Navigation – Plan du site
Slalomer

La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres1

Reine Meylaerts
p. 17-32

Texte intégral

  • 1 Une version plus élaborée de la présente étude, qui analysera également la position institutionnell (...)
  • 2 M. Mat-Hasquin (« Création littéraire et idéologie : réflexions sur une “histoire belge” », Cahiers (...)

1La question de la littérature en Belgique a fait couler beaucoup d’encre. Presque immédiatement après l’élaboration du cadre politique et institutionnel belge en 1830, des voix se sont fait entendre sur la nécessité — ou, à l’inverse, sur l’impossibilité — de doter la jeune nation d’une littérature nationale. Au cours des quelque 165 années qui ont suivi, on semble ne pas avoir cessé d’inventer de nouvelles variations — aussi discrètes soient-elles — sur ce thème2, et l’on constate que les défenseurs et les adversaires d’une littérature belge autonome se sont bien souvent affrontés de façon véhémente.

  • 3 Les clivages linguistiques et socio-culturels se manifestaient d’abord géographiquement, selon la f (...)

2La pérennité et l’indécision particulières qui caractérisent ce débat tiennent sans aucun doute à ce que toutes les tentatives d’autodéfinition du champ littéraire en Belgique, du moins du côté francophone, se sont toujours heurtées à au moins deux obstacles fondamentaux. D’un côté, il s’agissait à chaque instant de prendre ses distances vis-à-vis de la France, cette France qui continuera toujours à hanter le subconscient des agents littéraires belges francophones, tant à cause de l’identité linguistique qu’à cause de la proximité géographique de ce qui a toujours été considéré comme la capitale culturelle de la francophonie. De l’autre, les clivages linguistiques et socio-culturels à l’intérieur du pays3 compromettaient apparemment toute tentative de synthèse artistique.

  • 4 Nous utilisons ces concepts dans leur acception bourdieusienne ; voir entre autres Bourdieu (P.), « (...)
  • 5 Nous empruntons le terme à Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. (...)
  • 6 En fait, il s’agit de certains groupes néerlandophones dominants qui tentent de convertir leur posi (...)
  • 7 Déjà en 1907, August Vermeylen pouvait affirmer : « Il est arrivé trop souvent, dans notre pays, qu (...)
  • 8 Cf. Quaghebeur (M.), Lettres belges entre absence et magie. Bruxelles, Labor, 1990, p. 14.

3Dans un premier temps, les détenteurs du capital symbolique et socio-politique4 ont tenté de neutraliser ces obstacles, grâce au choix du français comme unique langue officielle et grâce au « mythe nordique »5 dans le domaine littéraire. Mais l’avènement politique, économique et culturel de la Flandre sur la scène belge6, surtout depuis la Première Guerre mondiale, en fera une réalité incontournable pour la définition et la légitimation d’une littérature belge autonome7, entreprise qui sera dès lors beaucoup moins évidente que par le passé ; on y reviendra. De là sans aucun doute un certain tabou sur la « littérature belge » comme objet d’étude8.

4Les dernières décennies attestent néanmoins un intérêt croissant pour le sujet. Nombreuses sont en effet les publications qui traitent le problème de l’identité d’une littérature belge.

  • 9 Il est évident que le contenu de dénominations politiques, géographiques et institutionnelles telle (...)
  • 10 Voir entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique  (...)
  • 11 Parallèlement, les néerlandistes oublient plutôt systématiquement les écrits francophones (et bilin (...)
  • 12 Notre étude de cas devra confirmer la pertinence de cette remarque (cf. infra).

5Du côté francophone, la plupart entament la question par le biais de sa manifestation terminologique, à savoir les changements diachroniques dans la préférence pour l’expression « littérature belge de langue française » ou pour « littérature française de Belgique ». Il va sans dire que les fluctuations dans l’emploi de ces deux expressions offrent un angle d’investigation particulièrement pertinent, en ce qu’elles cristallisent et extériorisent les choix de leurs utilisateurs. Il faut néanmoins être attentif aux changements de contenu que peut subir un terme et aux réalités diverses qui peuvent dès lors être évoquées par une dénomination à première vue identique9. Autre caractéristique commune, et moins innocente, de la démarche adoptée : le recours à une périodisation rigoureuse. Ainsi, les deux expressions sont chaque fois rattachées à une période délimitée, de sorte que chacune semble incarner à elle seule une certaine « période » de l’histoire littéraire en Belgique. Même les études qui confirment explicitement qu’à tout moment des tendances contraires se combattent au sein d’une même période n’évitent pas toujours le piège de la périodisation réductrice10. Mais si la tendance centripète semble l’emporter sur la tendance centrifuge à certains moments de l’histoire littéraire, et vice versa, il ne faut pas perdre de vue que, dans le champ social, les phénomènes de domination ont une signification toute relative et temporaire. En d’autres termes, il faut éviter de traiter le champ social comme un ensemble monolithique plus ou moins stable en niant l’existence du courant dominé dans une certaine période. Or, ceci semble bien souvent la tactique adoptée : en faisant l’impasse sur la tendance opposée (temporairement dominée), les analyses opèrent une omission pure et simple d’une partie (parfois importante) du débat et des manifestations littéraires en tant que telles. Beaucoup de précieuses informations fournies par une analyse synchronique de la bataille pour la définition de l’identité littéraire se perdraient donc si l’on adoptait une perspective évolutionniste réductionniste. Il suffit de penser au contenu même des deux appellations antagonistes : c’est également dans les références négatives au camp opposé qu’une position se définit et que la rhétorique de la prise du pouvoir révèle ses tactiques. Finalement, si la plupart des études contemporaines se distancient d’un immanentisme daté, et font appel dans leur explication du fonctionnement littéraire en Belgique à une contextualisation (politique, économique et sociale) le plus souvent fort élaborée et pertinente, la plupart semblent être prisonnières de leur propre position institutionnelle. En d’autres termes, peut-on considérer comme un hasard le fait que, depuis les débuts de la régionalisation en Belgique, on constate une absence étonnante de « la Flandre » dans les recherches francophones sur la construction d’une identité littéraire belge ?11 Il va de soi que, pour certaines périodes, l’omission de la partie nord de la Belgique aboutit à de sérieuses lacunes quand il s’agit de décrire cette construction et les affrontements qu’elle entraîne12.

*

  • 13 Insistons : on envisagera uniquement les discours sur la littérature ; la pratique littéraire elle- (...)

6Dans l’étude de cas qui suit, nous entreprendrons une analyse des discours autour du problème de l’identité littéraire belge et des luttes dont ils sont les manifestations pendant les années vingt et trente en Belgique13. Afin d’éviter les pièges évoqués plus haut, nous tenterons de confronter et d’analyser un échantillon représentatif des différentes positions sur le sujet. En insistant tant sur les ressemblances et différences entre les prises de position que sur leurs mécanismes de persuasion et leur charge idéologique, nous espérons jeter une lumière nouvelle sur le phénomène de l’identité littéraire et sur les luttes qui le caractérisent dans l’entre-deux-guerres en Belgique.

  • 14 Il est frappant que beaucoup de textes-clés sur l’identité littéraire se situent autour de ces date (...)
  • 15 Insistons une fois de plus sur le fait que la bourgeoisie et l’aristocratie en Flandre étaient pres (...)
  • 16 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone », art.cit. La Flandre (...)
  • 17 Les dialectes du néerlandais, souvent appelés « le flamand », étaient profondément dédaignés : c’ét (...)
  • 18 Ceci ne signifie nullement que toute la période avant 1918 puisse se résumer par la formule du « my (...)

7Le contexte socio-politique de la période en question est assez connu pour que nous puissions le résumer ici en quelques lignes. Dans le domaine politique, l’instauration du suffrage universel en 1919 causera la montée rapide et les premiers succès politiques du nationalisme flamand. Pour la première fois dans l’histoire de la Belgique, des nationalistes flamands sont élus députés. De culturel, le Mouvement flamand devient politique : autonomiste et anti-belge dans ses manifestations extrêmes. Son succès se concrétise par une série de lois linguistiques, dont certaines aboutissent à la flamandisation de l’université d’État de Gand (1930) et à l’unilinguisme des régions (1932 et 1935)14. En même temps, le réveil culturel, économique et démographique de la Flandre, dont les origines remontent au début du siècle, se poursuit. Il est évident que tous ces facteurs, qui menacent pour la première fois de l’intérieur l’existence de l’État belge unitaire et francophone, auront de profondes répercussions dans la vie sociétale tout entière, et entraîneront notamment des changements dans la définition et la légitimation d’une littérature nationale. Jusque-là, les défenseurs d’une littérature nationale belge — qui se recrutaient principalement parmi la bourgeoisie et l’aristocratie francophones15 — sacrifiaient au « mythe nordique » : « langue française + inspiration flamande ». En d’autres termes, une Flandre imaginaire fournissait en quelque sorte le passé historique nécessaire pour créer une tradition et une identité belges16, mais uniquement en langue française17 ; ainsi, le peuple flamand était l’objet d’un discours qui n’était pas le sien. En insistant sur l’inspiration nordique de la littérature (francophone) belge, sa définition procurait le trait distinctif indispensable à l’affirmation d’une autonomie vis-à-vis de la France, et permettait dès lors de conjurer la communauté de langue avec le grand voisin18.

  • 19 L’idée d’une union littéraire avec la France n’est pas propre à l’entre-deux-guerres en tant que te (...)

