Navigation – Plan du site
Faire carrière

Le génie littéraire n’est pas stratégique. Comment la première œuvre d’Hubert Chatelion aboutit à un échec

Sophie Karlshausen
p. 102-111

Texte intégral

  • 1 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens, Archives et Musée de la Littérature (ML 33/62, 10-7-1939).

Je dois vous confier aussi qu’il ne me reste plus guère d’espoir de me faire connaître en littérature. [...]. Je suis comme un écrivain qui aurait jeté les seuls manuscrits qu’il possède dans la Seine1.

  • 2 Poulet (R.), Un Céline belge : Hubert Chatelion. Liège, Dynamo, 1968, p. 13. Cette brochure est com (...)
  • 3 Godart (P.), Analyse de Sous-Dostoïevski de Hubert Chatelion. Louvain, mémoire de licence, 1970, 94 (...)

1À la mort d’Hubert Chatelion — en 1941 —, Robert Poulet se laissait aller à un accès de mauvaise humeur en constatant dans un article combien cet écrivain belge, « dont maints accents égalent ou surpassent les soupirs les plus émouvants d’André Baillon »,avait été négligé par « l’élite intellectuelle de son pays » ; Robert Poulet prédisait même qu’il y aurait « dans dix ans, dans vingt ans, [...] quelque malin essayiste pour “découvrir” ces deux ouvrages obscurs [Sous-Dostoïevski et Maldagne], pour leur faire un sort, pour se fabriquer un succès personnel avec ce qui fut le poignant et inutile message du dernier des “poètes maudits” ! »2. Plus d’un demi-siècle après la mort de Chatelion, force est de constater que la lucidité désespérée de l’écrivain a prévalu sur l’enthousiasme et les prémonitions du critique. Hubert Chatelion n’est jamais véritablement sorti de l’anonymat. Rares sont les écrits critiques consacrés à cet écrivain et ceux-ci, mis à part un mémoire de licence portant uniquement sur sa première œuvre3, ne dépassent pas les quelques pages.

  • 4 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens (ML 33/48, 25-12-1938).

2Nous pensons que le sort actuel d’Hubert Chatelion dans la littérature belge trouve en partie son explication dans la manière dont cet écrivain a envisagé l’acte d’écriture, le statut de l’écrivain ou encore les « boutiques littéraires » et autres « coteries »4.L’analyse des conditions qui ont présidé à la rédaction et à la publication de son premier livre, Sous-Dostoïevski, va nous permettre de mettre à jour les mécanismes qui ont régi la stratégie littéraire — si tant est que l’on puisse parler de stratégie à propos de Chatelion — de cet écrivain belge et qui ont causé l’échec de sa première tentative d’intégration au champ littéraire. Mais avant d’entamer notre étude, il nous semble nécessaire d’apporter quelques précisions biographiques sur cet inconnu, étant donné que ses livres révèlent un fort ancrage autobiographique. Nous pensons aussi que cet aperçu pourrait être utile pour le chercheur en quête d’informations supplémentaires sur Hubert Chatelion.

Éléments biographiques5

  • 5 Nos sources pour cet aperçu biographique se constituent principalement des documents disponibles au (...)
  • 6 Cf. l’avis de Robert Poulet : « Quant aux cent premières pages [de Maldagne], c’est bien simple : j (...)

3Hubert Chatelion naît à Bruxelles le 1er juin 1900. Il est issu d’un milieu très modeste : son père, qui avait émigré de Maastricht avant la naissance de son fils, était cordonnier et sa mère aigretteuse-pailleteuse. Tous deux étaient illettrés. Le jeune Chatelion portera à jamais les stigmates douloureux de cette pauvreté vécue dans un tout petit appartement du centre de Bruxelles. Chatelion présente à l’école des capacités intellectuelles hors du commun. Ses instituteurs, soutenus par les parents qui se sacrifieront pour sa scolarité, le poussent à continuer ses études à l’Athénée royal de Bruxelles, une école bourgeoise où il prendra pleinement conscience de la double différence sociale et intellectuelle qui le sépare de ses camarades. Hubert Chatelion est en effet un garçon maladivement sensible. La première partie de Maldagne, qui constitue en soi un petit joyau6, peint avec beaucoup d’acuité ces années d’apprentissage d’un enfant pauvre.

  • 7 Rency (G.), « Feuillets littéraires », dans L’Indépendance belge, 1-12-1932.

4Au cours de ses humanités, Chatelion rédige de petits poèmes qui obtiennent un certain succès dans l’école. Son professeur, Georges Rency, décrira plus tard son élève comme « doué d’un tel talent d’assimilation et de mimétisme qu’il pouvait écrire presque au courant de la plume des centaines de vers qu’Hugo eût cru tombés de la sienne »7. Chatelion s’attelle aussi à cette époque à la rédaction d’un vaste roman autobiographique écrit à la troisième personne, qui s’intitule Piquelouf. Bon élève, il termine sa rhétorique classique avec des résultats honorables qui lui permettent d’obtenir une bourse pour étudier à l’université. Afin de respecter le souhait de ses parents, Chatelion s’inscrit à la faculté de médecine de l’Université libre de Bruxelles (établissement qu’il n’apprécie guère) et suivra les cours de 1918 à 1924. Il obtiendra son diplôme avec distinction, ce qui était peu courant pour un fils de cordonnier illettré.

  • 8 Cf. « bien qu’il fût tout à fait sincère dans sa douleur, il notait, sans le vouloir, les impressio (...)

