Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Ouvrages généraux

Français 2000 n° 169-170, Lettres de Belgique et d’ailleurs

octobre 2000
Jean-Louis Dufays
p. 115-117
Référence(s) :

Français 2000 n° 169-170, Lettres de Belgique et d’ailleurs, octobre 2000, 116 p., dont 85 p. pour le dossier thématique.

Texte intégral

1Quatorze ans séparent la publication de ce numéro du bulletin trimestriel de la société belge des professeurs de français de celle du précédent numéro consacré aux lettres belges : une bonne occasion, pour ceux qui s’intéressent à l’enseignement de cette littérature, de mesurer le chemin parcouru en se livrant au jeu des comparaisons.

2Première constatation : ce nouveau numéro, dirigé par Roland Delronche et Alain Braun, qui se compose de onze articles scandés en trois parties — « Le dossier », « Stratégies pédagogiques » et « Fiche pédagogique » — se présente comme moins copieux et moins construit que le numéro n° 109-110 de juin 1986, qui avait été dirigé par Marcel Voisin et qui comportait 175 p. En revanche, l’optique est plus volontariste puisque, dès l’éditorial, Roland Delronche revient sur la volée de bois vert que la SBPF s’était vue adressée en 1986 par le regretté Jean Muno pour avoir qualifié trop modestement les auteurs belges d’« écrivains de chez nous » et assimilé bizarrement l’enseignement de la littérature belge à « l’art périlleux du fil-de-fériste ». Message reçu cinq sur cinq, répond Delronche, qui affiche ici une claire volonté de sensibiliser enseignants et élèves à « une littérature qui devrait les concerner d’abord, puisqu’elle germe dans leur milieu de vie et plonge dans leurs racines ».

3L’article percutant de Marie-Ange Bernard (« Littérature cherche professeur... ») vient aussitôt illustrer cet idéal en invitant les enseignants à rompre avec le traitement ancillaire de la littérature belge pour lui réserver une place prioritaire dans leur parcours scolaire. Pour elle, qu’il s’agisse d’aborder les mouvements littéraires (du réalisme au surréalisme) ou de plancher sur des thèmes anthropologiques sensibles, la matière belge offre des ingrédients de choix. Quatre thèmes chers aux auteurs belges seraient ainsi susceptibles de parcours pédagogiques particulièrement pertinents : celui de la guerre et de la responsabilité des puissants, celui du rapport au temps et à la mémoire, celui de la perception du quotidien et celui du réinvestissement des grands mythes.

4Moins ambitieux, Marcel Voisin (« La littérature belge de langue française et les étrangers ») s’adonne, sur le ton de la conversation, à une comparaison entre les institutions littéraires belge et québécoise, pour regretter que la qualité supérieure de la littérature belge et l’intérêt qu’elle suscite chez les étrangers se heurtent à sa faible diffusion hors des frontières nationales. Tout en saluant l’évolution en cours depuis deux décennies, l’auteur invite dès lors les décideurs de notre Communauté à prendre exemple sur le dynamisme et le professionnalisme des Québécois qui, depuis 1960, sont arrivés à faire exister leur littérature « à la face du monde entier ».

5Pierre Halen (« Dans les ténèbres de la littérature belgo-africaine ») prend ensuite la plume pour brosser un panorama vigoureux de ce domaine encore trop ignoré des lettres belges qu’il connaît mieux que quiconque, la littérature « belgo-africaine », dont il retrace tout à la fois l’historique et les évolutions les plus récentes — bien au-delà de la période coloniale, donc —, en assortissant son propos d’un plaidoyer pour la réédition de quelques livres oubliés qui mériteraient un meilleur sort, en particulier le Kufa de Jean Cornélus, les poésies de Jules Minne et les romans de Geo Duncan. Même s’il s’abstient de toute considération d’ordre didactique, cet article constitue sans nul doute un apport d’information substantiel pour le non-spécialiste.

6De son côté, Jacques Lefèbvre, informé peut-être par sa propre expérience de romancier, publie ici un article prioritairement destiné à un public étranger (« La littérature belge : modernité, diversité, solidarité »), où il s’attache à démontrer, à travers quelques cas emblématiques, l’ambivalence du lien qui relie les auteurs belges au pôle parisien. La réflexion, bien informée et utile pour les enseignants, voyage ainsi de Lemonnier à Mertens et de la « Jeune Belgique » à la « belgitude », en passant par Verhaeren, l’Académie royale, Nougé, Plisnier et quelques autres.