8Les changements sociétaux décrits ci-dessus signifieront la fin de la dominance et de l’apparente évidence du mythe nordique. Face à l’émancipation socio-culturelle et politique de la Flandre néerlandophone 6, les francophones — parmi lesquels beaucoup sont nés en Flandre, y vivent et s’appellent Flamands — devront graduellement soit chercher des justifications alternatives pour légitimer une littérature nationale autonome, soit abandonner le rêve de la littérature belge et, dès lors, ambitionner l’intégration dans la littérature française19. Sans vouloir anticiper, on voit immédiatement que « la Flandre » et la littérature en néerlandais figurent parmi les facteurs principaux autour desquels se profilent les différentes positions sur l’identité littéraire. Notre analyse montrera dans quelle mesure le mythe nordique est encore présent dans les discours de légitimation.

  • 20 On trouve cette idée notamment dans Hinterhäuser (Hans), « Belgitude und französische Nationalliter (...)
  • 21 Entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », ar (...)

9La plupart des études récentes sont unanimes à affirmer l’importance de ces changements sociétaux et leur influence sur l’autodéfinition du champ culturel et littéraire. Ils mettraient fin à la phase d’or — la dernière décennie du xixe et la première du xxe siècles, soit la génération léopoldienne — de la littérature francophone en Belgique, phase au cours de laquelle culminait sa conscience littéraire20. Par contre, les vues divergent quand il s’agit de préciser les conséquences concrètes de ces mutations sur la construction d’une identité littéraire. Selon Quaghebeur, « On voit [...] s’accroître les attitudes conflictuelles entre les appartenances française et belge, disparaître pour l’essentiel le rayonnement européen de cette littérature [...], s’installer un système littéraire purement autochtone caractérisé par un repli sur soi et la prépondérance des genres et des formes consacrées » (op.cit., p. 24). D’autres21 parlent plutôt de réaction de fuite : entre 1920 et 1960 la littérature francophone en Belgique se caractériserait par un mouvement centrifuge qui chercherait l’assimilation totale à Paris, en occultant ses origines si besoin en est. D’où la dénomination de « littérature française de Belgique ». Ces contradictions ne font qu’exprimer les impasses d’un certain réductionnisme évoqué plus haut. En outre, les différentes approches passent sous silence les modalités concrètes du passage d’une phase littéraire à une autre, changement qui prend ainsi des allures énigmatiques ou se présente comme une rupture radicale dans un système littéraire monolithique. Dans ce qui suit, nous prendrons en considération les contradictions, les affrontements et paradoxes qui, dans n’importe quelle période — et donc aussi dans les années vingt et trente —, vont de pair avec les tentatives de construction ou de reniement d’une identité littéraire spécifiquement belge. Notre analyse tentera de repérer et de suivre les différentes options et formules dans leur hétérogénéité comme dans leur homogénéité, sans qu’il paraisse indispensable de faire entrer les dissensions et les conflits dans un cadre synchronique, ou a fortiori diachronique, « achevé ».

*

  • 22 Thomas (S.) et Groß (Th.) identifient sous leur rubrique « enquêtes » pas moins de 22 titres pour l (...)
  • 23 « Existe-t-il une littérature belge ? » (Enquête), La Revue nationale, mars 1929, pp. 33-36 ; avril (...)

10Ce qui frappe le chercheur lorsqu’il aborde la question d’une littérature nationale dans l’entre-deux-guerres est l’ampleur du débat autour de la construction d’une identité culturelle et littéraire. En effet, à côté d’une foule d’articles et de contributions dans les revues, journaux, histoires littéraires, etc., la question fait éclater maintes polémiques et donne lieu à de nombreuses enquêtes22. Quelle que soit leur position, de nombreux agents représentant de larges secteurs de l’espace culturel interviennent ainsi dans un débat mouvementé. Un exemple parmi d’autres : la question sera traitée à la fois dans une enquête de la très nationaliste Revue Nationale, dans les colonnes de la catholique et conservatrice Revue Générale et dans celles de la plus combative Le Rouge et le Noir23. Parallèlement, les auteurs qui prennent la parole occupent des positions très variées dans le champ culturel : citons, parmi les « anciens », les noms d’Henry Carton de Wiart, Arthur De Rudder, Jules Destrée, Georges Virrès, Georges Rency, Henri Liebrecht, Louis Dumont-Wilden, et ceux de Gaston-Denys Périer, André De Ridder, Constant de Horion, Paul Neuhuys, Franz Hellens, Robert Poulet, Michel de Ghelderode parmi les « nouveaux-venus ». Il s’avérera également que les « pour » et les « contre » ne se partagent aucunement selon ces deux catégories (cf. infra). Le moins qu’on puisse conclure de cette remarque préliminaire est que la lutte pour l’hégémonie dans l’autodéfinition littéraire (ou plus largement culturelle) traverse de nombreux sous-secteurs et ne se laisse pas enfermer dans une formule simple.

*

  • 24 Cité par Groß (St.) & Thomas (J.), Les Concepts nationaux de la littérature : l’exemple de la Belgi (...)
  • 25 Marlow (G.), « Y a-t-il un milieu belge ?, I », Revue Générale, mars 1935, pp. 333-335 ; Hellens (F (...)

11Analysons maintenant de plus près le discours des adversaires d’une littérature nationale. La plupart de leurs arguments se centrent autour de la question de la langue : comme il n’existe pas de langue belge, il ne peut exister une littérature nationale belge et, dès lors, les « lettres françaises de Belgique » font partie intégrante de la littérature française. Cet argument, sans doute le plus récurrent du débat, montre que l’identité langagière avec la France fonctionne comme une métonymie de l’identité (littéraire) tout court entre les deux pays ou peuples voisins. Il est avancé comme une donnée objective et éternellement valable, ce qui ne veut d’ailleurs aucunement dire que les défenseurs de l’identité nationale l’accepteront. Auront ainsi recours à l’argument linguistique : Paul Bay et Léon Chenoy dans leur réponse à l’enquête de la Renaissance d’Occident24, Georges Marlow et Franz Hellens dans leur réponse à l’enquête de la Revue Générale sur le « milieu belge » et Avermaete25. Contentons-nous ici d’un seule citation :

  • 26 Le Coudrier (J.), « Sur une prétendue “littérature belge” », Revue franco-belge, février 1935, pp.  (...)

Laissons les échauffés du nationalisme : leur parti-pris exclut la discussion. Mais ceux qui se veulent objectifs ? On peut comprendre leur regret de voir la Belgique dépourvue de lettres particulières. Ce regret justifie-t-il leur obstination à prendre une littérature pour un produit du sol, à ne pas saisir qu’elle est toujours fonction d’une langue, dont, seule, l’extension la délimite ?26.

  • 27 Cf. Bourdieu (P.), « L’Identité et la représentation », art.cit., pp. 65-69.

12Outre le recours à l’argument linguistique, présenté comme l’unique critère de démarcation littéraire, cette citation illustre déjà le ton polémique du débat, avec ses accusations et contre-accusations (cf. infra). L’affirmation d’une identité (littéraire ou autre) n’étant efficace que quand elle arrive à naturaliser l’arbitraire de ses présupposés27, tous les arguments utilisés véhiculent une certaine charge idéologique et entrent ainsi dans le processus d’une construction mythique. En d’autres termes, il s’agit de présenter comme « réel » et « éternel » ce qui est au fond une vision arbitraire, un point de vue ou une représentation. La citation reprise ci-dessus y participe pleinement en dénonçant la subjectivité des « échauffés du nationalisme » et en réservant à la thèse opposée l’unique (« seule ») argument véridique, éternel (« toujours ») et objectif : celui de la langue.

  • 28 Dans ce qui suit et par souci de concision, nous utiliserons fréquemment les expressions « anti-nat (...)
  • 29 Voir le célèbre article d’Edmond Picard, « L’âme belge », Revue Encyclopédique, 24.7.1897, pp. 593- (...)
  • 30 Op.cit., p. 157. Nous sommes ici en présence de l’une des rares prises de position concernant la hi (...)

13Une seconde caractéristique du discours littéraire anti-nationaliste28 est le rejet de l’« âme belge » célébrée par les défenseurs d’une littérature nationale29. Il est évident que les promoteurs d’un rapprochement littéraire avec la France se voient obligés d’infirmer radicalement toute référence à une quelconque fusion de l’esprit « latin » et « germain » en Belgique et, dans cette optique, la célèbre « âme belge » se présente comme une cible de choix. Ainsi, dans sa Petite fresque des arts et des lettres dans la Belgique d’aujourd’hui, Roger Avermaete affirme qu’il n’existe pas de littérature belge parce qu’il n’existe pas d’âme belge, et prend donc explicitement ses distances vis-à-vis de « l’appellation quasiment officielle » de « littérature belge d’expression française »30. Dix ans plus tard, Maurice Piron semble partager son avis :

  • 31 Le Problème culturel wallon. Bruxelles, 1939 (Concepts, pp. 241-243).

Les tenants de la “littérature belge” avaient commis cette erreur de calquer sur la réalité politique de l’État unitaire une autonomie des activités artistiques. [...] Le tempérament belge — l’a-t-on assez répété — n’existe pas. [...] De ce que la Belgique est géographiquement “placée au carrefour de deux grandes civilisations”, on [...] déduit que “la finesse latine” et “le rêve germanique” (?) [sic] se sont compénétrés et fusionnés en une “culture mixte”, apanage évident de notre unité nationale ! [...], ces combinaisons artificielles et primaires que l’histoire, la raison et l’observation des faits répudient31.

