Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Coljon (Thierry), La Belle gigue, Petite histoire belge de la chanson française

Bruxelles, Éditions Luc Pire, 2001
Laurent Demoulin
p. 121-122
Référence(s) :

Coljon (Thierry), La Belle gigue, Petite histoire belge de la chanson française. Bruxelles, Éditions Luc Pire, 2001, 172 p.

Texte intégral

1Contrairement à ce que pourrait laisser entendre son sous-titre, La Belle gigue ne constitue nullement une histoire de la chanson belge francophone. Thierry Coljon n’a pas l’ambition de remonter le temps au-delà des années 50 : en ce qui concerne les artistes d’avant-guerre, il renvoie d’emblée à un autre ouvrage, le Dictionnaire de la chanson en Wallonie et à Bruxelles d’Angèle Guller. Son livre commence donc avec Jacques Brel et Annie Cordy. De plus, il n’est pas vraiment question de filiation entre les chanteurs et les parcours biographiques ou artistiques des uns et des autres sont rapidement évoqués : le vrai sujet du livre est le rapport que chacun entretient avec la Belgique et avec le sentiment national.

2Pour établir la carte de la « belgitude » de nos chanteurs, Thierry Coljon se base à la fois sur le texte des chansons et sur diverses interviews. La plupart des propos tournent autour de sentiments quelque peu confus et contradictoires, les identités bruxelloise, flamande, wallonne ou belge se superposant et se mêlant au hasard. Aucun tri n’est effectué et la subjectivité règne en maître. Cependant, dans sa conclusion, Thierry Coljon met le doigt sur le trait qui revient le plus souvent dans les propos des uns et des autres pour définir la particularité d’esprit des Belges : l’autodérision. Évidemment, pareille affirmation est impossible à démentir comme à prouver. Mais l’autodérision présente un avantage : elle permet de se valoriser et de se dévaloriser en même temps. « Nous sommes fiers d’appartenir à un pays dont les habitants ne sont pas fiers de leur pays. » La problématique tourne donc en rond, ce qui est significatif en soi. Quant à Thierry Coljon, il ne cache pas ses propres convictions : au-delà des différences de points de vue, il défend l’unité de la Belgique et reproche par conséquent à Jacques Brel d’avoir écrit une certaine chanson…

3Toutefois, il n’est pas uniquement question du sentiment national : certains chanteurs, notamment Claude Semal, préfèrent réfléchir au fonctionnement de la Belgique telle qu’elle existe vraiment. D’autres évoquent simplement ce qu’ils aiment ou n’aiment pas dans le pays.

4Par ailleurs, en dépit d’une écriture peu soignée, le livre de Coljon est instructif. L’auteur connaît son sujet et, par la bande, le lecteur en apprend beaucoup sur des artistes aussi différents que Brel, Didier Odieu, Maurane, Sttellla, Arno ou Axelle Red. Une fois le texte continu achevé, vingt-cinq chanteurs ou chanteuses font l’objet d’une fiche biographique accompagnée d’une discographie. Personne ne semble avoir été oublié et une riche bibliographie clôt l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Coljon (Thierry), La Belle gigue, Petite histoire belge de la chanson française », Textyles, 21 | 2002, 121-122.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Coljon (Thierry), La Belle gigue, Petite histoire belge de la chanson française », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1088

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org