Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Benoît-Jeannin (Maxime), La Corruption sentimentale. Les rentrées littéraires. Essai

Bruxelles. Le Cri, 2001
Pierre Halen
p. 117-118
Référence(s) :

Benoît-Jeannin (Maxime), La Corruption sentimentale. Les rentrées littéraires. Essai. Bruxelles, Le Cri, 2001 [en réalité février 2002], 199 p., index ISBN 2-87106-298-6 – 21,07 euros.

Texte intégral

1Si le titre de cet essai n’est guère clair (il sera expliqué au bas d’une page), son sous-titre est plus explicite : on nous parle du phénomène des « rentrées littéraires », donc de l’institution parisienne. Ce n’est cependant là qu’un des aspects symptomatiques de la maladie qui gangrène, selon l’auteur, la littérature française immédiatement contemporaine, et la corrompt de diverses manières en l’affadissant.

2M. Benoît-Jeannin, écrivain français vivant en Belgique comme il y en a quelques-uns à présent, et publiant des deux côtés du Quiévrain, occupe de fait une position décentrée, celle-là même qui lui a permis de publier Mademoiselle Bovary à Paris et sa biographie de Georgette Leblanc à Bruxelles. Dans le présent ouvrage (qui, n’étant pas publié sur la place de Lutèce, ne sera sans doute malheureusement guère lu et commenté là où il devrait l’être), il ne s’est pas seulement donné la liberté de vitupérer contre les mauvaises habitudes du centre franco-parisien, il démonte les rouages de pratiques bien installées qui, lui semble-t-il, sont vouées à stériliser progressivement la créativité littéraire de la France. Ce n’est pas rien ! Mais la démonstration, bien qu’elle procède du texte d’humeur et se soucie peu d’une approche méthodique, est globalement convaincante. Bien documenté, l’acte d’accusation tire notamment de ses dossiers quelques pièces particulièrement probantes, touchant entre autres des acteurs comme Philippe Sollers ou Josyane Savigneau.

3L’auteur vise, au-delà de la circonstance rituelle de ces prix littéraires qui n’abusent plus grand monde mais continuent de faire vendre, un système dont les autres rouages sont, pour l’essentiel : la surproduction délibérée de nouveaux romans à chaque rentrée (pour la plupart voués au pilon, ils font néanmoins tourner la machine financière grâce aux offices en librairie) ; l’inflation de la littérature traduite, cautionnée par les préjugés de la critique ; le copinage érigé en pratique naturelle, et avec lui la mainmise de quelques éminences grises peu nombreuses sur toutes les décisions « utiles » ; le cumul des fonctions par ces mêmes acteurs, tour à tour écrivains, critiques dans la presse écrite et audiovisuelle, membres de jurys et directeurs de collection ou lecteurs dans les « grandes » maisons ; la fabrication de têtes d’affiches qui sont autant d’impostures, comme Michel Houellebecq, Christine Angot et Amélie Nothomb (un chapitre lui est consacré, en forme de pastiche). Autre tête de pipe, attendue celle-là : Bernard-Henry Lévy.

4M. Benoît-Jeannin, sur bien des points, n’innove pas. Hervé Hamon et Patrick Rotman, dès 1981, avaient donné une analyse plus systématique des Intellocrates, ici appelés « médiacrates », ce qui est peut-être mieux car l’intellectualité supposée ou réelle n’est guère qu’une caution dans ce jeu de pouvoir. Les choses ont certes empiré depuis, à tous points de vue. Elles se sont déplacées aussi, légèrement : l’auteur conclut son essai en laissant entrevoir le rôle que Bruxelles pourrait jouer, ce qui paraît aussi sympathique que peu réaliste cependant (Montréal joue déjà un rôle plus important, mais M. Benoît-Jeannin n’a guère fréquenté, semble-t-il, les littératures francophones non européennes). L’essentiel à cet égard est d’observer avec lui le lent déclin de l’autorité franco-parisienne.

5Derrière tout cela, on n’a guère de peine à deviner que l’auteur défend un certain modèle de la littérature, hérité de Flaubert et de Baudelaire, de Céline et de Gracq, qui sont ses grandes références : la littérature du style, celle qui travaille la langue et la renouvelle, tout en ayant, pour parler platement, quelque chose à dire. C’est là qu’un autre écrivain belge trouve grâce à ses yeux : Pierre Mertens.

6On peut discuter de certains points, comme de cette relative injustice qui est faite, a priori, aux ouvrages traduits, qui tout de même peuvent quelquefois être bien traduits, dans des formes qui transposent judicieusement les styles. Et regretter qu’on s’enlise quelquefois dans des développements trop particuliers, comme à propos de Christophe Donner. Mais pour le reste, reconnaissons que cet essai bien écrit, bien édité (il y reste quelques inutiles coquilles), généreusement pensé, est aussi courageux que salutaire. Enfin, il serait salutaire, peut-être, s’il était pris en considération : il ne serait, par exemple, que d’interdire aux éditeurs et aux critiques d’être écrivains, mais l’auteur lui-même... Et l’on peut toujours réfléchir aussi, à trouver une alternative à la voie média(cra)tique... Le modèle de la critique cinématographique est à cet égard plusieurs fois évoqué par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Benoît-Jeannin (Maxime), La Corruption sentimentale. Les rentrées littéraires. Essai », Textyles, 21 | 2002, 117-118.

Référence électronique

Pierre Halen, « Benoît-Jeannin (Maxime), La Corruption sentimentale. Les rentrées littéraires. Essai », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/1081

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org