5Pendant ses études, il nourrit un grand intérêt pour la politique et suit de près les mouvements d’extrême-gauche. Chatelion mène une vie estudiantine très libre. C’est par une relation avec une prostituée qu’il contracte la syphilis, maladie qui l’emportera vingt ans plus tard. À la fin de ses études, il se marie avec une fille de riches négociants : Germaine Heirman, malgré l’avis défavorable des parents de la jeune fille. Le couple s’installe près de la porte d’Anderlecht. La clientèle du jeune médecin est composée de très pauvres gens. En même temps, il mène une carrière de médecin au sein de l’armée. Chatelion consacre ses loisirs à voyager au Congo, en Italie, à Moscou, à Londres, à Berlin, à New York, etc. Il continue bien sûr de rédiger son roman Piquelouf jusqu’à l’arrêt brutal de cette activité, à la fin des années vingt : sa femme, très attentive aux velléités littéraires de son mari, lui avait demandé si elle pouvait lui faire, sur les pages qu’il venait de rédiger, une remarque de nature à lui déplaire. Chatelion accepte et se voit traité de « sous-Dostoïevski », insulte suprême pour notre écrivain qui considérait Dostoïevski comme le plus grand auteur. Cette remarque, somme toute anodine, aura des conséquences catastrophiques. Chatelion tombe dans la neurasthénie et refuse de parler à sa femme pendant plusieurs semaines. Il arrête la rédaction de sa « piqueloufade ». Cependant, la douleur le pousse à entamer un nouvel ouvrage8 dont la remarque de sa femme constitue le point de départ et qui lui permet de donner libre cours à sa fantaisie. Celui-ci s’intitulera tout naturellement Sous-Dostoïevski. Chatelion termine ce livre au début de l’année 1932. Voulant absolument le publier à Paris, il envoie sa femme à la recherche d’un éditeur. Malheureusement, il n’essuie que des échecs et se voit obligé, la même année, de le faire publier à Bruxelles et à compte d’auteur. Le livre passe quasiment inaperçu mais permet tout de même à Chatelion de s’attirer la bienveillance de Robert Poulet et Franz Hellens. Chatelion se remet à la rédaction de Piquelouf tout en bénéficiant des conseils de Franz Hellens qui lit ses brouillons. En 1936, Hellens lui procure la possibilité, par l’intermédiaire de Jean Paulhan, de se faire publier à la NRF à condition d’entrer dans les frais d’impression. C’est ainsi que Maldagne, titre définitif de sa « piqueloufade » et patronyme du personnage principal, vient grossir les catalogues de la célèbre maison. Le livre est assez bien accueilli par la critique. Mais, la NRF ayant négligé la promotion du roman, Maldagne se vend très peu. Chatelion, déjà aigri par l’échec de Sous-Dostoïevski, devient de plus en plus pessimiste et suicidaire. Il n’abandonne cependant pas l’écriture qui représente sa seule raison de vivre.

  • 9 Hellens (F.), Journal de Frédéric, inédit (disponible aux Archives et Musée de la Littérature), t. (...)

6C’est en 1937, lors de son engagement dans la guerre d’Espagne comme médecin à Onteniente (il se plaindra d’être situé trop loin du front), qu’il entamera la rédaction d’un nouveau roman, Issues. En 1938, il tentera de le publier sans succès. Même Gallimard refusera de louer à nouveau sa couverture. Chatelion, ruiné par ses précédentes dépenses éditoriales, ne peut plus se permettre de publier à compte d’auteur. Le livre — pour le moins confus, il faut en convenir —, dont les Archives et Musée de la Littérature possèdent un tapuscrit définitif, est encore à ce jour inédit. Les dernières années d’Hubert Chatelion, assombries par la maladie qui l’oblige à séjourner fréquemment à l’hôpital et par un désespoir immense, sont les plus tristes. Le 11 juin 1941, il finit par mourir, atteint par la folie : « Pendant sa dernière crise, Chatelion restait assis des heures à une table, traçant, copiant des lettres russes [...], les effaçant, les faisant disparaître avec un grattoir jusqu’à creuser des trous sous le papier, et recommençant ce travail de Sysiphe sur les traces de l’ancien. Il prétendait manger dans une assiette posée par terre, se disant animal, un chien, un chat »9. Signalons enfin que Franz Hellens fit publier la première moitié d’une nouvelle de Chatelion — Procédure — dans Le Disque vert de 1941. La totalité de la nouvelle, une petite centaine de pages aérées, paraîtra en 1942 aux éditions Les Écrits. Ce dernier ouvrage, mêlant le fantastique à l’ordinaire, est assurément la meilleure réussite de Chatelion au point de vue littéraire et mériterait, à notre avis, une attention plus soutenue de la part des critiques.

Sous-Dostoïevski : première tentative d’intégration au champ littéraire

  • 10 Loupoigne essayera de pousser sa femme dans les bras d’un certain Génisty, ancien camarade de l’aca (...)

