Navigation – Plan du site
Slalomer

Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation (1940-1941). Analyse critique du témoignage de Robert Poulet

Fabrice Schurmans
p. 33-45

Texte intégral

Quand la conjoncture dramatique et passionnée aurait dû révéler chez tout “ intellectuel ” la conscience morale, la réflexion critique, le civisme agissant, on n’a vu apparaître que l’homme de lettres vaniteux. Où l’on attendait d’eux un réflexe de citoyen, les écrivains, préoccupés avant tout de faire jouer leurs pièces ou de fonder des revues, n’ont eu que des réflexes littéraires.
(Vladimir Jankélévitch, L’Imprescriptible)

  • 1 Robert Poulet (1893-1989). Son père, directeur de charbonnage, souhaite voir Poulet reprendre la di (...)

1Il y a quelques années, nous avions obtenu, par l’intermédiaire d’Alain Dantoing, chercheur au Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre mondiale, copie des mémoires inédits de Robert Poulet1. Ceux-ci, intitulés L’Oiseau des tempêtes, avaient été écrits dans des circonstances très particulières. L’auteur de Handji (1932), condamné à mort par la justice belge le 3 octobre 1945 pour collaboration avec l’occupant allemand, attendait dans une cellule bruxelloise les résultats de ses recours en grâce. Isolé, évitant à plusieurs reprises le peloton d’exécution, il coucha sur papier ses souvenirs d’homme de lettres et de journaliste. Pour laisser une trace. Pour justifier son action devant l’histoire.

2À leur lecture, on ne doute guère des opinions d’un fasciste ardent et antisémite. Ni de la démesure d’un caractère orgueilleux avant tout. Poulet cache mal, surtout lorsqu’il essaie de s’en défendre, ce qui constitua le fond de sa pensée entre 1940 et 1943, date à laquelle il quitte officiellement les milieux de la collaboration intellectuelle.

3Un chapitre entier de ces mémoires relate l’histoire du Nouveau Journal, le quotidien de la collaboration que Poulet avait lancé en compagnie d’autres grandes plumes de l’entre-deux-guerres. Bien sûr, il y voit une aventure sans précédent, un formidable outil de propagande politique, une publication d’excellente qualité, aux articles travaillés par des écrivains jouissant d’une certaine reconnaissance dans les années trente. En l’absence d’une presse opposée à la présence allemande, le Nouveau Journal avait beau jeu de défendre ses idées. Sans contradicteur officiel, l’équipe rédactionnelle régnait en maître sur le petit monde de la presse belge de langue française.

  • 2 Derycke (G.), « Jud Süss », Le Nouveau Journal, 24.12.1940, p. 5.

4Nous nous intéresserons ici au projet culturel du Nouveau Journal. À en croire Poulet, on vit rarement un quotidien consacrer tant de place à la littérature, au cinéma, à la musique... Au niveau quantitatif, on ne peut certes le contredire, et on y reviendra plus loin. Poulet oublie cependant de signaler que l’ensemble de ces chroniques relaient, d’une manière ou d’une autre, la ligne politique défendue par le journal. Tel éditorial antisémite de Poulet trouvera ainsi un écho dans la chronique cinématographique de Gaston Derycke, défendant Le Juif Süss de Veit Harlan2.

5Cette attitude peut apparaître comme révélatrice d’une constante dans le discours que les lettres belges tiennent sur elles-mêmes : les couper de leurs déterminations socio-politiques. Nous verrons, avec le cas exemplaire que constitue Robert Poulet, que le discours critique, même lorsqu’il se donne comme purement esthétique, doit obligatoirement être corrélé aux circonstances historiques et aux positions que leurs énonciateurs occupent dans le champ. Nul doute que le bouleversement constitué par le second conflit mondial constitue à cet égard un excellent révélateur.

Spécificité de la collaboration intellectuelle en Belgique francophone

6En Belgique francophone, la collaboration intellectuelle trouva ses fondements dans les cénacles, les salons, les groupes neutralistes d’avant-guerre et non dans un parti fasciste du type de Rex. Ce dernier ne jouissait d’ailleurs plus d’aucune représentativité à la veille du 10 mai 1940. Les 21 députés obtenus aux élections du 24 mai 1936 s’étaient déjà réduits à quatre en 1939. Avec l’invasion allemande, le parti perdit toute chance de contrôler une partie du pays.

  • 3 Gérard-Libois (J.), Gotovitch (J.), L’An 40. Bruxelles, CRISP, 1980, p. 205.
  • 4 Idem, p. 205.

7De fait, les ordres de Hitler à propos de la Belgique étaient formels : « 1. Jusqu’à nouvel ordre, elle doit être administrée par le commandant militaire ; 2. le Roi doit être empêché d’exercer toute activité politique »3. Selon les auteurs de L’An 40, « Les instructions étaient de laisser la voie ouverte à toute décision ultérieure, de ne prendre aucun engagement sur l’avenir de l’État belge. La seule orientation donnée par Hitler était de favoriser les Flamands (par le retour rapide des prisonniers par exemple) et de n’accorder aucune faveur aux Wallons »4. L’occupant ne tolérera qu’un seul parti en Wallonie : Rex. Cependant, celui-ci ne jouira d’aucune prérogative politique. Il essayera simplement de maintenir l’ordre pour faciliter la reprise économique en faveur de l’effort de guerre allemand. Degrelle n’obtiendra rien de l’administration militaire. L’échec de ses visées politiques le poussera à reconquérir la gloire perdue sur un autre terrain : celui de l’engagement armé. Mais il s’agit là d’une autre histoire.

  • 5 La presse de la Résistance analysait déjà de la sorte l’engagement de journalistes au service de l’ (...)

8Ce petit détour historique suffit à comprendre que les intellectuels belges de langue française ne s’engagèrent pas dans la collaboration sous l’égide d’un grand parti fasciste d’union nationale. C’est là un fait important. En 1940, la Belgique ne dispose d’aucun dirigeant d’ordre nouveau incontestable et incontesté. Et le Roi — la seule autorité morale vers laquelle les Belges en général et les intellectuels en particulier se tournent, et dont ils se revendiquent parfois — se tait, non sans jouer sans doute un certain rôle occulte. À l’inverse de la France où les collaborateurs voient en Pétain le garant légal de leur engagement, ceux-là se retrouvent seuls face à l’occupant et face à l’idéologie nationale-socialiste5.

Les origines du Nouveau Journal

  • 6 L’Oiseau des tempêtes, chap. VI : « L’histoire véridique du Nouveau Journal », p. 1.

9D’après Robert Poulet, « il faut chercher l’origine lointaine du Nouveau Journal dans certain manifeste qui fut publié à la fin de septembre 1939 »6. De quoi s’agit-il ? En septembre 1939, l’Allemagne, alliée à l’Union Soviétique, vient de s’emparer de la Pologne. Les garants de cette dernière, la France et l’Angleterre, déclarent la guerre au Reich mais ne bougent pas. Un peu partout en Europe, les intellectuels prennent conscience qu’un point de non-retour a été atteint. Cependant, certains imaginent qu’il est encore possible de retarder la guerre.

  • 7 Voir, par exemple, l’extrait ci-joint, tiré de la lettre que Zankin envoie à Hubermont le 23 septem (...)
  • 8 L’An 40, op.cit., p. 38.
  • 9 Il y a quelques années, nous avions interrogé Léo Moulin sur sa participation au manifeste (entrevu (...)

