Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Revues

Pierre Halen
p. 111-114

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

La septième livraison du Bulletin de la Fondation « Ça Ira » (3e trimestre 2001) nous apporte de nouveaux éclairages sur la vie et l’œuvre de Paul Neuhuys et de quelques-uns de ses amis : ceux-ci sont envisagés cette fois à partir de la personnalité d’André Blavier, récemment décédé, à qui il est ainsi rendu hommage. C’est l’occasion pour se replonger dans le contexte des années 50, de rappeler telle visite de Blavier à Anvers et bien d’autres visages : Joostens, Seuphor, Paulhan, etc. Avec, en seconde partie, un très long compte rendu des Fous littéraires. Le N° 8 (4e trimestre 2001) s’ouvre sur un poème de Neuhuys intitulé « Congo blues ». La suite est moins légère, puisque Hans-Floris Jespers nous entraine à sa suite dans l’évocation des milieux internationaux du dadaïsme, autour de Raoul Hausmann et de Kurt Schwitters, et non sans croiser le personnage de E.L.T. Mesens, à Londres notamment. Après une riche rubrique de comptes rendus, on trouve une très utile table des matières des numéros 1 à 8 ; de toute évidence, le Bulletin accumule des matériaux dont l’intérêt ne s’épuise pas à la lecture de chaque numéro, mais nourrissent, anecdote après anecdote, une ample relecture de l’histoire littéraire des avant-gardes au XXe siècle. Le Bulletin n° 9, toutefois, s’éloigne quelque peu des milieux anversois pour rouvrir, à la faveur de la publication des Œuvres complètes de Jean-Pierre Brisset à Dijon, le dossier des « fous littéraires » et autres inventeurs de sciences incongrues. On s’attarde ensuite dans ce rayon des bibliothèques, à partir d’ouvrages de Charles Nodier, de Raymond Queneau et d’André Blavier : c’est pour retrouver les chemins de la logique mathématique, conduisant aux frontières de l’entendement. À noter, une note sur l’origine du patronyme de Max Elskamp, non pas danoise comme le poète le prétendait, mais surement néerlandaise et saxonne : dont acte ! Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). ca.ira@belgacom.net

Echinox

En lien avec l’Université de Cluj (Roumanie), la Fondation culturelle « Echinox » diffusait depuis 1968 une revue portant ce titre, à orientation comparatiste. La Fondation élargit à partir de 2001 son activité en publiant en outre une série de Cahiers de l’Echinox / Echinox Journal, qui seront semestriels et accueilleront des contributions en plusieurs langues européennes (Dir. Corin Braga). Le numéro 1 (261 p. bien serrées) a paru en octobre, avec pour titre Postcolonialism & Postcommunism ; beaucoup de textes sont publiés en roumain, et le pays garde une place importante dans les préoccupations des collaborateurs. Néanmoins, on y trouve aussi des articles en anglais et en français, de bonne tenue. Les prochains numéros annoncés seront consacrés à l’image, à la censure et à des « thèmes patristiques ». Abonnement (2 numéros : 50- euros).
Renseignement : corinbraga@yahoo.com

Verbum

Nous avions salué la sortie du premier numéro de la revue Verbum, née en 1999, émanation de l’Université catholique Péter Pázmány à Piliscsaba, non loin de Budapest ; la revue se dit orientée par les « humanités » européennes au fil de l’histoire, programme que dit à sa manière le sous-titre d’Annalecta Neolatina, sans préjudice pour les manifestations contemporaines de cet humanisme. Le deuxième numéro (1999/2) poursuit ce programme, avec cette fois une majorité de contributions en allemand, d’autres en italien, en anglais, en français, en espagnol. Le dossier est consacré aux actes d’un colloque sur les rapports des ordres catholiques à la philosophie des Lumières. Des recensions, des varias (Nerval, Balzac...) et des articles plus linguistiques dans le domaine de la traductologie viennent ensuite. La troisième livraison de la revue (2000/1) publie un entretien de Robert Lemba avec Marc Quaghebeur, portant sur l’œuvre multiple de ce dernier (Kinshasa, 1999). On y poursuit aussi les approches historiques de cet humanisme européen, de Sainte Thérèse de Jésus à Benedetto Croce, en passant par Stendhal et la religiosité populaire. Faut-il rappeler, après cela, que Verbum est une revue ouverte aux collaborations ? (Rens. : Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Bölcsészettudományi kar, Piliscsaba 2087, PF1. Rédaction : <domokos@btk.ppke.hu>)

