa campagne contre le naturalisme36. Bien mal lui en prit : Siret fut, jusqu’à sa mort, l’une des « têtes de pipe » préférées des Jeunes Belgique.

*

19L’historiographie littéraire retient le plus souvent, à côté des noms de Charles De Coster et d’Octave Pirmez, ceux de Théodore Weustenraad et d’André Van Hasselt lorsqu’il s’agit de trouver quelques « précurseurs » à la brillante génération des années quatre-vingts.

20D’un point de vue institutionnel, il est bon de relever d’abord qu’il s’agit de deux Maastrichtois qui choisirent d’écrire en français après avoir débuté en néerlandais, leur langue maternelle.

  • 37 C’est du moins ce que prétend Albert Vander Linden, auteur de la notice sur Weustenraad dans la Bio (...)

21Théodore Weustenraad, né en 1805, ne fut élu membre correspondant de l’Académie qu’en 1847, deux ans avant sa mort, en 1849. Ce Maastrichtois étudia à l’université de Liège — où il se lia d’amitié avec Charles Rogier — le droit et la philosophie. Un de ses biographes nous apprend qu’il fut, avant la Révolution belge, fougueusement orangiste et captivé par la littérature néerlandaise, au point que l’université d’Utrecht lui aurait offert la chaire de littérature néerlandaise en 182837. En 1830, Weustenraad « opte » pour la Belgique et pour la langue française. Saint-simonien convaincu, il publie en 1831, sous un pseudonyme, un recueil intitulé Les Chants du réveil, dans lequel l’auteur du Catéchisme des industriels est comparé à « un nouveau Messie, à la voix qui féconde » :

  • 38 Chants du réveil (1831), repris dans Poésies lyriques. Bruxelles, A. Decq, 1848.

C’est le Christ, complété par Moïse et Platon
Le Fils chéri de Dieu, que salue le monde
Du nom de Saint-Simon38.

  • 39 Voir à ce propos Charlier (G.), « Weustenraad, barde saint-simonien », dans Bulletin de la Classe d (...)

22Même s’il atténua plus tard son ardeur pour le Père Enfantin et pour les apôtres du monastère de Ménilmontant — qui, soit dit en passant, auraient rallié en Belgique, au début des années trente, des hommes comme Rogier, Quételet et Van Praet39 — Weustenraad resta fidèle aux principaux aspects de l’utopie saint-simonienne qui réservait aux industriels, on le sait, le premier rang dans la société rénovée. Il devint d’ailleurs en Belgique francophone le barde du progrès industriel avec des poèmes comme « Le Haut-Fourneau » et « Le Remorqueur », qui connurent une célébrité certaine. Il faudrait s’intéresser de près à son curieux messianisme qui attribue à une nouvelle trinité (le chemin de fer, la presse et l’agriculture) la mission d’ouvrir la voie à un nouveau sauveur :

  • 40 « L’Avenir », dans Poésies lyriques, op.cit., p. 280.

Pour mettre un pied vainqueur sur le cratère en flamme,
Fermer le gouffre ardent des révolutions,
Il faut qu’il vienne un Homme, élevé par la Femme,
Qui porte dans son sein le cœur des nations,
Qui, du globe soumis achevant la conquête
Par le Soc, par la Presse et par le Remorqueur,
Joigne au spectre du Roi la verge du prophète,
Et la palme du Rédempteur40.

23Le lyrisme messianique de Weustenraad conjugue les mythes chrétiens avec ceux du progrès d’une façon qui annonce déjà Verhaeren. Mais le barde maastrichtois conjure le danger du « gouffre ardent des révolutions » par une confiance aveugle dans l’avenir industriel et dans ceux qui sont censés le réaliser. Le paradis des ouvriers et des paysans ne pourra être atteint que grâce aux voies ouvertes par l’industrialisation ; la nation entière devait d’ailleurs être considérée comme une entreprise industrielle, ou mieux encore comme un vaste atelier. Weustenraad offrait à la bourgeoisie belge un lyrisme remarquablement ajusté à ses vœux, en inventant un alliage inédit, grâce au saint-simonisme, entre les principaux mythes du progrès capitaliste et l’imagerie messianique judéo-chrétienne.

