Navigation – Plan du site

Presse et littérature en Suisse romande : terra incognita

Daniel Maggeti
p. 109-121

Texte intégral

1Pourquoi parler de la Suisse romande, dans un numéro de revue consacré à la problématique presse/littérature en... Belgique ? Les historiens de la littérature ont souvent souligné les parallélismes chronologiques et les similitudes structurelles qui se dégagent de la comparaison entre ces deux univers littéraires francophones, l’un et l’autre adossés à la France, partageant à la fois une position périphérique proche et les complexes qu’elle fait naître, et inventant des stratégies de légitimation apparentées. Le détour proposé ci-après à travers quelques coups de sonde n’en est donc un qu’en partie, dans la mesure où les constats que l’on tire de l’examen de la situation suisse peuvent s’étendre à la Belgique, et qu’ils incitent à la mise en place et au développement de projets de recherche qu’il serait dès lors judicieux de penser à l’échelle francophone.

  • 1 Un survol synthétique de ces secteurs est présenté par exemple dans les quatre volumes de Francillo (...)
  • 2 Quelques exemples de cet état des choses, la liste étant vite faite : Centenaire du Journal de Genè (...)
  • 3 Je pense en particulier aux diverses recherches menées par François Vallotton, professeur d'histoir (...)

2Plus encore qu’en France et dans d’autres régions de la francophonie, l’étude des relations entre la littérature et la presse n’a guère dépassé jusqu’ici, en Suisse romande, le stade de la déclaration d’intention. Certes, le retard général et endémique de l’histoire littéraire et de la critique, dans un contexte institutionnel peu favorable à la visibilité, encore moins à l’autonomie, de la production nationale, est pour quelque chose dans cet état de fait. Mais à cet élément contextuel s’ajoute un manque de légitimité autrement plus général, qui affecte, en dépit des projets annoncés ou en cours, ce domaine spécifique. Si elle a toujours été prise en compte dans les analyses de réception ou en tant que support de genres particuliers, notamment le roman-feuilleton, la presse n’a que rarement été explorée comme participant de plein droit à la constitution des corpus et des canons littéraires. Font (relativement) exception, bien entendu, les revues et périodiques à vocation culturelle, ainsi que les suppléments spécialisés des quotidiens1 ; mais le secteur de la presse « généraliste », avec ses mutations historiques, la configuration variable de ses espaces, son propre traitement du littéraire et les interactions qui en découlent, reste un univers en attente de chercheurs. Sur le plan strictement historique aussi, les ressources bibliographiques ne sont pas légion ; elles se résument à des panoramas très synthétiques et à quelques ouvrages de présentation diachronique globale2. Le développement récent3 de l’histoire des médias laisse espérer un avenir plus fécond... Ci-après, nous nous limitons à déplorer des lacunes et à poser en vrac quelques jalons dans un paysage qui offre, on le verra, de multiples possibilités d’enquête et de problématisation.

La presse romande au xixe siècle

  • 4 Mea culpa : dans ma thèse, L'Invention de la littérature romande, 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, (...)
  • 5 Des études ont été réalisées, généralement par des collectifs, sur quelques revues importantes, don (...)

3La presse romande au xixe siècle est globalement encore peu connue et peu pratiquée, y compris par les historiens. Plusieurs caractéristiques expliquent cela. L’abondance de titres, d’abord, est décourageante. Elle est due notamment à la densité du réseau d’imprimeries, à la force des appartenances et à la vigueur des affrontements politiques, enfin au cantonalisme, en vertu duquel des communautés et des territoires restreints mais autonomes possèdent des supports et des institutions dont l’activité et l’importance sont sans commune mesure avec leur taille. Ce particularisme s’est étendu pendant longtemps à l’historiographie, elle aussi « sectorisée » suivant les découpages cantonaux ; d’où une constante difficulté à avoir une vue synthétique et à se situer à l’échelle de la Suisse francophone dans son ensemble, les spécialistes genevois ou vaudois, par exemple, ne connaissant guère le champ d’investigation de leurs voisins. Il n’existe donc pas, à l’heure actuelle, de répertoire systématique, ni d’histoire de la presse, qui faciliteraient un premier repérage ; seules quelques monographies éclairent le domaine, en se cantonnant cependant aux aspects le plus factuels. Le côté littéraire n’est quant à lui jamais exploré : critiques et historiographes de la littérature romande4 se sont pour l’heure bornés à aborder les revues littéraires et culturelles, et même ce terrain-là n’est pas complètement défriché5. D’où un déficit de connaissance qui éclate lorsqu’on est confronté à des cas précis ; voyons, à titre d’exemple, celui de Rodolphe Tôpffer (1799-1846). La carrière de cet auteur, un des plus étudiés du xixe siècle suisse, se tisse et se déploie dans une constante relation avec les journaux genevois et, à travers eux, avec le champ politique local. À ses débuts, sa production de critique d’art s’oppose souvent à des prises de position exprimées par des articles parus dans la presse quotidienne. Mais elle le fait sur un mode allusif ou détourné : dès lors, la non-identification de ces sources peut conduire à des interprétations incomplètes, voire erronées. Dans les années de sa maturité, Tôpffer pousse plus loin sa veine polémiste en cofondant le journal conservateur le Courrier de Genève, dont il est un des piliers de janvier 1842 à mars 1843. L’activité de journaliste est alors au centre de ses préoccupations, comme le révèle cette lettre à son ami et collègue Auguste de la Rive :

  • 6 Rodolphe Tôpffer, lettre à Auguste de la Rive du 20 septembre 1842, dans Un bouquet de lettres de R (...)

