Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Nouvelle histoire de la langue française. Sous la direction de Jacques Chaurand

Paris, Seuil, 1999
Anne-Marie Chabrolle-Cerretini
p. 117
Référence(s) :

Nouvelle histoire de la langue française. Sous la direction de Jacques Chaurand. Paris, Seuil, 1999, 808 p.

Texte intégral

1Cette Nouvelle histoire de la langue française est riche de dix parties confiées chacune soit à un spécialiste de la période étudiée — Jacques Chaurand pour la préhistoire, la protohistoire et la formation de l’ancien français ; Serge Lusignan pour les XIIe et XIVe siècles ; Geneviève Clérico pour le XVIe siècle ; Jean-Pierre Seguin pour les XVIIe et XVIIIe siècles ; Jacques-Philippe Saint-Gérand pour le XIXe siècle — soit à un spécialiste des variations du français — Robert Chaudenson pour les français d’Outre-mer ; Jean-Marie Klinkenberg pour les français en Belgique, Suisse et au Québec ; Marie-Rose Simoni-Aurembou pour les variétés régionales dans l’hexagone ; Françoise Gadet pour le français du XXe siècle et Étienne Brunet qui, dans un dernier chapitre, évoque quelques grandes tendances de l’évolution de la langue. On note avec reconnaissance que chaque partie est suivie d’une bibliographie actualisée et généreuse. Le livre se recommande également pour ses documents photographiques, textes authentiques et autres cartes géographiques. Si ses mérites s’arrêtaient à sa clarté, aux nombreux exemples lexicaux, aux descriptions phonologiques, aux remarques judicieusement sélectionnées sur la grammatisation de la langue française, ce livre serait sans conteste une belle histoire de la langue mais ne pourrait justifier ce titre de Nouvelle histoire de la langue française. En effet pourquoi « nouvelle histoire » ? Les auteurs ont-ils recueilli des données linguistiques inédites ? Sans aucun doute pour les chapitres consacrés au XXe siècle mais la nouveauté réside dans le « comment » d’une écriture de l’histoire de la langue. Comme l’expose R. Anthony Lodge dans Le Français. Histoire d’un dialecte devenu langue (1993, 1997 pour la traduction française, Fayard), l’écriture de l’histoire de la langue a profité ces dernières décennies d’une clarification théorique et méthodologique. Outre les oppositions langue /discours, synchronie /diachronie qui permettent une meilleure reconnaissance de la perspective d’étude, c’est la distinction entre histoire interne (évolution des sous-systèmes phonologique, lexical et morpho-syntaxique de la langue) et histoire externe (paramètres politiques, historiques et culturels qui interviennent dans l’évolution de la langue) et dans leur mise en relation que se situe le regard nouveau qui permet au lecteur curieux de comprendre cet entrelacement de conditions qui favorisent telle évolution de la langue et non telle autre. Dans ce livre, la convocation et le traitement des éléments contextuels politiques, culturels et économiques ne sont jamais gratuits et permettent à la fois d’interroger le passé pour comprendre les situations actuelles, les tensions, et de redonner toute la vitalité aux études historiques. Le chapitre sur le français de Belgique illustre bien la dynamique de ce livre. Où d’autres se sont limités sur le sujet à un état des lieux des frontières linguistiques et à la mention de particularités lexicales, Jean-Marie Klinkenberg s’intéresse à des processus de francisation, d’identification. Dans ce même esprit, il aborde des sujets comme l’insécurité linguistique, les rapports aux normes comme autant de résultantes de forces en concurrence et jamais figées.

2Le fruit de ce travail collectif est intéressant et vif. Il permet de réfléchir à la construction de l’espace francophone et aux questions qui l’agitent aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Chabrolle-Cerretini, « Nouvelle histoire de la langue française. Sous la direction de Jacques Chaurand », Textyles, 21 | 2002, 117.

Référence électronique

Anne-Marie Chabrolle-Cerretini, « Nouvelle histoire de la langue française. Sous la direction de Jacques Chaurand », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1079

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chabrolle-Cerretini

Université de Metz

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org