14Les tenants d’une littérature française de Belgique dénoncent donc la triade romantique âme-nation-littérature comme construction arbitraire, déraisonnable et artificielle. Mais leur propre représentation de la réalité s’arroge le monopole de la vérité éternelle et de la raison. Ici aussi, on ne procède pas par définition ou arguments littéraires, mais par simple renversement de la thèse opposée. Cela dit, le mythe de l’âme nationale n’est pas absent du discours des adversaires d’une littérature nationale : au contraire, afin de prouver l’inexistence d’une âme belge, la plupart construisent le mythe d’une âme franco-belge. En d’autres termes, le rapprochement avec la France n’est pas seulement affirmé au niveau linguistique mais également au niveau ethnique. On voit donc que dans la triade romantique, ce n’est pas tellement le premier élément, mais le second qui pose problème, du moins pour Maurice Rousseau :

  • 32 Manifeste des Marches de l’est, mouvement de l’unification littéraire franco-belge pour la protecti (...)

Dans des temps qui ne sont plus les nôtres, hélas ! la Belgique était une province française. [...] Pourtant, notre premier lien resta le plus fort. Notre attache morale avec la France ne se détruisit pas. [...] La Belgique d’expression française n’existe pas en matière littéraire. Qu’importe que cet auteur soit né de ce côté-ci ou de l’autre de la frontière politique. Il écrit en français. Ses maîtres étaient français, c’est la langue française qu’il parle. [...] Un esprit n’a pas de nationalité. [...] Deux éléments influencent la littérature d’un pays : l’Esprit et la Nature de l’artiste. Car, l’œuvre est l’auteur. [...] Français et Belges ont Esprit et Nature identiques donc leurs œuvres se trouvent placées sur un pied d’égalité. Tout le monde en convient32.

  • 33 M. Mat-Hasquin (art.cit., p. 143) constate le même phénomène.
  • 34 Bourdieu (P.), « Le champ littéraire », art.cit., p. 24.

15À elle seule, cette citation résume particulièrement bien le fonctionnement de certains arguments récurrents de la rhétorique anti-nationaliste. Remarquons qu’elle se distingue par un impressionnisme et un manque de définition remarquables, constatation qui s’applique d’ailleurs au débat sur la littérature belge dans son ensemble33. En outre, elle épouse parfaitement la logique différentielle de tout espace symbolique (littéraire ou autre) selon laquelle « différer, c’est exister »34 : Rousseau oppose le caractère arbitraire et récent de la constellation politique belge (la nation belge servant d’exemple négatif) à la « nature » ou la « vérité » éternelles de la communauté d’esprit entre francophones belges et Français. Et c’est bien cette dernière qui se situe au sommet de la hiérarchie des éléments constitutifs d’une identité littéraire.

16Ainsi, à la triade nation-âme-littérature du discours nationaliste (cf. infra) se substitue la triade langue-âme-littérature. La phrase finale nie de nouveau tout simplement l’adversaire dans son existence même : procédé discursif des plus efficaces. On voit également comment le débat est mené principalement à base de catégories extra-littéraires empruntées aux théories romantiques du xixe siècle sur la nation et l’âme populaire. Les citations suivantes attestent le même phénomène :

  • 35 Manifeste du Groupe du Lundi, 1937 (Concepts, p. 229).
  • 36 Marlow (G.), « À propos des lettres françaises de Belgique », Mercure de France, n°238, 1938, pp. 7 (...)

Non seulement la communauté de la langue crée entre notre littérature française et celle des Français un rapport de ressemblance bien plus important que les dissemblances nées de la géographie physique et politique. Mais les hasards de l’histoire, le voisinage, les relations spirituelles, le caractère éminemment universel et attractif de la culture française ont réduit au minimum, entre les littératures des deux pays, les nuances de sensibilité35.
[Une littérature] dont l’unique préoccupation est de s’infléchir, par obligation autant que par goût, aux lois spirituelles d’un pays proche avec lequel, depuis des siècles, elle partage fraternellement ses vicissitudes, ses joies, ses douleurs et ses gloires36.

17L’unité politique récente, arbitraire et superficielle, de l’État belge doit donc céder la place à l’unité spirituelle, historique et éternelle, plus fondamentale entre francophones et Français (voir les expressions que nous soulignons). Il s’y ajoute une profonde admiration pour la France, qu’atteste très régulièrement, implicitement ou explicitement, le discours en question.

  • 37 Poulet (R.), « La querelle du régionalisme », Revue Catholique des Idées et des Faits, 13.3.1936, p (...)
  • 38 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », dans Lettres de Bel (...)

18À côté des arguments non littéraires, le discours anti-nationaliste se sert également d’arguments littéraires — surtout génériques — dans sa lutte pour l’hégémonie dans la construction d’une identité. Remarquons qu’il ne s’aventurera quasiment jamais dans l’énumération de caractéristiques communes entre la littérature francophone de Belgique et la littérature française. Par contre, il s’attaque de front au genre régionaliste prôné par les défenseurs de l’identité nationale (voir plus loin). Si les lettres de Belgique n’ont pas encore droit de cité dans la littérature française, ce serait uniquement à cause de la suprématie locale du régionalisme, genre épigone et démodé par excellence. Les responsables de cette situation seraient les milieux officiels et académiques bruxellois, qui semblent avoir intérêt à « faire admettre [...] que la littérature belge c’était les épigones […] »37. Vu que le régionalisme fonctionne au niveau littéraire comme métonymie de l’unité (littéraire) belge, il sera la principale cible littéraire des promoteurs du rapprochement avec la France. Prenons par exemple l’extrait suivant du Manifeste du Groupe du Lundi38, dans lequel est de nouveau à l’œuvre la rhétorique de la négation de l’adversaire :

  • 39 Concepts, pp. 231-232 ; nous soulignons.

On a abusé de l’épithète régionaliste, en l’appliquant à des livres qui, s’alimentant à des sources d’observation fournies par la réalité concrète d’un lieu déterminé, étaient cependant parfaitement viables sur le plan universel. […]. La prédilection pour le régionalisme au sens étroit du mot est sans contredit l’une des anomalies qui empêche notre littérature de revêtir l’aspect qui lui convient et de tenir la place qu’elle mérite au sein des lettres françaises39.

19Le manifeste contient en même temps une accusation qui apparaît à maintes reprises dans le discours anti-nationaliste et qui porte sur la manipulation des histoires littéraires belges par les promoteurs d’une littérature belge. J. Le Coudrier va encore plus loin :

  • 40 Le Coudrier (J.), art.cit., pp. 90-93. Ce n’est évidemment pas un hasard si de tels propos paraisse (...)

Imagine-t-on, […] l’inconvénient d’un classement fragmentaire, fondé non plus sur une précellence universelle, mais sur on ne sait quel orgueil régional ? […]. L’excessif régionalisme […] nous emprisonne. En Belgique […] le régionalisme […] fait l’effet d’une cave, d’un grand trou sans air, sans lumière, d’une sorte d’étouffoir où se prolonge une asphyxie. […] Le classement qu’ils [les historiens] proposent se fonde sur ce régionalisme. Défendant l’existence d’une “littérature belge”, ils tendent naturellement à y loger au premier rang ceux dont l’effort corrobore leur thèse. Or si, débarrassé de cette visière, on réintègre ces lettres usurpées dans le domaine naturel, duquel elles n’eussent point dû sortir, si, rejetant tout a priori germanique, on les considère en se fiant à sa propre sensibilité, — une sensibilité wallonne, donc française — mon Dieu ! il faut oser le reconnaître, l’accent s’y place différemment40.

  • 41 Une opposition sans doute actualisée et aiguisée par les événements de 14-18, par la lutte linguist (...)

20Le reproche de manipulation de l’histoire littéraire s’accompagne de métaphores médicales (« asphyxie », « anomalie ») et spatiales (« emprisonner », « trou sans air », « étouffoir ») qui servent à fustiger une production régionaliste insultant à la grandeur française de « nos » lettres (voir les termes soulignés). Les lettres françaises de Belgique incarneraient en effet l’universalité, la nature, la sensibilité françaises (voir les soulignés). Il est frappant de voir comment, dans le domaine des critères littéraires également, les anti-nationalistes construisent l’identité littéraire de façon négative : les choix — en l’occurrence génériques — sont déterminés par la négation de l’unité littéraire belge proclamée en face. L’argumentation se renforce en faisant appel à l’ancienne — mais toujours très actuelle — opposition romantique entre « français » et « allemand »41. En d’autres mots, les arguments « littéraires » sont eux aussi entièrement tributaires de la construction mythique qu’est la lutte pour l’hégémonie de l’identité littéraire.

  • 42 Poulet (R.), « La querelle du régionalisme », art.cit., pp. 20-21. Outre Georges Rency, Poulet y ci (...)

21À la fin des années trente, la question du régionalisme aboutit à une véritable querelle, dont témoigne entre autres l’article de Poulet dans la Revue Catholique des Idées et des Faits, intitulé « La querelle du régionalisme » (art.cit.). Poulet y reprend sa thèse développée dans Cassandre et s’oppose explicitement à Rency et aux positions que ce dernier prend dans L’Indépendance. Sa phrase initiale évoque déjà l’ampleur du débat : « Le grand sujet de conversation, dans nos milieux littéraires, c’est la querelle du régionalisme »42.

  • 43 Poulet (R.), « Disgrâce du régionalisme », Cassandre, 1.1.1936 ; cité par Soreil (A.), « Pour un bi (...)

22Concluons ce développement sur les critères littéraires avec un argument peu utilisé, mais révélateur en ce qu’il tente de nier l’identification entre régionalisme et nationalisme littéraire (littérature belge) par un simple renversement de valeurs : « Contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est le littérateur de terroir, dont l’horizon ne s’étend guère au delà [sic] du coq de son village, qui est le plus étroitement tributaire de l’étranger. Notamment quant à sa technique. […] Le régionaliste est capable en général de trouver un sujet, non une forme »43.