Je voudrais avoir dix bras, dix plumes, dix journaux, et surtout deux bons yeux, pour faire une guerre que j’estime être au fond celle de l’honnêteté contre le vice, car, s’il ne s’agissait ici que d’intérêts, que de ce qu’on appelle vulgairement politique, je n’aurais pas, j’en suis sûr, d’idées de quoi écrire une ligne... Au surplus, j’ai assez de bras, assez de plumes, et n’étaient les yeux, vous pouvez être certain qu’à l’heure qu’il est, outre le Courrier de Genève, et sans lui rien ôter de ma collaboration, j’aurais mon petit journal à moi, pas gros, mais presque quotidien, tout rempli de petits articles locaux de 6, de 12, de 20 lignes, indispensable à qui voudrait rire, pleurer, sympathiser, se courroucer, être au courant, être à la mode, être genevois ; et je trouverais peut-être le moyen [...] de servir encore mieux mes amis, [...] et de rallier beaucoup d’esprits autour d’idées saines et de principes modérés [...].6

4Point n’est besoin d’insister sur les implications idéologiques que de tels propos laissent entendre, ni sur les conséquences qu’ils ont pu avoir sur la posture d’écrivain de Tôpffer : la conscience qu’il a du rôle de la presse et de son utilisation possible n’est évidemment pas sans influencer sa manière d’investir le domaine littéraire. Les effets de ce rapport, y compris sur le plan rhétorique, stylistique et de composition, sont surtout perceptibles, par la force des choses, dans ses contributions au Courrier de Genève... Or, à ce jour, c’est là la partie la moins connue et la moins commentée de son œuvre, partie qui n’a pas encore été analysée en réfléchissant à l’interpénétration du registre journalistique et du registre littéraire qui s’y manifeste.

5À l’échelle romande, voire francophone, Tôpffer est pourtant, je l’ai rappelé, un écrivain majeur, étudié et glosé. On mesure à cette aune quel cas l’on a fait de l’écriture journalistique d’auteurs moins célèbres et combien l’on a prêté attention aux questions spécifiques que soulève la contiguïté du champ de la presse et du champ littéraire.

Le tournant du xxe siècle

  • 7 Clavien (Alain), Histoire de la Gazette de Lausanne. Le temps du colonel, 1874-1917, Vevey, L'Aire, (...)
  • 8 Ibidem, p. 8.

6La fin du xixe siècle voit, dans les principaux quotidiens de Suisse romande, en particulier le Journal de Genève et la Gazette de Lausanne, la naissance de suppléments culturels qui traduisent des mutations économiques et stratégiques. Une étude fouillée d’Alain Clavien7 permet de comprendre la dynamique de ces changements et de les inscrire dans un contexte social, politique et culturel que l’historien met bien en évidence. En matière de littérature, cependant, le commentaire est concis : « le lancement, en 1886, d’un feuilleton littéraire bicéphale, qui réunit les deux hommes de lettres les plus en vue de l’époque, Philippe Godet (1850-1922) et Édouard Rod (1857-1910), répond ainsi plus à des considérations économiques que culturelles... »8 Tout exacte qu’elle est, cette appréciation introductive se contente de lever le voile sur les nombreux éléments qui, pour nous, appellent une analyse ; elle suggère aussi, implicitement, une hiérarchie et un ordre de priorités qui guident la recherche historique mais, simultanément, invalident le point de vue littéraire. Même si, dans le corps de l’ouvrage, quelques pages (quatre) sont consacrées aux questions ainsi annoncées, les stratégies respectives de Godet et de Rod, la nature de leurs contributions, l’interaction entre l’activité journalistique et leurs publications, leur fonctionnement dans un réseau ne sont pas élucidés. Une fois encore, la mise en perspective historique vient dessiner un territoire qu’elle n’exploite guère - ce n’est peut-être pas sa vocation -, mais qui nous renvoie l’image de tout ce que les littéraires n’ont pas fait. À une époque où le journalisme se diversifie et se professionnalise, les axes de recherche se multiplient. L’autonomisation de plus en plus marquée du champ littéraire national ne se ferait-elle pas aussi grâce au fait que le travail de journaliste accélère souvent la professionnalisation des écrivains ? L’intensification du réseau de la presse a-t-elle d’autres retombées que celles, relativement prévisibles, menant au renforcement institutionnel de la littérature romande ? L’observation sociologique pourrait, par exemple, s’arrêter à la place des femmes auteurs, de plus en plus présentes dans le champ littéraire, confrontées à des impératifs sociaux et économiques qui déterminent leur engagement, leurs choix génériques, voire leurs préférences thématiques. L’étude de quelques-unes de ces figures parfois très actives, dans des périodiques culturels autant que dans des publications généralistes, modifierait vraisemblablement le regard que l’on porte sur ces écrivaines taxées de secondaires, comme T. Combe (1856-1933). Mais les interventions dans les journaux d’une Marguerite Burnat-Provins (1874-1952), notamment en faveur de la création d’une ligue de protection des bâtiments historiques et des sites naturels - la « Ligue pour la beauté », ancêtre de l’actuelle « Patrimoine suisse » -, sont aussi révélatrices des liens entre un courant idéologique à la fois réactionnaire et idéaliste et des expressions artistiques qui s’en font les relais.