10À Bruxelles, une poignée d’entre eux entend rassembler des signatures de renom autour d’un manifeste défendant l’idée que, devant le conflit à venir, la Belgique doit observer une politique de stricte neutralité. Pour les promoteurs, Robert Poulet, Gaston Derycke et Gabriel Figeys, alias Mil Zankin, le bilan se révèle très vite mitigé. Dans un droit de réponse envoyé au Soir (8 oct. 1939), Poulet écrit que le manifeste a été envoyé à « vingt ou vingt-cinq personnes tout au plus ». Parmi cette vingtaine de personnes, la moitié répondit négativement (Pierre Hubermont, Franz Hellens, Pierre Fontaine, Roger Avermaete,...) aux invitations envoyées par Zankin. Dans toutes ses lettres, celui-ci insiste sur le peu de temps dont le destinataire dispose afin de répondre7. C’est qu’effectivement, le temps presse, la première publication du texte étant prévue pour le 29 septembre 1939. Le nombre élevé de réponses négatives et l’hétérogénéité du groupe des signataires allaient enlever tout crédit au manifeste. Gérard-Libois et Gotovitch rappellent, dans L’An 40, la façon dont s’opéra le choix des signataires potentiels : « Les promoteurs ne constituaient pas un groupe structuré, avec réunions régulières. Dès qu’on sut qu’on pourrait compter sur Cassandre et sur Zankin, on adressa le texte à une liste de personnalités choisies par les promoteurs, par un système de cooptation. Les rexistes notoires, certains neutralistes dont la signature pouvait être plus compromettante qu’utile, furent écartés de la liste des sollicités : ainsi en fut-il des nationalistes flamands, qui n’eussent d’ailleurs pas admis la coloration nettement belgiciste du manifeste, des communistes, qui n’auraient pu se rallier à l’idée sous-jacente de politique des mains libres à l’Est pour le Reich, ou encore d’hommes comme le journaliste Raymond De Becker, de L’Indépendance Belge, dont les relations avec Paul-Henri Spaak étaient pourtant assez suivies à l’époque. L’horizon politique appelé à se retrouver dans les signatures devait aller de la tendance nationale-belge représentée à l’extrême-droite par Robert Poulet, Paul Colin, Pierre Daye, à gauche, par des partisans francophones de Henri de Man ou par des socialistes sans allégeance explicite pourvu qu’ils soient ralliés aux thèses neutralistes-pacifistes »8. Finalement, en plus de Poulet, Zankin et Derycke, dix écrivains et journalistes signèrent : Georges Marlier, Paul Colin, Léo Moulin, Paul Herten, Marc Eemans, Jean Libert, Marcel Dehaye, Gaston Pulings, Paul Neuhuys et Pierre Daye9.

  • 10 « La communauté émotionnelle des écrivains belges de langue française durant la guerre (1940-1941)  (...)

11J’ai expliqué ailleurs10 les conséquences de la publication de ce manifeste et j’ai commenté le mauvais accueil qui lui fut fait dans la presse belge. L’important ici est de voir que les chevilles ouvrières du Nouveau Journal se connaissaient de longue date, qu’elles avaient déjà mené ensemble divers combats et qu’elles étaient toutes rompues au difficile art d’écrire.

  • 11 Entrevue avec Marc Eemans, le 20 mars 1990.
  • 12 Entrevue avec Léo Moulin, le 22 mars 1990.
  • 13 « Ce qu’il faut qu’on sache », Le Nouveau Journal, 21 et 22 juin 1941.
  • 14 Idem. Voir aussi L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 2.

12Dès le début de son histoire du Nouveau Journal, Poulet donnait donc le ton. Selon lui, des intentions louables sous-tendaient la rédaction du manifeste des intellectuels contre la guerre ; il en irait de même pour Le Nouveau Journal. L’engagement en faveur de la neutralité devait apparaître aux yeux des signataires d’autant plus motivé que, dès 1939, certains représentants du gouvernement belge leur témoignèrent un soutien appuyé. Hubert Pierlot et Paul-Henri Spaak émirent en effet un avis favorable sur les thèses du manifeste. Avis donné avec discrétion : le texte de Poulet et les témoins interrogés concordent tous sur ce point. Une fraction représentative du gouvernement aurait appuyé cette tentative maladroite d’épargner les affres du conflit au royaume. Des divergences de détail existent bien entre les témoignages, mais tous convergent vers une approbation venant du couple Pierlot-Spaak. Ainsi, Marc Eemans : « On avait lu le manifeste avant qu’il ne soit publié. J’en ai la conviction. Je ne peux pas vous en apporter la preuve mais, Mil Zankin, qui était un intime de Spaak, aurait pu vous le confirmer »11. Léo Moulin allait plus loin encore : « Spaak demanda à Zankin de préparer un manifeste neutraliste et de le faire signer par une série d’intellectuels »12. Et enfin Poulet : « Le manifeste [...] venait à peine d’être publié que les signataires reçurent confidentiellement à ce sujet les félicitations de MM. Pierlot et Spaak »13. Dès ce moment, le futur rédacteur en chef du Nouveau Journal se sent pleinement soutenu par des membres éminents du gouvernement. Ses sentiments de confiance ne feront que se renforcer jusqu’à la veille du 10 mai 1940. En effet, un ballet incessant, mais discret, réunit entre octobre 1939 et mai 1940 manifestaires et hommes politiques : « Colin dîna à plusieurs reprises avec d’Aspremont-Lynden et Janson, et, toujours d’après Poulet, Spaak aurait commandé à Gaston Derycke le scénario d’un film de propagande pour la neutralité »14.

13Vint le 10 mai 1940. L’exode chassa Poulet et les siens vers la France. Là, il apprend la capitulation, entend vaguement parler d’une « motion de flétrissure » à l’égard du Roi. Mais surtout, il écoute attentivement l’allocution radiophonique de Pierlot le 21 juillet : rapatriement des troupes belges, retour des réfugiés, reprise du travail. Le reste est bien connu. Pour les ministres, les hostilités avaient cessé à l’Ouest, et il n’y avait plus rien à faire en France. Ces derniers établirent des contacts avec l’occupant en vue de leur retour à Bruxelles. Les autorités allemandes, par l’ordonnance du 18 juillet 1940 relative à l’exercice d’une activité publique en Belgique, refusèrent net. Les ministres décidèrent alors de partir pour Londres.

  • 15 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 4. Après la guerre, La Libre Belgique dira de cette lettre : « C (...)

14Robert Poulet, lui aussi, veut rentrer au pays. Il entre en contact épistolaire avec le premier ministre. Le 12 août, ce dernier lui envoie, de Vichy, une lettre dont un passage devait rester fameux : « Il me paraît douteux que l’on puisse, en ce moment, écrire et publier en Belgique. Je sais pourtant que des tentatives inspirées par de très louables intentions vont être faites dans ce sens prochainement. Puissent-elles réussir ! ». Le journaliste interprète ainsi ces paroles : « L’homme qui portait le titre de chef du gouvernement belge en activité admettait formellement que, dans certaines conditions à déterminer, on pouvait publier des journaux en Belgique occupée et même que c’était souhaitable... »15.

  • 16 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., pp. 6-7.

15Cependant, avant d’aller plus avant, Poulet soumet aux diverses personnalités qui le pressent de s’engager un programme sur lequel il n’entend pas transiger. « Il avait pour base, disais-je, des probabilités et des principes. À ce moment, de l’avis général, il était hautement probable que l’Allemagne demeurerait la puissance la plus forte du continent, et que par conséquent, notre sort dépendrait de ses volontés dans une large mesure. Dès que la décision des armes serait définitivement acquise, il était à craindre qu’un sursaut de “réalisme” plus ou moins excessif portât certains milieux belges vers l’Allemagne, notamment le monde ouvrier, séduit par les incontestables réalisations sociales du national-socialisme ». Les principes dont parle Poulet étaient au nombre de quatre : 1) indépendance, intégrité, unité de l’État belge ; 2) maintien de la dynastie ; 3) respect de l’esprit chrétien, base de la civilisation occidentale ; 4) constitution ou reconstitution d’une atmosphère sociale qui donne l’impression de justice16.

  • 17 Paul Colin (1895-1943). Naissance à Saint-Josse. Son père, gros industriel, issu de la haute bourge (...)
  • 18 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 10.
  • 19 Confirmé par le Comte Capelle lui-même dans Dix-huit ans auprès du Roi Léopold. Paris, Fayard, 1970 (...)