  • 44 Art.cit., pp. 92, 93-94. Le Coudrier se réfère ici au Dom Placide de Van Bemmel.

23La dernière caractéristique discursive des défenseurs d’une littérature française de Belgique, et qui s’oppose une fois de plus diamétralement aux stratégies de leurs adversaires (cf. infra) est leur attitude vis-à-vis de « la Flandre ». Le plus souvent celle-ci est simplement absente. Ce qui est logique car, du moment que l’on ambitionne l’intégration dans les lettres françaises, cette Flandre — avec sa littérature en langue néerlandaise de plus en plus florissante — cesse d’être pertinente, sauf comme Autre rejeté. Il s’agit donc de faire oublier le dualisme socio-culturel de la Belgique et de supprimer toute référence au premier terme de la triade nation-âme-littérature. Les références plus que sporadiques à la Flandre seront par conséquent d’autant plus négatives et stéréotypées. En évoquant « l’excessif régionalisme qui nous emprisonne », Le Coudrier trouve un bouc émissaire dans « cette contagion flamande, primauté de l’instinct sur l’intelligence, romantisme rudimentaire, avide de truculence, d’empâtement » ; ou encore : « Envoûtés par le lyrisme à la flamande, nos thuriféraires nationaux n’ont même pas pensé, […] à telle œuvre du siècle dernier qu’une mésestime injustifiée […] avait mise au rancart depuis un demi-siècle »44.

*

24La seconde partie de notre analyse sera consacrée au discours nationaliste  et aux arguments dont celui-ci se sert pour s’attribuer la légitimité dans la lutte pour la définition de l’identité littéraire. Nous procéderons de façon contrastive, en opposant le plus possible la séquence des arguments cités ci-dessus aux arguments des « nationalistes ».

25Une des préoccupations majeures des défenseurs d’une littérature belge étant de conjurer la communauté de langue avec la France, une stratégie fort fréquente consistera à simplement passer sous silence le critère de la langue : on associera dès lors l’identité littéraire à d’autres facteurs, comme l’âme nationale belge (cf. infra). Parfois, l’argument linguistique fait néanmoins son apparition. Il prend alors deux formes.

  • 45 Tellier (J.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-m (...)
  • 46 Lecomte (J.-B.), « Les liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, n°25, 1928, p. 175.

26Une première stratégie — la moins fréquente — vise soit à valoriser et à propager les parlers du terroir, soit à hypostasier une langue spécifiquement belge. Ainsi Paul Hamélius, dans son Introduction à la littérature française et flamande de Belgique (1921), loue des auteurs comme Gezelle et De Coster pour leur rejet du style académique (respectivement hollandais et parisien) et pour l’inspiration qu’ils puisent dans les dialectes régionaux. Cette représentation de la réalité fournit non seulement un trait distinctif linguistique vis-à-vis de la France et des Pays-Bas, mais permet également d’affirmer implicitement l’existence d’un parallélisme langagier entre néerlandophones et francophones dans le cadre belge. D’autres auteurs vont plus loin dans la mesure où ils se réfèrent, implicitement ou explicitement, à un langage belge de type métaphorique. Jules Tellier, par exemple, distingue une littérature qui serait belge tant dans sa forme que dans son fond, et lui attribue même un caractère éternel : « Il existe une littérature belge parce que, depuis toujours, tant en langue flamande qu’en langue française, […] les auteurs belges non seulement ont chanté la terre et les faits belges mais encore l’ont fait sur le mode belge — français-wallon ou flamand — un mode qui n’appartient qu’à eux »45. Joseph-Barthélémy Lecomte est plus explicite encore : « De l’avis de critiques français, tels que Remy de Gourmont et André Beaunier, nos écrivains d’“expression française” écrivent en réalité en “belge”, c’est-à-dire dans un français archaïque et germanisé ; de leur côté, des auteurs flamands ou néerlandais, tels que W. de Vreese et Van Ginneken, estiment que nos écrivains d’“expression hollandaise” écrivent un hollandais très francisé »46. Il faut noter que Lecomte essaie de parer d’avance toute critique en recourant à des autorités étrangères, faisant figure d’observateurs « objectifs » (nous reviendrons plus loin sur la francophilie — souvent bien paradoxale — des promoteurs d’une littérature belge). Pour notre auteur, la langue belge serait le point — ni défini, ni illustré — où se rencontrent les caractéristiques — point davantage définies — communes au « français germanisé » et au « hollandais francisé » des auteurs « belges ». Cette stratégie discursive a pour effet d’infléchir la triade langue-âme- littérature à l’avantage des tenants de l’unité littéraire belge. Néanmoins, comme les interventions de ce type sont rares, le succès de l’argument paraît plutôt douteux. Il n’empêche que l’argument confirme dès maintenant le rôle joué par « la Flandre » dans les constructions d’une identité littéraire belge (voir infra).

  • 47 Lecomte (J.-B.), « Les liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, n°28, 1931, p. 357.
  • 48 Sosset (L.-L.), « Considérations littéraires », Revue Nationale, 15.9-15.10.1931, p. 593.
  • 49 Albert Toetenel dans Revue Nationale, 1.3.1929 (Concepts, p. 145).

27La seconde stratégie s’articulant autour d’un argument linguistique consiste à nier explicitement l’importance de la langue pour l’unité et l’identité d’une littérature nationale, et à opérer ainsi un renversement de valeurs. Déjà en 1931, Lecomte use de cette stratégie en citant le plus illustre des représentants de l’historiographie nationale, Henri Pirenne : « La langue nous est donnée par l’histoire. Nous la parlons, non point parce qu’elle fait partie de nous-mêmes, mais parce que nous l’avons reçue quelque jour d’un voisin plus fort ou plus cultivé que nous. Elle est aussi un emprunt, et c’est une “grande illusion” que de la considérer comme innée en nous »47. Et un autre critique de souscrire à cette vision : « Quant à cette objection : “nos lettres ne peuvent être tout à fait indépendantes de la littérature française alors qu’elles usent de la même langue”, elle ne soutient pas l’analyse. D’aucune façon, la langue à elle seule ne peut suffire à définir le caractère d’un peuple »48. Nous assistons ici à un renversement du mythe construit par les anti-nationalistes (langue = nature) : la langue est présentée comme un élément culturel, elle est artificielle, arbitraire et extérieure49 au peuple qui s’en sert.

  • 50 Ibid. ; nous soulignons.
  • 51 Demany (F.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-ma (...)

28Grâce à cette construction, les nationalistes tentent de neutraliser le premier terme de la triade langue-âme-littérature. Et c’est dès lors la seconde composante — l’âme du peuple belge — qui deviendra la pierre angulaire de leur défense. Dans un second mouvement, ils y intègrent la « nation », elle aussi plutôt tributaire de l’âme d’un peuple que de son passé politique. Reprenons tout d’abord quelques stratégies discursives qui se limitent à l’équation âme-littérature. Dans leur fonctionnement, elles ne se distinguent en rien des thèses adverses, et la thèse présentée s’arroge le monopole de la vérité et de l’essence éternelles et immuables : « L’essence même de la littérature d’un peuple ne se base point sur la forme (expression française, flamande ou wallonne), mais sur le fond (idées, mœurs et caractère). Or, il existe des idées, des mœurs, un caractère belge ; donc il existe une littérature belge »50 ; « Il y a une littérature belge parce qu’il est en Belgique des œuvres qui reflètent les pensées, les gestes, les songes, les aspirations du groupement ethnique belge »51.

  • 52 Enclin (V.), « Existe-t-il une littérature belge ? (Enquête) », La Revue Nationale, 1.4.1929, p. 54

29Dans un second mouvement donc, l’incorporation du terme nation permet de construire la triade alternative nation-âme-littérature, dans laquelle la nation pourra incarner deux choses. Ou bien sa naissance coïncide avec la construction politique de l’État belge en 1830, ou bien elle est synonyme d’union spirituelle, donc éternelle, et transcende dès lors la date arbitraire de 1830. Défendre la première représentation revient, dans une certaine mesure, à subordonner les deux autres composantes de la triade à la première. En d’autres termes, on limite l’existence d’une âme et d’une littérature belges à la naissance politique de l’État : « La littérature belge existe depuis qu’il y a des Belges qui écrivent sur les gens et les choses de Belgique »52. La seconde représentation — majoritaire, sans doute parce qu’idéologiquement plus efficace — définit la nation comme une union spirituelle supérieure, indépendante de la création politique artificielle. Elle permet par conséquent de postuler l’existence d’une nation belge non limitée dans le temps. C’est de cette union spirituelle que la littérature belge sera (ou a toujours été) le reflet fidèle. On le voit : tout comme celle des promoteurs des lettres françaises de Belgique, la triade nation-âme-littérature se présente comme une vérité éternelle, relevant du cours naturel de l’histoire, et les défenseurs d’une littérature belge entrent à leur tour dans un processus de construction mythique : leur défense présente également comme réel et éternel ce qui n’est qu’arbitraire, construction et représentation. On constate donc une fois de plus à quel point les deux camps ont recours à des schémas rhétoriques analogues.

  • 53 Merget (R.), « Le Premier Hommage des Jeunes à Edmond Picard », Revue Nationale, 15.8-15.9.1932, pp (...)