Un cas éloquent : Charles-Ferdinand Ramuz

  • 9 Des publications, également posthumes, mais non critiques, avaient déjà présenté par secteurs et de (...)
  • 10 Sur la genèse et les vicissitudes de ces textes, voir Mahrer (Rudolf), « Introduction », dans Ramuz (...)

7À écrivain exceptionnel, situation exceptionnelle : les relations que Charles-Ferdinand Ramuz (1878-1947) a entretenues avec les journaux ont été répertoriées il y a longtemps déjà, comme l’atteste une vaste section de la Bibliographie de l’œuvre de C. F. Ramuz publiée en 1975 par Théophile Bringolf et Jacques Verdan. Ce n’est cependant que depuis très peu de temps, grâce au chantier des Œuvres complètes en cours de parution aux Éditions Slatkine, que l’on dispose des éléments utiles à la contextualisation et à l’analyse des périodes pendant lesquelles Ramuz a prêté sa plume à divers organes de presse, en majorité romands. Quatre volumes d’’Articles et chroniques, publiés par tranches chronologiques significatives (1903-1912, 1913-1919, 1924­1931, 1932-1947)9, annotés et commentés, illustrent ainsi les hauts et les bas d’un rapport tendu, jamais indifférent, entre un auteur qui conçoit le plus souvent l’écriture journalistique comme un travail alimentaire auquel il doit s’astreindre pour des motifs financiers et des rédactions qui le regardent comme un collaborateur au fort pouvoir symbolique, susceptible d’attirer un lectorat difficile. À remarquer que, du fait de leur subdivision par genres littéraires, les Œuvres complètes susmentionnées ont repris séparément, dans des volumes de Nouvelles et morceaux, les contributions relevant de la fiction, qui sont un pan important de ce que l’écrivain a confié à des périodiques appartenant au monde de la presse et non à celui des revues littéraires. C’est pourquoi une première voie d’analyse pourrait consister dans l’étude comparative, ou tout au moins combinée, de ces textes dont la rédaction se fait parfois en parallèle, et qui répondent à des impulsions, à des contraintes, à des registres et à des exigences rhétoriques et discursives très différents. Le « morceau », catégorie de textes que Ramuz insère volontiers dans des volumes de nouvelles, mais qui se caractérise par une dénarrativisation évidente et par le recours à une temporalité spécifique, ne serait-il pas (aussi) le résultat d’une interpolation entre des supports, des cadres d’écriture, des horizons de réception que l’auteur tente de concilier - tout en poursuivant des buts esthétiques et des recherches formelles auxquels il ne veut pas renoncer ? La question se pose tout particulièrement au moment de la publication en 1920, dans la Gazette de Lausanne, des « morceaux » qui seront repris l’année suivante dans Salutation paysanne. Cette collaboration avec le grand quotidien vaudois se soldera par une rupture retentissante. Le Conseil d’administration et la rédaction, qui avaient souhaité s’associer un écrivain dont l’autorité est de plus en plus grande, ne supporteront pas le ton et les audaces stylistiques des proses que Ramuz leur envoie, les estimant à la fois incorrectes, illisibles et inadaptées au lectorat du journal10. Se dénoue ainsi un conflit souterrain, qui a perduré jusque-là sans que chaque partie, pour des raisons différentes, ait souhaité l’affronter ouvertement. La Gazette, où Ramuz a quelques appuis, mesure la part de « légitimité culturelle » que lui procure le romancier, légitimité qui compense les écarts qu’il se permet. L’écrivain, lui, peine à se plier aux règles d’un « métier » de plume dont les présupposés et les fruits lui apparaissent en contradiction avec sa propre quête ; mais son besoin d’argent fait qu’il s’en accommode. Les morceaux de Salutation paysanne brisent ce compromis, Ramuz passant outre la surveillance implicite qu’il s’impose pour se conformer à l’horizon d’attente du journal et s’octroyant le droit d’envoyer des textes de même teneur poétique que ceux qu’il composerait pour une revue d’avant-garde. 1920 signe ainsi la fin d’une période de plus de quinze ans pendant laquelle Ramuz s’est efforcé de séparer deux pratiques et deux écritures, au sein de la Gazette tout particulièrement. Son activité de chroniqueur « libre » stricto sensu, dans ce quotidien ou dans le Journal de Genève, qui le publie aussi régulièrement de 1905 à la Première Guerre mondiale, apparaît ainsi disjointe de celle d’écrivain : ses comptes rendus d’expositions ou de livres ne prennent que peu de libertés par rapport aux canons du genre. Mais à partir de 1913 déjà, les frontières typologiques sont moins nettes, dès le moment où Ramuz devient un des signataires réguliers de la rubrique « À propos de tout », dans la Gazette de Lausanne : jusqu’en 1918, il y insérera de courts articles souvent anodins à première vue, mais dont la portée artistique dépasse le contenu explicite :