7Sous-Dostoïevski repose sur l’axe littérature / engagement politique. Un bref résumé suffit à illustrer cette dialectique. L’avocat Loupoigne, principal protagoniste, néglige les devoirs de sa profession pour travailler à un roman qui, au fil des années, a pris des proportions gigantesques (lisez Piquelouf). Un jour, sa femme lui fait remarquer que les trois pages qu’elle vient de lire lui font penser à du « sous-Dostoïevski » : « C’est le même état d’âme que dans Dostoïevski, dit-elle, mais on ne se sent pas empoigné » (SD, p. 10). Cette révélation, qui ravit à Loupoigne sa seule raison de vivre, ébranlera fondamentalement la quiétude du ménage. L’avocat, cruellement affecté, s’abîme dans la douleur, se reproche amèrement de s’être cru supérieur à « la foule des gens ordinaires » en aspirant à écrire un roman. Heureusement, un procès vient le distraire de son amertume profonde. Loupoigne, que les événements politiques n’intéressaient pas au point de s’y investir, décide d’assurer la défense de Pagany, un jeune terroriste qui a tenté d’assassiner un chef d’État. Mais le jeune homme se cantonne dans des positions trop peu extrémistes : « Le fait que vous m’avez déclaré adhérer au parti socialiste me fait craindre que votre acte ne soit, en effet, qu’un geste, et que vous n’êtes pas, à vrai dire, un ennemi de la société actuelle » (SD, p. 67). Loupoigne refuse donc d’assurer sa défense et la confie à son collègue Macque, jeune avocat ambitieux qu’il méprise. L’idée de son œuvre le taraude toujours. Il se risque à relire l’un ou l’autre passage qui l’émeuvent jusqu’aux larmes mais il n’a pas la force d’en reprendre la rédaction. Il laisse alors libre cours à sa douleur, dort sous son bureau, se saoule, tente de pousser sa femme à l’adultère10, bref adopte une conduite suicidaire qui trouve sa consécration dans son adhésion — due au hasard — à la révolution qui gronde dans la capitale. Il prend part activement à la lutte armée et tue sans nécessité deux gendarmes. Lui-même est gravement blessé. Il reste enfermé quelques mois dans un hôpital carcéral. Il décide alors de reprendre son activité littéraire mais se refuse à rédiger une nouvelle qui soit « révolutionnaire ». Sorti de prison, il dédaigne les importantes marques de reconnaissance que lui prodigue l’extrême-gauche. Il refuse même de guider le jeune Pagany qui vient lui demander conseil. De son séjour en prison, il a tiré la conviction qu’il lui est nécessaire d’écrire. Mais il ne veut plus commettre le même « péché d’orgueil » en s’investissant dans un projet trop ambitieux pour ses capacités. Reconnaissant péniblement sa médiocrité, il se destine à une tâche qu’il croit adaptée à sa modeste mesure : « Je recommence. Et sais-tu pourquoi j’écris ce roman ? Rien que pour le plaisir de le faire. Je veux écrire pour le peuple. Oh ! ne crains rien ! Je ferai des feuilletons, des romans d’aventures, pleins de passions et de luttes et totalement dépourvus de ce qui est pensées pour le bourgeois » (SD, p. 305).

8Il n’est pas étonnant de constater que ce premier ouvrage, basé sur les difficultés que rencontre un écrivain débutant, comprenne un certain nombre de prises de position littéraires et politiques ostensiblement affirmées. Hubert Chatelion avait parfaitement conscience de la nécessité de produire une première œuvre qui contienne des caractéristiques aptes à le faire remarquer, aptes à lui faire intégrer le champ littéraire. C’est pourquoi il va charger son écriture d’une dimension polémique, d’une part en attaquant presque ouvertement certains agents du champ littéraire, d’autre part en veillant à renforcer les prises de position politiques extrémistes de son œuvre.

Les prises de position littéraires

  • 11 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art. Paris, Seuil, 1992, p. 417.

9Hubert Chatelion fut dès son plus jeune âge fasciné par les grands auteurs dont il se sentait très proche du fait de son sentiment d’inadaptation au monde (généré par sa double différence : sociale et intellectuelle), cédant en cela au réconfort de ce que Bourdieu nomme le « narcissisme herméneutique » — représentation par laquelle « l’herméneute affirme son intelligence et sa grandeur par son intelligence empathique des grands auteurs »11. Bien vite, Chatelion considérera l’écrivain comme un être élu et donc supérieur, parce que doté d’une capacité de compréhension et d’analyse de l’humanité beaucoup plus affinée que le reste des êtres humains. Cette conception se trahit dans le personnage de Loupoigne. Le thème majeur de Sous-Dostoïevski est l’incommensurable orgueil dévorant Loupoigne, qui avait cru pouvoir rivaliser ou du moins se rapprocher de la prose du « grand maître » Dostoïevski. Il voit malheureusement cette croyance, qui le sauvait de l’horrible bêtise de la vie et le distinguait des innombrables « sots », brutalement anéantie. Par le biais de Loupoigne, on constate combien Chatelion conçoit la littérature comme un domaine réservé à une élite, contribuant ainsi à consolider la légitimité d’une classe dominante qu’il dit pourtant abhorrer : la bourgeoisie. Cette conception réactionnaire est illustrée par les prises de position littéraires de Loupoigne. En relevant les auteurs qu’il apprécie véritablement et ceux qu’il déteste, il est facile d’en déterminer les raisons.

10Les auteurs appréciés sont des écrivains consacrés, voire des « classiques ». Dostoïevski et La Fontaine emportent la totalité de ses suffrages, ainsi que Stendhal, Flaubert, Tolstoï. On peut y inclure aussi Marcel Proust qui semble de prime abord rejeté par Loupoigne (SD, pp. 97-99), mais est en fait légitimé. Non seulement parce qu’il est défendu par un personnage bête et infatué qui ne fait que se ridiculiser en le défendant aussi superficiellement tout en commettant de grossières erreurs (il se réclame de la lecture de Proust en fustigeant Dostoïevski alors que ce dernier est élogieusement considéré dans la Recherche), mais aussi parce que Proust est très apprécié par un personnage tout à fait crédible (la femme de Loupoigne) et enfin parce que Chatelion prend la peine de préciser que Loupoigne, en dénigrant Proust, est parfaitement conscient qu’il dit une « bêtise ».

  • 12 Cette affirmation peut paraître excessive quand on sait que Duhamel a reçu le prix Goncourt en 1918 (...)
  • 13 Chatelion (H.), Notes manuscrites, Archives et Musée de la Littérature (ML 5573/13).
  • 14 Simon (P.-H.), « Modernité de Salavin », dans Georges Duhamel (1884-1966). Paris, Mercure de France (...)
  • 15 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, 7-4-1932).