16Paul Colin17, promoteur du projet et futur directeur du Nouveau Journal n’opposa, semble-t-il, aucune objection à ce programme. Il ne restait plus dès lors qu’à recueillir l’avis de « la seule autorité qui, alors, fût incontestablement incontestée ». « Par l’intermédiaire de Gaston Pulings, je fis savoir au Roi, respectueusement, quel était mon souhait. L’auguste prisonnier donna l’ordre au Comte Capelle, son secrétaire, de me recevoir »18. L’entrevue eut lieu le 30 septembre 1940 au domicile de Capelle. Le journaliste exposa de nouveau son programme, les limites dans lesquelles il entendait s’engager et demanda son avis au comte. Celui-ci, dit Poulet, « ne pouvait me le donner, évidemment, qu’à titre privé, le Roi n’entendant prendre aucune initiative officielle dans les circonstances présentes ». L’avis ainsi sollicité fut on ne peut plus clair : « J’estime que vous faites œuvre patriotique »19. Jusqu’au départ de Poulet du Nouveau Journal, en janvier 1943, les deux hommes allaient se revoir une dizaine de fois. Jamais Capelle ne désapprouva l’action du journaliste (à une exception près cependant, pour un article sur le Secours d’hiver où Poulet critiquait l’attitude de la bourgeoisie).

  • 20 Milza (P.), Les Fascismes. Paris, Seuil, coll. Points, 1991.

17Fort de ces garanties, Poulet accepta de faire partie de l’équipe rédactionnelle du Nouveau Journal. Le mardi 1er octobre, celui-ci paraissait pour la première fois. Dès le départ et malgré les précautions oratoires prises par notre témoin principal, le lecteur ne pouvait guère douter de l’orientation que l’équipe rédactionnelle entendait donner au nouveau-né de la presse francophone de Belgique. L’Ordre Nouveau s’impose à eux comme une réalité durable qu’il importe de défendre. Si, comme l’avance Pierre Milza dans un livre célèbre20, le premier fascisme développe des tendances révolutionnaires fortes, alors, les promoteurs du Nouveau Journal appartiennent bien à ce mouvement initial visant à renverser une organisation jugée rétrograde de la société et à lui substituer une autre structure étatique.

18Dans un article de présentation non signé, la rédaction prend soin de montrer la force des liens unissant les journalistes entre eux. Ils se connaissent depuis longtemps, viennent d’horizons politiques différents, ont participé à certain combat contre la guerre (notamment avec le manifeste de 1939). Quelques journalistes talentueux occupent ainsi, à la faveur des événements, une position stratégique dans un champ culturel bouleversé.

Le Nouveau Journal qui paraît aujourd’hui pour la première fois réunit au sein d’une même équipe des hommes dont la carrière professionnelle s’est déroulée jusqu’à présent dans une demi- douzaine de quotidiens concurrents, pour la plupart affiliés ou appartenant à des partis, de l’Étoile Belge au Peuple, de la Métropole à la Nation Belge, de l’Indépendance Belge à Cassandre. Tous cependant avaient appris à se connaître et à s’apprécier, même au cours des polémiques qui, parfois, les mirent aux prises. Il y a un an, ce sentiment de confiance mutuelle grandit encore et acheva de se dégager quand, dans toutes les rédactions bruxelloises, les “neutralistes” se sentirent entourés de la plus incroyable suspicion. C’est pourquoi ils n’hésitèrent pas à se grouper pour entreprendre une œuvre commune dès qu’ils eurent acquis la conviction que la carence d’une presse belge du matin pourrait avoir sur l’opinion publique des effets déplorables et laisser le champ libre à la propagande chuchotée, la plus absurde de toutes.
Mais l’occasion était belle de mettre sur pied, grâce à cette large équipe de techniciens, le grand quotidien d’information et d’opinion, le journal en profondeur conçu sur le plan de certains journaux étrangers dont le public belge avait, jusqu’à présent, été privé. C’est la tâche à laquelle ils se sont attachés, en dépit des difficultés provisoires qui les empêchent, notamment, de donner à certaines rubriques étrangères toute l’ampleur désirable ; dès maintenant, toutefois, le lecteur est assuré de trouver à intervalles rapprochés dans le Nouveau Journal, des correspondances particulières de Berlin, Paris, Rome, Amsterdam, Budapest et Genève, signées par des écrivains spécialement qualifiés pour analyser la situation politique et morale des principaux pays d’Europe.
Il trouvera, en outre, chaque jour tout un ensemble d’informations et de notes sur les aspects les plus intéressants de l’économie mondiale, des chroniques quotidiennes de la vie intellectuelle, une page sportive conçue sur un plan nouveau, en bref, un journal dont aucune rubrique n’est laissée au hasard ou à l’abandon, — cela sans préjudice des articles de doctrine et de commentaires qui souligneront les conséquences et les nécessités, les devoirs et les avantages de l’ordre nouveau dont les principes sociaux et économiques peuvent être dès à présent dégagés.

  • 21 « Incontestablement, c’était l’équipe la plus brillante de journalistes collaborateurs qu’on puisse (...)
  • 22 Cela sans compter « Les faits et idées du jour », chronique quotidienne en page 2, regroupant, en s (...)

19Suit la description de l’équipe rédactionnelle. On y relèvera la présence d’intellectuels qui, dans l’entre-deux-guerres, ont occupé des places relativement importantes à l’intérieur du champ de production culturelle : Paul Colin, directeur général, Robert Poulet, directeur politique et rédacteur en chef, Pierre Daye, service de la politique étrangère et Pierre Hubermont, responsable des questions sociales21. La présence de ces écrivains influencera bien sûr le contenu du journal mais aussi l’organisation de ses rubriques. Le Nouveau Journal consacra à une certaine vision de la culture une place de choix. Lettres françaises, Lettres flamandes, Vie artistique, Chronique du cinéma, Vie théâtrale..., autant de titres autant de rubriques à caractère culturel22.

  • 23 Cf. p.e. La Légia, journal liégeois, des samedi et dimanche 30 juin 1940, n°31, p. 2 : « Que sont d (...)

20Concernant sa (ou ses) conception(s) du phénomène culturel, le Nouveau Journal ne produisit pas de discours théorique général. Toutefois, la première évocation de chaque aspect de la vie de l’esprit s’ouvre sur une introduction que l’on pourrait, à chaque fois, intituler : Pour une défense et illustration du fait culturel belge. Comme nous le verrons avec Poulet (il avait intitulé sa chronique Lettres françaises), les journalistes insistèrent, en effet, à plusieurs reprises, sur la notion de production nationale, ce aussi bien en littérature qu’au cinéma ou encore au théâtre, mais également sur l’importance de l’encadrement institutionnel de cette production. Enfin, à l’exemple de nombreux autres journaux23, ils voyaient dans l’exaltation de l’art un moyen de sauver le pays du marasme dans lequel la guerre l’avait plongé. Nous y reviendrons plus loin.

L’engagement du Nouveau Journal dans le fascisme et la collaboration

21L’intérêt majeur du premier numéro du Nouveau Journal repose également sur le contenu de l’éditorial de Paul Colin. Ce dernier établit un programme en cinq points, une ligne de conduite que toute l’équipe rédactionnelle devra suivre. Ce programme sous-tend, à mon avis, l’ensemble des articles de fond du Nouveau Journal, écrits entre octobre 1940 et janvier 1943. L’orientation donnée par Colin est très claire. La barre est à l’extrême-droite. L’avenir appartient au fascisme. Et les justifications apportées par Poulet après coup n’y pourront rien changer.

1) Selon le directeur du Nouveau Journal, la guerre marque pour « notre pays la chute d’un régime vermoulu qu’il ne faut pas regretter. La grande tragédie qui vient de balayer notre sol nous permettra de repartir sur des bases neuves et saines. Une révolution est en cours que les mauvais espoirs et les ricanements des partisans ne pourront plus arrêter ». Aux yeux de Colin, cette révolution doit se battre pour l’abolition de la démocratie parlementaire. Il évoque ensuite la possibilité de se grouper autour du monarque, accablé par « les beaux messieurs de Limoges, sous une même rafale d’injures et de boue ».

2) « Mais [...] il ne servirait à rien d’arracher la Belgique à la tyrannie des partis [...] si on ne consacrait pas en même temps ses meilleurs efforts à promouvoir le principe de solidarité sociale, dont la méconnaissance entraîna jadis tant d’injustices. »

3) Colin critique également « les routines intellectuelles et le snobisme qui faisaient, hier encore, de la Belgique de langue française un prolongement de la France ». Cela a contribué à « la dénationalisation du public belge. C’est pourquoi nous nous efforcerons de donner aux Belges la conscience de leur identité nationale ».