  • 11 Jaton (Virginie), « Introduction », dans Ramuz (Charles-Ferdinand), Articles et chroniques, t. 2, 1 (...)

[L] es « À propos de tout » (1913-1918) forment un ensemble qui coïncide avec ce moment décisif de la vie et de l’œuvre de Ramuz, étroitement lié aux trois essais de la même période - Raison d’être, L’Exemple de Cézanne, Le Grand Printemps -, et avec l’« événement » qu’est la Première Guerre. Aussi ces textes [...] témoignent-ils d’une vision, d’une démarche intellectuelle, de choix esthétiques, et participent-ils, à bien des égards, aux grands essais du Vaudois.11

8La mésaventure avec la Gazette éloignera durablement, pour ne pas dire définitivement, Ramuz du journalisme. Il n’y reviendra, par la bande, que pendant une courte période, au cours de laquelle il dirigera l’hebdomadaire Aujourd’hui (1929-1931). Expérience singulière et quelque peu paradoxale : l’existence de ce « journal » (dont le caractère littéraire et élitaire est patent) est rendue possible par le mécénat de l’éditeur suisse de Ramuz, Henry-Louis Mermod ; l’intention de Ramuz est implicitement de créer un organe en prise sur l’actualité, mais dont les collaborateurs, lui en premier, n’auraient pas à se départir de leur qualité d’artistes, et ne devraient donc pas sacrifier aux diktats de la presse. Idéaliste, voire irréaliste, du point de vue matériel et financier, passionnant pour les férus de littérature, ce projet apparaît comme la concrétisation d’une des ambitions récurrentes de Ramuz, soucieux d’être un témoin, voire un commentateur, de son temps, mais irréductiblement opposé à la logique journalistique courante. Une douzaine d’années après la disparition d’ Aujourd’hui, alors qu’il ne s’attelle plus que sporadiquement à la rédaction d’articles de presse, Ramuz revient dans son Journal sur les raisons qui l’ont empêché, et l’empêchent toujours, de se faire gazetier :

  • 12 Ramuz (Charles-Ferdinand), Journal. Journal, notes et brouillons, tome 3, Genève, Slatkine, 2005, p (...)

Qu’on me demande des articles, c’est ce qui me décourage d’en écrire. Qu’on « sollicite ma collaboration », c’est précisément ce qui fait que tout sujet que j’imagine pour y satisfaire me paraît insuffisant (d’avance) et sa réalisation (elle aussi imaginée) plus encore. Comment se fait-il que ce qui devrait me faciliter ma tâche me la complique et que ce qui devrait me rassurer sur moi-même contribue au contraire à m’inquiéter davantage ? Pourquoi est-ce que, toutes les fois que j’écris un texte dont je sais qu’il est attendu, ce même texte est-il condamné d’avance ? C’est que je sens que je vais avoir affaire à un certain public dont je peux me représenter les réactions et qu’à ce public il faut plaire. Je perds toute liberté. Une phrase me vient spontanément à l’esprit, mais je me demande aussitôt si elle sera comprise. Et je cherche à faire qu’elle soit comprise, c’est-à-dire que je la prive de sa spontanéité. Et ainsi de phrase en phrase. Je tends à la formule que je sais devoir être universellement acceptée. Car, me représentant ce certain public et ses diverses réactions, je m’efforce malgré moi à faire en sorte qu’elles se compensent, aspirant à une moyenne, qui est un autre mot pour désigner la médiocrité. Il faut écrire pour soi-même, c’est-à-dire pour tout le monde et pour personne - pour ceux qui en voudront, non pour ceux qui en veulent.12

9La « libre écriture » artistique est ainsi, aux yeux de Ramuz, une antinomie de la production orientée, biaisée, conditionnée, que commande le cadre du journal. À ce divorce irrémédiable entre deux univers et deux fonctionnements s’ajoute encore le fait que, concrètement, ils exigent des compétences énonciatives et des stratégies de composition tout aussi incompatibles. D’où cette note désenchantée de juillet 1942 :

  • 13 Ibidem, p. 456. De mai à novembre 1942, Ramuz collabore au Figaro et c'est à cette expérience qu'il (...)

