Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Gunnesson (Ann-Mari), Les écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone

Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis, coll. Romanica Gothoburgensia – XLVIII, 2001
Anthony Glinoer
p. 118-120
Référence(s) :

Gunnesson (Ann-Mari), Les écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone. Göteborg, Acta Universitatis Gothoburgensis, coll. Romanica Gothoburgensia – XLVIII, 2001, 244 p.

Texte intégral

1L’élaboration des notions de littérature francophone de Belgique ou de littérature belge de langue française a fait surgir, comme en creux, les paradoxes vécus par les écrivains nés au Nord du pays et qui, pour des raisons diverses, ont appartenu au champ littéraire francophone. Leur identité composite a engendré des questionnements institutionnels, stylistiques, politiques ou encore éditoriaux, que tente de démêler Ann-Mari Gunnesson dans sa thèse de doctorat.

2Après une mise au point — d’usage désormais dans les études à visée sociologique — sur les concepts de champ, d’institution et de système littéraire, elle retrace les grands événements littéraires et politiques qui, de l’indépendance de la Belgique aux lendemains de la fédéralisation, ont pu guider les écrivains d’origine flamande dans leur quête identitaire. De ces cent cinquante années, on peut retenir quatre périodes symboliquement déterminantes. Les premiers temps d’abord, sous les figures tutélaires de Charles De Coster et d’Henri Conscience : de père français, Conscience entame sa carrière littéraire dans la langue paternelle, puis s’en détourne et publie en néerlandais des romans historiques aptes à fonder une mythologie proprement flamande. S’il a délibérément opté pour une langue néerlandaise d’ailleurs mâtinée de gallicismes, cette prise de position linguistique n’a pas plus compromis son succès auprès d’un public parisien coutumier des évocations pittoresques à la Walter Scott, que son ascension dans les lettres belges et leurs institutions, puisqu’il est élu en 1867 à l’Académie royale. Le néerlandais, langue du peuple, était plus adapté à ses récits régionalistes, voilà tout ; il est « ce grand vieillard qui portait en soi l’âme des Flandres », ainsi que l’écrira Camille Lemonnier en 1911 (cité p. 43).

3Dans les dernières décennies du XIXe siècle, le développement d’instances propres à la littérature belge d’expression française (revues, cercles littéraires, prix) et la reconnaissance accordée à plusieurs écrivains d’extraction flamande, rendent plus difficiles de tels choix « neutres ». La fin-de-siècle est l’âge d’or de cette littérature en voie d’autonomisation institutionnelle, le temps aussi de sa gloire parisienne, l’attrait pour le symbolisme et le naturalisme venant renforcer celui pour l’exotisme flamand. Par contraste, le choix de la langue maternelle en littérature a pu avoir un effet disqualifiant, dont a souffert un Cyriel Buysse ; mais la gloire de Verhaeren, de Lemonnier ou de Rodenbach ne doit pas faire oublier qu’à ce moment les Pays-Bas exercent une attraction sur les écrivains flamands qui, pour être mois forte que celle de Paris, correspond mieux à leur vécu intime. De cette double attraction résulte le confort relatif de la situation diglossique des intellectuels flamands avant 1914. L’alternative linguistique prend une importance capitale dans le devenir de ces écrivains, contribue à leur stratégie littéraire et parfois la détermine.

4L’entre-deux-guerres constitue un troisième temps fort dans l’histoire collective des écrivains flamands en pays francophone. La néerlandisation de l’université de Gand en 1930, suivie en 1932 de la reconnaissance du néerlandais comme langue officielle de la Flandre, met fin aux injustices linguistiques dont la majorité flamande a été l’objet. Malgré un exposé quelque peu schématique, Ann-Mari Gunnesson fait bien ressortir que cette rupture a été très diversement ressentie par les auteurs flamands : à un pôle, Franz Hellens affirme la subordination de la littérature de Belgique au champ littéraire français dans le Manifeste du Groupe du Lundi (1937) ; à l’autre pôle nombreux sont ceux, à l’instar de Rose Gronon, qui mettent en question le droit d’écrire en français. Entre ces deux positions se situent la majorité des écrivains flamands francophones, ballottés entre leurs deux langues, leurs deux cultures, ressentant leur double appartenance tantôt comme une richesse (Suzanne Lilar), tantôt comme une dualité intérieure insécurisante (Marie Gevers).