*

  • 41 Maastricht, 1806 — Saint-Josse-ten-Noode, 1874. Membre correspondant en 1837; membre (Classe des Be (...)
  • 42 Alvin (L.), André Van Hasselt, sa vie et ses travaux. Bruxelles, Libr. Européenne, C. Mucquardt, 18 (...)
  • 43 Alvin (L.), op.cit., p. 111.
  • 44 Voir Michaux (M.), op.cit., p.117, note 68.

24André Van Hasselt41, concitoyen et contemporain de Weustenraad, étudia comme ce dernier à l’université de Liège où il suivit les cours de droit et de philosophie et lettres. D’après son biographe, Louis Alvin, ce fut aussi Charles Rogier, rencontré à Liège, qui lui fournit son premier emploi42. Alvin précise que Van Hasselt croyait au progrès de l’humanité, mais à un progrès « sage, mesuré, n’avançant qu’avec circonspection »43et qu’il resta, contrairement à Weustenraad, sourd aux apôtres du saint-simonisme. Il fut l’un des premiers écrivains belges à bénéficier, en 1833, d’un subside pour la publication d’un recueil de poèmes44. Son « poème social », Les Quatre Incarnations du Christ, vaste épopée poétique à laquelle il travailla près de vingt ans et qui ne fut publiée qu’en 1867 — la même année que La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster —, nous offre une vision du progrès humain comme un long processus sacrificiel qui s’est fait par étapes. Celles-ci sont au nombre de quatre et constituent donc autant d’incarnations du Christ : la vie et le message de Jésus ; la fin de l’Empire romain et les invasions des Barbares ; les Croisades; le xixe siècle enfin, aurore d’une ère nouvelle et qui mènera l’humanité aux portes d’un nouveau paradis :

  • 45 Van Hasselt (A.), Poèmes choisis, t. 4. Quatre incarnations du Christ. Bruxelles, Bruylant-Christop (...)

Le Miel mystérieux va couler dans les fleuves
Car l’homme a traversé le cycle des épreuves45.

  • 46 Voir à ce sujet Berg (Ch.), « Les larmes et le sang : thématiques sacrificielles et expiatoires che (...)

25Centrale est ici l’idée d’expiation, considérée non seulement comme un mécanisme à la fois religieux et cosmique, mais aussi et surtout social. Van Hasselt, qui s’inspira principalement des romantiques allemands, a de toute évidence été pêcher ses idées dans les eaux troubles du catholicisme doloriste propagé par Joseph De Maistre et par Ballanche, et qui marqueront profondément tout le xixe siècle français et belge, jusqu’à Bloy, Huysmans, Claudel et Estaunié46.

26Les Quatre Incarnations du Christ, comme La Légende d’Ulenspiegel de De Coster, ne suscita que peu d’intérêt en Belgique au moment de sa publication. Même si elle émanait d’un académicien respecté, doublé d’un inspecteur général de l’enseignement primaire, l’œuvre ne répondait pas aux attentes d’un pouvoir désormais divisé : les libéraux anticléricaux ne pouvaient accepter que l’idée de progrès s’inscrive dans un processus évolutif ayant le sacrifice du Christ comme paradigme et le Juif Errant comme témoin ; les catholiques, de leur côté, se méfièrent sans doute du dolorisme expiatoire de Van Hasselt. Les aspects peu « orthodoxes » de l’œuvre amenèrent même les académiciens, membre du jury du prix quinquennal de littérature, à refuser la récompense à leur confrère. Ce qui ne dut pas être une décision facile...

*

  • 47 Le dernier écrivain entré à l’Académie royale fut l’auteur réaliste flamand Domien Sleeckx (1818-19 (...)
  • 48 Le prix lui fut attribué pour La Belgique. Le jury condamna formellement, comme en 1883, « le systè (...)