Articles. - Je m’y obstine sottement. Je me dis que c’est un peu d’argent et qu’il pourra peut-être prochainement faire besoin. Alors je pense à ces journaux et à leurs offres ; et voyant que c’est tout un apprentissage à faire, je me suis hasardé à l’entreprendre, bien malgré moi. Il y a le ton et il y a le « tour de main ». Il y a que l’espace vous est mesuré et que, dans cet espace mesuré, il faut dire des choses qui soient capables de retenir un instant l’attention du lecteur, - lequel d’ailleurs appartient à certaine couche sociale (dans chaque cas à déterminer), et moi pas, il a des goûts et des partis pris que je ne partage nullement. Et puis peut-être que ce même lecteur ne s’intéresse guère qu’aux problèmes, dits d’actualité, qui justement ne m’intéressent pas, ne me passionnant que pour certaine actualité « permanente » qui est tout autre chose : d’où un nouveau désaccord ; et je sens ce désaccord partout, ce qui me paralyse d’avance. Pourtant j’ai tenu bon, et il y a plus d’un mois que je tiens bon, accumulant ces articles, copiant même certains d’entre eux, essayant de trouver la « bonne formule » et d’être journaliste tout en ne l’étant pas. Le résultat est désespérant. Je cherche à mettre en ordre, mais un ordre préconçu, quelques idées qui me sont chères : je vois que je n’aboutis qu’à une basse vulgarisation. Je prétends à ce fameux « tour de main » et aux raccourcis qu’il suppose : je n’atteins qu’au propret, et encore, en perdant par ailleurs toutes les qualités que je peux avoir et en particulier cette spontanéité qui seule fait vivre les idées et me donne des droits sur elles ; sinon elles sont à tout le monde et il est bien inutile de les exprimer.13

  • 14 Les collaborations de Ramuz à la presse française, notamment aux grands quotidiens, resteront très (...)

10Arrêtons-nous là dans l’examen de la trajectoire ramuzienne : on aura saisi, à la fois par son parcours biographique et par ses propos, à quel point l’écrivain est un cas d’école à situer dans la perspective qui nous occupe, que tour à tour il incarne, infléchit, reconfigure et refuse14

Les écrivains dans la presse pendant la Première Guerre mondiale

  • 15 À ce propos, voir l'« Introduction » de Virginie Jaton déjà mentionnée, ainsi que mon article : Mag (...)

11L’activité journalistique de Ramuz, on l’a vu, a connu diverses phases, qu’il faut mettre en rapport avec son itinéraire personnel, mais qui sont aussi à lire en relation avec le contexte historique dans lequel il évolue : la période de la Première Guerre mondiale, notamment, est un moment charnière15. Ces années-là connaissent du reste une modification profonde dans les relations entre presse et littérature ; sans prétendre à l’exhaustivité, voici un survol.

12L’arrière-plan politique est capital pour comprendre l’effervescence qui règne dans les journaux de Suisse romande depuis le début des hostilités. Francophones et germanophones suisses s’opposent, suite à l’invasion de la Belgique et au refus du Conseil fédéral, à majorité germanophone, de condamner le gouvernement allemand ; la presse et l’opinion romande, favorables aux Alliés, dénoncent le silence peureux des autorités, et plusieurs campagnes de sensibilisation et de riposte sont lancées. Cet état de crise national perdure jusqu’en 1918.

  • 16 À ce propos, on peut lire le compte rendu que Jules Cougnard consacre dans La Patrie suisse, le 18 (...)

13Dès son éclatement, la guerre prend en Suisse une place énorme dans la presse. La Gazette de Lausanne et le Journal de Genève la suivent au jour le jour en reprenant dépêches, cartes du front et témoignages divers ; si elle conserve son supplément littéraire du dimanche, la première le réduit et y présente surtout des textes qui, tout en étant signés par des écrivains, sont en relation avec le conflit ; le second supprime pendant plusieurs mois son « Numéro littéraire et scientifique » du lundi et ne publie plus qu’au compte-gouttes des contributions sans lien avec l’actualité. Ce mouvement affecte aussi les périodiques spécifiquement littéraires : ainsi La Semaine littéraire, revue fondée en 1893 et restée jusque-là à l’écart des débats politiques et de société, ouvre en 1914 une rubrique spéciale, « La Guerre mondiale », qui figurera au sommaire jusqu’en 1918. Mais le même phénomène se constate dans des bimensuels illustrés comme La Patrie suisse, destinée avant tout aux familles bourgeoises, dans des mensuels culturels comme la Bibliothèque universelle, ou dans les Cahiers vaudois, la revue d’avant-garde de Ramuz et ses amis. Le fait que la guerre prime désormais tout autre événement apparaît comme une évidence, ce qui conduit les critiques à une forme d’ostracisme vis-à-vis des productions artistiques perçues comme trop déconnectées de l’urgence des faits16. Cette conscience est partagée par les écrivains eux-mêmes - par Ramuz en premier, nous l’avons rappelé, mais aussi par des auteurs jusque-là peu concernés par la sphère non culturelle. Ainsi le dramaturge Fernand Chavannes, ami de Ramuz (1868-1936), se dirige-t-il dès la déclaration de guerre vers la frontière, d’où il rapporte des articles pour la Gazette de Lausanne. L’irruption de l’actualité modifie ainsi le rapport des écrivains romands au monde et à leur création, qui ne peut plus advenir sous la forme d’une prise de parole individuelle et dans le cadre classique du volume édité : l’écriture est désormais le fruit d’une implication et d’une inquiétude engendrée par les affrontements armés, sentiments que l’espace de la presse est souvent plus apte à transmettre. Si la position de Ramuz, que ce soit à travers ses « À propos de tout », son recueil de Chansons ou ses essais, est aux antipodes de celle d’un « homme de terrain », tout en étant intimement mêlée à la guerre, d’autres se font clairement chroniqueurs ou polémistes. Le dramaturge René Morax (1873-1963), par exemple, lance par voie de presse le 16 septembre 1914, avec Romain Rolland et le peintre Ferdinand Hodler, un appel-protestation contre la dévastation de Louvain et de Malines, prêtant main-forte au pacifisme de Rolland ; puis, l’automne suivant, il parcourt les zones détruites de la France, d’où il envoie des comptes rendus notamment au Journal de Genève.