4) On ne pourra parvenir à la création d’une identité nationale que par l’apaisement des querelles linguistiques.

5) Le Reich allemand veut instaurer une économie européenne. La Belgique doit s’intégrer dans ce nouveau système si elle désire survivre. « L’isolement, la résistance même passive [...] ne serviraient qu’à nous enlever le bénéfice d’une collaboration loyale sans rien changer au cours des événements. »

22La conclusion de l’éditorial ramasse les cinq points du programme et insiste sur la difficulté de la tâche qui attend les journalistes. « [...] Ceux qui s’associent [au programme] savent qu’ils seront l’objet des plus vives critiques [...]. Car certains d’entre nous n’ont pas oublié qu’il y a exactement, jour pour jour, un an, les insultes [...] s’abattirent sur eux comme grêle en carême, parce qu’en soumettant à la méditation de leurs compatriotes quelques considérations relatives à la guerre européenne et à la position de leur pays en face de celle-ci, ils avaient osé réclamer une paix de conciliation et de bon sens. » Malgré les précautions prises, Poulet ne put guère cacher après guerre l’orientation idéologique du Nouveau Journal. S’il est vrai que celui-ci ne sombra dans la collaboration intégrale qu’après le départ de l’écrivain en 1943, la défense des thèses fascistes forme l’arrière-fond d’un nombre important d’articles publiés.

  • 24 « Histoire véridique du Nouveau Journal », op.cit., p. 20.

23Avant que nous abordions le discours du Nouveau Journal sur la culture, deux exemples tirés de la chronique de Poulet Faits et idées du jour montreront comment cette brillante équipe de journalistes collaborateurs entendait être présente. Dans cette rubrique quotidienne, Poulet aborda des thèmes aussi différents que la question juive, la définition d’un fascisme belge, l’attitude du Belge envers l’occupant... Si l’auteur de ces textes entend défendre farouchement l’identité nationale, il refuse de se soumettre totalement à l’administration allemande. Ce qui, à bien le lire, signifie qu’il envisage comme possible une collaboration active avec l’occupant : « Au fameux mot (collaboration), j’ajoutais toujours l’expression de principes, entendant par là — je le disais — qu’il s’agissait tout au plus de collaborer éventuellement, après la guerre, si l’Allemagne gardait la prédominance sur le continent et à condition qu’elle respectât l’essentiel : notre indépendance, notre unité, notre intégrité, la dynastie, l’esprit chrétien, la justice sociale »24. Mais comment ne pas voir dans ces chroniques une reconnaissance de fait du nouvel ordre européen imposé violemment par l’Allemagne nationale-socialiste ? L’administration militaire imposait un régime strict de censure et de surveillance des publications autorisées. On ne pouvait naïvement croire à une certaine liberté de pensée encore moins à une liberté d’écrire. Poulet a beau, à partir de 1944, tenter de justifier son engagement, ses articles restent, qui attestent, à tout le moins, un vif intérêt pour les idées officiellement acceptées.

  • 25 En ce qui concerne les fascismes belges, voir Willequet (J.), « Les fascismes belges et la Seconde (...)

24Ainsi, dans un article intitulé « Les points sur les i : la définition d’un fascisme belge » (21-22.12.1940, p. 1), Poulet explique que défendre une politique de présence ne suffit pas. Selon lui, l’avenir se prépare dès la période de transition. Un avenir qu’il ne conçoit que par l’avènement d’un ordre nouveau et d’un parti unique. Cependant, il ne veut pas pour la Belgique d’un simple calque du national-socialisme ou du fascisme mussolinien. C’est qu’il entend doter le pays d’un fascisme répondant à ses spécificités. Il lui faut dès lors tenter d’approcher au mieux les caractéristiques de ce peuple auquel il prédit un avenir meilleur sous la houlette d’un régime fort25 :

1) « Nous ne sommes pas faits pour égarer notre pensée, pour disperser notre activité sur de grands espaces : la conscience belge est régionale » ;

2) « Le Belge est individualiste : nous ne sommes pas faits pour subir l’emprise d’un automatisme excessif » ;

3) « Nous ne sommes pas faits pour nous complaire indéfiniment dans les limites d’une culture étrangère : l’esprit belge est un esprit de marche » ;

4) « Enfin, nous sommes un vieux peuple chrétien, et ce n’est pas assez dire : catholique » ;

5) Cependant, il convient d’intégrer la réalité belge dans l’ordre nouveau européen. D’après Poulet, on ne peut nier qu’au point de vue social, économique, politique, une parenté s’établit entre les pays de la communauté européenne : « [...] Les nations continentales, si elles veulent survivre, devront se plier à un certain nombre de règles à peu près générales. Mais il n’est pas question de soumettre ni de sacrifier à cette adaptation nécessaire les constantes les plus authentiques de la tradition belge ».

  • 26 Cette résistance annoncée, d’autres eurent le courage, bien qu’ils fussent ardents défenseurs d’un (...)

25Aux yeux du journaliste, l’occupant, s’il désire s’assurer une collaboration durable de la part des intellectuels, devra tenir compte de ces spécificités nationales. Dans le cas contraire, Poulet annonce une résistance à l’irlandaise pendant des siècles s’il le fallait (thèse de la résistance qu’il développera dans deux articles parus en mai et septembre 1941). Mais il fallait faire preuve d’un manque flagrant de clairvoyance pour imaginer un instant que l’occupant, alors maître du jeu, envisageait pour l’avenir du pays un statut de stricte indépendance à l’égard du Reich26.

Le Nouveau Journal défend la politique antisémite de l’occupant

  • 27 Nouveau Journal, mercredi 6 nov. 1940, n°32, p. 1.

26Il est aussi un autre domaine où Poulet fit malheureusement preuve de la même constance : son attitude vis-à-vis de la communauté juive. Le Nouveau Journal a quelques semaines lorsque paraissent les premières ordonnances allemandes relatives au statut des Juifs en Belgique occupée. Le doute n’est pas permis : l’occupant entend bien appliquer dans les pays vaincus des méthodes éprouvées en Allemagne depuis 1933. En première page, le Nouveau Journal annonce la nouvelle27. Le titre général, en caractères gras, « Le statut des Juifs », barre les trois-quarts de la page. Juste en-dessous, à droite, les ordonnances, résumées en quelques phrases (« Les Israélites sont exclus des fonctions publiques, du barreau, de l’enseignement. Ils sont astreints à se faire recenser. Les entreprises et les propriétés juives doivent être déclarées »). À gauche, un article de Poulet intitulé « Ce qui devait arriver ». La mise en page associe étroitement l’avis officiel allemand et l’article de fond. Le détail technique a son importance. Car pour le lecteur, pas d’hésitation : le journaliste approuve la politique allemande. C’est peu dire que la lecture du texte confirmera la première impression.

27Depuis longtemps déjà, Poulet défendait l’idée d’un statut pour la communauté juive : « Statut à la fois strict et humain [qui] mettrait le patrimoine national et l’esprit national à l’abri de leurs empiétements ou influences, lequel, d’autre part, les protégerait eux-mêmes contre la réaction que ces abus des lois de l’hospitalité provoquent infailliblement ». L’argumentation de Poulet visant à justifier la nécessité de ce statut s’articule autour de deux grands axes. « Premièrement, tout le monde sait que les ingérences politiques, économiques et sociales de la race élue s’étaient singulièrement multipliées dans notre pays durant les années qui ont précédé la guerre actuelle [...] » ; ces ingérences eurent, toujours d’après le journaliste, une influence néfaste sur la politique intérieure et extérieure. D’ailleurs, « une campagne de presse juive orchestrée avec brio est à l’origine de l’actuel conflit » ; « en second lieu, il convient de noter que l’éviction du sémitisme est une question qui dépasse largement nos frontières ». Selon Poulet, l’Europe entière tente actuellement de trouver une solution, « l’éviction du sémitisme étant une nécessité historique ». Il déplore cependant qu’en Belgique il ait fallu attendre l’arrivée de l’occupant pour résoudre le problème. « En cette matière comme en toute autre, plus nos autorités responsables eussent manifesté de réalisme, d’imagination créatrice, de volonté révolutionnaire, moins l’occupant eût été induit de se substituer à elles, c’est-à-dire à réduire le champ d’action de notre souveraineté. » Enfin, il clôt son article sur une choquante profession de foi : « Les fils d’Israël n’ont rien perdu pour attendre. [...] En n’approuvant pas à tout le moins les principes qui sont à la base de cette mesure, d’ailleurs inévitable, nous ne serions pas logiques avec nous-mêmes ».