27En 1881, l’Académie royale ouvrit encore ses portes à Charles Potvin, qui fut sans doute le dernier académicien de langue française dont on peut penser qu’il fut élu en partie en raison d’une œuvre importante dans le domaine de la littérature de création47. Après cette date, qui concorde d’ailleurs avec la brillante renaissance de la littérature française de Belgique, la Classe des Lettres n’accueillit plus d’écrivains, au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Les académiciens n’étaient pourtant pas restés étrangers à l’évolution littéraire, puisqu’ils étaient chargés d’attribuer les prix triennaux et quinquennaux de littérature : après avoir refusé d’attribuer le prix quinquennal en 1883 à Lemonnier — ce qui provoqua une véritable levée de boucliers et fut à l’origine du fameux « banquet Lemonnier » de mai 1883 qui fut « la Pâque publique » du jeune mouvement littéraire —, ils le lui accordèrent en 188748 ; ils couronnèrent ensuite Georges Eekhoud (1893), Gustave Van Zype (1897), Albert Giraud (1898), Verhaeren (1900) et Maeterlinck (1903).

  • 49 « Communication », art. n.s. dans le Bulletin de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des (...)
  • 50 Voir à ce sujet Trousson (R.), « Vingt ans de luttes pour une Académie », dans Trousson (R.) et al. (...)
  • 51 Lettre d’Albert Mockel à Jules Destrée (6 août 1920), citée d’après Detemmerman (J.), « Albert Mock (...)
  • 52 Lettre d’Albert Mockel à Jules Destrée (6 août 1920), citée d’après Detemmerman (J.), art.cit.
  • 53 C’est aussi l’opinion de Raymond Trousson (art.cit., p. 33).

28Le problème des rapports entre la Classe des Lettres et ce qu’elle appelle elle-même les « représentants de la littérature pure » commença à se poser à la fin du siècle dernier ; les académiciens refusèrent à plusieurs reprises d’introduire « des représentants des belles-lettres », prétextant que « la littérature est un art et non une science », et « [qu’]il n’y a rien ou presque rien de commun entre les travaux de l’artiste et ceux du savant »49. La chose ne fut finalement résolue, pour les auteurs de langue française, qu’en 1920, avec la création d’une Académie royale de langue et de littérature françaises50, malgré les réticences très nettes d’Albert Mockel (« je suis bien aise d’apprendre que la Belgique possède 10 philologues remarquables ; j’en suis bien étonné aussi. Quant aux littérateurs, non, je n’en trouve pas vingt dont le mérite s’impose, dont les œuvres fassent véritablement honneur à la Belgique »51). Mockel avait la crainte « la plus vive » de l’esprit académique et, lucide, faisait observer que « notre renom d’aujourd’hui est fait, en grande partie, de nos gloires d’hier »52. Tout indique en effet que la nouvelle académie fut, en tout cas partiellement, créée pour récompenser la glorieuse génération des années quatre-vingts — ou du moins ce qui en restait53.

29Il serait d’ailleurs utile de comparer les aléas de sa création et les buts qui lui sont assignés avec ceux de la Koninklijke Academie voor Vlaamse Taal- en Letterkunde, fondée en 1886 et réclamée depuis près d’un demi-siècle par les principaux protagonistes du Mouvement flamand. Le rôle des différentes académies officielles du pays, qui reste encore à étudier du point de vue institutionnel, nous apprendrait beaucoup de choses sur les spécificités des systèmes littéraires en présence en Belgique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Mailly (E.), Histoire de l’Académie Impériale et Royale des sciences et belles lettres de Bruxelles. Bruxelles, Hayez, 1883, pp. 14-15.

2 Cf. Mailly (E.), op.cit., p. 28.

3 Elle s’appellera alors Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique.

4 La Classe des Lettres avait été scindée, en 1842, en deux sections : « Histoire et Lettres » et « Sciences morales et politiques ».

5 « Discours du baron de Stassart lors de la séance d’installation de l’Académie Royale (16 déc. 1845) », dans Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Arrêtés royaux concernant sa réorganisation. Bruxelles, Hayez, 1845, pp. 42-43.

6 Rodenbach (G.), L’Art en exil. Paris, Libr. moderne, 1889, pp. 125-126.

7 Hymans (L.), Types et silhouettes. Bruxelles, Office de Publicité, 1877, p. 240.

8 Cf. Hymans (L.), op.cit., p. 241.

9 Voir en particulier : Jeanjot (P.), Les Concours annuels de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques de l’Académie Royale de Belgique. Programmes et résultats des concours. 1817-1967. Bruxelles, Palais des Académies, 1964.