7On retrouve ensuite Marcel Voisin (« Réflexions sur Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach »), qui propose, avec des arguments convaincants, de relire le célèbre roman symboliste comme « un combat entre la vie et la mort dans une atmosphère morbide, subtilement antichrétienne ».

8Suivent deux témoignages d’écrivains, Evelyne Wilwerth (« Écrivaine vivante ») et Pierre Coran (« Lettre à Arthur »), qui évoquent l’un et l’autre leurs rencontres avec des classes et développent de brefs plaidoyers en faveur de valeurs qui leur sont chères — la créativité pour l’une, le non-jugement en matière de poésie pour l’autre — mais refusent tous deux de se poser comme des auteurs belges et, affichant une insensibilité quelque peu étonnante envers toute perspective institutionnelle, présentent la question de la belgitude littéraire comme dénuée d’intérêt pédagogique.

9Les enjeux pédagogiques du rapport aux œuvres belges sont en revanche l’objet de l’article de Michel Joiret, « Un projet-lecture de la province du Hainaut », qui présente les projets que l’auteur coordonne depuis 1996 dans des écoles de différents niveaux de l’enseignement provincial du Hainaut. Ces projets ont consisté tour à tour dans des échanges entre des élèves montois et d’autres de la région du Cher autour l’univers du grand Meaulnes, dans la rencontre de six auteurs hennuyers, dans un « compagnonnage » avec six autres écrivains visant à « réconcilier l’élève avec la lecture et son environnement culturel », et dans de nouvelles rencontres centrées sur les thèmes de l’engagement et de la citoyenneté. On ne peut qu’applaudir à ces expériences généreuses et souhaiter qu’elles se répandent au-delà du Hainaut. Dommage seulement que leurs modalités concrètes soient moins explicitées que leurs enjeux sociétaux, dont l’exposé ici souffre de certaines redondances.

10Les trois articles qui suivent ont une valeur plus anecdotique : le bibliothécaire Jean-Claude Tréfois (« Du bon usage des bibliothèques ») plaide pour que l’on incite les élèves à recourir de manière plus intense, plus diversifiée et plus durable à ses services — mais il ne dit pas un mot sur la littérature belge —, Muriel Molhand (qui se voit à deux reprises rebaptisée Molhard par la revue...) défend avec conviction les atouts pédagogiques de la collection « Espace Nord » (« De la littérature plein les poches : Espace Nord... »), et un bref texte anonyme expose les services que la Promotion des Lettres belges est disposée à rendre aux enseignants.

11Enfin, Robert Massart présente un intéressant parcours pédagogique sur « Le thème de l’enfance à travers l’éducation », qu’il entame par Une enfance gantoise de Suzanne Lilar et poursuit par cinq récits francophones hors de France, qui vont de L’enfant noir du Guinéen Camara Laye à Une enfance à l’eau bénite de la Québécoise Denise Bombardier : belle occasion d’inviter les élèves à une démarche élémentaire de littérature comparée qui leur permettra, mieux que tout autre discours, de saisir certaines spécificités des œuvres belges par rapport à d’autres littératures.

12Au total, voilà un numéro foisonnant, mais un peu décousu et où l’on s’étonne de trouver si peu de références aux travaux antérieurs et de considérations proprement didactiques. Qu’il faille enseigner la littérature belge, tous les auteurs en paraissent convaincus, mais peu semblent s’être informés de l’évolution de la question et des travaux la concernant, et M.-A. Bernard et de M. Joiret (auteurs, au demeurant, d’une récente anthologie sur le sujet) sont les seuls à situer les enjeux de son enseignement dans le nouveau panorama scolaire d’aujourd’hui et à évoquer les modalités envisageables de sa transmission. Nul doute cependant que, par la diversité des questions qu’il traite, ce numéro constitue un apport d’information important pour les enseignants et qu’il leur inspirera d’utiles renouvellements de leurs corpus comme de leurs pratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Dufays, « Français 2000 n° 169-170, Lettres de Belgique et d’ailleurs », Textyles, 21 | 2002, 115-117.

Référence électronique

Jean-Louis Dufays, « Français 2000 n° 169-170, Lettres de Belgique et d’ailleurs », Textyles [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 juin 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1078

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org