28À la lecture de ces textes, on peut assurément qualifier Poulet d’antisémite. À plusieurs reprises, il se défendit pourtant avec acharnement contre cette accusation. Dans son « Histoire du Nouveau Journal », par exemple, il invoque de nombreux arguments qui ne convainquent pas :

  • 28 « Histoire véridique du Nouveau Journal », op.cit., pp. 23-24.

J’avais parlé de ceux-ci [les Juifs], avec réserve et modération. Plusieurs étaient de mes amis, et je n’ai jamais cru aux billevesées du racisme. Mais ce n’est pas ma faute s’il existe une question juive, dont certains aspects dangereux s’étaient montrés chez nous en 35-40, quand on avait vu une pléiade de fils d’Israël s’emparer de maintes tribunes où se traitait la politique étrangère et s’y distinguer infailliblement par une excitation bien inquiétante, en tout cas peu propre à faciliter la conclusion pacifique des difficiles pourparlers internationaux. Il me semble que j’avais le droit de souhaiter que de telles imprudences ne se reproduisent plus. À cette époque, d’ailleurs, l’occupation avait un caractère des plus bénins. Nul n’était inquiété pour ses opinions et attitudes d’avant-guerre ; et je pense que cette règle resta en vigueur jusqu’au bout28.

29Plus récemment, dans une lettre envoyée à Léo Moulin, qui l’avait taxé d’antisémite dans une entrevue accordée à la Radio diffusion belge en 1983, Poulet affirmait n’avoir jamais proféré une parole contre les Juifs :

  • 29 Lettre du 26 novembre 1983. Confiée à l’auteur le 22 mars 1990.

Il est vrai que ma formation intellectuelle, dans ma jeunesse, fut influencée (après un détour du côté de l’anarchie) par la lecture de Maurras. Mais, dès 1935, je me suis écarté de la doctrine maurrassienne, dont je n’ai gardé que la critique de la démocratie. Comme le prouva certain manifeste qui excita l’ire de l’Action française et qui traduisait surtout un réflexe d’ancien combattant. Cela ne vous empêcha pas de me définir maurrassien, et à en déduire que je fusse ainsi antisémite. Ce qui eût étonné mes amis Robert Aron, Emmanuel Berl, Georges Roditi. Et aussi les dirigeants de la communauté juive de Belgique, qui, en 1937, m’invitèrent à venir discuter avec eux d’un statut des Juifs. J’avais publié là-dessus une étude dans la Revue catholique des idées et des faits. Texte auquel tout le monde peut se référer. Vous trouverez que j’exagère la portée de mon intelligence. M’appliquer à ne parler des choses qu’après m’en être modestement informé, est-ce excessif ?... Mais non ! Tout, chez moi, s’explique par l’orgueil, au contraire29.

30Dans l’un et l’autre cas, l’argumentation de Poulet s’articule autour de ses amitiés juives. Ayant des amis juifs, comment aurait-il pu sombrer dans l’antisémitisme ? Ce type de procédé défensif est aujourd’hui connu. Et nombreux furent ceux qui s’en servirent pour défendre l’indéfendable.

Le projet culturel du Nouveau journal : au service de l’idéologie nationaliste et de l’Ordre Nouveau

31En ce qui concerne la culture, Poulet précisa ses positions dans la chronique littéraire du Nouveau Journal. Sa rubrique hebdomadaire, Les Lettres françaises, paraît pour la première fois le mercredi 2 octobre 1940. Elle est intitulée « Une introduction à une chronique littéraire ». On y constate que les idées défendues par Poulet s’inscrivent dès le départ dans l’air du temps.

32« Ce n’est pas sans effort que le critique littéraire reprend aujourd’hui la loupe et la férule, insignes de son fastidieux magistère. Le critique se sent un peu gêné de reprendre la plume alors que le pays vient une nouvelle fois de souffrir » : ses habitants meurtris n’ont pas besoin de littérature, mais de pain et de réconfort. Il est presque honteux de « disserter chaque semaine sur le dernier roman à la mode ». Cependant, malgré la tempête, l’esprit va reprendre ses droits : « On ne peut pas se laisser aller ». Et même, pourquoi ce cataclysme humain n’en entraînerait-il pas un autre, esthétique celui-là ? Selon Poulet, les crises historiques les plus graves ont vu naître bon nombre de chefs-d’œuvre : « Peut-être allons-nous à travers le fer et le feu vers une sorte de libre et tumultueuse Renaissance, qui serait marquée — dans le cas le plus favorable — par une effervescence inouïe de l’esthétique et du goût ». Le journaliste exprime là une idée qui reviendra sans cesse sous sa plume : la révolution européenne à l’œuvre en 1940 générera aussi une révolution esthétique. L’esthétique d’hier puisait trop profondément sa vigueur dans les racines de l’ancien régime. La chute de l’un devait nécessairement entraîner la chute de l’autre. Pour lui, la nouvelle organisation politico-sociale allait s’exprimer dans une écriture neuve — à ce propos, Poulet cite souvent Céline dans ses chroniques —, débarrassée de la mesure de la Troisième République et de sa littérature.

33D’ailleurs, les intellectuels de l’entre-deux-guerres ont perdu tout crédit. Toujours d’après Poulet, le réalisme social les a empêchés de percevoir le danger. Ils n’ont pu déceler à temps l’importance de la « grande politique ». Dès lors que le bouleversement meurtrier a tout bousculé, depuis leurs sources d’inspiration jusqu’au langage utilisé, le risque augmente de les voir se taire. Face à cette menace, Poulet élève le ton : « Cessons de promouvoir [le réalisme social] ou de le défendre, puisque la tâche du philosophe est de réagir contre les courants dominants. À partir de ce jour, qu’on s’attende donc à me voir courir d’instinct aux anarchies et aux individualismes ».

34Enfin, il aborde l’idée, communément répandue dans les milieux de la collaboration intellectuelle, selon laquelle la débâcle des armées françaises symbolise la débâcle de l’esprit français : « À la lueur des incendies qui ponctuaient l’affreuse débâcle de l’armée Weygand, l’on croit distinguer les causes de ce que fut l’entre-deux-guerres, sur le plan intellectuel, ce ressassement, cette sécheresse, cette impuissance... ». Hormis l’avènement « tintamarres-que » de Céline, la période 1918-1940 n’a rien produit de neuf : « Le Voyage au bout de la nuit [...] est à peu près le seul roman paru depuis cinq lustres qui ait l’air de commencer quelque chose, non de finir, d’achever, de tuer et d’enterrer quelque chose ». À partir de là, il devine les genres que la nouvelle ère qui commence va tuer et ceux qu’elle va ressusciter. Selon lui, seul le roman sauvera « la truculence gauloise », la « perfection racinienne », la « rigueur cartésienne ». Par contre, l’essai et le discours en prose ou en vers disparaîtront, car trop attachés à la société libérale. « Resteraient certaines possibilités offertes aux grandes formes décoratives qui ont toujours fait escorte au triomphe des ordres nouveaux, par exemple l’épopée, abandonnée en occident depuis l’Arioste, le théâtre, en tant que spectacle panique et lyrique, faisant contrepoids à la décadence de la comédie anecdotique et du drame bourgeois. »

  • 30 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du Lundi” (1937) », dans Trousson (R.) (...)