10 Cf. Jeanjot (P.), op.cit., p. 28.

11 Cf. Jeanjot (P.), op.cit., p. 98.

12 Voir, sur ce point, Vandenbroeke (C.), « Vlaamse reflexen in de “Classe des lettres” van de “Académie Royale” », dans De weg naar eigen Academiën 1772-1938. Ed. G.Verbeke. Bruxelles, Palais des Académies, [1983], p. 97.

13 La récente thèse de Marianne Michaux — Entre politique et littérature : les écrivains belges du réel (1850-1880). Thèse de doctorat, Université Libre de Bruxelles, dir. : Paul Aron, 1997-1998, 2 vol. dact., 473 p. — envisage le rôle de l’Académie en tant qu’instrument de légitimation et de consécration du fait littéraire pour la période 1830-1880 (voir, en particulier, les pp. 17-20 et 130-140).

14 Malines, 1780 — Bruxelles, 1854. Élu (Classe des Lettres) le 12 octobre 1833.

15 Stassart présida aux destinées de l’Académie royale en 1835, 1837, 1839, 1841, 1843, 1845, 1847 en 1853.

16 Ses Œuvres complètes furent publiées en 1855 à Paris, chez Firmin-Didot.

17 Elles furent traduites en anglais en 1850.

18 Œuvres complètes, op.cit., p. 42.

19 Cité par Charlier (G.), « Le Baron de Stassart, écrivain », Bulletin de la Classe des Lettres, t. 40, 1954, p. 634.

20 Le baron de Stassart fut le premier grand maître en date du Grand Orient de Belgique.

21 Cf. Thielemans (M.-R.), Inventaire des archives du Baron de Stassart. Bruxelles, Palais des Académies, Mémoires de la Classe des Lettres, t. 62, fasc. I, 1973, p. V.

22 Œuvres complètes, op.cit., p. 123.

23 Œuvres complètes, op.cit., p. 124.

24 Je me permets de renvoyer à ce propos à mes propres travaux : «Le déficit symbolique», dans Literatur im Französisch- sprachigen Belgien. Ed. H. Felten et H.J. Lope. Frankfurt, P. Lang, 1990, pp. 161-172 ; « La fin du xixe siècle en France et en Belgique. Prolégomènes à une approche systémique des champs littéraires », dans France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambiguïtés. Ed. M. Quaghebeur et N. Savy. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1997, pp. 461-475.

25 Bruxelles, 1805 — Anvers, 1851. Membre correspondant de la Classe des Beaux-Arts (élu en 1847). Louis Hymans note que Bogaerts, professeur à l’Athénée d’Anvers, était membre de quarante-deux académies d’Europe (Types et silhouettes, op.cit., p. 10).

26 Bogaerts (F.), Pensées et Maximes, dans Œuvres complètes. Anvers, J.E. Busschmann, 1850, p. 278.

27 Bogaerts (F.), « Quelques réflexions sur Le Juif errant de M. Sue » (1844), dans Œuvres complètes, op.cit., pp. 254-255.

28 Cf. e.a. à ce sujet Jacquemyns (G.), Histoire de la crise économique des Flandres de 1845 à 1850. Bruxelles, Lamertin, 1929, pp. 321-335.

29 Beaumont, 1818 — Anvers, 1888. Membre correspondant en 1855 ; membre en 1866 (Classe des Beaux-Arts).

30 Siret (A.), « La fille de fabrique », dans Les Belges peints par eux-mêmes. Dir. P. Lesbroussart. Bruxelles, Lemaire, 1840, p. 75.

31 Bergmans (P.), « Adolphe Siret», dans Biographie Nationale, 1914-1920, t. 22 ; col. 645.

32 Genêts. Bruxelles, Lejeune, 1838, pp. 12-13.

33 « Chants du progrès », “À un remorqueur”, dans Genêts, op.cit., p. 81.