14L’engagement de Benjamin Vallotton (1877-1962) ressemble quelque peu à celui de Morax. Ce romancier populaire, connu pour avoir exploité la veine comique de la vaudoiserie, verra sa trajectoire bouleversée par la guerre - et ce n’est pas un hasard si, en 1921, il se fixera à Strasbourg. Répondant à une demande du directeur de la Gazette de Lausanne qui cherche un correspondant de guerre, Vallotton se rend d’abord à Paris, où il recueille des témoignages dans un hôpital militaire. Effrayé par la barbarie de l’invasion allemande, il s’investit corps et âme par des articles, des livres, des actions en faveur des aveugles et des mutilés de guerre, mais aussi de l’Alsace et ses habitants. Devenu reporter, il orientera de manière tout à fait différente sa production romanesque, désormais hantée par le conflit - tout comme le sera la suite de sa carrière, animée par le désir de réparer les injustices de l’histoire.

15Citons enfin une romancière, la Genevoise Noëlle Roger (pseudonyme d’Hélène Pittard-Dufour, 1874-1953). Épouse d’un anthropologue qui deviendra professeur à l’Université en 1916, elle a écrit depuis le début du siècle plusieurs récits centrés sur des personnages de femme tentant de s’affirmer dans une société réfractaire à leurs aspirations. La guerre la pousse à changer de plume : volontaire de la Croix-Rouge, elle témoigne dans La Semaine littéraire, mais aussi dans le Journal de Genève, de son désarroi, par des textes ensuite réunis en volume, comme les Carnets d’une infirmière (1915) ou les Carnets d’un témoin (1915-1916).

  • 17 Les mêmes considérations pourraient sans doute se faire partiellement dans le contexte de la Second (...)

16Ces quelques cas cavalièrement campés suffisent à montrer comment, suite à la guerre, les relations entre la sphère restreinte du champ littéraire et le champ journalistique se sont transformées. Sur le plan stylistique et générique, on assiste à l’émergence d’écritures nouvelles, axées sur la chronique, le témoignage, le carnet, toutes formes dont la presse est la première dépositaire ; en revanche, les volumes publiés chez des éditeurs et la littérature « pure » deviennent obsolètes, sous la pression du quotidien. La posture et le profil des écrivains se modifient aussi radicalement, et dans ce processus, la presse, qu’elle incite, qu’elle relaie ou qu’elle soit simple dépositaire, exerce une fonction non négligeable17.

Presse et poésie : en amont des recueils de Gustave Roud

17Le dernier exemple que je voudrais évoquer ici, peut-être le plus spectaculaire, est celui de Gustave Roud (1897-1976). Considéré comme un des poètes romands majeurs de son temps, il voit son nom associé à une dizaine de plaquettes de proses poétiques d’une facture raffinée, rééditées dans trois volumes d’Écrits. Roud semble ainsi incarner le prototype du poète éloigné du quotidien contextuel et de la réalité historique, et cela d’autant plus que son œuvre s’enracine dans une région campagnarde, le Jorat où il vit retiré, dont il retrace les travaux et les jours.

18Or, l’étude de la genèse de nombreuses proses poétiques de Roud révèle qu’elles ont paru, dans une première version, dans des périodiques qui ne sont ni littéraires ni culturels. Pour des raisons financières, mais aussi parce que son rythme de travail, très lent, lui permet difficilement de publier dans des délais « courts » autre chose que des fragments ou des ébauches, Gustave Roud trouve dans la presse un accueil qui lui convient, une sorte de banc d’essai qu’il apprécie aussi parce que, comme il pratique également la photographie, il peut placer, à côté des textes, des images qu’il a prises et qui illustrent son propos. Ces images sont d’ailleurs parfois à l’origine des « articles » qu’il envoie aux magazines, fonctionnant alors comme les supports d’une évocation, comme des artefacts d’une présence que le texte va s’attacher à restituer.