11Si les écrivains que l’avocat apprécie sont des auteurs consacrés, ceux qu’il déteste sont tous contemporains. La haine qu’il voue à Duhamel (« Ducramel ») est particulièrement tenace. Plusieurs facteurs nous permettent de l’expliquer. Tout d’abord le fait que cet écrivain est un contemporain de Loupoigne et qu’il ne bénéficie donc pas de la reconnaissance instituée du champ littéraire12. Ensuite, dans la critique des « Aveux nocturnes » — autrement dit La Confession de minuit —, il n’est pas difficile de déceler les raisons de l’exaspération de Loupoigne. Le livre de Duhamel, paru en 1920, fut très vite considéré comme une brillante transposition française de l’écriture dostoïevskienne. C’est ce que Loupoigne ne peut supporter : que cet humaniste bienveillant, adepte du juste milieu et peu enclin à une remise en question littéraire ou politique, dispensant une morale teintée de paternalisme, puisse être crédité de la compréhension du génie littéraire de Dostoïevski. Cette critique virulente de Duhamel traduit le refus que l’écriture soit simplement « une distraction, une création à côté du tourment métaphysique », et la conviction qu’elle « doit nous plonger de plus en plus dans ce tourment, viser à nous le faire mieux connaître et, peut-être à nous y faire comprendre quelque chose »13. Or la critique mit en évidence la dichotomie entre « le jeune [Duhamel] qui avance d’un bon pas vers la notoriété et toutes les formes de succès, mari d’une femme qu’il admire et qu’il aime, père affectueux et attentif de beaux enfants », et l’invention de Salavin, le personnage de La Confession de minuit, ce « médiocre malchanceux, ce célibataire morose, proche de la neurasthénie, livré à des impulsions morbides »14. Enfin, il ne faut pas négliger la part de stratégie littéraire que contient cette attaque en règle. Chatelion espérait susciter une réaction de Duhamel, escomptant qu’une joute littéraire lui apporterait le succès : « Les Chevasson, Tisnet, et Habaru, et Robertfrance peuvent tout de même nous rendre service (si nous passons par un éditeur payant) en parlant (en bien ou en mal) de mon livre dans les [ ? revues] où ils ont accès : ils pourraient par exemple amener Duhamel à devoir me répondre. Dès lors, entrant en polémique avec lui, ce serait le succès »15. Mais notre auteur n’avait pas pris son statut de « nouvel entrant » en considération, statut qui lui confère beaucoup trop peu de légitimité pour pouvoir même espérer susciter une réaction de la part du pôle dominant du sous-champ de production restreinte.

12Quant à l’aversion que Loupoigne nourrit à l’égard des surréalistes, tout en étant aussi forte, elle est moins personnelle que celle vouée à Duhamel. L’avocat ne nomme pas d’écrivains en particulier, c’est la totalité du mouvement qu’il rejette, reprochant à cette avant-garde son caractère iconoclaste, sa pratique de la tabula rasa. Loupoigne identifie à une démission, à une faiblesse, leur refus de prendre en compte la tradition littéraire. Mais le grief le plus grave que le personnage formule à l’encontre des surréalistes, c’est l’apparente facilité de leurs théories à la mode, qui permettent à n’importe quel plumitif d’acquérir une certaine renommée (SD, pp. 59-60). En fait Loupoigne ne s’attache guère à sonder les raisons qui poussent les surréalistes à prôner l’écriture automatique, la libération de l’imaginaire, l’importance accordée aux rêves, etc. Il ne prend en compte que leurs œuvres, conséquences de prises de position qui, coupées des intentions initiales, deviennent évidemment risibles.

13On constate donc que les prises de position littéraires contenues dans Sous-Dostoïevski ne sont guère révolutionnaires. Loupoigne accorde un large crédit aux œuvres consacrées, voire « classiques », et exprime une méfiance teintée de mépris envers les productions contemporaines. Ses sarcasmes sont dirigés d’une part contre l’un de ses rivaux personnels : Georges Duhamel, d’autre part contre les innovations des surréalistes, considérées comme des idioties (puisqu’elles rejettent les discours pourvus du sens commun) faciles (puisqu’elles refusent de prendre en compte la tradition littéraire).

Les prises de position politiques

14Hubert Chatelion a nourri dès son plus jeune âge un intérêt pour la politique et plus particulièrement pour les théories révolutionnaires. Ces préoccupations ont une place importante dans Sous-Dostoïevski. Chatelion va se focaliser, d’une part, sur le procès d’un jeune étranger (Pagany), auteur d’une tentative d’assassinat sur un chef d’État (inspiré par le procès De Rosa) ; d’autre part, sur la révolution qui va gagner la ville dans laquelle Loupoigne réside (inspirée par les grèves du Borinage de 1932).

  • 16 Anon., Le Procès De Rosa (dépositions, plaidoiries et jugement). Paris, Valois, 1930, p. 50.
  • 17 Cf. « De Bock croit que c’est faire quelque chose que de vouloir en Italie restaurer les libertés é (...)

15Le procès du jeune Italien antifasciste De Rosa eut lieu en 1930, un an après qu’il avait tenté d’assassiner le prince Humbert venu déposer des fleurs à la colonne du Congrès à l’occasion de ses fiançailles avec la princesse Marie-José. Le jeune homme avait en réalité feint de vouloir assassiner ce représentant de la royauté italienne pactisant avec Mussolini afin d’« attirer l’attention des démocraties européennes sur les malheurs de [son] pays », voulant « faire comprendre au monde les responsabilités de la monarchie dans le fascisme »16. Ses deux avocats belges, Paul-Henri Spaak et Paul-Aloïse De Bock, orienteront la plaidoirie contre le régime fasciste. Malgré leurs efforts, De Rosa sera condamné à cinq ans de réclusion. Chatelion avait suivi ce procès avec passion, considérant que seules les opinions communistes pouvaient contrer efficacement le fascisme17. C’est pourquoi il se refusait à souscrire aux convictions plus modérées sur lesquelles Paul-Aloïse De Bock, son ancien camarade de classe, avait basé sa plaidoirie. Bien vite, il considérera avec sarcasme ce procès qui « était devenu un événement mondain au même titre qu’une pièce d’avant-garde » (SD, p. 196). Par le biais de Loupoigne, Chatelion dénonce la lâcheté de De Rosa (Pagany dans le livre) qui, selon lui, n’aurait pas dû hésiter à tuer le prince même s’il mettait d’autres vies en danger. Il dénonce aussi ses convictions politiques trop modérées, qui refusent de mettre en question les fondements même de la social-démocratie. Chatelion fustige également avec virulence l’opportunisme et l’hypocrisie de l’avocat Macque, sous les traits duquel — une « grosse tête en boule au nez retroussé, au front bombé, au menton arrondi » (SD, p. 77) — on reconnaît aisément Paul-Henri Spaak, et que l’on voit se servir du procès pour augmenter sa popularité électorale et renforcer son poids au sein du parti socialiste. Le portrait prémonitoire que Chatelion dresse de Spaak est particulièrement perspicace. En 1932, il était fort difficile de déceler derrière l’attitude radicale et engagée de Spaak un quelconque opportunisme : il faisait partie de l’aile gauche, voire « gauchiste », du P.O.B. et participait à la rédaction de journaux tels que La Bataille socialiste ou encore L’Action socialiste. Ce n’est qu’en 1935 que l’on assistera à sa spectaculaire volte-face : il abandonnera ses camarades de L’Action socialiste pour devenir ministre dans le gouvernement Van Zeeland.