35Enfin, il termine son article sur l’avenir littéraire de la Belgique. Dans quelle mesure les lettres belges « risquent-elles d’être soumises à ces avatars ? » D’après Poulet, dans une moindre mesure qu’auparavant, l’affaiblissement du prestige intellectuel de nos voisins favorisant l’éclosion et la reconnaissance de nos propres créateurs. On décèle ici les traces, encore ténues, d’un démarquage vis-à-vis de certaines idées exprimées dans le Manifeste du Groupe du Lundi que Poulet avait signé (et peut-être même rédigé)30. Ce manifeste, on s’en souvient, refusait l’existence d’une Belgique littéraire indépendante de l’Hexagone. Il visait, en outre, à gagner l’attention des critiques parisiens. Or le vocabulaire utilisé par Poulet dans sa chronique indique déjà une réserve par rapport au message de 1937. À plusieurs reprises, il parlera en effet de « lettres belges » et de « littérature de Belgique ». Indice, sans doute, du fait que dans le Manifeste, la lutte contre le régionalisme et ses soubassements esthétiques — le réalisme social — dépassait en importance le débat sur le caractère national des lettres belges.

36Il faut noter que ce nouveau discours trouvera un écho dans la production littéraire officielle des années 40-43. Cette production est en effet aux yeux de Poulet marquée par un retour à un imaginaire national. Les thèmes abordés par l’œuvre de fiction concernent le pays, les événements qui s’y déroulent ou qui le concernent. La frontière avec le monde parisien semble désormais bien étanche.

  • 31 Ainsi, un entrefilet paru dans Le Nouveau Journal du 2 octobre 1940, nous apprend, sous le titre Di (...)

37Cette séparation, à bien y regarder, peut être qualifiée de double. D’abord une séparation involontaire, provoquée par la guerre (en 40, on ne communique plus que difficilement avec la France) ; elle s’impose comme telle au champ littéraire belge dans sa totalité qui se trouve obligé de l’accepter. On l’observe, par exemple, par le manque d’ouvrages français en librairie31. Ensuite, une séparation volontaire, favorisée par la précédente, stimulée même par elle. Consciemment, le monde critique se détache d’une culture qu’il considère comme moribonde et prône le retour — certains diront le repli — à une autre culture, belge celle-là. Elle provoquera l’apparition d’une littérature aujourd’hui peu connue, faisant fi de ce que quelques critiques ont identifié comme la schizophrénie de nos lettres (engagement de certains auteurs sur le terrain politique, mais absence de référence à ces mêmes combats dans l’œuvre).

  • 32 Assez souvent au cours du roman s’engagent des discussions philosophico-politiques où la réflexion (...)

38Ainsi en va-t-il avec Oscar Van Godtsen-hoven et Louis Carette, tous deux engagés dans les médias officiels, le premier en tant que journaliste au Nouveau Journal, le second en tant qu’animateur à Radio Bruxelles : engagés par leur métier, mais aussi par leurs romans. Van Godtsenhoven donnera en 1943 Vent de Combat (à la Toison d’Or, maison appuyée par les services allemands de propagande) : c’est l’histoire d’un groupe de soldats belges du canal Albert au stalag, et de leur libération à l’engagement d’un des leurs pour le front de l’Est où il trouvera la mort. Carette, lui, dans Le Péché de complication, également publié à la Toison d’Or, livre le récit d’une passion amoureuse entre deux adolescents sur fond d’ascension du national-socialisme. Le jeune héros, Paul-Jean, plonge la sève bouillonnante de ses vingt ans dans un ordre nouveau qu’il estime révolutionnaire32.

39Dans un autre article, intitulé « L’heure des écrivains belges » (mercredi 7 nov. 1940), Poulet reviendra sur la question de l’existence des lettres belges. Il pose une hypothèse selon laquelle la modification en cours entraînerait une modification des « conditions géographiques des principales littératures ». Le centre parisien lâchera du lest, permettant ainsi à l’ensemble du monde francophone de développer une originalité par rapport au centre : « Tour à tour, chacune des provinces de langue d’oïl est ainsi admise à faire valoir sa rhétorique particulière ou ses particulières manières de sentir ».

40Bien sûr, un tel phénomène ne pouvait advenir que par l’écroulement récent de la France, dont on ne sait si elle se relèvera vite ou restera plongée dans le marasme spirituel. Dès lors, « tous les espoirs seraient permis à une équipe d’hommes de cœur et de talent qui ne s’embarrasseraient plus de la camisole de faiblesse qu’endossèrent à l’envi nos pauvres régionalistes ». Poulet rejoint ici un des points développés en 1937 dans le Manifeste du Groupe du Lundi. Il accepte certes maintenant l’expression de littérature belge, mais refuse toujours le régionalisme au sens étroit du terme. Le lecteur attentif relèvera au passage ce ton polémique et mordant, qui caractérisait déjà la partie consacrée au régionalisme dans le texte rédigé trois ans plus tôt, indice de la portée politique du propos.

  • 33 Poulet a établi au long de ses chroniques un palmarès des auteurs belges contemporains qu’il a clas (...)

41Poulet clôt cette première partie de la présentation de sa chronique sur une double observation concernant directement la situation en Belgique. D’une part, la « Gaule Belgique » connaît à ses yeux pour l’instant un nombre incroyable de jeunes écrivains talentueux. Cette moisson-là se révélera « fort supérieure » à celle de la Jeune Belgique33. Mais d’autre part, les vicissitudes de l’Hexagone ont atteint tous nos créateurs. En effet, ils se rattachent à lui par « mille liens délicats ». L’unique solution pour leur éviter un véritable traumatisme intellectuel serait dès lors de dynamiser une édition belge moribonde. La conclusion s’impose : il faut créer une politique éditoriale constructive, dégagée des erreurs du passé.

  • 34 « L’heure des écrivains belges », Le Nouveau Journal, mercredi 7 nov. 1940, p. 5.

42Selon Poulet, la production nationale a bien besoin d’un tel encadrement institutionnel, car auparavant, « elle se ramenait presque toujours à la rencontre d’un amateur-écrivain avec un amateur-libraire, sous l’égide d’un humiliant et fastidieux compte d’auteur. Cependant qu’une douzaine de favorisés allaient se faire imprimer à quatre cents kilomètres d’ici, la plupart des romanciers, des essayistes ou des critiques nés entre Vesdre et Lys couraient après la considération distinguée de leurs compatriotes, une quittance signée Plantin junior à la main »34.

43La solution technique à ce problème éditorial réside, aux yeux de Poulet, en la création d’une entreprise semi-officielle dont le but consisterait à faire paraître d’abord les classiques de notre littérature, et ensuite, « des œuvres nouvelles choisies parmi celles qui caractérisent le mieux les diverses tendances de la littérature contemporaine ».

  • 35 Ibidem.

44En contrepartie de l’aide importante qu’ils apporteraient, les pouvoirs publics exigeraient le respect par l’éditeur d’un cahier des charges dont le contenu aurait été préalablement discuté et approuvé par les deux parties. Il ne resterait plus alors qu’à favoriser l’éclosion d’histoires des « lettres belges d’expression française ou de littérature française de Belgique : l’un et l’autre se disent. Il s’agira de donner au public des ouvrages sérieux ne tenant compte que des cinquante véritables écrivains de Belgique et non des six cents versificateurs de clocher »35.

45Nous retirerons deux enseignements de cet article. D’une part, Poulet se détache de certaines de ses thèses de 1937, notamment en ce qui concerne la dénomination de la littérature née avec l’État belge : « littérature belge » et non plus « littérature française de Belgique ». La différence a son importance puisque le journaliste admet par là l’existence d’une littérature nationale possédant ses propres sources d’inspiration, sa manière d’écrire et de penser. Comprenons bien qu’il ne s’agit nullement aux yeux de Poulet de défendre une littérature régionaliste ni de favoriser son émergence. Si, dans le Manifeste du Groupe du Lundi, Poulet estimait « qu’il est dangereux de réduire l’activité littéraire à cette défense et illustration des particularités géographiques », il ne se dédit aucunement lorsqu’il envisage le développement d’une aire spécifique à l’intérieur du champ littéraire français.