Archipel

La revue Archipel, publiée à Anvers par Alain Germoz, continue son petit bonhomme de chemin, toujours aussi bien présentée. Le sommaire du dix-huitième Cahier international de littérature (le premier pour 2001) rend hommage à Fernand Cuvelier et propose ensuite, entremêlés, des textes en anglais, en allemand, en néerlandais (en traduction juxtaposée). Plus, bien entendu, nombre de contributions en français, de genre divers : théâtre, poèmes, textes et récits brefs. Avec, entre autres, les noms de Patrick Roegiers, Willem Roggeman, Eugène Van Itterbeek.

À l’occasion du centenaire de sa naissance, un volume spécial d’hommage à Michel Seuphor a paru en décembre 2001. Il est édité à l’enseigne d’Archipel, dont il constitue un numéro spécial, en collaboration avec les éditions (bibliophiles) De Blauwe Reiger, qui ont fait paraitre pour la même circonstance une version trilingue de Antwerpen Maart Zon. Ce volume comporte notamment de nombreuses lettres de Michel Seuphor, une chronologie détaillée, établie par lui-même jusqu’en 1986, divers témoignages et analyses. Correspondance : A. Germoz, Jan Van Rijswijcklaan, 7, bte 2. B-2018 Antwerpen.

Francofonía

Après un numéro 9 déjà consacré à ce thème, la revue Francofonia approfondit la question de l’Autre, il est vrai extrêmement vaste. La dixième livraison s’intitule donc : Cruce de miradas : El Otro (II). On y trouve une petite dizaine d’études, dont deux concernent spécifiquement la Belgique. Catherine Gravet et Émile Van Balberghe analysent divers documents relatifs aux relations entre Max Waller et Georges Eekhoud, et Geneviève Hauzeur, de son côté, les préfaces d’André Baillon. Par ailleurs, les articles concernent, entre autres, des écrivains du Sud comme V.Y. Mudimbe ou Rachid Mimouni. À noter encore plusieurs comptes rendus concernant les lettres belges, dans une rubrique assez nourrie de recensions à propos d’ouvrages critiques ou de textes de création, attestant la vitalité des études francophones au Sud de l’Espagne. Abonnements : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : francofonia@uca.es

Francophonie vivante

De l’année 2001, nous avons déjà signalé la deuxième livraison du sympathique trimestriel de la Fondation Charles Plisnier. Dans la première, les lettres belges n’étaient vraiment représentées que par des comptes rendus consacrés à un essai de Christian Schoenaers et au dernier recueil poétique de Jacques Vandenschrick : c’est qu’on s’y consacrait, entre autres, au Laos et au Grand-Duché de Luxembourg, sans préjudice d’ailleurs pour deux chansonniers wallons d’autrefois. Le n° 3 annonce en couverture qu’il s’intéressera au « paysage francophone aux Etats-Unis » ; ça ne l’empêche pas de commencer par une longue note qu’André Goosse consacre, suite aux observations de Paul Delsemme publiées dans un numéro antérieur, au vocabulaire de Camille Lemonnier. Et de se poursuivre par maints aperçus linguistiques et divers comptes rendus (sur Marcel Thiry, Lucien Noullez...) ou chroniques, la part réservée à l’Amérique du Nord étant finalement assez limitée. La dernière livraison de l’année 2001 (n° 4, décembre 2001) ouvre ses colonnes au monde antillais : langue, géographie, roman, littérature orale. L’occasion d’une réflexion, notamment sur l’évolution du mot « créole », mais aussi d’un bilan littéraire particulièrement riche. On y épinglera aussi une courte évocation de la poétesse Madeleine Biefnot, et, moins courte, de Nicole Malinconi, parmi d’autres auteurs féminins. (On s’abonne pour 850-fb/an (4 numéros) en s’adressant à la Fondation : 15, pl. Van Meenen, B-1060 Bruxelles).