  • 18 Chatelion précisait d’ailleurs dans sa correspondance qu’il voulait renforcer le caractère extrémis (...)

16Si Hubert Chatelion s’est fidèlement inspiré du procès De Rosa, il n’en va pas de même pour la grève révolutionnaire de l’été 1932. En fait, la présence de ces événements n’était pas prévue dans le livre. Chatelion avait terminé de rédiger une première version au début de l’année 1932 et avait envoyé sa femme à Paris en quête d’un éditeur. Mais Sous-Dostoïevski ne suscita pas suffisamment l’intérêt et Chatelion fut obligé d’abandonner son projet au début de juin. Nous devons donc l’inclusion de l’actualité brûlante de l’été 1932 au refus des éditeurs parisiens. Précisons d’emblée que le livre de Chatelion ne souffre pas du caractère quasi simultané entre la rédaction de cet épisode et les faits réels parce que ces événements ont dû très probablement venir étoffer un canevas de base déjà établi18. De plus, notre auteur a transposé les événements : la grève du Borinage devient un mouvement insurrectionnel armé qui tente de prendre d’assaut la capitale, mouvement rejoint par une partie de l’armée insurgée. Cependant, quelques éléments historiques se retrouvent tels quels dans le livre de Chatelion : la famine, l’agitation qui régnait au sein du « parti socialiste », notamment dans les différentes Maisons du Peuple, l’appel au calme de la part des dirigeants socialistes et leur condamnation des foyers d’agitation, la présence massive des gendarmes montés, « sabres au clair », l’utilisation éventuelle des avions et des chars d’assaut, etc. En outre, la révolution que Chatelion décrit commence, tout comme la grève, au début de l’été.

  • 19 Cf. l’exclamation de Maldagne : « Quoi de plus contrerévolutionnaire [sic] que de voir le peuple te (...)

17Loupoigne rejoint sur un coup de tête — il ne prévient même pas sa femme — les barricades des insurgés, prenant une part active à la révolution, prônant la lutte armée et s’opposant à l’armistice que propose Macque, le représentant (bourgeois) du parti socialiste. Il tuera deux gendarmes sans nécessité véritable. Cependant, si l’on analyse plus précisément les prises de position de Loupoigne, on se rend vite compte que, si elles s’érigent contre le réformisme, elles ne se rapprochent pas pour autant de la doctrine communiste. En fait, les opinions et les agissements de Loupoigne, souvent contradictoires et compliqués, empêchent toute possibilité de les identifier à un parti politique ou à une doctrine. Il cherche avant tout à calmer le besoin de violence et d’extrémisme qui l’anime et qu’il n’était pas parvenu à canaliser depuis la malencontreuse révélation de sa femme. Parfois ses prises de position se rapprochent même franchement de l’idéologie bourgeoise. Ayant rencontré un prolétaire (un débardeur) avec lequel il sympathise, il lui enseigne la haine du travail : « La brièveté de nos jours est juste assez longue et l’immensité de l’univers juste assez limitée pour que chacun de nous puisse mourir après avoir médité tous les problèmes qui se posent à l’homme et goûté toutes les joies que la vie peut lui apporter. C’est le travail qui nous frustre de ce que notre existence devrait être : une activité prodigieuse, inassouvible [sic], renouvelée sans cesse » (SD, p. 263). D’ailleurs la sympathie que Loupoigne nourrit à l’égard de l’ouvrier s’estompe et la fin de Sous-Dostoïevski nous le révèle beaucoup plus sceptique à son endroit : « Il ne pardonnait pas aux hommes de s’enfoncer dans la détresse par leur propre fait » (SD, p. 292). Il n’est dès lors plus guère étonnant de voir Loupoigne se rallier à une conception fataliste de la société lorsqu’il affirme qu’il est impossible de lier connaissance avec un prolétaire puisque celui-ci a « des vues courtes, une compréhension insuffisante, un bagage intellectuel infiniment pauvre » (SD, p. 109). Il ne vient pas à l’esprit de l’avocat que cet état des choses est dû à l’assujettissement dont sont victimes les classes laborieuses que la classe dominante a tout intérêt à laisser dans l’ignorance. En fait, ce qui importe à Loupoigne, c’est son bien-être, la satisfaction de ses aspirations : « Ensuite, je te ferai doucement observer que, si je suis partisan d’un régime communiste, mon idéal personnel, à moi, Loupoigne, n’a rien à voir avec un régime social. Si le monde était communiste, crois-tu qu’il suffirait au bonheur des hommes de se frapper tous les matins sur la poitrine en disant : “Communisme” ? Comment pourrait-il résulter, d’une simple transformation de la société, que je me réveille sans aspirations et sans tourments ? » (SD, p. 299). Encore une fois, l’orgueil immodéré et l’individualisme farouche de Loupoigne trouvent leur illustration : mais ne nous y trompons pas. Loupoigne est réellement guidé par un élan généreux du cœur, porté à l’idéalisation du prolétariat. Seulement, une fois vu sous son angle véritable (un angle de bourgeois), ce prolétariat fait naître en lui un sentiment de répulsion19. L’avocat se réclame du communisme par sentimentalisme plus que par conviction politique, parce qu’il éprouve une haine violente envers les tenants du réformisme et parce qu’il est mû par un idéal de justice et d’égalité, sentiments qui peuvent, à un stade élémentaire, rencontrer les mots d’ordre du communisme.