46D’autre part, il lie intimement combat politique et engagement littéraire. Ainsi, il s’en prend à l’inféodation de la Belgique envers le Quai d’Orsay aussi bien dans Faits et idées du jour que dans Les lettres belges. Pour lui, le choix d’une telle politique a abouti à un double désastre : désastre matériel (18 jours suffirent à écraser la Belgique), mais aussi désastre spirituel (non-existence d’une réalité littéraire belge jusqu’en 1940). Il importe dès lors, dans un vaste projet, de repenser la Belgique tant du point de vue politique que littéraire.

47On voit donc bien avec le recul combien les événements de mai et juin 1940 bouleversèrent le discours idéologique défendu trois ans plus tôt. Placé devant ce que les journalistes collaborateurs appelèrent une révolution, Poulet estima que le moment était venu, pour les quelques écrivains qu’il jugeait dignes de porter ce titre, de s’affranchir de la tutelle parisienne. Ce repositionnement dans un champ littéraire perturbé par les événements politiques montre assez bien, nous semble-t-il, que Poulet crut comprendre alors que la stratégie mise au point en 1937 (se distinguer de la littérature officielle de Belgique, de son esthétique et de ses thèmes, pour attirer l’attention du centre sur la production des signataires) n’avait plus de raison d’être dès lors que l’on se trouvait face à une situation géo-politique complètement bouleversée.

48Ce revirement ne pouvait, bien sûr, s’opérer que sous l’égide d’une idéologie d’ordre nouveau. Car, bien que Poulet s’en défende, il ne rendra compte dans ses chroniques littéraires que des œuvres ayant obtenu le blanc-seing de la censure allemande. Le pourfendeur de la médiocrité aurait eu bien du mal à parler du dernier roman d’un auteur mis à l’index par l’occupant...

Haut de page

Notes

1 Robert Poulet (1893-1989). Son père, directeur de charbonnage, souhaite voir Poulet reprendre la direction des affaires et le pousse à entreprendre des études d’ingénieur des mines à l’Université de Liège. Peu enclin à suivre la carrière tracée, il s’engage dans l’armée belge en août 1914. Après la guerre, il quitte tout : armée, milieu social, ville natale ; il ne reviendra pas à Liège. Il mène une vie de vagabond pendant quelques temps. Atteint de la tuberculose, il est envoyé par un médecin prendre le soleil à Nice. Là, il écrit des scénarios et des adaptations qu’il vend aux compagnies cinématographiques présentes dans le sud de la France. En 1932, il publie un roman, Handji, aux éditions Denoël. D’emblée, il est reconnu comme le créateur d’un chef-d’œuvre par Artaud et Bernanos. En 1934, il secoue le monde intellectuel belge avec son pamphlet La Révolution est à droite. Ensuite, il se lance dans le journalisme en collaborant à La Nation Belge de Fernand Neuray. Condamné à mort en 1945 pour collaboration avec l’ennemi, il est déposé très discrètement sur le pavé parisien en 1951. Ni grâce, ni révision du jugement. Une libération qui, aujourd’hui encore, laisse de nombreuses questions en suspens. Il publie son dernier roman en 1988 : L ‘Homme qui n ‘avait pas compris (Didier Hatier).

2 Derycke (G.), « Jud Süss », Le Nouveau Journal, 24.12.1940, p. 5.

3 Gérard-Libois (J.), Gotovitch (J.), L’An 40. Bruxelles, CRISP, 1980, p. 205.

4 Idem, p. 205.

5 La presse de la Résistance analysait déjà de la sorte l’engagement de journalistes au service de l’Allemagne : « Ils [les journalistes] ne pouvaient ignorer qu’en acceptant de travailler sous la censure de l’occupant, ils s’enrôlaient en fait au service de celui-ci, c’est-à-dire prenaient ouvertement position contre les autorités belges légalement constituées et seules qualifiées pour modifier notre politique vis-à-vis de la puissance étrangère qui nous a envahis. Car, à ce moment, notre situation est parfaitement claire et exclut toute controverse : nous avons toujours un gouvernement régulier issu du jeu normal de nos institutions et qui représente légalement le pays, tout le pays, et auquel tous les citoyens belges doivent fidélité et obéissance. Cette situation diffère totalement de la France dont un certain nombre de députés ont remis leur mandat au Maréchal Pétain » (« Paul Colin et la presse asservie », La Belgique Nouvelle, 10.5.1943, n°12).

6 L’Oiseau des tempêtes, chap. VI : « L’histoire véridique du Nouveau Journal », p. 1.

7 Voir, par exemple, l’extrait ci-joint, tiré de la lettre que Zankin envoie à Hubermont le 23 septembre 1939 : « Pour ce qui concerne le manifeste, nous serions tous très heureux de te voir signer, tu n’oublieras pas qu’il est le fruit d’un compromis nécessaire à l’heure actuelle. Si quelque détail te heurte, néglige-le comme je l’ai fait, afin de marquer ton accord sur l’essentiel d’une activité que je crois indispensable et urgente... » ; cité par Delcord (B.), « À propos de quelques chapelles politico-littéraires en Belgique (1919-1945) », Cahiers du Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre Mondiale, n°10, nov. 1986, p. 191.

8 L’An 40, op.cit., p. 38.

9 Il y a quelques années, nous avions interrogé Léo Moulin sur sa participation au manifeste (entrevue du 22 mars 1990). Comment expliquait-il alors le refus de certains intellectuels de signer le manifeste ? « Ils se méfiaient de personnes comme Paul Colin, prodigieusement intelligent, de très haute valeur artistique, le meilleur journaliste que nous ayons eu, une plume étincelante mais amoral. Par ailleurs, Zankin aurait été anarchiste, trop extrémiste au goût de certains ». D’après Moulin, cette méfiance entraîna force désaffections, ce qui réduisit la portée symbolique du manifeste.

10 « La communauté émotionnelle des écrivains belges de langue française durant la guerre (1940-1941) », Cahiers du Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre mondiale, n°17, 1995, pp. 129-164.

11 Entrevue avec Marc Eemans, le 20 mars 1990.

12 Entrevue avec Léo Moulin, le 22 mars 1990.

13 « Ce qu’il faut qu’on sache », Le Nouveau Journal, 21 et 22 juin 1941.

14 Idem. Voir aussi L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 2.

15 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 4. Après la guerre, La Libre Belgique dira de cette lettre : « Ce n’était pas un encouragement. Ce n’était pas un véto. C’était une formule normande, extrêmement pratique » (mardi 2 nov. 1948, p. 5). Mais, en date du 25 juillet 1940, un autre ministre de l’époque, Paul-Émile Janson, Ministre de la justice, avait adressé à Pierre Daye une lettre beaucoup plus explicite. Elle montre combien Daye était alors en cour auprès du gouvernement de l’époque. « Je vous fais porter cette lettre avant que vous ne quittiez Vichy. Je tiens à vous remercier du zèle et du dévouement avec lesquels vous avez accompli la mission dont nous vous avons chargé et nous espérons qu’après les explications détaillées que je vous ai données, vous parviendrez à dissiper les préventions et à préparer une réconciliation dans une atmosphère de concorde nationale. Après notre entrevue de ce matin, j’en ai encore délibéré avec mes collègues. Je vous confirme que nous sommes tous prêts à remettre notre démission et à renoncer définitivement à toute activité politique. Comme M. Pierlot l’a dit dans son discours de dimanche (21 juillet 1940), le gouvernement considère que sa dernière tâche est d’assurer le retour des Belges au pays. Tout cela, vous pouvez le dire en notre nom tant à Bruxelles qu’à Paris, où nous vous engageons vivement à engager les négociations envisagées. Vous pouvez aussi marquer notre accord sur les modifications douanières que vous connaissez. Enfin, en ce qui concerne la presse en pays occupé, la situation est évidemment toute différente de celle de 1914-1918. Si, pour votre part, vous pouviez contribuer à conserver aux journaux publiés à Bruxelles un caractère aussi belge que possible, vous rendriez incontestablement un service signalé au pays. Pour nous, nous encourageons les tentatives qui, nous le savons, sont faites actuellement dans ce sens. Ne manquez pas de nous tenir au courant de vos démarches et croyez, je vous prie, cher Monsieur Daye, à nos sentiments les meilleurs. Le ministre de la Justice, P.-E. Janson » (Archives Crehsgm).