30Les défenseurs d’une identité littéraire belge ont à leur disposition toute la batterie des théories romantiques sur la nation, le peuple, le caractère national — qu’ils transforment à leur gré si besoin en est. De là, le recours fréquent à Picard, le père de l’âme belge, et à d’autres théoriciens — de préférence français — du siècle passé : « [Picard] a prouvé — puisqu’il fallait prouver pour certains inconscients qui ne sentent pas la vérité de la simple affirmation — que ce n’était pas parce qu’en ce pays on parlait deux langues qu’il fallait en déduire qu’il y eût deux races. […] Renan disait : “[…] Ce qui constitue une nation, ce n’est pas de parler la même langue ou d’appartenir à un même groupe ethnographique; c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses, et de vouloir en faire encore dans l’avenir” »53. Comme leurs adversaires, les défenseurs d’une identité belge recourent donc à des arguments d’autorité pour renforcer leur position. Et ici aussi, ils opposent la rationalité de leurs partisans à l’irrationalité de leurs adversaires. La traduction en termes « littéraires » de ces théories sur la nation et la race s’opère comme suit (nous soulignons) :

  • 54 Carton de Wiart (H.), « La pensée et l’âme belges, 1919 » (Préface), Le musée du livre, Bruxelles, (...)

Comment refuser à l’ensemble de ceux qui exprimaient sa pensée au moyen du livre, de la presse, du théâtre, de la chanson, — et parmi lesquels plusieurs portaient cette pensée si haute et si loin — l’honneur d’être une “littérature nationale”. Pour cela il fallut la guerre, pour faire connaître une nationalité déjà vingt fois séculaire et encore trop ignorée54.

  • 55 Sosset (L.-L.), « Considérations littéraires », art.cit., p. 594.

Je voudrais rappeler qu’il est plus important encore pour un peuple de conserver sa liberté morale et intellectuelle que son indépendance territoriale ; c’est en communion avec les artistes qui forment son entité et perpétuent ses traditions en exaltant ses pensées, ses sentiments, ses espérances que la Belgique demeurera fidèle à un passé presque bimillénaire55.

31Ces deux citations illustrent bien les stratégies du discours nationaliste. La seconde, plus particulièrement, montre comment ce type de discours verse facilement dans une vision utilitaire de la littérature, au service de la tradition, de la nation, etc. En effet, les promoteurs d’une identité littéraire soumettent souvent la littérature aux deux autres composantes de la triade. Ainsi, et à rebours du discours anti-nationaliste, le discours nationaliste crée une homologie entre le littéraire et le politique qui servira pleinement ses visées patriotiques. Par exemple, en conclusion de son ouvrage de 1921, Hamélius exprime l’espoir d’avoir servi la patrie. D’autres publications poursuivent un but similaire :

  • 56 Rency (G.), « La deuxième semaine du Livre belge », Le Rouge et le Noir, 30.10.1930, p. 1.

L’Indépendance nationale n’a de sens et d’effet que si elle se reflète dans une littérature authentiquement belge, reflet fidèle de notre vie, de nos mœurs, de nos idées et de nos sites56.

  • 57 Champagne (P.) & Flament (A.), Écrivains belges d’aujourd’hui. Bruxelles, Office de Publicité, 1933 (...)

Nos écrivains œuvrent, non pour l’argent, ni pour les honneurs, mais par amour pour la patrie et l’idéal57.

  • 58 C. de Horion, dans La Revue Nationale, 1.4.1929, pp. 50-51 (Concepts, p. 147).

Il existe une littérature belge comme il existe une patrie belge... […] c’est précisément de la fusion de ces deux éléments [Flamand et Wallon] qu’est né un type belge, tant au point de vue politique qu’au point de vue littéraire... […] À l’heure où certains n’hésitent pas à propager des ferments de dissolution, nous ne saurions trop répéter qu’il y a une âme belge et, par le fait même, une expression littéraire belge58.

  • 59 E.a. Hinterhäuser (H.), art.cit. ; et Klinkenberg (J.-M.), « L’idéologie de la “littérature nationa (...)
  • 60 Klinkenberg (J.-M.), « L’idéologie de la “littérature nationale” », art.cit.

32Apparemment, la littérature remplit ici la fonction de stabilisateur politique, fonction que la plupart des spécialistes59 localisent surtout dans la première décennie de l’indépendance belge. Elle aide à (re)construire la fameuse « idéologie de la cohésion »60, jouant le rôle de substitut et garantie de l’État. Si l’on interprète ces données à la lumière des changements politiques décrits ci-dessus, il apparaît que la littérature belge est appelée à conjurer les tensions politiques entre néerlandophones et francophones.

33Et c’est ici que nous touchons à la caractéristique peut-être la moins connue et la moins étudiée dont témoignent les prises de position en faveur d’une littérature belge pendant l’entre-deux-guerres. Là où leurs adversaires se distinguent par un désintérêt profond pour « la Flandre » et pour la littérature de langue néerlandaise, les nationalistes réservent une place à « la Flandre » — bien souvent à une Flandre imaginaire et mythique (voir supra) — et à sa littérature, et cela pour deux raisons. Primo, après la Première Guerre mondiale, la littérature flamande a pris un tel essor qu’il est désormais impossible de parler de littérature belge en termes de mythe nordique (cf. supra). Son adaptation aux besoins nouveaux des nationalistes mène à l’accentuation de la double nature de la littérature belge. Secundo, l’accentuation de l’unité littéraire devra faire oublier les graves dissensions politiques qui menacent le pays, déchirement qui inquiète surtout ces francophones (flamands) dont l’hégémonie politique, économique et littéraire était jusque-là assurée par l’État unitaire francophone. L’union entre les deux composantes de la littérature belge réside en ceci que chacune, dans sa langue, exprime l’éternelle âme belge et glorifie ainsi la nation. Au moment de choisir quelques exemples, on hésite tant ils sont nombreux :

  • 61 Sneyers (G.), « Y a-t-il un milieu belge ? (Conclusion) », Revue Générale, déc. 1935, p. 706.

Il n’y a pas de distinction à faire chez nous entre art wallon et art flamand ; l’un et l’autre sont belges. On ne choisit pas sa langue, mais on n’exprime jamais que différents aspects d’une même âme61.

  • 62 Sosset (L.-L.), « Les Livres. Les Chefs-d’œuvre flamands, première série (4 volumes) », Revue Natio (...)

Pour continuer le passé, notre pays a besoin de ses deux littératures ; ce sont les deux ailes pour un essor harmonique et durable62.

  • 63 Goffinet (H.), « La question linguistique et l’union nationale », Revue Générale, avril 1931, pp. 4 (...)

Sauf le comté de Namur, toutes nos provinces ont toujours été bilingues. Voilà la tradition. […] La tradition, c’est une chose vivante. […] l’histoire le montre, clair comme le jour : le principe de vie pour la Belgique a toujours été sa marche progressive vers l’union des provinces, et la constitution d’un État central. […] Du reste, l’expansion de la littérature flamande n’a rien à craindre de l’expansion voisine de la littérature française de Belgique. L’une et l’autre se soutiennent réciproquement. Et c’est un fait remarquable : leur épanouissement et leur décadence ont toujours été simultanés. Exaltons donc les deux cultures63.

34La dernière citation montre à merveille comment « bilinguisme » égale « tradition » égale « Belgique unitaire » égale finalement « vie », et comment les deux cultures (nationales) collaborent à ce noble but. Le raisonnement sous-jacent, efficace, assimile un État à régions unilingues à la disparition de la Belgique, bref à la mort. La parution de l’article en 1931, à la veille de l’adoption de lois linguistiques perçues comme particulièrement menaçantes par nombre de francophones, a sans doute influencé le recours à cette opposition entre « vie » et « mort ».

35Le phénomène d’attention à la littérature néerlandophone que nous venons de décrire n’est pas seulement attesté dans des articles de revue et dans des enquêtes : les années vingt et trente voient également apparaître de nombreuses « histoires de la littérature flamande » qui témoignent du même phénomène :

  • 64 De Ridder (A.), La Littérature flamande contemporaine (1890-1923). Anvers, Opdebeek ; Paris, Champi (...)

Le temps n’est plus où, sous prétexte de glorifier “l’âme belge”, on commençait par en négliger et en supprimer la bonne moitié. Cette période a heureusement pris fin dans notre pays, car plus nous aurons de voix différentes pour faire connaître le coin de terre où nous vivons et le peuple qui l’habite, pour exalter notre pairie [sic] et notre race, mieux nous exprimerons la parcelle d’humanité que nous sommes et mieux nous formerons une nation puissante et unie, harmonieuse malgré sa double substance, et fière de son commun patrimoine64.

  • 65 De Ridder (A.) & Timmermans (W.), Anthologie des écrivains flamands contemporains. Anvers, Opdebeek (...)

La littérature et l’art belges, dans ce qu’ils ont de meilleur, ont révélé l’existence de quelques êtres privilégiés, les uns Flamands, les autres Wallons, qui, sans s’entendre au préalable, souvent même sans se rendre compte de leur originalité, ont cependant fini par exprimer certaines formes d’une sensibilité commune et qu’il ne nous est guère possible de confondre avec celle de leurs voisins65.

  • 66 Nous pensons entre autres à Liebrecht (H.) et Rency (G.), Histoire illustrée de la littérature belg (...)
  • 67 Hamélius (P.), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique. Bruxelles, Office d (...)
  • 68 On apprécie notamment le décor local et les personnages « de chez nous ».