19De telles proses paraissent par exemple, au fil des années 1930 et pendant la Seconde Guerre mondiale, dans Le Radio, L’Illustré, Lectures du foyer et La Semaine de la femme. Toutes ces publications à large diffusion sont illustrées, parfois en couleur, et Roud semble tenir à ce que ses contributions soient accompagnées de ses propres photographies, comme l’attestent les correspondances avec les rédacteurs.

20Il ne nous est pas possible d’entrer davantage dans les détails, sinon pour ébaucher des propositions d’investigation. La comparaison de la réception différentielle engendrée ou orientée par un contexte de publication pose des questions fondamentales sur le statut de la production roudienne : on ne lit décidément pas de la même manière un texte s’il est assimilé à un article de journal illustré ou s’il fait partie d’un recueil poétique. D’autre part, la « littérarité » de contributions comme celles de Roud, dans des revues « populaires », en dit long sur l’autorité, voire la suprématie, du discours littéraire à cette époque, où il fait figure de modèle indiscuté.

21La gestion par l’auteur des différentes « destinations » qu’il exploite est elle aussi à interroger : relève-t-elle d’une stratégie consciente et maîtrisée, impliquant des « adaptations » concertées dont les effets se liraient dans les versions successives des proses ? Du reportage campagnard à la rhapsodie nostalgique sur le monde paysan, quel est leur statut originel ? Ces affiliations parfois divergentes seraient-elles simplement le résultat d’une disposition particulière, d’un fonctionnement individuel ? La relation à la photographie, et son emploi - constant dans la presse, mais auquel Roud renonce presque toujours dans les volumes qu’il signe - sont aussi des éléments captivants. Il en va de même de la sélection que le poète opère, en aval, au moment de composer ses recueils : quels sont les critères qui le poussent à retenir tel « article » et à rejeter tel autre, lorsqu’il structure et rythme la succession de ses poèmes ?

En guise de non-conclusion

22Est-il encore utile de souligner les raisons qui appellent, dans l’histoire littéraire romande, comme dans celle de la Belgique francophone, une prise en considération de la presse et des phénomènes d’institutionnalisation, de réception, d’écriture qui lui sont liés ? Peut-on continuer à suivre des trajectoires d’écrivains en considérant comme anecdotiques ou secondaires leurs relations avec les journaux, alors que ces trajectoires mêmes se construisent dans un échange constant avec une sphère aussi symboliquement investie qu’esthétiquement (et scientifiquement) peu visible ? Car la presse instaure un système de valeurs et établit en son sein des hiérarchies esthétiques dont les critères sont autres que ceux du champ littéraire spécialisé - un champ qu’elle déborde, et qu’elle contraint à examiner les règles qui le régissent. Aujourd’hui, en Suisse romande tout au moins, la séparation entre la littérature et la presse semble à bien des égards consommée : les suppléments littéraires ont fondu comme peau de chagrin, les interventions d’auteurs dans les journaux sont exceptionnelles, feuilletons et « bonnes feuilles » ont disparu, les chroniques régulières tenues par des plumes littérairement consacrées appartiennent à un passé révolu et c’est tout au plus en tant que « people » (mais ceux qui atteignent le degré de popularité nécessaire à jouer ce rôle ne sont pas légion...) que les écrivains sont abordés. C’est donc, symptomatiquement, à un moment où la présence de la littérature dans la presse est historiquement la plus labile que tant d’interrogations s’imposent. Il n’est pas interdit d’espérer que, par une meilleure compréhension des mécanismes de translation d’un univers à l’autre, on puisse réunir les éléments qui permettraient, si ce n’est de renverser une tendance que l’évolution sociale et la toute-puissance de l’économie radicalisent, au moins de mettre au point des stratégies de contournement et de chercher un nouvel équilibre.

Haut de page

Notes

1 Un survol synthétique de ces secteurs est présenté par exemple dans les quatre volumes de Francillon (Roger), dir., Histoire de la littérature en Suisse romande, Lausanne, Payot, 1996-1999 ; les relations entre la littérature et la presse, en revanche, ne font l'objet d'aucun article spécifique dans cet ouvrage de référence.

2 Quelques exemples de cet état des choses, la liste étant vite faite : Centenaire du Journal de Genève : un siècle de vie genevoise, réimpression Genève, Slatkine, 1998 ; Chuard (Jean-Pierre), Des journaux et des hommes : aspects de l'histoire et de l'évolution de la presse en Suisse romande, Yens, Cabédita, 1993 ; Du miracle à la réalité : [presse romande], Genève, Union romande des éditeurs de journaux et périodiques, 1996 ; Grellet (Pierre), Reflets de cent cinquante années : la Gazette de Lausanne de 1798 à 1948, Lausanne, Édition de la Gazette de Lausanne, 1948 ; de Senarclens (Jean), dir., Un journal témoin de son temps : histoire illustrée du Journal de Genève, 1826-1998, Genève, Slatkine, 1999.