34 « De l’art nouveau », dans Bulletin de la Classe des Lettres et des Beaux-Arts, t. 23, 1856, p. 610. Ce discours fut le déclencheur, en Belgique francophone, de la campagne en faveur du réalisme en peinture et en littérature, menée surtout par les rédacteurs de l’Uylenspiegel (1858-1864). Voir, à ce sujet, Michaux (M.), op.cit., p. 85.

35 Ibid., p. 608.

36 Loise (F.), Une campagne contre le naturalisme. Namur, Godenne, 1883.

37 C’est du moins ce que prétend Albert Vander Linden, auteur de la notice sur Weustenraad dans la Biographie Nationale, t. 27, 1938, col. 219-222.

38 Chants du réveil (1831), repris dans Poésies lyriques. Bruxelles, A. Decq, 1848.

39 Voir à ce propos Charlier (G.), « Weustenraad, barde saint-simonien », dans Bulletin de la Classe des Lettres, t. 39, 1953, n°1, p. 26 ; et aussi d’Allemagne (H.R.), Les Saint- Simoniens. Paris, 1930, surtout pp. 148-152 : « Le Saint- Simonisme en Belgique » ; Bartier (J.), Naissance du socialisme en Belgique. Les Saint-Simoniens. Bruxelles, Présence et Action culturelle, 1985, passim.

40 « L’Avenir », dans Poésies lyriques, op.cit., p. 280.

41 Maastricht, 1806 — Saint-Josse-ten-Noode, 1874. Membre correspondant en 1837; membre (Classe des Beaux-Arts) en 1845.

42 Alvin (L.), André Van Hasselt, sa vie et ses travaux. Bruxelles, Libr. Européenne, C. Mucquardt, 1877, p. 100.

43 Alvin (L.), op.cit., p. 111.

44 Voir Michaux (M.), op.cit., p.117, note 68.

45 Van Hasselt (A.), Poèmes choisis, t. 4. Quatre incarnations du Christ. Bruxelles, Bruylant-Christophe & C°, 1877, p. 144 (1ère éd. en 1867).

46 Voir à ce sujet Berg (Ch.), « Les larmes et le sang : thématiques sacrificielles et expiatoires chez Maeterlinck, Virrès, Davignon et Demade », dans Les Relations littéraires franco-belges de 1890 à 1914. Ed. R. Trousson. Bruxelles, Éd. de l’ULB, 1984, pp. 13-30.

47 Le dernier écrivain entré à l’Académie royale fut l’auteur réaliste flamand Domien Sleeckx (1818-1901), élu en 1897 comme membre correspondant.

48 Le prix lui fut attribué pour La Belgique. Le jury condamna formellement, comme en 1883, « le système de style » de l’écrivain et on a bien l’impression que c’est malgré lui qu’il couronna l’auteur d’Un mâle. Voir Michaux (M.), op.cit., p. 139.

49 « Communication », art. n.s. dans le Bulletin de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 68e an., 3e série, t. 36,1898, pp. 575-576.

50 Voir à ce sujet Trousson (R.), « Vingt ans de luttes pour une Académie », dans Trousson (R.) et al., 1920-1995. Un espace-temps littéraire. 75 ans de littérature française en Belgique. Bruxelles, A.R.L.L.F., 1995, pp. 11-38.

51 Lettre d’Albert Mockel à Jules Destrée (6 août 1920), citée d’après Detemmerman (J.), « Albert Mockel et la genèse de l’Académie », dans Bulletin de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, 1971, t. 49, n°3-4, p. 272.

52 Lettre d’Albert Mockel à Jules Destrée (6 août 1920), citée d’après Detemmerman (J.), art.cit.

53 C’est aussi l’opinion de Raymond Trousson (art.cit., p. 33).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Berg, « Hommes de lettres au xixe siècle : les académiciens de la « Thérésienne » », Textyles, 15 | 1999, 123-131.

Référence électronique

Christian Berg, « Hommes de lettres au xixe siècle : les académiciens de la « Thérésienne » », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1104 ; DOI : 10.4000/textyles.1104

Haut de page

Auteur

Christian Berg

Université d’Anvers (U.I.A.)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org