36Pourtant cette ouverture vers la littérature de langue néerlandaise ne signifie pas que toute référence au mythe nordique a disparu. Çà et là, le vieux rêve fait encore son apparition, mais il est loin d’être dominant dans les années vingt et trente66. Cette littérature belge à double face affirmera son unité au niveau générique. Remarquons préalablement que la construction d’une identité littéraire nationale se passe dans la plupart des cas d’arguments proprement littéraires. Les exceptions qui confirment la règle sont Paul Hamélius, qui trace des parallèles stylistiques explicites entre les littératures néerlandophone et francophone, Jean-Baptiste Lecomte, qui perçoit des parallèles entre Timmermans et Demolder, et entre Streuvels et Lemonnier, sans pour autant les démontrer, et Gilkin, qui évoque très vaguement « des qualités communes et des défauts communs » entre les littératures néerlandophone et francophone67. Ce sera évidemment dans le régionalisme, tant décrié par les francophiles, que les nationalistes trouvent le trait distinctif de leur identité littéraire. Ce genre « de chez nous » cristallise particulièrement bien la troisième composante de la triade nation-âme-littérature, à cause de son identification facile et fréquente avec le patriotisme68. Par conséquent, tous les promoteurs de l’identité nationale littéraire seront partisans du roman régionaliste. Nous avons d’ailleurs déjà montré que la bataille pour l’hégémonie dans la définition de l’identité littéraire revêt la forme d’une vraie « querelle du régionalisme ».

  • 69 de Mey (C.), « Les livres nouveaux », Revue Générale, février 1932, p. 254.
  • 70 de Gerlache (P.), « Les Lettres. Catholicisme et Régionalisme », Revue Générale, oct. 1927, p. 483.

37Examinons quelques textes allant en ce sens. La Comtesse des Digues, écrit de Mey, « est un des grands livres de notre littérature. Il est un tableau fidèle d’une contrée, des gens de chez nous et surtout de l’âme flamande, si profonde et si discrète »69. Outre sa promotion du régionalisme, cette citation illustre encore le vieux rêve du mythe nordique : sujet flamand en langue française. Pour un écrivain, déclare de Gerlache, « quel thème plus attachant qu’un visage familier et cher ? Depuis longtemps, ce thème, M. Henri Davignon en exploite toutes les ressources »70. Et Merget de surenchérir :

  • 71 « Notre manifeste », La Revue nationale, n°34, 1931, pp. 585-591 ; cité par Groß & Thomas, Les Conc (...)

Nous respectons les mouvements intellectuels régionalistes : chaque artiste pouvant librement faire valoir son terroir pour le plus grand bien de notre patrimoine national. Le culte de la petite patrie est une veine artistique à ne pas dédaigner et il ne peut, à notre avis, nuire d’aucune manière au loyalisme envers la grande patrie. Il est même souhaitable que nos écrivains […] exploitent tout particulièrement notre terroir, et qu’ils traitent des sujets nationaux. […]. En résumé, que nos écrivains décrivent avec fierté mais exactitude les gens et les choses de chez nous. Que nos horizons les inspirent et que le souvenir de nos morts les exalte71.

38Là où les deux premières citations le faisaient plutôt implicitement, la dernière identifie explicitement « régionalisme » et « patriotisme », le genre littéraire fonctionnant en quelque sorte comme métonymie du patriotisme tout court. Un sujet local, puisé tant dans le passé que dans le présent, compte parmi les meilleurs services rendus à la patrie. Dans ce contexte, il est symptomatique de voir comment Hamélius en arrive même à voir un régionaliste en Verhaeren.

39Pour terminer l’analyse du discours nationaliste, il faut encore attirer l’attention sur la position vis-à-vis de la France qu’il exprime. Il est clair que celle-ci, et plus encore sa capitale, Paris, représentent une menace continuelle pour l’affirmation de l’identité littéraire belge, tant à cause de la communauté linguistique qu’à cause de la domination symbolique que Paris exerce sur la francophonie littéraire.

40Nous avons vu plus haut de quelle façon le discours nationaliste tentait de contourner le premier obstacle. En ce qui concerne un éventuel renversement du capital symbolique parisien, la partie paraît bien plus difficile. Dans leur Histoire illustrée de la littérature belge de langue française, Henri Liebrecht et Georges Rency expriment le paradoxe de la façon suivante :

  • 72 Op.cit., p. 296. Ce n’est certainement pas un hasard si les deux auteurs voient dans le régionalism (...)

Nous sommes condamnés à aimer la France tout en la redoutant, à désirer l’extension de son influence chez nous, puisqu’elle nous apporte le bénéfice d’une admirable culture dont nous manquons encore, et en même temps résister à l’excès de cette influence qui risque d’étouffer notre originalité : pénible alternative surtout pour ceux de la race wallonne72.

  • 73 Liebrecht (H.), Défense et illustration des lettres belges. Bruxelles, Au bon marché, 1934, p. 7.

Et, d’abord, existe-t-il une littérature belge de langue française autonome, qui soit autre chose qu’une simple province de la littérature française ? Indiscutablement oui. Ceux qui, chez nous, se font les défenseurs de la thèse contraire obéissent, sans le savoir peut-être, à une loi d’attraction : les grands centres littéraires comme Paris, tendent à absorber ou annihiler l’apport des centres moins importants73.

  • 74 des Ombiaux (M.), Les Premiers Romanciers nationaux de Belgique. Paris, La Renaissance du Livre, 19 (...)
  • 75 Histoire illustrée de la littérature belge de langue française, op.cit., p. 354.

41Comme la relation est définie en termes de « loi », il est clair que la situation est irréversible aux yeux des défenseurs de l’identité nationale. Ils tenteront néanmoins de la conjurer discursivement, et continueront dès lors à affirmer envers et contre tout l’originalité des lettres belges vis-à-vis de la France, tant pour le passé que pour le présent. Évidemment, Paris dictant la norme littéraire, il s’agira d’une originalité définie négativement, et que l’on fera remonter, si besoin en est, à un passé très lointain : « Les trouvères de la Flandre, du Brabant, du Hainaut, du pays de Liège ne sont pas influencés par la France et n’imitent aucun modèle »74. Selon Liebrecht et Rency, le roman belge n’a « rien de gaulois »75. L’attitude la plus agressive est adoptée par Robert Merget, en sa qualité de directeur de la Revue Nationale :

  • 76 « Notre manifeste », art.cit..

Les intellectuels belges ont le devoir impérieux d’orienter l’opinion publique vers une saine réaction contre les modes et influences étrangères qui pénètrent de plus en plus notre vie quotidienne. À ce point de vue, l’influence française est particulièrement dangereuse pour notre originalité nationale et tout spécialement pour nos lettres d’expression française. En effet, elle attente à notre dignité de Belge et à l’avenir et à la prospérité de nos lettres. Il ne faut pas que la littérature française, qui n’est qu’une littérature étrangère, devienne, comme elle essaie de le faire en ce moment, la littérature officielle de notre pays. À ce point de vue, nous refusons de reconnaître Paris comme capitale littéraire de notre nation, puisque la Belgique n’est pas une province littéraire de la France. […] Il faut, coûte que coûte, que notre nation s’affranchisse définitivement de l’hégémonie littéraire française qui n’a que trop duré ; la Belgique peut bien rester aux Belges après avoir donné au monde Maeterlinck, Verhaeren, Lemonnier et Eekhoud76.

42Bien qu’elle exprime une position plutôt marginale, cette citation (exception faite de sa dernière phrase) illustre bien comment l’originalité par rapport à la France se définit de façon négative.

43Néanmoins, cette rhétorique ne contrebalance en rien les innombrables manifestations de francophilie dont témoignent même les stratégies les plus nationalistes. Dans le discours des années vingt et trente, l’omniprésente France sert de référence, fournissant la norme quand il s’agit de juger une œuvre littéraire, même de langue néerlandaise. Hamélius, par exemple, compare Verhaeren à La Fontaine et Streuvels à Maupassant. Les citations suivantes, empruntées à des témoins au dessus de tout soupçon en ce qui concerne leur nationalisme, prouvent l’ampleur du phénomène :

  • 77 Sneyers (G.), « Revue littéraire. Un grand livre belge : “Mariages” de Charles Plisnier », Revue Gé (...)

Nous sommes heureux de pouvoir mettre cette œuvre d’un auteur national sur le même rang que les meilleurs romans français de l’époque77.

  • 78 Louveaux (C.), « Alice Nahon », Revue Générale, mai 1939, pp. 538-539.

Mettre la théologie en rimes, ainsi que le voulait Sully Prudhomme, n’est pas son fait [à Alice Nahon] : “Ik voel me verwant, met kleine simple dingen”. Par là, son œuvre s’apparente aux romantiques, et particulièrement à Musset, qu’elle aimait beaucoup […]. En quelques mots, l’auteur situe son sujet, crée l’ambiance. Qu’on en juge par cette première strophe de Middagwiedsters qu’aurait aimée Leconte de l’Isle78.

*

44Au terme de cette étude de cas, nous voudrions avancer, en guise de conclusion, plusieurs observations qui permettront de jeter une lumière nouvelle sur le phénomène de l’identité littéraire dans l’entre-deux-guerres en Belgique.

  • 79 Position défendue par exemple par Otten (M.), « Identité nationale, identité régionales dans la lit (...)

45Tout d’abord, il est clair qu’il est particulièrement hasardeux d’identifier la période analysée avec l’hégémonie de l’une ou l’autre position. Le moins que l’on puisse dire au terme de notre analyse est qu’il y a une véritable bataille autour de la construction d’une identité littéraire. Les différentes positions se combattent avec une violence rhétorique typique des situations d’identité et de positions menacées. Et, comme on l’a vu, ces polémiques ne diminuent ni en intensité ni en quantité vers la fin des années trente : les nombreuses citations avancées en témoignent. On peut, par conséquent, abandonner la thèse selon laquelle, vers la fin de l’entre-deux-guerres, la posture « centrifuge » aurait gagné la bataille79.

  • 80 Virrès (G.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-ma (...)
  • 81 Concepts, p. 148.