« Je pensais vous raconter les tribulations de mon premier livre »20

  • 20 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens, 30-6-1935.
  • 21 Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie (...)
  • 22 Les seules pièces dont la femme de Chatelion se munira seront des copies de lettres de Georges Renc (...)
  • 23 Jean Muno nous donne peut-être dans son article sur les éditions Rieder une des raisons qui ont pu (...)
  • 24 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, s.d.).
  • 25 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, 6-4-1932).
  • 26 Maldagne, op.cit., pp. 271-272.
  • 27 Augustin Habaru intercédera en faveur de Chatelion auprès des éditions du parti socialiste : l’Égla (...)
  • 28 Après avoir longtemps hésité, en désespoir de cause, Chatelion présentera son livre aux éditions Va (...)
  • 29 Chatelion (H.), Lettre à sa femme, 14-4-1932.
  • 30 Cf. Bourdieu (P.), Les Règles de l’art, op.cit., pp. 234-235 : « Le choix d’un lieu de publication (...)
  • 31 Aron (P.), « Romain Rolland, Henri Barbusse et leurs amis belges : l’efficacité d’un réseau politic (...)

18À présent que nous avons cerné les prises de position littéraires et politiques contenues dans Sous-Dostoïevski, il nous est possible d’élaborer quelques hypothèses pouvant expliquer l’échec éditorial de ce premier livre. La volonté de se faire éditer à Paris correspond à l’attitude générale des auteurs belges périphériques qui lui sont contemporains. Comme le fait remarquer Jean-Marie Klinkenberg, les écrivains belges publiant entre 1920 et 1960 se caractérisent par une « quête de la reconnaissance parisienne » qui suppose « l’occultation de ses origines »21. Chatelion, résolument francophile — il envisagera très sérieusement de quitter Bruxelles pour s’installer à Paris —, prendra soin d’éviter dans son roman toute allusion à son statut d’auteur excentrique. Aucun détail ne permet d’identifier la « capitale » dans laquelle Chatelion situe l’essentiel de son action bien qu’il mentionne explicitement Paris comme une ville étrangère, tout comme il est impossible d’associer un personnage à une nationalité précise (mise à part celle de Pagany — hongroise — que l’on peut déduire). Cette décision concernant le lieu de publication de son livre fut le seul acte sensé que Chatelion posa. Mais une succession d’erreurs va ôter à Sous-Dostoïevski la moindre chance de trouver un éditeur. Sans recommandations22 ni introducteurs qui puissent légitimer sa demande auprès des instances de production parisiennes, alors qu’il fréquentait de près le milieu littéraire bruxellois (Pierre Fontaine — directeur du Rouge et le noir —, Madeleine Ley, Fernand Divoire, etc.), il envoie sa femme à Paris chercher un éditeur. Les premiers qu’il sollicite par son entremise sont les plus renommés : Gallimard et Grasset. Mais tous deux refusent en évoquant d’importantes faiblesses de style. Il sollicite aussi les éditions Rieder qui publiaient dans leur collection Prosateurs français contemporains un certain nombre d’auteurs belges, mais sa demande échoue pour les mêmes motifs23. Contre toute attente, Chatelion attribue son échec non pas à ses faiblesses stylistiques dont il avait pourtant conscience, mais à « l’hostilité contre le communisme [qui] est tout de même une réalité non une plaisanterie »24. Dès lors, il va développer une stratégie d’émergence basée sur ses prises de position politiques, parce que « dans toutes les maisons bourgeoises, on trouvera [son] roman trop révolutionnaire »25. Or nous avons vu que Sous-Dostoïevski présentait à l’égard de cette doctrine des prises de position pour le moins équivoques. Mais Chatelion ne semble pas conscient de ses contradictions. Il est persuadé qu’il a écrit un roman nettement révolutionnaire. Toute son attention se focalisera dès lors sur Augustin Habaru. Celui-ci avait pris la direction de l’hebdomadaire parisien Monde qui réservait une très grande place à la littérature prolétarienne. Chatelion recommandera plusieurs fois à sa femme de le présenter auprès de lui comme un auteur communiste dégoûté par l’argent qu’il gagne en tant que médecin, et qui voudrait abandonner son statut de bourgeois pour s’engager dans l’action, afin de ne plus être un « histrion littéraire ». Nouvelle erreur de Chatelion, qui semble tout à fait ignorer qu’Habaru et Monde ont pris leurs distances avec le parti communiste. De plus, on ne peut guère rattacher Sous-Dostoïevski à la veine prolétarienne. En effet, ni l’extraction humble de Chatelion ni son enfance vécue dans la misère ne transparaissent. L’avocat Loupoigne, issu de la petite bourgeoisie, est uniquement préoccupé par un problème ressortissant à la culture bourgeoise : la grande littérature, et ne conçoit de fréquenter que des bourgeois assez cultivés pour comprendre toutes les nuances de sa conversation tourmentée. En fait, nous pourrions parfaitement reprendre pour Sous-Dostoïevski le jugement d’un des personnages de Maldagne, commentant un récit que le protagoniste principal lui avait soumis (ce qui assure une filiation certaine entre les deux personnages-écrivains de Chatelion) : « Infiniment désolant, marmotta-t-il enfin [...]. Tu ne contesteras pas, je pense, que ton récit est d’inspiration franchement bourgeoise ? C’est à peine croyable »26. Pourtant Chatelion supposera jusqu’à son échec final, malgré des divergences patentes, qu’en la personne d’Augustin Habaru27 et dans une moindre mesure en celle d’Henry Poulaille28, il trouvera des lecteurs bienveillants : « Je pense que nous nous faisons certainement illusion sur la valeur de notre œuvre puisqu’elle ne parvient à susciter l’intérêt, la curiosité ou la sympathie ni de Poulaille ni de Habaru »29. Chatelion, manquant de perspicacité sur les prises de position de son livre, a développé une stratégie d’émergence inadéquate qui lui a été fatale30. Il fut obligé de publier son livre à Bruxelles et à compte d’auteur, ce qui ne pouvait aboutir à cette époque, comme le fait remarquer Paul Aron, qu’à une « marginalisation complète »31.