3 Je pense en particulier aux diverses recherches menées par François Vallotton, professeur d'histoire à l'université de Lausanne. Deux contributions, à titre d'exemple : Vallotton (François) (en collaboration avec Alain Clavien), « Les supports de la critique littéraire en Suisse romande : grandes revues, « variétés » et suppléments littéraires 1830-1960 », dans Cahiers de l'Association internationale des études françaises, n° 59, 2007, pp. 337-355 ; « Entre adaptation idéologique et nécessité commerciale, l'avènement de la culture de masse en Suisse (1900-1940 », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940, Paris, puf, 2006, pp. 179-191.

4 Mea culpa : dans ma thèse, L'Invention de la littérature romande, 1830-1910, Lausanne, Payot, 1995, j'ai moi-même sans doute sous-exploité les ressources de la presse... autant par crainte de la masse à affronter que parce que j'avais délimité mon domaine d'enquête en adoptant une manière « restrictive » de concevoir le fait littéraire.

5 Des études ont été réalisées, généralement par des collectifs, sur quelques revues importantes, dont la Bibliothèque universelle et L'Emulation ; en revanche, les « petites revues » qui fleurissent à partir des années 1890 ne sont que très mal connues et aucun ouvrage n'a été consacré à La Semaine littéraire.

6 Rodolphe Tôpffer, lettre à Auguste de la Rive du 20 septembre 1842, dans Un bouquet de lettres de Rodolphe Tôpffer, Lausanne, Payot, 1974, p. 213.

7 Clavien (Alain), Histoire de la Gazette de Lausanne. Le temps du colonel, 1874-1917, Vevey, L'Aire, 1997.

8 Ibidem, p. 8.

9 Des publications, également posthumes, mais non critiques, avaient déjà présenté par secteurs et de manière non exhaustive une masse importante d'articles de Ramuz : il s'agit des Critiques d'art, des À propos de tout et des Critiques littéraires, édités par Slatkine en 1984, 1986 et 1997.

10 Sur la genèse et les vicissitudes de ces textes, voir Mahrer (Rudolf), « Introduction », dans Ramuz (Charles-Ferdinand), Nouvelles et morceaux, tome 4, 1915-1921, Genève, Slatkine, 2007, pp. IX-LVII.

11 Jaton (Virginie), « Introduction », dans Ramuz (Charles-Ferdinand), Articles et chroniques, t. 2, 1913-1919, Genève, Slatkine, 2008, p. 9.

12 Ramuz (Charles-Ferdinand), Journal. Journal, notes et brouillons, tome 3, Genève, Slatkine, 2005, p. 447 (entrée du 28 avril 1942).

13 Ibidem, p. 456. De mai à novembre 1942, Ramuz collabore au Figaro et c'est à cette expérience qu'il fait allusion.

14 Les collaborations de Ramuz à la presse française, notamment aux grands quotidiens, resteront très limitées, surtout si l'on excepte les « bonnes feuilles » qui, par l'intermédiaire de Grasset (à partir du milieu des années 1920), sont insérées dans plusieurs journaux. Cette présence au compte-gouttes contraste avec l'importance que l'écrivain prend dans le champ littéraire hexagonal pendant l'entre-deux-guerres. Tout autre sera le cas d'un autre Suisse célèbre, Blaise Cendrars, qui entretient, lui, une relation bien plus nourrie avec la presse ; mais la carrière et l'itinéraire de Cendrars, entièrement bâtis et conduits dans le contexte français et pratiquement sans contacts avec la Suisse, font de lui une exception, dans tous les sens du terme.

15 À ce propos, voir l'« Introduction » de Virginie Jaton déjà mentionnée, ainsi que mon article : Maggetti (Daniel), « Ramuz, les écrivains suisses et la Grande Guerre », dans Laserra (Annamaria),Leclercq (Nicole) et Quaghebeur (Marc), dir.,Mémoires et antimémoires littéraires au XXe siècle. La Première Guerre mondiale, Bruxelles, pie Peter Lang, 2008, pp. 111-125.

16 À ce propos, on peut lire le compte rendu que Jules Cougnard consacre dans La Patrie suisse, le 18 novembre 1914, au premier recueil de Pierre-Louis Matthey, Seize à vingt, qui vient de paraître aux Cahiers vaudois.

17 Les mêmes considérations pourraient sans doute se faire partiellement dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale ; c'est en tout cas ce qu'on déduit des quelques analyses de cas prises en compte dans le livre de Clavien (Alain), Gullotti (Hervé) et Marti (Pierre), « La province n'est plus la province. » Les relations culturelles franco-suisses à l'épreuve de la Seconde Guerre mondiale (1935-1950), Lausanne, Antipodes, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Maggeti, « Presse et littérature en Suisse romande : terra incognita », Textyles, 39 | 2010, 109-121.

Référence électronique

Daniel Maggeti, « Presse et littérature en Suisse romande : terra incognita », Textyles [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/109 ; DOI : 10.4000/textyles.109

Haut de page

Auteur

Daniel Maggeti

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org