46Subsiste évidemment l’importante question de la position institutionnelle des intervenants dans le débat, qui sortait du cadre de la présente analyse. À première vue, les différentes positions traversent les différents sous-secteurs du champ littéraire et sociétal. Ainsi par exemple Georges Virrès, membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, répond négativement à l’enquête de La Renaissance d’Occident en 192680, mais change d’avis en 1929 à l’occasion de l’enquête de la Revue Nationale81. Par contre, Paul Neuhuys, représentant de l’avant-garde internationaliste, se situe dans le camp des défenseurs d’une littérature belge (cf. supra). L’hypothèse de la stratification multiple et complexe du champ littéraire se substitue dès lors à celle du bloc monolithique.

47Remarquons enfin l’absence tant d’arguments et de critères littéraires dans le débat que d’une définition de son objet. En revanche, la lutte pour l’hégémonie dans la définition de l’identité littéraire se caractérise par le chevauchement des stratégies de persuasion sous-jacentes. Nous avons déjà montré que chaque position tente de s’arroger le monopole de la « réalité », de la « vérité », de l’« universalité » et de l’« éternité ». C’est-à-dire qu’elle recourt à des manipulations idéologiques comparables : dans chaque cas, l’adversaire est rejeté dans l’illégitimité, et marginalisé dans son essence même. À un autre niveau, les catégories non littéraires auxquelles on fait appel pour définir la spécificité du littéraire s’avèrent étonnamment analogues dans les deux camps : tout leur débat repose sur des arguments empruntés à l’attirail romantique du siècle antérieur. C’est peut-être ici qu’on pourra expliquer pourquoi aucun camp n’arrive à vaincre dans ce combat pour l’autodéfinition littéraire : au lieu de dénoncer les stratégies de la partie adverse, de démontrer leur charge idéologique, et d’opérer par là un renversement des catégories, bref, au lieu de saper les constructions mythiques de l’intérieur, le polémiste se conforme entièrement aux règles de jeu imposées par l’autre. De là, le constat, souvent opéré, que l’identité revendiquée est toute négative, définie qu’elle est par le refus de l’identité proposée par l’adversaire.

Haut de page

Notes

1 Une version plus élaborée de la présente étude, qui analysera également la position institutionnelle des intervenants, paraîtra dans Cartographies du littéraire. Littératures et identités culturelles en Belgique. En collaboration avec J. Lambert (K.U.L.), A. Capelle (F.N.D.P.), W. Devos (Albertine), P. Dirkx (Collège de France).

2 M. Mat-Hasquin (« Création littéraire et idéologie : réflexions sur une “histoire belge” », Cahiers internationaux de symbolisme, n°42-43-44, 1982, pp. 141-149), figure parmi la minorité des chercheurs qui insistent sur la récurrence des positions et des arguments discursifs dans le débat sur la littérature belge.

3 Les clivages linguistiques et socio-culturels se manifestaient d’abord géographiquement, selon la frontière linguistique (le néerlandais ou des dialectes néerlandais — souvent appelés flamands — au Nord et le français ou des dialectes wallons au Sud). Mais cette complexité géographique était doublée d’un clivage social en Flandre : français pour la bourgeoisie et l’aristocratie et (des dialectes du) néerlandais pour le peuple.

4 Nous utilisons ces concepts dans leur acception bourdieusienne ; voir entre autres Bourdieu (P.), « L’Identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la Recherche en Sciences sociales, n°35, nov. 1980, pp. 63-72 ; « Le champ littéraire », Idem, n°89, sept. 1991, pp. 3-46.

5 Nous empruntons le terme à Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », Littérature, n°44, 1981, pp. 33-50. Le mythe nordique peut être résumé dans la formule « langue française + inspiration flamande ». Voir aussi infra.

6 En fait, il s’agit de certains groupes néerlandophones dominants qui tentent de convertir leur position dominée dans la sphère des dominants en position dominante. Voir à cet égard Reynebeau (M.), Het klauwen van de leeuw. De Vlaamse identiteit van de 12de tot de 21ste eeuw. Leuven, Van Halewyck, 1995.

7 Déjà en 1907, August Vermeylen pouvait affirmer : « Il est arrivé trop souvent, dans notre pays, que quand on glorifiait “l’âme belge”, on commençait par en supprimer une bonne moitié. Aujourd’hui on découvre heureusement que nous possédons deux grandes littératures nationales » (Les Lettres néerlandaises en Belgique depuis 1830. Bruxelles, Lamertin, 1907, p. 38).

8 Cf. Quaghebeur (M.), Lettres belges entre absence et magie. Bruxelles, Labor, 1990, p. 14.

9 Il est évident que le contenu de dénominations politiques, géographiques et institutionnelles telles que la Flandre, la Belgique, la Wallonie, belge, flamand, wallon, francophone varie selon le type de discours qui les mobilise (nationaliste, régionaliste, politique, littéraire...) et selon le moment de leur utilisation (par exemple avant ou après le commencement du processus de fédéralisation). Chacun de ces termes — ainsi que leurs occurrences dans des expressions comme “la littérature belge” — devrait en principe être présenté entre guillemets, ce qui mettrait leur contenu variable et relatif en évidence. Toutefois, pour ne pas nuire à la lisibilité du texte, nous avons presque toujours économisé ces guillemets, en priant le lecteur de lire ces termes dans leur acception relative, non monolithique.

10 Voir entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », Écritures, 1974, pp. 15-21.

11 Parallèlement, les néerlandistes oublient plutôt systématiquement les écrits francophones (et bilingues) de nos écrivains flamands et francophones.

12 Notre étude de cas devra confirmer la pertinence de cette remarque (cf. infra).

13 Insistons : on envisagera uniquement les discours sur la littérature ; la pratique littéraire elle-même n’y interviendra pas directement.

14 Il est frappant que beaucoup de textes-clés sur l’identité littéraire se situent autour de ces dates. Les citations fournies plus loin en témoigneront.

15 Insistons une fois de plus sur le fait que la bourgeoisie et l’aristocratie en Flandre étaient presque entièrement francophones pendant l’entre-deux-guerres.

16 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « La production littéraire en Belgique francophone », art.cit. La Flandre mythique est le plus souvent celle de la tradition picturale de Breughel, Teniers, Jordaens ; elle est synonyme de kermesses, de bière, de ripailles, mais aussi de brumes et de mysticisme.

17 Les dialectes du néerlandais, souvent appelés « le flamand », étaient profondément dédaignés : c’était la langue du peuple, incapable de produire une littérature. On passait dès lors sous silence des écrivains flamands néerlandophones comme Conscience, Gezelle, Vermeylen, Streuvels, Teirlinck, Van de Woestijne. Cette attitude changera progressivement au début du xxe siècle (v. aussi note 7).

18 Ceci ne signifie nullement que toute la période avant 1918 puisse se résumer par la formule du « mythe nordique ». Certains adversaires d’une littérature « belge » se font alors entendre, qui dénoncent les constructions d’une identité « belge ». Mais c’est une autre histoire...

19 L’idée d’une union littéraire avec la France n’est pas propre à l’entre-deux-guerres en tant que telle. Mais la force relative de cette position et de ses arguments se modifie sous l’influence des événements.

20 On trouve cette idée notamment dans Hinterhäuser (Hans), « Belgitude und französische Nationalliteratur », Sprachkunst. Beiträge zur Literaturwissenschaft, t. xiv, n°128-140, 1983, pp. 131-132.

21 Entre autres Klinkenberg (J.-M.), « Pour une histoire de la littérature française en Belgique », art.cit., p. 18 ; « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1839) », dans Lope (H.-J.), Hrsg., Studia Belgica. Aufsätze zur Literatur- und Kulturgeschichte Belgiens. Frankfurt a.M.-Bern, P. Lang, 1980, p. 136 ; « La production littéraire en Belgique francophone », art.cit., p. 46.

22 Thomas (S.) et Groß (Th.) identifient sous leur rubrique « enquêtes » pas moins de 22 titres pour la période de l’entre-deux-guerres, contre 15 seulement pour toute la période de 1830 à 1918 (Belgien - Literatur und Politik. Eine Bibliographie mit besonderer Berücksichtigung des französischsprachigen Literatur des Landes. Bibliographie institutionnelle et comparative de la littérature française de Belgique. Aachen, Rader, 1987, pp. 141-147).

23 « Existe-t-il une littérature belge ? » (Enquête), La Revue nationale, mars 1929, pp. 33-36 ; avril 1929, pp. 49-55 ; mai 1929, pp. 8-12 ; juin 1929, pp. 89-91 ; juillet 1929, pp. 106-107. — « Y a-t-il un milieu belge ? » (Enquête), Revue Générale, janv. 1935, pp. 90-97 ; fév. 1935, pp. 210-218 ; mars 1935, pp. 332-338 ; avril 1935, pp. 481-490 ; juillet 1935, pp. 91-98 ; sept. 1935, pp. 343-352 ; déc. 1935, pp. 704-711. — Le Rouge et le Noir, 25.09.1930, p. 1 ; 9.10.1930, p. 1 ; 30.10.1930, p. 1 ; 12.11.1930, p. 1 ; 26.11.1930, p. 3 ; 1.4.1931, p. 3.

24 Cité par Groß (St.) & Thomas (J.), Les Concepts nationaux de la littérature : l’exemple de la Belgique francophone. Une documentation en deux tomes. Aachen. Alano Verlag/ Rader Publikationen, 1989, pp. 134 et 137. Nous renverrons désormais à cet ouvrage par l’abréviation : Concepts.

25 Marlow (G.), « Y a-t-il un milieu belge ?, I », Revue Générale, mars 1935, pp. 333-335 ; Hellens (F.), « Y a-t-il un milieu belge ? Réponse du romancier. Franz Hellens », Revue Générale, sept. 1935, pp. 349-351 ; Avermaete (R.), Petite fresque des arts et des lettres dans la Belgique d’aujourd’hui. Bruxelles, L’Églantine, 1929, p. 160.