L’Arbre à Paroles

La revue de la Maison de la Poésie d’Amay propose, sous la houlette de Francis Chenot, un intéressant numéro spécial intitulé Hier régnant désert. Les diverses contributions de poètes attestent assez à la fois le ressassement du thème, où il est difficile d’éviter les images stéréotypées, et ses résonances profondes, pourtant, dans la sensibilité contemporaine. Avec notamment des textes d’Yves Namur, d’Anne Bonhomme, d’André Schmitz (n° 113, juillet-aout-septembre 2001, 90 p.) Le n° 114 (octobre-novembre-décembre 2001) fait une grande place à la poésie de Michel Voiturier, dont sont publiés de nombreux textes inédits : la Maison d’Amay rencontre ainsi le groupe Unimuse, qui incarne depuis longtemps la poésie dans la région tournaisienne. Place ensuite au poète Alain Bouchez, décédé en 1999 et présenté ici par André Doms et Pierre Dhainaut. Avant les lectures multiples de recueils récents, on nous présente Julia Hartwig dans le cadre ou le prolongement d’Europalia-Pologne : sans pouvoir juger des diverses traductions ici proposées, on peut de toutes façons recommander cette petite excursion dans une œuvre qui parait en même temps vivante et exigeante, avec cette sorte d’éclat que laisse certaine forme souveraine de simplicité. (Abonnement ordinaire : 1000-fb pour 4 numéros - m.poesie.amay@skynet.be)

Les Cahiers du Ru

« Contribution intermittente au jeu des idées, aux élans du cœur, au passage du temps », les Cahiers du Ru nous viennent du Val d’Aoste avec leur provision de réjouissantes impertinences, de non moins salutaires réflexions sur la langue française et ses usages, de vrais morceaux de littérature enfin. Dans le n° 38, daté de l’hiver 2001-2002, on trouve entre autres un portrait de Liliane Wouters par Pierre Lexert, escorté d’une petite anthologie poétique. On y fait écho, aussi bien, à telle publication récente de Gaston Compère ou aux Littératures belges de langue française paru au Cri. Mais l’essentiel n’est pas là, car si l’on parle d’art et de littérature dans ces Cahiers, ce n’est pas à l’écart de la vie humaine : on n’y craint pas la pique politique, le commentaire sur anecdote ou autres « choses vues ». Rien n’y est pesant, et l’esprit s’en réjouit... (Institut Valdôtain de la Culture, 59, Grand Eyvia, I-11100 Aoste).

Études francophones

Arrivé en janvier 2002, le numéro d’automne des Études francophones, publiée à Lafayette par le Conseil International d’études francophones (vol. XVI, n° 2), confirme les orientations prises, de fait, par cette revue où convergent les tendances, pour ne pas dire le goût, des recherches élaborées aujourd’hui en Amérique du Nord. Première tendance, fort compréhensible : la place importante accordée aux parutions, tant créatives que critiques, du Québec et dans une moindre mesure des Antilles ; le phénomène est lisible surtout dans la rubrique des comptes rendus, où se succèdent des commentaires consacrés à des ouvrages littéraires et à des essais ou études. Seconde tendance : une large ouverture à la créativité contemporaine, avec une attention prépondérante pour les auteurs féminins : C. Beyala, A. Djebar, M. Condé, etc., avec cependant une pointe de Michel Tournier comme pour équilibrer les choses par un peu de masculin et un peu de Vieux Continent ; ces thèmes d’articles reflètent sans doute moins ce qui effectivement s’enseigne en Amérique du Nord que les intérêts des chercheurs (et chercheuses !) qui s’adressent à la revue ; c’est néanmoins une façon de désigner les zones vivantes du domaine francophone.

Comme toujours, Jean Levasseur assure, avant la rubrique des comptes rendus (une dizaine par livraison), des chroniques balayantes, embrassant les actualités littéraires, respectivement, du Québec, du reste de l’Amérique du Nord, de l’Europe, enfin de l’Afrique et des Antilles. On en a un peu le tournis, du fait de la profusion des informations (peu utilisables, faute d’index). Pour mettre un ouvrage en valeur dans la revue, par exemple par un compte rendu, il suffit de s’adresser à Jean Levasseur (Études francophones : B.P. 43331 Lafayette, LA 70504-331. Rédaction des comptes rendus : Jean Levasseur, Université Bishop’s, Lennoxville, Québec Canada J1M 1Z7). Courriel : Amelinckx@louisiana.edu