16 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., pp. 6-7.

17 Paul Colin (1895-1943). Naissance à Saint-Josse. Son père, gros industriel, issu de la haute bourgeoisie, meurt quand il a deux ans. En 1914, il commence des études universitaires en histoire et histoire de l’art (études interrompues par la guerre). Après 1918, il se lance dans le journalisme et la critique d’art. Directeur de la Galerie Giroux, avenue des Arts à Bruxelles. Auteur de nombreux ouvrages sur la peinture : Édouard Manet. Paris, Floury, 1932 ; La Peinture européenne au xixe siècle : le Romantisme, id., 1935. Il est abattu par un jeune résistant le 14 avril 1943.

18 L’Oiseau des tempêtes, op.cit., p. 10.

19 Confirmé par le Comte Capelle lui-même dans Dix-huit ans auprès du Roi Léopold. Paris, Fayard, 1970, p. 346.

20 Milza (P.), Les Fascismes. Paris, Seuil, coll. Points, 1991.

21 « Incontestablement, c’était l’équipe la plus brillante de journalistes collaborateurs qu’on puisse réunir à l’époque » (L’An 40, op.cit., p. 315). La presse de la Résistance, tout en leur reconnaissant d’indéniables qualités — ce qui rend d’autant plus grave à ses yeux leur trahison —, rendra compte de l’expérience du Nouveau Journal sur un ton bien différent. Ainsi, sous le titre « Nicodémisme et réalisme », peut-on lire dans La Libre Belgique (édition spéciale pour le pays de Liège, mars 1943, n°49) : « Après le désastre de 1940, une de nos plus douloureuses surprises fut certes la trahison d’un groupe de journalistes bruxellois qui, sans vergogne, se mirent au service de l’Allemagne et de la grande machine à mensonges de Goebbels. Et quels journalistes ! D’anciens collaborateurs de Fernand Neuray, des hommes qui, pendant des années, avaient dénoncé les inquiétantes poussées du pangermanisme renaissant et fustigé l’épaisse vulgarité des maîtres du IIIe Reich, leur manque de scrupules et la foncière malhonnêteté de leur politique. En baptisant leur feuille Nouveau Journal, ils affichèrent la prétention d’imprimer une orientation nouvelle à l’opinion publique belge. Ils s’efforcèrent de justifier leur volte-face. Ce fut du joli ! Jamais on ne vit telle éructation de fiel, pareil déchaînement d’aboiements rageurs contre les hommes de l’ancien régime rendus responsables de tous nos malheurs ».

22 Cela sans compter « Les faits et idées du jour », chronique quotidienne en page 2, regroupant, en style télégraphique, des dizaines d’informations relatives aux parutions littéraires, aux spectacles, aux expositions...

23 Cf. p.e. La Légia, journal liégeois, des samedi et dimanche 30 juin 1940, n°31, p. 2 : « Que sont devenues les grandes figures de la littérature, de la peinture, de la musique belges ? » « Le pays doit pouvoir, en ces heures graves, compter sur toutes ses forces vives. Son rayonnement intellectuel et artistique étant le plus souvent placé au dessus des mêlées politiques et en dehors de leurs compromissions, c’est aux Arts et aux Lettres qu’incombe la tâche de saisir le flambeau et de le hisser fièrement vers l’Avenir ».

24 « Histoire véridique du Nouveau Journal », op.cit., p. 20.

25 En ce qui concerne les fascismes belges, voir Willequet (J.), « Les fascismes belges et la Seconde Guerre Mondiale », Revue d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, n°66, avril 1967, pp. 85-109.

26 Cette résistance annoncée, d’autres eurent le courage, bien qu’ils fussent ardents défenseurs d’un fascisme belge au départ, d’y entrer tout de suite. « À la même époque [1941] disparaît la Légion nationale. Dès le début de l’occupation, ce mouvement totalitaire et antisémite a choisi de mettre en sommeil ses options politiques et d’éliminer ses éléments collaborationnistes. Refusant les avances des Allemands qui auraient volontiers autorisé sa presse et ses meetings, elle entre en contact avec les réseaux de résistance et, en juin 1941, elle est intégrée en bloc à l’Armée secrète. D’où les poursuites qui seront bientôt dirigées contre ses responsables, particulièrement contre Paul Hoornaert, déporté au camp de Sonnenburg où il mourra d’épuisement en février 1944 ; cf. Milza (P.), Les Fascismes, op.cit., p. 456. Il faut au moins reconnaître à Poulet un attachement constant aux idées défendues dans cet article. Lorsqu’en janvier 1943, la censure arrête trois de ses textes, qualifiés d’anti-rexistes et d’anti-germaniques, le rédacteur en chef du Nouveau Journal claque la porte.

27 Nouveau Journal, mercredi 6 nov. 1940, n°32, p. 1.

28 « Histoire véridique du Nouveau Journal », op.cit., pp. 23-24.

29 Lettre du 26 novembre 1983. Confiée à l’auteur le 22 mars 1990.

30 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du Lundi” (1937) », dans Trousson (R.) & Somville (L.), éd., Lettres de Belgique. En Hommage à Robert Frickx. Köln, Janus Verlaggesellschaft, 1992, pp. 98-124.

31 Ainsi, un entrefilet paru dans Le Nouveau Journal du 2 octobre 1940, nous apprend, sous le titre Disette intellectuelle, que : « Pour l’habitué des librairies bruxelloises, la chose commence à être sensible : les livres s’en vont, les rayons s’éclaircissent. Non sans inquiétude, les marchands de littérature se prennent à envisager l’avenir avec une certaine inquiétude : lorsque tous les auteurs à succès seront épuisés, que vendra-t-on ? ».

32 Assez souvent au cours du roman s’engagent des discussions philosophico-politiques où la réflexion sur les fascismes tient une grande place. Ainsi, au cours d’une conversation enflammée, le narrateur s’interroge sur la position de Dick vis-à-vis des extrémismes de droite. « En fait, il ne sait pas très bien ce qu’il reproche au fascisme. Il sait bien ce que les autres lui reprochent, c’est surtout d’avoir réussi. Mais lui, il se sent pour la réussite un respect dont il n’arrive pas à penser qu’il soit malhonnête ou malsain. Certes, ce qu’il vient de dire ne lui paraît pas faux, mais pourtant, si une nation avait des droits à une suprématie sur les autres ? » (pp. 80-81). Le futur Félicien Marceau devait au long de ce roman énoncer d’autres propos eux aussi dans l’air du temps. Pas seulement au sujet du fascisme — chacun défend ses opinions politiques comme il peut — mais aussi, malheureusement pour sa postérité, au sujet du « danger juif » (cf. pp. 151, 202).

33 Poulet a établi au long de ses chroniques un palmarès des auteurs belges contemporains qu’il a classés selon le critère subjectif du goût. Pour le roman, Franz Hellens arrive en première place suivi de près par Horace Van Offel, Plisnier, Gevers et Hubermont (parmi les jeunes romanciers, il distingue Jean Libert, Alexis Curvers, S.-A. Steeman). Quant aux poètes, il retient Odilon-Jean Périer, René Verboom, Marcel Thiry, Hubert Dubois, Henri Michaux, Jean de Boschère. Caracolant en tête du classement des dramaturges, Crommelynck est talonné par Ghelderode, Closson et Demasy. Restent l’essai et la critique où l’on trouve, de la première à la cinquième place, Paul Colin, Paul Werrie, Hubert Colleye, Gaston Derycke et José Streel.

34 « L’heure des écrivains belges », Le Nouveau Journal, mercredi 7 nov. 1940, p. 5.

35 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Schurmans, « Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation (1940-1941). Analyse critique du témoignage de Robert Poulet », Textyles, 15 | 1999, 33-45.

Référence électronique

Fabrice Schurmans, « Les débuts du Nouveau Journal sous l’occupation (1940-1941). Analyse critique du témoignage de Robert Poulet », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1074 ; DOI : 10.4000/textyles.1074

Haut de page

Auteur

Fabrice Schurmans

Universidade de Coimbra
Centre d’étude des lettres belges (CELBUC)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org