26 Le Coudrier (J.), « Sur une prétendue “littérature belge” », Revue franco-belge, février 1935, pp. 89.

27 Cf. Bourdieu (P.), « L’Identité et la représentation », art.cit., pp. 65-69.

28 Dans ce qui suit et par souci de concision, nous utiliserons fréquemment les expressions « anti-nationalistes » et « nationalistes » pour désigner respectivement les opposants et les défenseurs d’une littérature belge. Elles ne référeront donc jamais à des prises de positions politiques.

29 Voir le célèbre article d’Edmond Picard, « L’âme belge », Revue Encyclopédique, 24.7.1897, pp. 593-599.

30 Op.cit., p. 157. Nous sommes ici en présence de l’une des rares prises de position concernant la hiérarchie entre les deux thèses. Apparemment, pour Avermaete, la thèse nationale tend à prédominer à la fin des années vingt. Le fait que les autres participants au débat refusent même d’avouer que la position contraire puisse jouir de quelque reconnaissance, montre la véhémence de la polémique.

31 Le Problème culturel wallon. Bruxelles, 1939 (Concepts, pp. 241-243).

32 Manifeste des Marches de l’est, mouvement de l’unification littéraire franco-belge pour la protection des écrivains belges et pour la publication de nos jeunes auteurs. Paris-Verviers (Concepts, pp. 238-240). Le contexte de la présente étude ne nous permettra pas d’approfondir les différentes formes de nationalisme francophile qui, dans leur variante la plus radicale, appellent au rattachisme politique.

33 M. Mat-Hasquin (art.cit., p. 143) constate le même phénomène.

34 Bourdieu (P.), « Le champ littéraire », art.cit., p. 24.

35 Manifeste du Groupe du Lundi, 1937 (Concepts, p. 229).

36 Marlow (G.), « À propos des lettres françaises de Belgique », Mercure de France, n°238, 1938, pp. 724-729.

37 Poulet (R.), « La querelle du régionalisme », Revue Catholique des Idées et des Faits, 13.3.1936, p. 21. Nous verrons plus loin dans quelle mesure cette équation entre la construction d’une identité belge (lettres belges de langue française), la promotion d’un genre (le régionalisme) et la position institutionnelle des agents littéraires concernés (milieux académiques et officiels) correspond à la réalité. Il s’avérera que c’est surtout le dernier terme de l’équation qui doit être relativisé.

38 Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », dans Lettres de Belgique. En Hommage à Robert Frickx. Janus Verlaggesellschaft, 1992, pp. 98-124.

39 Concepts, pp. 231-232 ; nous soulignons.

40 Le Coudrier (J.), art.cit., pp. 90-93. Ce n’est évidemment pas un hasard si de tels propos paraissent dans la Revue franco-belge. Pour une analyse de tels facteurs, voir notre étude à paraître (cf. note 1).

41 Une opposition sans doute actualisée et aiguisée par les événements de 14-18, par la lutte linguistique et par la politique neutraliste (donc dirigée « contre » la France) du gouvernement belge de l’époque.

42 Poulet (R.), « La querelle du régionalisme », art.cit., pp. 20-21. Outre Georges Rency, Poulet y cite encore Paul Colin, Horace van Offel, Alfred Duchesne, Franz Hellens et Charles Bernard parmi les nombreux participants au débat. Il est clair que l’existence d’un tel débat interdit de faire coïncider l’étiquette « littérature française de Belgique » avec la période étudiée, sous peine de passer sous silence tant le débat même que toutes les luttes pour la définition de l’identité littéraire dont il est l’expression. Cf. Klinkenberg (J.-M.), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” », art.cit.

43 Poulet (R.), « Disgrâce du régionalisme », Cassandre, 1.1.1936 ; cité par Soreil (A.), « Pour un bilan de nos lettres », Terre Wallonne, avril 1936, p. 50.

44 Art.cit., pp. 92, 93-94. Le Coudrier se réfère ici au Dom Placide de Van Bemmel.

45 Tellier (J.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-mai-juin 1926, p. 396 ; nous soulignons.

46 Lecomte (J.-B.), « Les liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, n°25, 1928, p. 175.

47 Lecomte (J.-B.), « Les liens entre les deux littératures belges », Le Thyrse, n°28, 1931, p. 357.

48 Sosset (L.-L.), « Considérations littéraires », Revue Nationale, 15.9-15.10.1931, p. 593.

49 Albert Toetenel dans Revue Nationale, 1.3.1929 (Concepts, p. 145).

50 Ibid. ; nous soulignons.

51 Demany (F.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-mai-juin 1926, p. 388 ; nous soulignons.

52 Enclin (V.), « Existe-t-il une littérature belge ? (Enquête) », La Revue Nationale, 1.4.1929, p. 54.

53 Merget (R.), « Le Premier Hommage des Jeunes à Edmond Picard », Revue Nationale, 15.8-15.9.1932, pp. 946-948 ; nous soulignons.

54 Carton de Wiart (H.), « La pensée et l’âme belges, 1919 » (Préface), Le musée du livre, Bruxelles, 1920, pp. xi-xviii (Concepts, pp. 116-117).

55 Sosset (L.-L.), « Considérations littéraires », art.cit., p. 594.

56 Rency (G.), « La deuxième semaine du Livre belge », Le Rouge et le Noir, 30.10.1930, p. 1.

57 Champagne (P.) & Flament (A.), Écrivains belges d’aujourd’hui. Bruxelles, Office de Publicité, 1933, p. 8.

58 C. de Horion, dans La Revue Nationale, 1.4.1929, pp. 50-51 (Concepts, p. 147).

59 E.a. Hinterhäuser (H.), art.cit. ; et Klinkenberg (J.-M.), « L’idéologie de la “littérature nationale” », art.cit.

60 Klinkenberg (J.-M.), « L’idéologie de la “littérature nationale” », art.cit.

61 Sneyers (G.), « Y a-t-il un milieu belge ? (Conclusion) », Revue Générale, déc. 1935, p. 706.

62 Sosset (L.-L.), « Les Livres. Les Chefs-d’œuvre flamands, première série (4 volumes) », Revue Nationale, 15.8-15.9.1932, p. 973.

63 Goffinet (H.), « La question linguistique et l’union nationale », Revue Générale, avril 1931, pp. 406-408.

64 De Ridder (A.), La Littérature flamande contemporaine (1890-1923). Anvers, Opdebeek ; Paris, Champion, 1923, p. 38.

65 De Ridder (A.) & Timmermans (W.), Anthologie des écrivains flamands contemporains. Anvers, Opdebeek ; Paris, Champion, 1926, p. 11.

66 Nous pensons entre autres à Liebrecht (H.) et Rency (G.), Histoire illustrée de la littérature belge de langue française. Bruxelles, Vanderlinden, 1931 ; Melloy (C.), « L’Apport des rythmes flamands dans la Poésie française », Revue franco-belge, 1939, pp. 336-343 ; Davignon (H.), « Les écrivains flamands de langue française », Le Thyrse, n°36, 1939, pp. 177-182. ; Davignon (H.), « Un poète flamand de langue française. Camille Melloy 1891-1941 », Bulletin de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises, 1941, n°20, pp. 121-133.

67 Hamélius (P.), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique. Bruxelles, Office de Publicité, 1921 ; Lecomte (J.-B.), art.cit. ; Gilkin (I.), « Chronique littéraire », Revue belge, n°1, 15.3.1924, p. 495.

68 On apprécie notamment le décor local et les personnages « de chez nous ».

69 de Mey (C.), « Les livres nouveaux », Revue Générale, février 1932, p. 254.

70 de Gerlache (P.), « Les Lettres. Catholicisme et Régionalisme », Revue Générale, oct. 1927, p. 483.

71 « Notre manifeste », La Revue nationale, n°34, 1931, pp. 585-591 ; cité par Groß & Thomas, Les Concepts nationaux..., op.cit., pp. 159.

72 Op.cit., p. 296. Ce n’est certainement pas un hasard si les deux auteurs voient dans le régionalisme la seule solution possible : c’est à leurs yeux « une mesure de défense, une garantie de sincérité, d’authenticité » (p. 297).

73 Liebrecht (H.), Défense et illustration des lettres belges. Bruxelles, Au bon marché, 1934, p. 7.

74 des Ombiaux (M.), Les Premiers Romanciers nationaux de Belgique. Paris, La Renaissance du Livre, 1919, p. 2.

75 Histoire illustrée de la littérature belge de langue française, op.cit., p. 354.

76 « Notre manifeste », art.cit..

77 Sneyers (G.), « Revue littéraire. Un grand livre belge : “Mariages” de Charles Plisnier », Revue Générale, juillet 1936, p. 113.

78 Louveaux (C.), « Alice Nahon », Revue Générale, mai 1939, pp. 538-539.

79 Position défendue par exemple par Otten (M.), « Identité nationale, identité régionales dans la littérature française de Belgique », Écriture française et identifications culturelles en Belgique. Louvain-la-Neuve, Ciaco, 1984, p. 65.

80 Virrès (G.), « Notre enquête sur les lettres belges », La Renaissance d’Occident, t. xvii, avril-mai-juin 1926, pp. 384-386.

81 Concepts, p. 148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reine Meylaerts, « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », Textyles, 15 | 1999, 17-32.

Référence électronique

Reine Meylaerts, « La construction d’une identité littéraire dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », Textyles [En ligne], 15 | 1999, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1071 ; DOI : 10.4000/textyles.1071

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org