5À la fin de la guerre, les situations de diglossie tendent à se raréfier, puisque la première génération à avoir accompli toute sa scolarité en néerlandais vient à maturité. Très rapidement, les questions qui avaient agité la première moitié du siècle tombent en désuétude, et, à de rares exceptions, les écrivains nés en Flandre ne se servent plus dans leurs œuvres que de la langue officielle de leur région. Cette tendance se confirme et s’accentue jusqu’au début des années quatre-vingts, lorsque la fédéralisation du pays provoque un sursaut au sein des intellectuels. À l’heure du développement tardif de la critique universitaire et de cours portant spécifiquement sur l’histoire de la littérature de Belgique se repose nécessairement la question des écrivains transfuges, nés à cheval sur deux espaces linguistiques à présent territorialement et institutionnellement délimités. Deux projets à visée plus globale envisagent en 1980 le phénomène de l’intérieur : l’exposition Europalia 80 Belgique et surtout la publication du numéro spécial de la Revue de l’Université de Bruxelles intitulé La Belgique malgré tout, auquel contribuent notamment Liliane Wouters, Jacques De Decker, Paul Willems et Jean Muno. Certains revendiquent à cette occasion leur liberté de choix, d’autres ironisent sur l’incompréhension croissante entre les deux communautés, mais tous expriment leur profonde insécurité linguistique.

6La thèse d’A.-M. Gunnesson, documentée au point d’occulter parfois le développement de ses propres recherches, ne se limite toutefois pas à retracer une histoire collective. Dans sa dernière partie, incontestablement la plus personnelle, l’étude envisage, outre la revue Septentrion, les trajectoires dissemblables et les prises de position de trois écrivains d’extraction flamande qui comptent parmi les rares à encore écrire en français : Guy Vaes, figure méconnue du réalisme magique, Françoise Mallet-Joris et Jacques De Decker. Chacun de ces « dépasseurs de champ » (p. 136) a affronté à sa manière ses appartenances : Vaes a peu mis en scène son pays et ne traite les questions linguistiques qu’en passant, mais tous ses romans disent métaphoriquement son malaise ; Mallet-Joris, pour vivre toujours en France, a peu à peu réintroduit les lieux et les atmosphères de sa région natale dans ses romans et prend à cœur son rôle de membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises ; quant à Jacques De Decker, romancier, critique et également académicien, il est devenu l’un des personnages-clé de notre champ littéraire ainsi que l’un des fers de lance du combat contre le repli identitaire et le racisme linguistique.

7Apparente indifférence doublée d’un questionnement en profondeur, exil et retour triomphal, engagement inlassable pour un enrichissement culturel mutuel : dans leur diversité, les écrivains flamands francophones se débattent tous avec leur double identité. Suzanne Lilar exprimait déjà ces paradoxes dans sa contribution à La Belgique malgré tout (p. 286) : « Déchiré entre sa sensibilité propre et le « génie » de la langue dont il se sert, l’écrivain flamand de langue française ne fait que représenter plus exemplairement la situation et le destin de ce pays d’entre-deux qu’est la Belgique, toujours partagée entre ses fidélités et ses tentations — en particulier la fascination historique de la civilisation française. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Glinoer, « Gunnesson (Ann-Mari), Les écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone », Textyles, 21 | 2002, 118-120.

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Gunnesson (Ann-Mari), Les écrivains flamands et le champ littéraire en Belgique francophone », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1083

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

F.N.R.S. Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org