19Sous-Dostoïevski passa quasiment inaperçu et ne bénéficia que de quelques articles de presse. Cependant, ce livre curieux et original lui permit d’attirer l’attention de deux grands personnages du monde littéraire belge : Robert Poulet et Franz Hellens, qui tous deux tenteront de lui venir en aide dans la poursuite de sa carrière littéraire. Nous parlons de « poursuite de sa carrière » mais cet article démontre que le manque de stratégie de Chatelion lui a refusé l’accès au champ littéraire malgré la publication de son premier roman. Ne peut-on pas affirmer en effet qu’un auteur n’acquiert une existence en tant qu’agent que lorsqu’il est capable d’entrer en lutte avec d’autres agents, ayant acquis un capital symbolique suffisant accordé par les instances de légitimité qui constituent la clé de voûte du champ littéraire ? Or Chatelion, ignorant les mécanismes qui régissent ce champ, n’a pas cherché à développer de stratégie littéraire. Auteur belge inconnu, ne se réclamant d’aucun groupe littéraire, ne possédant ni recommandations ni introducteurs et se fourvoyant de plus sur les véritables prises de position de son livre, il n’avait pas la moindre chance de susciter l’intérêt d’un éditeur.

  • 32 Le deuxième livre de Chatelion, Maldagne, se fait le porte-parole de cette inadéquation au monde.
  • 33 Sous-Dostoïevski met simplement en scène la rage de Chatelion de ne pas pouvoir égaler le génie lit (...)

20Nous pensons que l’ignorance de Chatelion quant aux règles de l’art tient principalement au fait que cet écrivain se croyait en quelque sorte « élu », bien qu’il n’employât jamais ce terme pour se qualifier. La sensation aiguë de son inadéquation au monde32, légitimée par la lecture de grands écrivains comme Dostoïevski33, Stendhal ou encore Flaubert, avec lesquels il se sent en parfaite communion, a forgé en lui un sentiment de supériorité inquiet. C’est pourquoi nous pensons qu’il n’a pas cherché à développer de tactique adéquate, qu’il n’a pas profité de ses relations littéraires, qu’il n’a pas cherché la protection bienveillante d’un agent rodé aux manœuvres stratégiques et qu’il n’a pas tenté de remédier à ses faiblesses stylistiques. « Élu » en quelque sorte, son rôle se limitait à coucher sur papier les sentiments qui l’animaient. Il n’avait pas à s’abaisser à cette part d’« affairisme » qu’exige l’institution littéraire comme droit d’entrée. Les conséquences de cette attitude furent catastrophiques pour son premier livre : il ne fut accepté nulle part.

21Hubert Chatelion, cultivant la vision romantique de l’écrivain inspiré, n’a pas compris que le génie littéraire, du moins pour un « nouvel entrant » dans le champ, n’a aucune valeur stratégique.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie complète des œuvres d’Hubert Chatelion

Sous-Dostoïevski. Bruxelles, Nos Loisirs, 1932, 305 p.

Maldagne. Paris, Gallimard, 1936, 433 p.

Maldagne. Bruxelles, Jacques Antoine, 1980, 433 p.

« Écriture », dans Les Cahiers nouveaux de France et de Belgique, Bruxelles, nov. 1939, n°7, pp. 316-320.

Procédure. Bruxelles-Paris, Les Écrits, s.d. (1942), 98 p.

Poèmes. Liège, Dynamo, 1938, 16 p.

Issues (manuscrit inédit, disponible aux Archives et Musée de la Littérature).

Haut de page

Notes

1 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens, Archives et Musée de la Littérature (ML 33/62, 10-7-1939).

2 Poulet (R.), Un Céline belge : Hubert Chatelion. Liège, Dynamo, 1968, p. 13. Cette brochure est composée de trois articles que Poulet publia respectivement en 1936, 1941 et 1942. Elle fut publiée après la mort d’Hubert Chatelion grâce aux efforts continus de sa veuve — soutenue encore à cette époque par Franz Hellens — qui ne voulait pas voir les œuvres de son mari tomber dans l’oubli.

3 Godart (P.), Analyse de Sous-Dostoïevski de Hubert Chatelion. Louvain, mémoire de licence, 1970, 94 p. Son approche de l’œuvre est essentiellement thématique et psychanalytique. Mentionnons aussi notre mémoire (disponible aux Archives et Musée de la Littérature), dont cet article est issu : Karlshausen (S.), L’Œuvre d’Hubert Chatelion : influences, structure, réception. Bruxelles, mémoire de licence, 1997, 161 p.

4 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens (ML 33/48, 25-12-1938).

5 Nos sources pour cet aperçu biographique se constituent principalement des documents disponibles aux Archives et Musée de la Littérature, de recherches dans différentes maisons communales, etc. La liste complète des démarches effectuées se trouve en annexe à notre mémoire. Nous avons pu bénéficier de la rencontre (et de certains documents privés) d’une des nièces d’Hubert Chatelion. Nous la remercions pour son aimable collaboration.

6 Cf. l’avis de Robert Poulet : « Quant aux cent premières pages [de Maldagne], c’est bien simple : je les tiens pour le plus beau morceau de poésie romanesque qu’on ait pu lire dans ce genre depuis Céline » (Un Céline belge : Hubert Chatelion, p. 9).