Yourcenar

Daté de décembre 2001, le 22e Bulletin de la Société Internationale d’Études Yourcenariennes est riche d’une douzaine d’études, dont des relectures encore des Mémoires d’Hadrien et de L’Œuvre au noir, ces incontournables. Mais les explorations se poursuivent dans des coins plus éloignés de l’œuvre. On s’interroge ainsi sur les réminiscences stendhaliennes chez Yourcenar, on ouvre une comparaison avec Virginia Woolf, on reproduit en fac-similé quelques pages, annotées ou dessinées par Yourcenar, tirées des recueils poétiques de Valéry qu’elle possédait. L’abondant choix bibliographique, l’ample rubrique des comptes rendus ensuite, disent à leur manière la vitalité internationale du lectorat yourcenarien. Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 - F-72200 La Flèche ou http://www.artsci.wustl.edu/~siey

Maurice Carême

Le bulletin simplement intitulé Fondation Maurice Carême parait régulièrement et, voué à la défense et illustration de l’écrivain, glane les innombrables traces de sa postérité littéraire, critique et... musicale. Dans le n° 47, daté de septembre 2001, outre les rubriques habituelles (présentation de la Fondation, échos et informations diverses), on présente plus longuement le Prix Maurice Carême 2001, attribué à Francis Dannemark, et le prix d’études littéraires consacrées au poète, attribué cette même année à un Tunisien, Jalel el Gharbi. On peut lire aussi un article concernant l’intérêt de l’écrivain pour la poésie flamande, dont il traduisit deux anthologies. (Av. Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles)

Une nouvelle revue d’études francophones

Sous-titrée : « Langues, littératures, civilisations des pays francophones », la revue Ponti / Ponts, dirigée à Milan par Liana Nissim, a publié en 2001 sa première livraison. C’est un très beau volume, comme on sait en imprimer en Italie, fort de près de 300 pages et illustré, en autres, de fac-similés. La mise en page, à la fois dense et très aérée, avec en outre cette touche esthétique créative qui manque souvent au confort des publications scientifiques, est une belle réussite. Au sommaire de ce premier numéro, un portefeuille d’études consacré aux « Enfers », qui nous fait passer du Québec au Val d’Aoste en passant par le Rwanda et le Maghreb. Suivent des « études linguistiques », des inédits et enfin des recensions concernant tout l’espace francophone dans sa diversité. La Belgique y a sa place. Liana Nissim, dans une lettre d’accompagnement, lance une large invitation aux collaborations éventuelles, qu’il s’agisse de contributions aux prochains dossiers (Bestiaires et lapidaires, Voyages), de comptes rendus ou d’informations. La revue est annuelle. Le Numéro coûte 23-euros (éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, - I-20129 Milano, cisalpino@monduzzi.com) ; réduction aux abonnements pour cinq ans. Le courrier concernant la rédaction peut être adressé à <liana.nissim@unimi.it>).

Estudios de Lengua y Literatura Francesas

La revue du département des études françaises de Cadix a réuni dans sa 13e livraison, au titre de 2000-2001, parue au début de 2002, un portefeuille d’articles consacrés au « discours épistolaire ». On y trouve une analyse évoquant les lettres belges, celle de Martine Renouprez : « La lettre en soufrance », évocation indirecte, qui passe par le biais des écrits de Claire Lejeune. Par ailleurs, les analyses concernent l’œuvre des frères Goncourt, celle de Voltaire, celle de Céline... et ce qu’il en est de l’anuncia de amor sur internet ! Qu’on se le dise... Enfin, ce numéro se clôture par une rubrique de compte rendus plutôt mince (deux pages, une recension !) et par une utile récapitulation des tables des matières pour l’ensemble des numéros parus. La revue Estudios souhaite à la fois des abonnés, des partenaires pour des échanges avec d’autres périodiques semblables (Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádix, Apartado de Correos 439, E-11002 Cádiz) et bien sûr des collaborations scientifiques (Fac. De Filosofia y Letras. C/e Bartlomé Llompart, s/n. E-11071 Cádiz — <luisa.mora@uca.es>).

  • Revues.org