7 Rency (G.), « Feuillets littéraires », dans L’Indépendance belge, 1-12-1932.

8 Cf. « bien qu’il fût tout à fait sincère dans sa douleur, il notait, sans le vouloir, les impressions qui se succédaient en lui » (Chatelion (H.), Sous-Dostoïevski. Bruxelles, Nos Loisirs, 1932, p. 13). Nous signalerons les références à Sous-Dostoïevski dans le texte par le sigle (SD) suivi de la mention de la page.

9 Hellens (F.), Journal de Frédéric, inédit (disponible aux Archives et Musée de la Littérature), t. XVI, 21 sept., p. 14.

10 Loupoigne essayera de pousser sa femme dans les bras d’un certain Génisty, ancien camarade de l’académie de peinture. Signalons que la femme de Chatelion a vraiment fréquenté l’« Académie de la rue du Midi », où elle côtoyait régulièrement des gens comme Grégoire Le Roy, Montald, etc. Il n’est pas impossible que Génisty, pour le moins malmené par Chatelion, ait été inspiré par l’une de ces personnes.

11 Bourdieu (P.), Les Règles de l’art. Paris, Seuil, 1992, p. 417.

12 Cette affirmation peut paraître excessive quand on sait que Duhamel a reçu le prix Goncourt en 1918 et qu’il deviendra académicien en 1935. Mais il faut l’envisager dans la perspective de Chatelion pour qui un écrivain vivant est un écrivain récusable, alors qu’un écrivain mort peut bénéficier d’une reconnaissance instituée du champ et accéder alors au statut de « classique », statut auquel il accorde un grand crédit.

13 Chatelion (H.), Notes manuscrites, Archives et Musée de la Littérature (ML 5573/13).

14 Simon (P.-H.), « Modernité de Salavin », dans Georges Duhamel (1884-1966). Paris, Mercure de France, 1967, p. 87.

15 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, 7-4-1932).

16 Anon., Le Procès De Rosa (dépositions, plaidoiries et jugement). Paris, Valois, 1930, p. 50.

17 Cf. « De Bock croit que c’est faire quelque chose que de vouloir en Italie restaurer les libertés élémentaires qui existent chez nous. Je lui ai dit que ne pas être communiste, c’est être partisan du règne bourgeois et capitaliste, c’est admettre le fascisme, [...] » (Chatelion (H.), Notes manuscrites, ML 5573/192).

18 Chatelion précisait d’ailleurs dans sa correspondance qu’il voulait renforcer le caractère extrémiste de son œuvre. Cf. Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746), s.d.

19 Cf. l’exclamation de Maldagne : « Quoi de plus contrerévolutionnaire [sic] que de voir le peuple tel qu’il est » (Chatelion (H.), Maldagne. Bruxelles, Jacques Antoine, 1982, p. 62).

20 Chatelion (H.), Lettre à F. Hellens, 30-6-1935.

21 Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », dans Littérature, déc. 1981, n° 44, p. 46.

22 Les seules pièces dont la femme de Chatelion se munira seront des copies de lettres de Georges Rency qui avait accepté de faire une lecture critique du manuscrit de son ancien élève. Mais Chatelion précise dans la correspondance adressée à sa femme : « En les présentant, bien insister sur la nullité que je reconnais à mon ancien prof » ! (dans : Chatelion (H.), Lettre à sa femme, s.d.).

23 Jean Muno nous donne peut-être dans son article sur les éditions Rieder une des raisons qui ont pu pousser les éditeurs à refuser le livre de Chatelion : les écrivains belges que cette maison publiait se distinguaient par « ce refus de l’engagement qui caractérise la littérature française de Belgique » (« L’esprit Rieder dans le roman belge d’entre-deux-guerres », Études de littérature française offertes à Joseph Hanse pour son 75ème anniversaire. Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, p. 325).

24 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, s.d.).

25 Chatelion (H.), Lettre à sa femme (ML 2746, 6-4-1932).

26 Maldagne, op.cit., pp. 271-272.

27 Augustin Habaru intercédera en faveur de Chatelion auprès des éditions du parti socialiste : l’Églantine. Mais cette nouvelle tentative aboutira à un échec.

28 Après avoir longtemps hésité, en désespoir de cause, Chatelion présentera son livre aux éditions Valois, ces « gueulards antifascistes à la Macque » (Chatelion (H.), Lettre à sa femme, ML 2746, 6-4-1932). Cela aboutira aussi à un échec. Chatelion se disputera même violemment avec Henry Poulaille pour des raisons qui nous restent obscures.

29 Chatelion (H.), Lettre à sa femme, 14-4-1932.

30 Cf. Bourdieu (P.), Les Règles de l’art, op.cit., pp. 234-235 : « Le choix d’un lieu de publication (au sens large) — éditeur, revue, galerie, journal — n’est si important que parce qu’à chaque auteur, à chaque forme de production et de produit, correspond un lieu naturel (déjà existant ou à créer) dans le champ de production et que les producteurs ou les produits qui ne sont pas à leur juste place — qui sont, comme on le dit, ‘déplacés’ — sont plus ou moins condamnés à l’échec : toutes les homologies qui garantissent un public ajusté, des critiques compréhensifs, etc., à celui qui a trouvé sa place dans la structure jouent au contraire contre celui qui s’est fourvoyé hors de son lieu naturel ».

31 Aron (P.), « Romain Rolland, Henri Barbusse et leurs amis belges : l’efficacité d’un réseau politico-littéraire », dans Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940. Bruxelles, VUB-Press, 1990, p. 29.

32 Le deuxième livre de Chatelion, Maldagne, se fait le porte-parole de cette inadéquation au monde.

33 Sous-Dostoïevski met simplement en scène la rage de Chatelion de ne pas pouvoir égaler le génie littéraire de l’écrivain russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Karlshausen, « Le génie littéraire n’est pas stratégique. Comment la première œuvre d’Hubert Chatelion aboutit à un échec », Textyles, 15 | 1999, 102-111.

Référence électronique

Sophie Karlshausen, « Le génie littéraire n’est pas stratégique. Comment la première œuvre d’Hubert Chatelion aboutit à un échec », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1099 ; DOI : 10.4000/textyles.1099

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org